20/06/2013

2 Pierre 1:3-21 - La vie du chrétien


 

Seconde épître de Pierre
 
Étudiez-vous à être trouvés sans tache
et irréprochables devant lui, en paix.
(3:14)

 
La seconde lettre de Pierre est à considérer comme son testament spirituel. En effet, il y fait allusion à sa fin prochaine, « le moment de déposer sa tente » (1:14), et évoque ce qui est au cœur de sa foi, ce qui est manifestement l’expérience essentielle de sa vie, rappelant ce qu’il a vécu avec le Seigneur lors de sa transfiguration, une vue majeure du Royaume auquel les rachetés sont appelés (Marc 9:1-13), « l'héritage », comme il en parlait dans sa première lettre (1 Pier.1:4), tellement précieux qu’il n’a de cesse d’exhorter les croyants à le considérer avec ferveur (1:10-11).
 
Est-il en prison au moment où il écrit cette lettre, attend-il le prononcé d’un jugement dont il connaît l’issue ? Nous sommes conduits à le penser. Pour s’en convaincre, nous pouvons nous référer à Jean, son compagnon et ami, qui prit soin de consigner, à la fin de son Évangile, la parole du Seigneur l’annonçant (Jean 21:18-19).
 
La référence à la première lettre, écrite lorsqu’il était à Babylone, laisse entendre que cette seconde et dernière fut adressée quelques mois seulement par après. Où se trouve-t-il tandis qu’il est à la veille de son martyre ? Nous ne pouvons le déduire des textes néo-testamentaires, ce qui a ouvert un large champ à diverses hypothèses et traditions… Mais il nous suffit de retenir ce que Pierre dit, tandis qu’il n’exprime aucune inquiétude pour lui-même, attendant, dans une paix manifeste, la fin de son séjour en ce monde.
 
Pierre se soucie de la vie des croyants, des pressions de faux docteurs, des doctrines qui s’infiltreront parmi eux et détourneront bien des âmes de la « vraie grâce de Dieu » (1 Pier.5:12). C’est là le souci majeur des apôtres et autres serviteurs approchant du moment où ils quitteront la scène de ce monde. Pensons aux préoccupations de Jude, dont l’épître a bien des points communs à celle-ci (Jude 3-19), ou encore de Paul ayant réuni les anciens d’Éphèse afin de les avertir (Actes 20:28-30).
 
Voici donc le testament spirituel d’un pasteur d’âmes, fidèle à la mission essentielle qui lui fut confiée (Jean 21:17). Trois thèmes de toute importance vont être abordés.
  • Pierre rappelle tout d’abord aux bien-aimés frères, avec cœur, les principes de vie qui les rendront heureux dans la vie, poursuivant dans le cours des pensées qui l’animaient lorsqu’il écrivait sa première lettre : « celui qui veut aimer la vie et voir d'heureux jours…» (1 Pier.3:10).
  • Ensuite, il les avertit, pressentant les difficultés à venir tandis que les témoins du commencement, et lui-même, sont près de quitter cette scène. De faux docteurs ne tarderont pas à s’infiltrer parmi les fidèles !
  • Et enfin, Pierre expose ce qui arrivera à la fin, lorsque la ferveur du commencement sera loin et que l’attente si longue du retour du Seigneur donnera occasion à tous les doutes, jusqu’à l’apostasie…

 
1:1-2  Adresse

 
C’est par une adresse tout en simplicité et modestie que Pierre introduit le message qui lui tient au cœur, se présentant lui-même sans autre titre que sa relation au Seigneur comme son serviteur et apôtre. Un message simple et pressant, sans destinataire particulier, comme un condamné voulant, avant de quitter ce monde, communiquer ses pensées les plus intimes à tous ceux qui pourraient en prendre connaissance.
 
1   1 Siméon Pierre, esclave et apôtre de Jésus Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi de pareil prix avec nous, par la justice de notre Dieu et Sauveur Jésus Christ : 2 Que la grâce et la paix vous soient multipliées dans la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur !

  • Le message de la paix, reçu de Dieu, a un véritable prix pour Pierre! Examinons d’autres passages exprimant ce prix : Rom.8:18, Phil.3:8, Hébr.11:26...
  • Alors que cette part est une grâce, pourquoi Pierre souligne-t-il qu’elle est donnée “par la justice de Dieu” ? Lire Psaume 85:10, Rom.5:17-21, Gal.2:21.
  • La salutation est semblable à celle de la première épître (1 Pier.1:2), mais elle est complétée ! Que signifie cette précision ? 1:3,8, 2:20, 3:18. Lire aussi Éph.1:17, Phil.3:8, Col.1:10, et en contraste 1 Cor.15:34.
Connaître Dieu touche bien à l’essence de la foi, mais cela ne consiste pas en la conviction de l’existence de Dieu (Jacq.2:19), mais en la connaissance de qui est Dieu, sa personne, sa souveraineté, sa miséricorde… Connaître, c’est entrer en relation, et pas cela l’homme entre dans l’Alliance établie à la Croix, il prend un chemin dans lequel il marche avec Celui dont il connaît les pensées (Genèse 18:7, Exode 33:19), ce que nous trouvons, de façon forte et absolue, en introduction de la prière sacerdotale : « Et c'est ici la vie éternelle, qu'ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17:3).

 
1:3-21  La vie du chrétien

 
Pierre est étreint de cette nécessité de vie, et tant qu’il en a encore l’occasion, il le fait entendre, exhortant, encourageant, réveillant si nécessaire (3:1). Avec une grande simplicité, il décrit la vie du chrétien, sa part en Dieu, et ce qui doit naturellement en résulter, soulignant par un regard sur la fin du parcours terrestre combien il est important et heureux de marcher ainsi avec Dieu.

 
1:3-11  La pratique de la foi

 
Partant du don de la grâce, Pierre énonce un cortège de vertus à pratiquer, en quoi nous pouvons discerner que ce chemin est celui de la vraie vie (Deut.30:19).

 
1:3-9  La marche du chrétien

 
On ne pourra jamais assez souligner que le croyant est appelé à une vie selon la pensée de Dieu non en vue d’acquérir le salut, mais, tout à l’inverse, parce qu’il est réconcilié avec Dieu et jouit de la bienheureuse attente d’être dans sa présence pour l’éternité.
 
3 Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui regarde la vie et la piété, par la connaissance de celui qui nous a appelés par [sa propre] gloire et par [sa propre] puissance, 4 par lesquelles il nous a donné les très grandes et précieuses promesses, afin que par elles vous participiez de la nature divine, ayant échappé à la corruption qui est dans le monde par la convoitise... ; 5 pour cette même raison aussi, y apportant tout empressement, joignez à votre foi, la vertu (la force morale) ; et à la vertu, la connaissance ; 6 et à la connaissance, la tempérance (la maîtrise de soi) ; et à la tempérance, la patience ; et à la patience, la piété ; 7 et à la piété, l’affection fraternelle; et à l’affection fraternelle, l’amour ; 8 Car, si ces choses sont en vous et y foissonnent, elles font que vous ne serez ni oisifs ni stériles pour ce qui regarde la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ ; 9 mais celui en qui ces choses ne se trouvent pas est aveugle, et ne voit pas loin, ayant oublié la purification de ses péchés d’autrefois.

  • Manque-t-il au croyant quoi que ce soit pour saisir ce qui est la vie avec Dieu, dans la piété ? Jean 10:10, 1 Jean 3:14. Qu’est-ce qui caractérise au premier chef cette vie ? Jean 17:3. Et d’où vient cette part du croyant ? Lire Éph.1:3-14.
  • Qu’a t-il reçu dont il jouira pour l’éternité? Vers.4 et aussi 1 Jean 3:1-3, 2 Cor.5:8, 1 Thes.4:17....
  • Comment devrait vivre celui qui dit avoir la foi ? Pierre caractérise-t-il la vie du chrétien par une série d’interdits ? Lire Habacuc 2:4 et Jacq.2:20.
  • Que résulte-t-il de la pratique effective de cette attitude de vie ? Lire Matt.20:1, 25:14-23.
  • Que dit Pierre de celui qui ne vivrait pas ainsi, étant dans l’oubli de ce qu’il a reçu ? Pour l’expression “des péchés précédents”, arrêtons-nous sur la différence entre “être pardonné” et “être effectivement purifié”. Lire 2 Cor.7:1, 2 Tim.2:21, 1 Jean 1:9.
Le message de Pierre est positif, absolument. Et il rappelle avec force la grandeur du don de Dieu. Il est pénétré de cette réalité de l’Alliance établie pour l’homme, sans qu’il lui faille écrire ce terme. Tout au long de l’épître, il rappelle ce grand fait que le croyant est introduit dans la connaissance de Dieu, faisant de Dieu, en quelque sorte, le compagnon de sa vie. Et c’est là ce qui caractérise la vie nouvelle qui est, ici bas, une vraie vie d’homme, c’est-à-dire avec Dieu (Gen.5:24, Lév.26:12, Deut.30:16, 2 Cor.6:16...).

 
1:10-11  La conscience de l’appel

 
C’est en se fortifiant dans la connaissance de Dieu, et son propos le concernant, que le croyant grandit dans la foi et assure sa fermeté dans la marche.
 
10 C’est pourquoi, frères, étudiez-vous d’autant plus à affermir votre appel et votre élection, car en faisant ces choses vous ne faillirez jamais ; 11 car ainsi l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ vous sera richement donnée.

  • Quel est le résultat effectif, pour aujourd’hui, de l’attention portée à l’aboutissement du chemin ? Vers.10. Comp. 1 Jean 3:3, Phil.3:14.
  • Et au bout du chemin, lorsque la course terrestre s’achève, y a-t-il quelque différence entre les croyants, tous sauvés par grâce ? Vers.11 Lire Matt.25:21, Luc 12:37, 1 Cor.3:11-15, 2 Cor.5:10, 2 Tim.4:8..
Et dans l’avenir, il sera participant à la nature divine ! Sonder la profondeur de cette dernière affirmation est assurément hors de notre portée, mais nous pouvons cependant en comprendre quelque chose en nous arrêtant à ces lignes : « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est » (1 Jean 3:2). Cette vue donne une perspective particulière au grand propos de la création  (Genèse 1:26-27).

 
1:12-18  Affermis dans la foi !

 
C’est dans la conscience du peu de temps dont il dispose encore pour son service pastoral (Jean 21:17) que Pierre délivra ce guide de vie pratique que nous venons de lire.

 
1:12-16  L’avènement du Seigneur

 
Pierre exhorte à garder l’enseignement délivré dès le commencement (1 Jean 1:1, Jude 3), revenant sur un moment privilégié qu’il a vécu avec Jésus.
 
12 C’est pourquoi je m’appliquerai à vous faire souvenir toujours de ces choses, quoique vous les connaissiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente. 13 J’estime en effet qu’il est juste, tant que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil en rappelant ces choses à votre mémoire, 14 sachant que le moment de déposer ma tente s’approche rapidement, comme aussi notre Seigneur Jésus Christ me l’a montré ; 15 mais je m’étudierai à ce qu’après mon départ vous puissiez aussi en tout temps vous rappeler ces choses.
16 En effet, ce n’est pas en suivant des fables habilement imaginées, que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ, mais comme ayant été témoins oculaires de sa majesté. 17 Car il reçut de Dieu le Père honneur et gloire, lorsqu’une telle voix lui fut adressée par la gloire magnifique : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir » 18 Et nous, nous entendîmes cette voix venue du ciel, étant avec lui sur la sainte montagne.

  • Quel est l’enseignement sur lequel Pierre désire insister, afin qu’ils ne l’oublient pas ? 2 Thes.2:8, 2 Tim.4:1,8, Tite 2:13.
  • En quoi la Transfiguration est-elle associée à cet événement à venir ? Marc 9:1-13.
  • Le règne de gloire du Messie fut-elle annoncée avant la venue de Jésus, avant la croix ? Esaïe 9:6, 32:1, Jérémie 23:5. Les apôtres transmettent le même message 1 Thes.2:19, 2 Thes.2:8, Jacq.5:7, 2 Pier.3:4, 1 Jean 2:28).
Les prophètes ont parlé de l’avènement en gloire de Jésus, Fils de David (Ésaïe 9:5-7, Psaume 2). Tout en distinguant la venue du Seigneur pour les siens Jean 14:3, 1 Thes.4:15-18, Jacq.2:7, 1 Jean 3:1-3) de son apparition glorieuse pour régner, cette apparition réjouit le chrétien (2 Tim.4:8), car, répondant à l’humiliation de la croix, elle établit pour toute créature la victoire de Jésus (Apoc.4:11).

 
1:19-21  La parole prophétique

 
Entrer dans la vie, c’est aussi se trouver dans une perspective annoncée dès les temps anciens, comme l’évoque aussi l’auteur de la lettre aux Hébreux (Hébr.1:1-2). Dès le commencement de l’humanité, œuvre de Dieu, la lumière de la révélation a paru, suffisante pour avoir foi en Dieu, mais croissante cependant, jusqu’à ce que Jésus parût – « la grâce et la vérité vinrent par Jésus-Christ » (Jean 1:17).
 
19 Et nous estimons d’autant plus ferme la parole prophétique, à laquelle vous faites bien d’être attentifs comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour ait commencé à luire et que l’étoile du matin se soit levée dans vos cœurs, 20 sachant ceci premièrement, qu’aucune prophétie de l’écriture ne s’interprète elle-même. 21 Car la prophétie n’est jamais venue par la volonté de l’homme, mais de saints hommes de Dieu ont parlé, étant poussés par l’Esprit Saint.

  • Quel est ce lieu obscur où la prophétie est une lampe, ce lieu que la lumière doit éclairer ? Psaume 112:4, Ésaïe 9:2.
  • La parole prophétique, communiquée au cours des siècles aurait-elle pu être conçue par l’homme ?
La lampe brillant dans un lieu obscur ! Dès les commencements, sur une terre qui était « tohu-bohu », autrement dit « désolation et vide » (Genèse 1:2, Jérémie 4:23), Dieu fit paraître la lumière (Genèse 1:3), à savoir la révélation de Lui-même, comme il en est en Jésus, « La Lumière du monde » (Jean 8:12). Aujourd’hui, tandis que les ténèbres couvrent ce monde, le croyant est réjoui du jour dont il sait qu’il va paraître (2 Tim.4:8). Et si le jour n’est pas encore, ni même les premiers signes du jour, l’étoile du matin, le croyant a néanmoins en lui cette joie, « l’étoile du matin est levée en son cœur ». (Apoc.2:28).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

2 Pierre 2:1-22 - Les courants d'égarement


 

2:1-22  Les courants d’égarement

 
L’évocation de la parole prophétique en fin du paragraphe précédent conduit à la considération de ce que deviendra la chrétienté. Les paraboles du Royaume de Dieu en faisaient déjà état, notamment les paraboles du levain dans le pain, et celle du grain de moutarde qui devient un grand arbre (Matt.13:31-33). Dès le commencement aussi, nous voyons des hommes envieux du pouvoir des apôtres (Actes 8:18-19). Que des personnes, au sein de la famille de la foi, se mettent en avant afin de jouir de considération, ou pour satisfaire leurs ambitions personnelles ou tout autre objectif, cela n’a jamais manqué (Ézéch.34:10). Mais ici, nous voyons un mal plus grave encore. Des faux docteurs allaient de s’introduire parmi les chrétiens et entraîner des hommes derrière eux. Le Seigneur lui-même en avait parlé, et cet avertissement était d’une importance telle que Matthieu en fit état dans son Évangile (Matthieu 7:13-20).

 
2:1-10  Les faux docteurs

 
C’était une véritable préoccupation à cette époque de la fin des temps apostoliques. Et ce n’est pas pour rien que tant Marc que Matthieu soulignent cet avertissement parmi les paroles du Seigneur (Marc 13:22, Matt.24:11,24). Jude, frère de Jacques, en fait largement état dans la courte lettre, exprimant les mêmes craintes, prodiguant les mêmes avertissements (Jude 4-16), et Paul donne à Timothée des conseils très significatifs. Dans cette épître à Timothée, postérieure à l’avertissement aux anciens d’Éphèse (Actes 20:29-30), nous voyons même de tels faux docteurs cités par leur nom (2 Tim.2:14-18, 3:1-17).

 
2:1-3  Leur manifestation

 
Ces hommes ne sont pas de simples prédicateurs parlant selon leur propre imagination, mais des gens qui s’emparent de la Parole de Dieu et l’arrangent à leur manière ayant par devers eux des buts non avouables…
 
2   1 De même qu’il y a eu des prophètes de mensonge parmi le peuple, ainsi il y aura parmi vous de faux docteurs qui introduiront insidieusement des sectes de perdition, allant jusqu’à renier le maître qui les a achetés, faisant venir sur eux mêmes une destruction soudaine. 2 Beaucoup les suivront dans leurs excès, et à cause d’eux la voie de la vérité sera blasphémée. 3 Par cupidité, ils feront trafic de vous avec des paroles artificieuses. Pour eux, depuis longtemps, le jugement n’est pas inoppérant. Leur destruction n’est pas en sommeil !

  • Pierre parle-t-il d’un risque ou d’une épreuve qui touchera assurément les chrétiens ? Actes 20:29-30, 1 Tim.4:1-3.
  • Quel est le mobile caché signalé ici à propos des instigateurs de mouvements sectaires ? Lisons Gal.5:19-21, 1 Cor.3:16-23.
  • Et quelle est la conséquence de ces mouvements défiants sur la réputation du message chrétien ? 2:2. Comparer Rom.2:24, Ésaïe 52:5 et Ézéchiel 36:22.
  • Qu’en est-il des âmes manipulées par ces faux docteurs ? 2:3, lire aussi Apoc.18:11-13 et Zach.11:4-5.
  • Et jusqu’où peuvent aller ces prophètes de mensonge ? 2:1. Lire à propos du "Livre de vie" : Psaume 69:28 et Apoc.3:5.
Voici bien une terrible situation ! Des hommes paraissent s’attacher au Seigneur, et marchent au milieu des chrétiens et ont pour ambition de guider des âmes, les détournant du chemin. Et plusieurs vont même jusqu’à renier « le maître qui les a achetés » (2:1). Le salut était aussi pour eux, car tous les hommes y sont appelés, et ceux-ci paraissaient être dans ce chemin, et voilà, ils sont « effacés du livre de vie » ! (Psaume 69:28, Apoc.3:5) Paul parle de telles personnes pour en souligner le funeste sort ! (1 Cor.3:15).

 
2:4-10  Les enseignements anciens

 
Pierre rappelle alors l’enseignement des Écritures. Les rachetés ne peuvent être étonnés ! S’ils l’étaient, ils pourraient venir à douter… Aussi évoque-t-il ce que des sages ont déclaré dans les temps anciens dans des textes de sagesse, des récits en forme de paraboles apportant l’instruction.
 
4 Si Dieu, en effet, n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais, les ayant précipités dans l’abîme, les a livrés pour être gardés dans des chaînes d’obscurité pour le jugement, 5 et s’il n’a pas épargné l’ancien monde, mais a préservé Noé, lui, huitième, prédicateur de justice, faisant venir le déluge sur un monde d’impies, 6 et si, réduisant en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, il les a condamnées par une totale destruction, les établissant pour être un exemple à ceux qui vivraient dans l’impiété, 7 et s’il a délivré le juste Lot, accablé par la conduite débauchée de ces hommes pervers, 8 car ce juste qui habitait parmi eux, les voyant et les entendant, tourmentait de jour en jour son âme juste à cause de leurs actions iniques, 9 le Seigneur sait délivrer de la tentation les hommes pieux, et réserver les injustes pour le jour du jugement, pour être punis, 10 mais spécialement ceux qui suivent la chair dans la convoitise de l’impureté et qui méprisent la seigneurie.

  • Pierre cite trois exemples de jugements, l’un dans la transcendance du ciel (lire (Apoc.12:9), les suivants dans des récits, en forme de paraboles, donnés pour instruire: le déluge (Genèse 6:12-22) et le jugement de Sodome et Gomorrhe (Genèse 19).
  • Pourquoi Noé est-il appelé “prédicateur de justice” ? Et cela sans que l’Écriture nous en communiqua une parole ? Genèse 6:9,11,14,22.
  • Et que fait-il que Lot soit déclaré “juste” ? Ne serait-ce pas manifesté par sa foi en la parole de Dieu et son comportement conséquent ? Genèse 19:12-14.
  • Quelles sont les conclusions données par Pierre, après l’évocation des enseignements de l’Écriture ? 2:9.
  • Quels sont ceux qui seront devant Dieu au jour du jugement ? Jean 3:36, Jean 12:48, Jude 4.
« Le Seigneur sait délivrer ! » Voici comme une respiration paisible au cœur de ce grave avertissement concernant les faux docteurs ! Pierre aime parler de délivrance en évoquant Noé et Lot, et cela est bien dans l’esprit des prophètes d’Israël, car s’ils furent conduits à parler de désastres, nul d’entre eux n’omit d’annoncer l’œuvre de la grâce, l’accomplissement du plan divin. Et ici, les références à Lot et Noé sont particulièrement instructives, montrant la main miséricordieuse de Dieu posée sur des hommes faillibles, semblables à cet égard à ce que nous sommes.
 
L’instruction du livre de la Genèse nous montre que Lot n’avait pas choisi la bonne part (Genèse 13:10-12). Il côtoyait des hommes impies et lui même n’était pas très clair… Noé, prédicateur de justice », par contre, « marchait avec Dieu ». Mais l’un comme l’autre sont présentés dans leur faiblesse, l’un et l’autre s’enivrèrent, mais aussi l’un et l’autre avaient été mis à l’abri par Dieu lui-même (Genèse 7:16, 19:10). Mais aussi, ils avaient l’un et l’autre reçu la Parole de Dieu, et montré leur foi par leurs actes, l’un bâtissant l’arche, l’autre quittant Sodome…
 
Mais que sont ceux qui s’introduisent dans les choses de Dieu, apportant la corruption par l’introduction de doctrines étrangères, ne réalisant pas que le regard de Dieu parcourt toute la terre, et leurs actes ? (Genèse 1:2, Psaume 33:13, Jérémie 4:23).

 
2:11-22  Analyse de leur conduite

 
Pierre revient à ces hommes qui s’insinueraient dans les choses de Dieu pour établir des courants de doctrine détournant des croyants de « la vraie grâce de Dieu » (1 Pier.5:12), méprisant ainsi la Seigneurie de Dieu pour satisfaire leur cupidité. Nous lisons ici un texte fort, poussant le développement jusque-là l’extrême, pareillement à l’épître de Jude ou aux paroles de Paul (2 Tim.3, Gal.1:6-10). La vue du mal fait par ceux qui détournent de la foi des âmes simples et crédules est une abomination devant Dieu (Marc 9:42), comme l’est aussi de profiter de leur foi pour en tirer un moyen d’enrichissement personnel (2:3,14, Jean 2:13-25, Apoc.18).

 
2:11-16  Un chemin d’égarement

 
Pensons à ce que peut être un prédicateur plein d’assurance, dirigeant d’une main ferme des hommes et des femmes suspendus à ses lèvres, obéissants à ses dictats après avoir été séduits par des raisonnements brillants fondés sur quelque sophisme, et marchant ainsi comme un seul homme sous la guidance d’un être qui s’est déclaré nanti d’un message divin et enivré de son pouvoir sur les âmes, enrichi des oboles de ceux qui le suivent et encensé par un cénacle de gens crédules (2 Tim.3:6-7). Oui, ce que nous pouvons voir aujourd’hui a commencé dès ce temps, car l’homme n’a pas changé…
 
11 Audacieux, adonnés à leur sens, ils ne tremblent pas en injuriant les dignités, tandis que les anges, plus grands en force et en puissance, ne portent pas contre elles de jugement injurieux devant le Seigneur. 12 Mais ceux-ci, comme des bêtes sans raison, purement animales, nées pour être prises et détruites, parlant injurieusement dans les choses qu’ils ignorent, périront aussi dans leur propre corruption, 13 recueillant la récompense de l’iniquité. Ils trouvent leur plaisir à se livrer à la voluptés du jour ! Ils sont des taches et des souillures, se délectant de leurs propres tromperies tout en faisant des festins avec vous ; 14 ils ont les yeux pleins d’adultère et, ne cessant jamais de pécher, ils séduisent les âmes mal affermies, ayant le cœur exercé à la cupidité. Ce sont des enfants de malédiction.
15 Ayant laissé le droit chemin, ils se sont égarés, ayant suivi le chemin de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire d’iniquité, 16 mais qui fut repris pour sa propre transgression : une bête de somme dépourvue de langage, parlant d’une voix d’homme, réprima la folie du prophète.

  • Considérer l’audace de ceux qui inventent des doctrines qui ne sont pas selon le message de l’Évangile ! Un exemple nous est donné en Gal:1:8-9, mais les chemins d’égarement sont multiples....
  • Quelle est leur cible privilégiée ? 2:19, Éph.4:14, 1 Cor.3:1, 14:20...
  • Comment sont-ils caractérisés ? Nous pouvons lire ici quelque sept ou huit points.
  • Que nous montre ce qui est dit ici de Balaam, un prophète qui, malgré lui, et malgré sa propre cupidité dut parler en bien du peuple d’Israël ? Nombres 22:21-33.
Nous avons ici une réelle diatribe, comme dans la lettre à Timothée (2 Tim.3), comme aussi dans l’épître aux Galates. La force du langage, comme la violence avec laquelle le Seigneur chassât les marchands du temple, est le reflet de cette vision des hommes de Dieu discernant jusqu’où mène tout écart à la Parole de Dieu et qui anticipent, dans leur gravité, les conséquences ultimes de tels courants, là où un homme moins averti pourrait estimer que le courant n’est pas trop grave… Le prophète voit qu’en quittant la route, en « ne tenant pas ferme le chef » (Col.2:16-23), l’écart peut s’aggraver jusqu’à l’abandon du chemin (2 Tim.3:13). Et l’histoire le confirme. Dès le moment où le christianisme fut répandu dans le monde, des courants divergents se firent jour, du levain, principe du mal dans toute l’Écriture, fut introduit dans la pâte (Matt.13:33).
 
Et que faire ? La guerre ? Une croisade ? Le Seigneur a bien indiqué que tel n’était pas le chemin (Matt.13:24-30). Le chemin, nous le lisons en 1:10, 1 Cor.16:13, Apoc.3:2… Croître dans la connaissance du Seigneur, affermir sa foi, regarder à ce qui est au bout du chemin (Phil.3:14) et nourrir en nous la confiance en Dieu (2 Thes.3:3).

 
2:17-22  Leurs procédés et leur fin

 
Toute l’apparence d’une fontaine, mais sans eau (Jérémie 2:13). Des séducteurs… Mais qu’ont-ils pour attirer ainsi des hommes et des femmes ? Comment ceux-ci se laissent-ils donc séduire, trouvant une forme d’exaltation dans ces courants déviants ! Jérémie a parlé de tels gens qui disent « J’ai eu une vision ! J’ai eu une vision ! ». Ils se dirigent tout droit vers une désolation éternelle, emmenant avec eux ceux qu’ils conduisent (Jérémie 23:23-40).
 
Il y a bien des variantes à ces courants ! Retour à des traditions d’homme ou marche en avant dans la prétention de redresser, restaurer, purifier… Quel est le guide, le repère par lequel nous puissions discerner ce qu’il en est ? La Parole de Dieu (3:2, Actes 20:32, 1 Jean 1:1, Jude 17, Apoc.3:10).
 
Pierre évoque ici la fin tragique des faux docteurs, et aussi le danger que courent les hommes et les femmes qui les suivent.
 
17 Ce sont des fontaines sans eau, des nuages poussés par la tempête, des gens à qui l’obscurité des ténèbres est réservée pour toujours ; 18 car, en prononçant d’orgueilleux discours de vanité, ils amorcent les convoitises de la chair, les désirs impurs, de ceux qui avaient depuis peu échappé des hommes qui vivent dans l’erreur ; 19 ils leur promettent la liberté, alors qu’ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption. Car on est esclave de celui par qui on est vaincu ! 20 En effet, si après avoir échappé aux souillures du monde par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, étant de nouveau enlacés, ils sont vaincus par elles, leur dernière condition est pire que la première ; 21 car il leur eût mieux valu n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été transmis. 22 Il leur est arrivé ce que dit le proverbe véridique : Le chien est retourné à son vomissement, et la truie à peine lavée va se vautrer dans le bourbier [Proverbes 26:11].

  • Il est vrai que Dieu veut le salut de tous (Ezéchiel 18:23, 33:11, 1 Tim.2:3-4), mais s’il persévère jusqu’au bout dans un tel chemin, que peut attendre le faux-docteur ? Lire aussi Marc 9:42.
  • Qui est particulièrement en danger d’être séduit par ces prédicateurs ? 2:14 et 18. Lire 1 Cor.16:13, Hébr.13:9, 1 Jean 2:24.
  • Des disciples pour un temps... Est-ce possible ? 2:20, 1 Cor.15:2, Hébr.4:1 et Matt.13:5-6. Qu’est-ce qu’évoquent pour nous ces lignes de la parabole, le fait de n’avoir pas de profondes racines ? Éph.3:18, Col.2:7.
Nous lisons ici la vulnérabilité de jeunes croyants, juste « échappés » du chemin de vanité de ce monde (1 Jean 2:16), selon cette expression que nous trouvons aussi en Hébr.2:3, écho de la disposition de la Loi touchant les villes de refuge (Nombre 35) où un homme coupable d’un meurtre involontaire trouvait abri. Cette disposition légale est une figure de la conversion par laquelle un homme fuit le jugement en saisissant l’espérance proposée. Mais quelle est la situation d’un homme qui, après s’être ainsi « enfui » retourne à son esclavage ? (Hébr.6). Cela tenaille le cœur de Pierre, et il consacre dont son énergie à avertir une fois encore, à la veille de quitter la scène de ce monde. Mais une autre message doit encore être livré, car les temps avancent et, si les croyants sont enseignés à attendre le Seigneur de leur vivant, apparaissant à leurs yeux pour les introduire dans sa gloire (1 Thes.4:17), le fait est que les années passent… Et ce retour n’a pas encore eu lieu.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

2 Pierre 3:1-16 - Les derniers jours


 

3:1-16  Les derniers jours de la chrétienté

 
Pierre se reporte alors aux derniers jours, ces jours précédant le royaume messianique, selon ce que les prophètes ont enseigné et qui a été confirmé par le Seigneur lui-même. Jean y reviendra plus largement encore dans le Livre de l’Apocalypse.

 
3:1-8  Les derniers jours

 
Pierre a à cœur de rappeler un enseignement bien connu touchant les temps à venir dont ont parlé les prophètes d’Israël. Dans les diverses communautés de croyants, leurs apôtres, les serviteurs qui leur ont annoncé la bonne nouvelle du salut en Jésus, le leur avait déjà fait connaître, mais Pierre se doit de le leur rappeler encore.
 
3   1 Je vous écris déjà, bien-aimés, cette seconde lettre ; et, dans l’une et dans l’autre, je réveille votre pure intelligence en rappelant ces choses à votre mémoire, 2 afin que vous vous souveniez des paroles qui ont été dites à l’avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur par vos apôtres.
3 Et, tout d’abord, vous savez ceci, qu’aux derniers jours des moqueurs viendront, marchant dans la moquerie selon leurs propres convoitises 4 et disant : “Où est la promesse de sa venue ? car, depuis que les pères se sont endormis, toutes choses demeurent au même état dès le commencement de la création.” 5 Ils ignorent volontairement ceci, que, par la parole de Dieu, des cieux subsistaient jadis, et une terre tirée des eaux et subsistant au milieu des eaux, 6 par lesquelles le monde d’alors fut détruit, étant submergé par de l’eau. 7 Mais les cieux et la terre de maintenant sont réservés par sa parole pour le feu, gardés pour le jour du jugement et de la destruction des hommes impies. 8 Mais n’ignorez pas cette chose, bien-aimés, c’est qu’un jour est devant le Seigneur comme mille ans, et mille ans comme un jour.

  • Si l’on disait que le Seigneur va revenir Jean 14:1-3, 1 Thes.4:15-17), comment réagirait-on parmi les non-chrétiens, mais aussi parmi des personnes fréquentant à l’occasion ou même régulièrement des services religieux ?
  • Le cours de ce monde évolue-t-il positivement dans la justice avec l’extension du christiannisme ?
  • Que nous enseignent les pages de sagesse que constituent le récit du déluge ?
  • Retardement ? Le temps qui passe a-t-il un sens pour le Créateur ? 3:8, Psaume 90:4
Aujourd’hui, ce monde livré à la responsabilité de l’homme suit son propre cours, et nous savons que le Seigneur en a été rejeté (Luc 19:14). Lors de sa comparution devant Pilate, Jésus lui dit d’ailleurs :  « Mon royaume n'est pas de ce monde » (Jean 18:36). L’Évangile a été annoncé au monde, et il a un retentissement dans toutes les nations de la terre, cependant le monde, dans son principe demeure moralement inchangé ; ce qu’en dit Jean évoquant le règne de la convoitise et de l’orgueil (1 Jean 2:16) est constamment devant nos yeux. Si la chrétienté recèle des manifestations merveilleuses de la foi, des hommes et des femmes marchant dans les pas du Seigneur, il s’y est aussi glissé l’ivraie, comme l’a annoncé le Seigneur, soulignant : « Un ennemi a fait cela » (Matt.13:24-30).

 
3:9-13  Le jour du Seigneur

 
Ceci étant dit, Pierre en vient à l’enseignement positif relatif au « Jour du Seigneur » dont ont parlé les prophètes (Ézéchiel 38, Zacharie 12…). Déjà au temps de Pierre, des doutes pouvaient s’insinuer parmi les chrétiens, et comment n’en serait-il pas aujourd’hui, près de deux mille ans plus tard !
 
9 Le Seigneur ne tarde pas pour ce qui concerne la promesse, comme quelques-uns estiment qu’il y a du retardement ; mais il est patient envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance.
10 Or le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; et, dans ce jour-là, les cieux passeront avec un bruit sifflant, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre et les œuvres qui sont en elle seront brûlées entièrement. 11 Toutes ces choses devant donc se dissoudre, quelles gens devriez-vous être en sainte conduite et en piété, 12 attendant et hâtant la venue du jour de Dieu, à cause duquel les cieux en feu seront dissous et les éléments embrasés se fondront. 13 Mais, selon sa promesse, nous attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre, dans lesquels la justice habite.

  • Les siècles passés depuis la Croix sont-ils indication d’un retard ou plutôt d’une manifestation de la grâce ?
  • Le jugement de la fin doit-il être précédé d’événements permettant d’établir une chronologie d’événements annonciateurs ? 3:10, Matt.24:43. Lire aussi Marc 13:32, Matt.24:36, 25:13, Luc 12:46.
  • Que signifie cet embrasement par le feu ? Cataclysme physique ou bouleversement dans l’ordre des puissances de ce monde ? Lire d’une part Apoc.6:12-17, et d’autre part Apoc.21:1..
  • Quelle est la distinction, dans notre passage, entre le ”Jour du Seigneur” et le “Jour de Dieu” ?
  • Quelle est la conséquence attendue sur le comportement des chrétiens, de ceux qui sont ainsi avertis ? 2 Cor.6:14.
Le chrétien, proclamant le règne de Dieu à venir, peut-il s’associer à des pratiques qui sont en attente d’un jugement inflexible, un jugement dont les fidèles d’avant la Croix étaient pleinement assurés, chantant au Temple : « Pourquoi s'agitent les nations, et les peuples méditent-ils la vanité ? … Baisez le Fils, de peur qu'il ne s'irrite, et que vous ne périssiez dans le chemin, quand sa colère s'embrasera tant soit peu. Bienheureux tous ceux qui se confient en lui ! » (Psaume 2:1,12) ?
 
Aujourd’hui, c’est encore le jour de l’homme, selon l’alliance de Dieu avec l’humanité, lui confiant ce monde et sa justice, en quoi l’homme est établi à l’image de Dieu, selon que nous lisons : « Qui aura versé le sang de l'homme, par l'homme son sang sera versé ; car à l'image de Dieu, il a fait l'homme » (Genèse 9:6). Une alliance dont nous voyons chaque jour ce que l’homme en a fait, malgré les manifestations de la foi qui apportent de la lumière au milieu des ténèbres.
 
Ainsi, sachant ces choses, le croyant est appelé à marcher dans le chemin de Dieu, et à rayonner la lumière Matt.5:14, 1 Jean 1:7, 2:9-10, Éph.5:8)
la justice (1 Jean 2:29, 3:7-10, 2 Tim.2:22). Ici encore, nous voyons combien la vie est transformée par la connaissance de Dieu (Col.1:10).
 
Introduit par l’inévitable jugement, c’est-à-dire la purification de la terre, le « Jour du Seigneur » (Apoc.6) sera marqué par le règne messianique. A ce jour succédera le « Jour de Dieu », celui qui est défini ainsi : « les nouveaux cieux et la nouvelle terre en lesquels la justice habite » (Apoc.21:1). Considérant la part céleste des croyants, Pierre passe ainsi directement au-delà du règne messianique, car l’attente du croyant, aujourd’hui, est la Jérusalem céleste, selon que nous lisons : « mais vous êtes venus à la montagne de Sion ; et à la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste » (Hébr.12:22), et encore : « Et je vis la sainte cité, nouvelle Jérusalem, descendant du ciel d'auprès de Dieu, préparée comme une épouse ornée pour son mari » (Apoc.21:2).
 
Etant les prémices de cette nouvelle création (2 Cor.5:17, (Jacq.1:18) par la manifestation de leur vie, les croyants, moralement, « hâtent la venue du jour de Dieu », selon que nous pouvons lire : « Encore une fois, je vous écris un commandement nouveau, ce qui est vrai en lui et en vous, parce que les ténèbres s'en vont et que la vraie lumière luit déjà » (1 Jean 2:8).

 
3:11-18  Dernières exhortations

 
Partant de ce dernier message, Pierre en vient à la conclusion de cette lettre courte et dense, soulignant ce que le croyant doit penser de cette attente et y puiser un motif absolu pour la vie pratique. Ce faisant, il reprend ce qui lui tient particulièrement à cœur, à savoir la croissance du chrétien dans la connaissance de son Seigneur.
 
14 C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, étudiez-vous à être trouvés sans tache et irréprochables devant lui, en paix ; 15 et estimez que la patience de notre Seigneur est salut, comme notre bien-aimé frère Paul aussi vous a écrit selon la sagesse qui lui a été donnée, 16 ainsi qu’il le fait aussi dans toutes ses lettres, où il parle de ces choses, parmi lesquelles il y en a de difficiles à comprendre, que les ignorants et les mal affermis tordent, comme aussi les autres écritures, à leur propre destruction.
17 Vous donc, bien-aimés, sachant ces choses à l’avance, prenez garde, de peur qu’étant entraînés par l’erreur des pervers, vous ne veniez à déchoir de votre propre fermeté ; 18 mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. À lui la gloire, et maintenant et jusqu’au jour d’éternité ! Amen.

  • Comment comprendre cette exhortation “Étudiez-vous...” ? Revoir le début de l’épître. Lire aussi Phil.2:12.
  • Que dire de cette référence à Paul et à ses écrits ? A l’égard des relations entre Pierre et Paul d’une part, et relativement à ses lettres d’autre part ?
  • A qui est-il fait référence au 3:7 ? Voir aussi Hébr.13:9. Quel est le chemin pour être gardé ?
Nous retrouvons donc ici les trois thèmes majeurs de l’épître :
  • les événements à venir en confirmation des annonces des prophètes,
  • le danger que représentent les courants déviants, perversion de la foi chrétienne,
  • et l’appel à une marche attentive, aux choses à poursuivre, comme nous le lisons en entrée de la lettre.
Pierre parlait dans sa première lette de l’héritage « incorruptible, sans souillure, inflétrissable, conservé dans les cieux pour vous » (1 Pier.1:4), comme il est écrit ailleurs : « C’est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, retenons la grâce par laquelle nous servions Dieu d’une manière qui lui soit agréable, avec révérence et avec crainte » (Hébr.12:28). Entrant dans cette réalité transcendante, convaincus des « bénédictions spirituelles en Christ » (Éph.1:3), « quels gens devrions-nous être ! » s’exclame Pierre (3:11) ! Et il y a un chemin indiqué : croître dans la connaissance du Seigneur !

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE