07/12/2011

Rom.5:1 Déclaré "juste" devant Dieu


 

5.1-11  Dieu déclare "juste" celui qui croit

L’œuvre de la croix a été faite une fois pour toutes. Jésus, le sacrifice parfait, a connu le châtiment pour les péchés du monde. Dieu "déclare juste" celui qui croit !

5    1 Etant donc justifiés en vertu de la foi, nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ ; 2 c'est par son entremise que nous avons eu, par la foi, accès à cette grâce dans laquelle nous nous tenons, et que nous mettons notre fierté dans l'espérance de la gloire de Dieu.
 
3 Bien plus, nous mettons notre fierté dans les détresses, sachant que la détresse produit l'endurance, 4 l'endurance une fidélité éprouvée, et une fidélité éprouvée l'espérance. 5 Or l'espérance ne rend pas honteux, puisque l'amour de Dieu a été répandu dans notre cœur par l'Esprit saint qui nous a été donné. 6 En effet, lorsque nous étions encore sans force, le Christ, en son temps, est mort pour des impies. 7 A peine mourrait-on pour un juste; peut-être quelqu'un aurait-il le courage de mourir pour un homme bon. 8 Or voici comment Dieu, lui, met en évidence son amour pour nous : le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs. 9 A bien plus forte raison, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous donc sauvés de la colère par son entremise ! 10 Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu au moyen de la mort de son Fils, à bien plus forte raison, une fois réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie.
 
11 Bien plus, nous mettons notre fierté en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation.

  • Un homme, sans la foi, qu’est-il en lui-même ? Versets 6, 8. Et quelle est sa position devant Dieu ? Verset 10.
  • Le racheté connaît qu’il est un homme pécheur, mais doit-il craindre encore le jugement de Dieu ? Aux versets 1et 2 il est exprimé :
    - sa situation devant Dieu (Rom.1.18, 5.9),
    - la conscience actuelle de cet état (Eph.1.3 et suiv.),
    - son avenir éternel (2 Cor.5.17-19, Col.1.19-22).
  • Son avenir éternel ! L’espérance (l’attente) d’être avec le Seigneur est fortifiée par les circonstances de la vie ! Ce qui pourrait écraser un homme contribue à fortifier le croyant. Comment cela peut-il se produire ? Lire Jean 14.25-26.
  • Comment l’amour de Dieu a-t-il été manifesté de façon absolue ? Verset 8. Lire aussi Héb.2.10, Apoc.4.11, Esaïe 53.5,10.
  • Sauvés de la colère ! L’heure du jugement est inéluctable, elle est à venir, mais le croyant sera mis à l’abri (Mat.3.12, 2 Pier.3.7-10). Ceci est attesté par son association à la résurrection de Christ (Rom.6.8).
  • Lectures : Matt.9.1-13 ; Col.1.13-20 ; Héb.10.12.25.

Réconciliés avec Dieu ! Au lieu de la crainte d'un jugement, il y a la paix avec Dieu ! Et non seulement cela, nous avons accès à cette faveur, cette grâce : nous sommes réconciliés avec Dieu. En outre nous savons qu’une place nous est préparée dans le ciel... Connaissant ainsi l’amour de Dieu, le croyant se réjouit d’être dans la faveur de Dieu, il se réjouit en Lui, en Celui avec lequel il est réconcilié ! (v.11).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.5:12 Une nouvelle création


 

Alors commence une nouvelle vie

 
5.12-21  Une nouvelle création

Quiconque croit est déclaré juste sur le fondement du sacrifice de Christ à la croix ! Outre cela, Dieu constitue ainsi une nouvelle famille humaine en Jésus Christ ! En évoquant que tout homme est "en Adam" (en hébreu "l’être humain"), l’apôtre souligne que tout homme est d’une même famille, confirmant qu’il n’y a pas de différence : idolâtre, moraliste, religieux… La page de sagesse du livre de la Genèse présente en une parabole l’histoire d’un homme particulier illustrant chaque être humain, pour montrer ce qu’il en est de tout homme. Cette page est employée ici pour montrer qu’il y a en Christ une nouvelle famille…

12 C'est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort est passée à tous les humains, parce que tous ont péché... 13 – car, jusqu'à la loi, le péché était bien dans le monde, mais le péché n'est pas mis en compte quand il n'y a pas de loi. 14 Pourtant la mort a régné depuis Adam jusqu'à Moïse, même sur ceux qui n'avaient pas péché par une transgression semblable à celle d'Adam, lequel est la figure de celui qui allait venir. 15 Mais il n'en est pas du don de la grâce comme de la faute ; car si, par la faute d'un seul, la multitude a connu la mort, à bien plus forte raison la grâce de Dieu et le don de grâce d'un seul être humain, Jésus-Christ, ont-ils abondé pour la multitude. 16 Et il n'en va pas de ce don comme du péché d'un seul homme. En effet, le jugement, à partir d'un seul, aboutit à la condamnation, tandis que le don de la grâce, à partir d'une multitude de fautes, aboutit à la pleine justice. 17 Car si, par la faute d'un seul, la mort a régné par lui seul, à bien plus forte raison ceux qui reçoivent l'abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par le seul Jésus-Christ. 18 Ainsi donc, comme par une seule faute la condamnation s'étend à tous les humains, de même, par un seul accomplissement de la justice, la justification qui donne la vie s'étend à tous les humains. 19 En effet, tout comme par la désobéissance d'un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même, par l'obéissance d'un seul, la multitude sera rendue juste. 20 Or la loi est intervenue pour que la faute foisonne; mais là où le péché a foisonné, la grâce a surabondé. 21 Afin que, tout comme le péché a régné dans la mort, de même la grâce règne par la justice, pour la vie éternelle, par Jésus-Christ, notre Seigneur.

  • Tous ont péché (v.12). Idolâtre ou moraliste ou religieux : tout homme est pécheur (Rom.1.18-3.20). Notons ce dont chaque homme hérite par sa naissance "en Adam". Versets 12, 16 et 17. Lire aussi Eph.2.1-3.
  • Péché, mort et condamnation ! Qu’est, au contraire, la part de celui qui est en Christ, en vertu du don de grâce ? Au lieu de "mort et condamnation", qu’en est-il pour les rachetés ? Versets. 16 et 17. Lire 2 Cor.5.17-19, Eph.2.4-5.
  • Cette "nouvelle création" a un fondement unique ! Lire Jean 1.14-18, Jean 14.6, Eph.2.10, 4.24 et Jac.1.18. L’œuvre de justice établie à la croix, est-elle pour tous les hommes ? Verset 18 et 1 Tim.2.4. Pourquoi tous n’y participent-ils pas ? Rom.3.21-22 et Jean 3.36.
  • Lectures : Jean 1.1-13 ; Jean 3.1-21 ; 2 Cor.4.7-5.2 ; Eph.2.1-10.

Le fondement de la vie des croyants est l’œuvre de justice de Jésus Christ "mort pour nos fautes et ressuscité pour notre justification" (Rom.4.25). L’œuvre de Jésus est envers tous les hommes, mais sont "déclarés justes" ceux qui ne rejettent pas cette grâce !

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.6:1 Marcher en nouveauté de vie


 

6.1-14  Marcher en nouveauté de vie

Dans les lignes qui précèdent, nous avons lu les fondements du pardon et de la justification pour quiconque croit, et Jésus Christ nous est présenté en tant que "chef" ou "tête" d’une nouvelle création. Que dire devant cette bonne nouvelle ? Et bien, il se trouve des hommes pour avancer des objections ! L'objection qui débute ce chapitre introduit directement la conséquence de la grâce : la manière de vivre de celui qui sait être lui-même objet d’une telle bonté de Dieu !

6    1 Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, pour que la grâce foisonne ? 2 Jamais de la vie ! Nous qui sommes morts pour le péché, comment vivrions-nous encore en lui ? 3 Ignorez-vous que nous tous qui avons reçu le baptême de Jésus-Christ, c'est le baptême de sa mort que nous avons reçu ? 4 Par ce baptême de la mort, nous avons donc été ensevelis avec lui afin que, tout comme le Christ s'est réveillé d'entre les morts, par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions sous le régime nouveau de la vie. 5 En effet, si nous avons été assimilés à lui par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable. 6 Nous savons qu'en nous l'homme ancien a été crucifié avec lui, pour que le corps du péché soit réduit à rien et que nous ne soyons plus esclaves du péché ; 7 car celui qui est mort est justifié, il est quitte du péché. 8 Or si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, 9 sachant que le Christ réveillé d'entre les morts ne meurt plus; la mort n'exerce plus sur lui sa maîtrise. 10 S'il est mort, en effet, c'est pour le péché qu'il est mort, une fois pour toutes; et il s'il vit, il vit pour Dieu. 11 Ainsi vous-mêmes, estimez-vous morts pour le péché et vivants pour Dieu, en Jésus-Christ.
 
12 Que le péché ne règne donc pas dans votre corps mortel : n'obéissez pas à ses désirs. 13 Ne mettez aucune partie de votre corps à la disposition du péché comme une arme pour l'injustice; mais mettez-vous vous-mêmes au service de Dieu, comme des vivants revenus d'entre les morts, et mettez votre corps tout entier au service de Dieu, comme une arme pour la justice. 14 Le péché, en effet, n’exercera pas sur vous sa maîtrise, car vous n’êtes pas sous la loi, mais sous la grâce.

  • La grâce de Dieu, le pardon… Comment qualifier l’objection formulée au début de ce paragraphe ? Cette objection n’est pas sortie de l’imagination de l’apôtre…
  • De quoi le baptême est-il signe ou symbole, pour le racheté ? Verset 4. Lire la conversion du centurion Corneille, Act.10.34-48 et aussi Col.2.12.
  • Quand et comment sera manifestée cette « résurrection avec le Christ » ? v.6, 1 Thes.4.17, 1 Jean 3.2.
  • Le croyant appartient déjà à la nouvelle création ! Comment est-il appelé à marcher, à vivre ? versets 4 et 6.
  • "Livrez-vous vous-mêmes à Dieu !" Une nouvelle naissance, une nouvelle vie pour marcher en suivant le modèle du "serviteur parfait". Lisons aussi 1 Pier.2.24, Col.3.10 et suivants, mais aussi le Sermon sur la montagne (Matt.5 à 7).
  • Lectures : Gal.3.15-29 ; 1 Pier.2.18-25 ; 1 Pier.4.1-11.

Ainsi, ce n’est pas pour être sauvé que le croyant désire marcher d’une manière qui puisse plaire à Dieu. C’est parce qu’il est sauvé, c’est parce qu’il vit d’une nouvelle vie... Et il y est exhorté ! Citons le départ, être attaché au Cep de vigne pour porter du fruit (Jean 15.1-5), le caractère majeur, l'amour (1 Cor.13), et la marche, non sans effort (Phil.4.13) : les vertus à poursuivre 1 Tim.6.11 et 2 Tim.2.22).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.6:15 Libre pour marcher avec Dieu


 

6.15-23  Libre pour marcher avec Dieu

La question est réitérée "Pêcherions-nous ?" (v.1, 15). Et cela est bien justifié ! Pensons à la croix du calvaire, à l’Homme Christ Jésus "abandonné de Dieu" (Mat.27.46) tandis qu’il endurait le jugement divin, et cela à notre place ! Celle grâce immense ne conduit-elle pas à fuir ce qui a rendu nécessaire un tel sacrifice ?

15 Quoi donc ? Pécherions-nous, parce que nous ne sommes pas sous la loi, mais sous la grâce ? Jamais de la vie ! 16 Ne savez-vous pas que si vous vous mettez à la disposition de quelqu'un comme des esclaves, pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice ? 17 Mais, grâce à Dieu, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi, de cœur, au modèle d'enseignement auquel vous avez été confiés. 18 Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.
19 Je parle de manière humaine à cause de la faiblesse de votre chair : de même, en effet, que vous avez mis votre corps tout entier, comme un esclave, à la disposition de l'impureté et du mal, pour aboutir au mal, ainsi maintenant mettez votre corps tout entier, comme un esclave, à la disposition de la justice, pour aboutir à une consécration. 20 Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice. 21 Quel fruit portiez- vous alors ? Des choses dont vous avez honte maintenant, car leur fin, c'est la mort. 22 Mais maintenant, libérés du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit une consécration et pour fin la vie éternelle. 23 Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don de la grâce, le don de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ, notre Seigneur.

  • Sous quel esclavage se trouve un homme avant sa conversion ? Que produit cet esclavage ? v.17-20. Qu'est alors l’issue de la vie ? v.23 et Eph.2.2-3.
  • Et qu'en est-il de celui qui marche avec Dieu ? v.14.
  • Libéré d’un esclavage, est-ce pour autant sans combat, sans effort, que l’on peut vivre en plaisant à notre Dieu sauveur ? Voyons les exhortations aux versets 11, 13, 16, 19 ; 1 Cor.9.25-27 ; Phil.3.14 ; 1 Tim.6.11-12 ; Jac.4.1-10.
  • "Vous avez obéi de cœur" (v.17) montre la source de l’engagement dans la vie de la foi : s'agit-il d'une démarche légale, l'application d'une règle en vue d'une récompense ou d'un élan qui vient du cœur ?
  • Le dernier verset du paragraphe est une conclusion lapidaire ! Quels sont les gages ou la rétribution du péché ? Et la vie éternelle, est-elle acquise ou reçue ?
  • Lectures : Jean 8.31-36 ; Col.3.1-15 ; Eph.4.17-5.2.

Parce qu’il est sauvé, le croyant, objet de miséricorde, a reçu la vie. Conscient de ce don, il désire plaire à Dieu, manifester du fruit de sa nouvelle vie. Rien n'est automatique cependant, il est appelé à "se livrer" à Dieu...

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.7:1 Pour porter du fruit


 

7.1-11  Pour porter du fruit

Se livrer à Dieu (6.13) ! Cette conclusion du chapitre 6 conduit à se tourner à nouveau vers les croyants qui ont été marqués par la soumission à la Loi pour obtenir la vie éternelle (v.1) ! La Loi dit : "fait cela et tu vivras !" (Luc 10.28), mais qui peut être parfait au point d’être justifié devant Dieu ? (Rom.2.11 et 3.20). Le sacrifice de Christ à la croix ne met-il pas le croyant à l’abri du jugement divin ? (Rom.5.19).

7    1 Ignorez-vous, mes frères – je parle à des gens qui connaissent la foi – que la loi exerce sa maîtrise sur l'être humain aussi longtemps qu'il vit ? 2 Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant ; mais si son mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. 3 Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, on la dira adultère, mais si son mari meurt, elle est libérée de la loi : elle n'est donc pas adultère si elle devient la femme d'un autre homme. 4 Par conséquent, mes frères, vous aussi vous avez été mis à mort pour la loi, au moyen du corps du Christ, pour appartenir à un autre, celui qui s'est réveillé d'entre les morts, afin que nous portions du fruit pour Dieu. 5 Car, lorsque nous étions sous l'empire de la chair, les passions des péchés, par la loi, étaient à l’œuvre dans notre corps tout entier et nous faisaient porter du fruit pour la mort. 6 Mais maintenant, nous sommes dégagés de la loi, car nous sommes morts à ce qui nous tenait captifs, de sorte que si nous sommes esclaves, ce n'est plus sous le régime ancien de la lettre, mais sous le régime nouveau de l'Esprit.
 
7 Que dirons-nous donc? La loi est-elle péché? Jamais de la vie ! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. Ainsi, je n'aurais pas su ce qu'était le désir si la loi n'avait pas dit : Tu ne convoiteras pas [Exode 20.17]. 8 Alors le péché, profitant de l'occasion, a produit en moi, par le commandement, toutes sortes de désirs; en effet, en dehors de la loi, le péché est mort. 9 Moi, autrefois, en dehors de la loi, je vivais; mais quand le commandement est venu, le péché a pris vie, 10 et moi, je suis mort. Ainsi, le commandement qui mène à la vie s'est trouvé, pour moi, mener à la mort. 11 Car le péché, profitant de l'occasion, m'a trompé par le commandement et, par lui, il m'a tué.

  • Le croyant est-il encore sous le règne de la Loi ? Vers.4 et 7-11.
  • Le croyant étant libéré de la sentence du jugement, qui est son chef et son modèle ? Rom.5.21. Quelles sont les motivations de sa vie ? Verset 4 : "afin que" ; verset 6 : "en sorte que". Lire aussi Jean 15.1-8 et suivants ; 1  Thes.1.9-10 ; Hébr.9.11.
  • Qu’est-ce que le « fruit » de la vie nouvelle dans le croyant ? Nous trouvons des réponses dans les épîtres, notamment : Gal.5.16-26 ; Eph.5.8,15-21 ; Phil.1.9-11 ; Col.1.10-13 ; Jac.3.17-18.
  • Lectures : Jean  15.1-12 ; Eph.5.3-21 ; Phil.1.3-11.

Jésus a enseigné un chef religieux de son temps, Nicodème, en lui disant qu’il devait naître de nouveau (Jean 3.1-21). En Rom.6.4, nous avons lu cette exhortation à marcher en nouveauté de vie... Au verset 6, nous avons une clé de cette nouvelle vie : c’est l’esprit dans lequel le racheté est conduit à marcher ! C’est bien différent de l’attachement à des règles, selon l’esprit de la Loi. La suite du chapitre nous montre les difficultés de cette marche, et la réponse divine.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.7:12 Une vie d'enfant de Dieu


 

Une vie d'enfant de Dieu

 

 
7.12-25  La délivrance

Les principes sont bien établis. Le racheté est face à lui-même. Il veut plaire à Dieu, mais est-ce sans difficulté ? Le lecteur est conduit à une réflexion personnelle. Ce paragraphe est écrit à la première personne : "je" vivais, "je" mourus... qui "me" délivrera ? Un regard porté à l’intérieur de soi pour constater des forces qui s’opposent, l’envie de bien faire, et la tentation de se laisser aller… des pressions opposées à ses aspirations...

12 Certes, donc, la loi est sainte; le commandement est saint, juste et bon. 13 Est-ce donc le bien qui est devenu pour moi la mort ? Jamais de la vie ! C'est le péché qui, pour se manifester comme tel, a produit en moi la mort par le bien, afin que, par le commandement, le péché apparaisse dans toute sa puissance de péché.
 
14 Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis un être de chair, vendu au péché. 15 Car ce que je produis, je ne le comprends pas. Ce que je veux, je ne le pratique pas, mais ce que je fais, c'est ce que je déteste. 16 Si ce que je fais, c'est ce que je ne veux pas, je suis d'accord avec la loi pour dire qu'elle est bonne. 17 Maintenant, ce n'est plus moi qui produis cela, c'est le péché qui habite en moi.
 
18 Je le sais, rien de bon n'habite en moi, c'est-à-dire dans ma chair. Car il est à ma portée de vouloir, mais non pas de produire le bien. 19 Je ne fais pas le bien que je veux, mais je pratique le mal que je ne veux pas. 20 Si je fais ce que, moi, je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le produis, c'est le péché qui habite en moi. 21 Je trouve donc cette loi, pour moi qui veux faire le bien: ce qui est à ma portée, c'est le mal. 22 Car, pour ce qui est de l'homme que je suis intérieurement, je prends plaisir à la loi de Dieu, 23 mais je vois dans mon corps tout entier une autre loi qui lutte contre la loi de mon intelligence et qui me rend captif – captif de la loi du péché qui est dans tout mon corps. 24 Misérable que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? 25 Grâce soit rendue à Dieu par Jésus-Christ, notre Seigneur ! Ainsi donc, moi, par mon intelligence, je suis esclave de la loi de Dieu, tandis que, par ma chair, je suis esclave de la loi du péché.

  • Conscient d’une "nouvelle naissance", soulignée par ce "maintenant" du verset 17, comment le croyant nomme-t-il cette vie qui est toujours en lui, liée à sa naissance "en Adam" (Rom.5.12,14) ? Lire aussi 1 Jean 1.8-2.2.
  • Comment est-il possible de dire "ce n’est plus moi qui pèche" ? Certes, je dois assumer la responsabilité de ce que je fais, de ce que je pense. Mais dans un sens, c’est un autre "moi-même" qui est en moi et qui agit d’une manière que je ne voudrais pas.
  • Quelles sont les expressions appliquées à cette nouvelle vie que le croyant souhaite manifester ? v.22,23,25 et Rom.12.2, Eph.3.16, 4.20-24, 2 Cor.4.16.
  • Ce combat entre la loi du péché et la loi de l’entendement conduit à crier à Dieu pour être délivré (v.24). Que nous indique le verset 25 ? Cette prière est-elle entendue ? Lire Jac.4.7 ; 1 Pier.5.8-9 et Luc 4.1-13.
  • Lectures : 2 Cor.3.7-18 ; 2 Pier.1.3-11 ; 1 Jean 1.8-2.6.

Parenthèse importante, car le combat est un fait d’expérience, il est connu de celui qui désire vraiment marcher en plaisant à son Rédempteur... En effet, comment comprendre vraiment ce qu’est la délivrance, si je ne vais pas au combat ? Si je ne désire pas vraiment marcher "pour Dieu", cette portion de l’épître demeurera pour moi bien obscure.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06/12/2011

Rom.8:1 Aucune condamnation


 

8.1-11  Aucune condamnation

"Aucune condamnation pour ceux qui sont dans le christ Jésus." ceci conclut :
le plan rédempteur de Dieu (Rom.3.21-26 et 5.1-11) ;
le fait d'une nouvelle vie pour le racheté (Rom.5.12-6.23) et
le conflit dans le croyant entre son désir de plaire à Dieu et les tendances naturelles qu’il a en lui, conduisant au cri : "Qui me délivrera ?" (Rom.7).

8    1 Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. 2 En effet, la loi de l'Esprit de la vie en Jésus-Christ t'a libéré de la loi du péché et de la mort. 3 Car – chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force – Dieu, en envoyant son propre Fils dans une condition semblable à la chair du péché, en rapport avec le péché, a condamné le péché dans la chair, 4 pour que la justice requise par la loi soit accomplie en nous qui marchons, non selon la chair, mais selon l'Esprit. 5 En effet, ceux qui sont sous l'emprise de la chair s'accordent aux tendances de la chair, tandis que ceux qui sont sous l'emprise de l'Esprit s'accordent aux tendances de l'Esprit. 6 Or la chair tend à la mort; l'Esprit, lui, tend à la vie et à la paix. 7 Car la chair tend à s'ériger en ennemie de Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu : elle en est même incapable. 8 Ceux qui sont sous l'empire de la chair ne peuvent plaire à Dieu. 9 Quant à vous, vous n'êtes pas sous l'empire de la chair, mais sous celui de l'Esprit, s'il est vrai que l'Esprit de Dieu habite en vous. Et si quelqu'un n'a pas l'Esprit du Christ, il ne lui appartient pas. 10 Or si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l'Esprit est vie à cause de la justice. 11 Et si l'Esprit de celui qui a réveillé Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a réveillé le Christ d'entre les morts fera aussi vivre vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

  • Arrêtons-nous sur le verset 3. Le Fils de Dieu s’est fait homme, son apparence fut celle d’un homme pécheur, quoiqu’il n’y ait pas de péché en Lui ! Lire Phil.2.6-11, Jean 1.14, 1 Tim.3.16, Mat.4.11, 2 Cor.5.21, 1 Pier.2.22, 1 Jean 3.5.
  • Le croyant est-il encore esclave de la loi du péché, autrement dit de la force en lui qui le pousse à pécher ? Lire Rom.6.14, Col.1.9-13.
  • En donnant la vie (la nouvelle naissance, Jean 3.3-8), l’Esprit donne une force nouvelle, appelée ici "la loi de l’Esprit de vie". En contraste avec les "pensées de la chair", que sont les pensées induites par l’Esprit ? v.6 et Gal.5.1,16-26.
  • "L’Esprit de Dieu habite en vous !" Est-ce la part de tous les croyants ? Lire 1 Cor.3.16-17, 6.19-20. Qu’est-ce qui, ici, distingue le vrai croyant ?
  • Il est utile de considérer l’action du Saint-Esprit pour la délivrance du croyant, v.2,4,5,6. "L’Esprit de vie vivifiera vos corps mortels." Lire également 1 Cor.15.51-58, 2 Cor.4.14, 1 Thes.4.15-18, 1 Jean 3.1-2.
  • Lectures : Jean 5.1-29 ; Gal.5.13-26 ; Eph.3.14-21.

Une consolation majeure pour le chrétien ! La confiance dans le pardon de Dieu, pour celui qui, s'appliquant dans une voie nouvelle en vue de Lui plaire, constate ses limites... Pas une question d'indulgence, mais un fait de Justice ! En vertu de l'oeuvre de la Croix!

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.8:12 Enfants de Dieu !


 

8.12-17  Enfants de Dieu !

JUSTIFIE... sans condamnation,
RECONCILIE... en paix avec Dieu,
DELIVRE de la puissance du péché,
                          ... une NOUVELLE VIE.
 
L’Esprit Saint, (Jean 14:16,17,26), donne les motifs et la force pour la marche du chrétien (Rom.8.2 et 5.5).

12 Ainsi donc, mes frères, nous sommes bien débiteurs, mais non pas envers la chair – pas pour vivre selon la chair. 13 En effet, si vous vivez selon la chair, vous allez mourir ; mais si par l'Esprit vous faites mourir les agissements du corps, vous vivrez. 14 Car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. 15 En effet, vous n'avez pas reçu un esprit d'esclavage, qui ramène à la crainte, mais vous avez reçu un Esprit d'adoption filiale, par lequel nous crions : Abba ! – Père ! 16 L'Esprit lui- même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. 17 Or si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers du Christ, s'il est vrai que nous souffrons avec lui pour être aussi glorifiés avec lui.

  • Le croyant est-il appelé à marcher dans la crainte, avec comme seul motif de ses actes : "Fais cela et tu vivras !" (Luc 10.20) ? Lire Col.1.9-12.
  • ;Soulignons la relation de famille dans laquelle est introduit le croyant : c’est là sa confiance et sa paix. Lire Jean 20.17, Jean  1.12, 1 Jean 3.1-3, Gal.4.1-11.
  • Enfants, donc héritiers, cohéritiers de Christ, premier-né entre plusieurs frères (Rom.8.29) ! Quel est donc cet héritage de Christ auquel participent les rachetés ? Eph.1.3-14, Jean 17.22-24.
  • Souffrir avec le Seigneur ! Qu’est-ce qui fait souffrir le Seigneur aujourd’hui ? Lire Act.9.5 ; Mat.25.40 et également Jean 11.35 ; Rom.8.18. Et encore : Mat.5.6,9-12 ; 1 Pier.3.14 et suivants.
  • Lectures : Gal.4.1-11 ; Eph.1.3-14 ; 1 Jean 2.28-3.3 ; Psaume 32.8.

Sympathiser avec ceux qui souffrent, pleurer avec ceux qui pleurent, mais aussi se réjouir avec ceux qui se réjouissent... Et un avenir glorieux : un héritage dans les cieux ! Christ, premier-né entre plusieurs frères. Pensons bien à cette place que le racheté occupe dans l’affection de Dieu !

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.8:18 Christ, avec le croyant


 

8.18-30  Christ, avec le croyant

Quel est donc cet héritage de Christ, héritage auquel il associera les rachetés ? Il y est question de gloire, et d’une gloire qui touche la création !

18 J'estime en effet qu'il n'y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée en nous. 19 Car la Création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. 20 En effet, la création a été soumise à la futilité – non pas de son propre gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise – avec une espérance : 21 cette même création sera libérée de l'esclavage du périssable pour avoir part à la liberté glorieuse des enfants de Dieu. 22 Or nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'accouchement. 23 Bien plus, nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption filiale, la rédemption de notre corps. 24 Car c'est dans l'espérance que nous avons été sauvés. Or l'espérance qu'on voit n'est plus une espérance : ce qu'on voit, peut-on l'espérer encore ? 25 Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec persévérance. 26 De même aussi l'Esprit vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; 27 et celui qui sonde les cœurs sait à quoi tend l'Esprit : c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints. 28 Nous savons, du reste, que tout coopère pour le bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son propos. 29 Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi destinés d'avance à être configurés à l'image de son Fils, pour qu'il soit le premier-né d'une multitude de frères. 30 Et ceux qu'il a destinés d'avance, il les a aussi appelés; ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

  • Qu’est devenue la création de Dieu confiée à l’homme ? Que voyons-nous autour de nous ? Verset 20. Les choses changeront-elles sur la terre ? Versets 19,21, 2 Thes.1.3-12, 2.1-12 ; 2 Tim.3.1-17 ; 2 Pier.3.1-18.
  • Sous les cieux, aujourd’hui, tous les hommes, croyants ou non, connaissent joies et peines, souffrances, maladies, épreuves, espoirs et désillusions... Luc 13.1-5. Comment les circonstances sont-elles traversées par le racheté ? Pourquoi est-il exhorté à la patience ? Versets 23-25 ; 1 Thes.1.3 ; Héb.12.1-3.
  • En attendant d’être avec le Seigneur, le croyant ne peut tout comprendre, tout savoir ! Que ne sait-il pas ? Que sait-il ? Versets 26,28. Quelle est sa confiance ? Lire aussi Mat.6.24-34 ; Phil.4.4-9.
  • Dieu veut que tous les homme soient sauvés ! Rom.5.18 ; 1 Tim.2.3-4. Dans leur liberté, les uns rejettent la grâce, les autres se tournent vers Dieu, "ceux qui aiment Dieu" (verset 28). Dieu a donné à ceux-ci, par pure grâce, une ESPERANCE, (2 Thes.2.16), non un avenir hypothétique mais une réalité qu'il attend (Hébr.11.1). A quoi Dieu destine-t-il les croyants ? v.29, et Eph.1.5,11. Nous pourrons relire aussi 1 Jean 3.1-3, Jude 24.
  • Lectures : Jean 17.22-29 ; Phil.3.17-21 ; 1 Pier.1.1-12.

Tout vient de Dieu ! Ce passage se termine par cette affirmation que ceux qui "aiment Dieu", Dieu les a appelés à être conformes à l’image de Christ, Il les a déclarés "justes" en vertu de l’œuvre rédemptrice de la Croix, Il leur a donné la gloire afin que Christ soit glorifié en eux (Jean 17.22, 2 Thes.1.10).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.8:31 L'amour de Dieu


 

8.31-39  Rien ne peut nous séparer de l'amour de Dieu

La grâce de Dieu a été manifestée en Jésus (Jean 1.17, Héb.1.1) ! Une fois de plus, le lecteur de l’épître est pris à témoin par une question directe, posée ici sous trois formes différentes aux versets 31, 33, et 34…

31 Que dirons-nous donc à ce sujet? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? 32 Lui qui n'a pas épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi tout avec lui, par grâce? 33 Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? C'est Dieu qui justifie ! 34 Qui condamnera ? C'est Jésus-Christ qui est mort ! Bien plus, il s'est réveillé, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! 35 Qui nous séparera de l'amour du Christ ? La détresse, l'angoisse, la persécution, la faim, le dénuement, le péril, ou l'épée? 36 Ainsi qu'il est écrit : A cause de toi, on nous met à mort constamment. On nous considère comme des moutons qu'on égorge. [Psaume 44:22] 37 Mais dans toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. 38 Car je suis persuadé que ni mort, ni vie, ni anges, ni principats, ni présent, ni avenir, ni puissances, 39 ni hauteur, ni profondeur, ni aucune autre création ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu en Jésus-Christ, notre Seigneur.

  • Dieu, dans sa sainteté, doit prendre en considération les fautes des hommes ! pourtant Dieu est POUR l'homme ? Qu'est-ce qui atteste de façon absolue cette miséricorde ? Relire Rom.5.8, Eph.2.5, 1 Pier.3.18.
  • Y a-t-il quelque bénédiction que Dieu pourrait ne pas donner, alors qu’il n’a pas épargné son Fils, Jésus, livré pour nos fautes ? Héb.2.10, Esaïe 53.10.
  • Christ est-il étranger à ce qui touche les siens sur la terre ? Lire Héb.9.24, et Jean 17 : nous pouvons y lire l’intercession du Seigneur pour les siens.
  • Lectures : Matt.6.24-34 ; Luc 11.1-13 ; Jean 10.7-30 ; Jean 14.15-23 ; Jean 17.17-21 ; Phil.4.4-7.

Soulignons encore, en terminant cette portion de l’épître, l’affirmation merveilleuse qui la clôture : "Rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu !" Cette affirmation vient de notre Dieu, le Dieu tout puissant, elle n’est pas nuancée, modérée... Avons-nous la foi pour prendre Dieu au mot, cette foi qui l’honore et qu’Il se plaît à honorer ?

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE