27/11/2011

2 Timothée 1:1 Salutation et encouragements


 

Seconde Épitre à Timothée
Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte,
mais de puissance, d’amour, et de conseil.

2 Timothée 1:7

 
La dernière lettre connue de Paul ! Tout en appelant Timothée à le rejoindre, Paul lui adresse des mots qui peuvent être considérés comme un réel testament spirituel. Paul est en prison à Rome (1:17) et il sait que sa course terrestre est près de prendre fin (4:5-8). Timothée, quant à lui, semble être en Asie, peut-être même à nouveau à Éphèse, au vu des salutations que Paul lui demande de transmettre à Onésiphore (1:16,18 et 4:19).
 
L’expression des sentiments qui lient Paul à Timothée rend compte de la grande confiance entre ces deux hommes de foi, Paul éprouvant un grand attachement envers ce croyant qui, dès sa jeunesse, l’a accompagné et qui est demeuré fidèle dans la foi jusqu’en ces jours difficiles que l’apôtre connaît. Il est prisonnier, "enchaîné comme un malfaiteur" (2:9), et surtout il voit s’accomplir ce qu’il avait pressenti des années auparavant. La maison de Dieu est déjà devenue "une grande maison" (2:20), avec tous les dangers d’un tel accroissement, et notamment l’intérêt personnel qu’y trouvent des hommes qui s’insinuent comme "conducteurs"…
 
Paul ressent une grande solitude, seul Luc est auprès de lui (4:11), et il évoque, en confiance, divers croyants connus de Timothée ; des noms apparaissent tout au long de la lettre, des croyants envoyés en un lieu ou un autre, ceux dont Paul attend la venue, mais aussi d’autres ayant abandonné le service, tel Démas (4:10). Le souhait de revoir Timothée est grand, à la mesure des difficultés rencontrées et des défections constatées.

 
1:1-18  INTRODUCTION

Saluant son fidèle collaborateur, Paul exprime le désir de le revoir tandis qu’il se souvient des larmes de Timothée. Ces larmes qui ont coulé peut-être lors de l’emprisonnement de l’apôtre… Nous ne pouvons établir les circonstances de leur dernier "au revoir", mais nous pouvons discerner que la fidélité de Timothée est pour Paul une réelle consolation.

 
1:1-4  Salutation

Pas de doute en Paul, tandis que ses derniers jours lui paraissent arrivés : il n’évoque ici ni tristesse, ni amertume relativement aux abandons, nul "pourquoi" qui pourraient monter au cœur, mais la promesse de la vie ! C’est un homme conséquent qui, quelles que soient les circonstances qu’il traverse, poursuit la route dans la confiance : "Je sais qui j’ai cru", écrit-il à Timothée. Jusqu’au bout il aura combattu "le bon combat de la foi" (1:12, 4:7).

1  1 Paul, apôtre de Jésus Christ par la volonté de Dieu, selon la promesse de la vie qui est en Jésus Christ, 2 à Timothée, enfant bien-aimé : Grâce, miséricorde et paix de la part de Dieu, le Père, et de Jésus Christ, notre Seigneur !
 
3 Je suis plein de gratitude envers Dieu, à qui je rends culte, à la suite de mes ancêtres, avec une conscience pure, faisant sans cesse mention de toi dans mes prières, nuit et jour, 4 désirant ardemment te voir, me souvenant de tes larmes, afin d’être rempli de joie.

  • Paul s’est-il instauré "apôtre"de sa propre autorité ? Act.9:1-16, 13:1-3.
  • De quelle vie est-il parlé ici ? Jean 10:27-28, 1 Tim.4:8, Tite 1:2, 1 Jean 2:25.
  • Que nous apporte cette affirmation touchant le culte rendu à Dieu par les ancêtres de Paul ? Act.26:27.
  • Quels sont les sentiments de Paul à l’égard de Timothée, alors qu’il est prisonnier et conscient que sa vie terrestre pourrait bientôt prendre fin ?
"Grâce, miséricorde, paix…" Une formule générale ? En tous cas, des vœux bien chaleureux que nous trouvons dans les adresses des deux épîtres à Timothée, tandis que les mêmes mots sont écrits par Jean sous forme d’une promesse : "seront avec vous" (2 Jean 3), ce qui n’est là qu’une différence de style. Il faut nous demander : Comment cette grâce sera-t-elle avec moi ? Comment la miséricorde ? Comment la paix ? Ce ne sont pas des faits acquis qui sont évoqués, quoique dans un sens cela le soit, mais le vœu que l’on en jouisse dans la vie, jour après jour. Non une vérité doctrinale professée, mais la vérité de Dieu présente et agissante. Si j’ai un esprit de grâce, je jouirai de cette grâce qui m’est faite (Matt.6:12) ; si je goûte la miséricorde de Dieu, je serai miséricordieux (Jacq.3:17) ; si j’éprouve la paix dans mon âme (Phil.4:7), je pourrai être un artisan de paix (Jacq.3:18). S’il ne s’agissait pas de ce dont nous pouvons jouir, et que nous pouvons perdre, il n’y aurait pas de souhait ni de promesse… Objet de la grâce de Dieu, cela ne peut m’être ôté, mais de goûter cette grâce, c’est autre chose !

 
1:5-14  Encouragements à Timothée

Paul se souvient ! Son premier voyage missionnaire, sans doute, lorsqu’il s’est trouvé à Derbes et qu’il fit connaissance de Timothée, un jeune homme encore, et aussi de sa mère et de sa grand-mère, de fidèles Israélites qui très probablement se tournèrent vers Jésus (Act.14:20-21). Lors de son second passage à Derbes, Paul prit avec lui le jeune Timothée (Act.15:41-16:3), et celui-ci fut parmi les fidèles les plus proches de Paul. Arrivés à la fin de sa route terrestre, ce qui tient particulièrement au cœur de l’apôtre est que Timothée tienne bon et aille de l’avant sans se décourager.

5 Je me remémore la foi sincère qui est en toi, et qui a d’abord habité dans ta grand-mère Loïs et dans ta mère Eunice, et, j’en suis persuadé, en toi aussi. 6 C’est pourquoi je te rappelle de ranimer le don de grâce de Dieu, qui est en toi par l’imposition de mes mains ; 7 car Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte, mais de puissance, d’amour, et de conseil. 8 N’aie donc pas honte du témoignage de notre Seigneur, ni de moi son prisonnier, mais prends part aux souffrances de l’évangile, selon la puissance de Dieu 9 qui nous a sauvés et nous a adressé un saint appel, non selon nos œuvres, mais selon son propre dessein, et sa propre grâce qui nous a été donnée dans le christ Jésus avant les temps des siècles, 10 mais qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a annulé la mort et a fait luire la vie et l’incorruptibilité par l’évangile.
 
11 C’est pour cette cause que j’ai été établi prédicateur et apôtre et docteur ; 12 c’est pourquoi aussi je souffre ces choses ; mais je n’ai pas de honte, car je sais qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder ce que je lui ai confié, jusqu’à ce jour-là.
 
13 Aie un modèle des saines paroles que tu as entendues de moi, dans la foi et l’amour qui est dans le christ Jésus. 14 Garde le bon dépôt par l’Esprit Saint qui habite en nous.

  • Que pouvons nous penser de Timothée, si fidèle, face aux difficultés qu’il peut rencontrer ? Mais quel esprit devrait l’animer ? Vers.6 et 7.
  • Comment pourrions-nous comprendre que Timothée puisse avoir honte "du témoignage de notre Seigneur" ? Et que penser aujourd’hui ? Vers.8 et 12.
  • Prends part aux souffrances ! Qu’évoque cette assertion de l’apôtre ? 2:23, 1 Tim.1:18, 6:12, 1 Cor.15:32, 2 Cor.10:1-6, Phil.1:27-30, 4:3, Jude 3.
  • De qui vient le plan du salut et l’annonce de ce message de la grâce ? Comment ce plan est-il manifesté au monde ?
  • Quelle est la recommandation de Paul à Timothée, pressentant qu’il devra poursuivre sa route dans un cadre toujours plus éloigné de la ferveur des commencements ? Où puisera-t-il sa force ? Jérémie 15:16.
Comment un homme si fidèle que Timothée aurait-il honte du témoignage de notre Seigneur ? Ceci paraît extraordinaire ! Mais Timothée est-il un surhomme, un monument inaltérable de la foi ? Non, évidemment ! C’est un chrétien qui a manifesté une véritable foi et s’est engagé dans le service de l’évangile auprès de Paul, et qui, maintenant, doit affronter des circonstances difficiles, à savoir la vie des assemblées au milieu desquelles des hommes s’élèvent pour diriger, dominer et non servir… Alors, il semble que persévérer dans l’enseignement des commencements soit devenu une tâche difficile, comme il l’est en nos jours… Ce peut être une source de découragement, mais il y a un réel danger à considérer les circonstances et se dire "à quoi bon" et d’ainsi s’abstraire aux peines qui accompagnent un témoignage fidèle.
 
Aussi l’apôtre rappelle l’essence même du message de l’Évangile (vers.9-10). Fondamental ! Quel changement dans une vie, lorsque l’on comprend la miséricorde, l’appel à être dans la présence du Seigneur, la place dans la maison du Père… Voilà bien la raison de la traversée dans le désert : non pas professer et enseigner, mais avant tout recevoir en vérité, dans le cœur, cette part inimaginable… C’est pour cela que Jésus est venu ! Voilà ce qui est au cœur de Paul, éprouvé par sa situation et les abandons autour de lui. Et ainsi Timothée est avant tout exhorté à se nourrir de la Parole de Dieu, la gardant dans la simplicité de la foi des commencements (vers.13-14, Jér.15:16). Sur ce fondement solide vient alors l’appel à poursuivre le service d’enseignement et d’encouragement qui est le sien.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

10:00 Publié dans 2 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

2 Timothée 1:15 Fidélité et infidélités


 

1:15-18  Fidélité et infidélités

La situation n’est pas heureuse en tous points ! Pensons, il n’y a qu’une quinzaine d’années que l’Évangile est parvenu dans ces régions occidentales d’Asie mineure et de Grèce, et s’il s’est rapidement rencontré des difficultés venant de l’extérieur, déjà se manifestent les sujets de peine de la part de personnes qui ont fréquenté les rassemblements de chrétiens, et peut-être les fréquentent encore. Et Paul peut compter ses amis… Il en fait part à Timothée.

15 Tu sais ceci, que tous ceux qui sont en Asie, du nombre desquels sont Phygelle et Hermogène, se sont détournés de moi. 16 Que le Seigneur fasse miséricorde à la maison d’Onésiphore, car il m’a souvent réconforté et n’a point eu honte de ma chaîne, 17 mais, quand il a été à Rome, il m’a cherché très soigneusement et il m’a trouvé. 18 Que le Seigneur lui accorde de trouver compassion auprès du Seigneur en ce jour-là ; toi-même, tu sais mieux que personne combien de services il a rendus à Éphèse.

  • Sont-ce seulement les œuvres importantes qui seraient célébrées parmi les croyants, et devant le Seigneur ? Matt.25:31-45.
Il n’était pas si aisé, alors, de retrouver un prisonnier à Rome… Soulignons le réconfort que Paul pût éprouver de la part d’une croyant dont nous ne connaissons que cette seule mention. Mais aussi, il fut réellement engagé dans le service pour ses frères dans la foi à Éphèse.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

08:00 Publié dans 2 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

2 Timothée 2:1 L'engagement et l'intelligence


 

2:1-26  ADRESSE A TIMOTHEE

L’apôtre livre maintenant ce qui lui tient à cœur, les réalités essentielles de sa vie ; et il encourage celui dont il se réjouit d’avoir été le canal pour qu’il reçoive l’évangile, son enfant dans la foi, en quelque sorte. Les temps sont difficiles, mais, lui fait-il entendre, il ne faut pas en être étonné, et le combat de la foi doit se poursuivre. Il ressent que pour lui le combat est près de prendre fin, mais d’autres le poursuivent

 
2:1-7  L’engagement et l’intelligence

C’est un combat à mener. Celui-ci doit se poursuivre après lui. Ce combat engage l’être tout entier, comme l’est assurément un soldat engagé dans la guerre, ou un lutteur dans la lice…

2  1 Toi donc, mon enfant, sois puissant dans la grâce qui est dans le christ Jésus ; 2 et ce que tu as entendus de moi devant plusieurs témoins, commets-le à des hommes fidèles qui soient capables d’instruire aussi les autres. 3 Prends ta part des souffrances comme un bon soldat de Jésus Christ. 4 Nul homme engagé dans une guerre ne s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé. 5 De même si quelqu’un combat dans la lice, il n’est pas couronné s’il n’a pas combattu selon les lois. 6 Le laboureur qui se donne de la peine est le premier à jouir des fruits. 7 Considère ce que je dis ; le Seigneur te donnera de l’intelligence en toutes choses.

  • Quel est le soucis de Paul, outre son attachement à Timothée et son intention de lui adresser ces paroles propre à l’encourager ?
  • Quelles sont les trois leçons majeures que nous apportent ces illustrations touchant l’une le soldat, la suivante l’athlète et la troisième le laboureur ?
  • Comment pouvons-nous envisager cette idée de jouir des fruits du travail ? 2 Pier.1:11.
Le soldat, le lutteur et le cultivateur sont trois illustrations exprimées pour Timothée lui-même. Et combien ces considérations sont-elles importantes pour chacun ! Il y a un "bon combat" à mener en attendant de jouir de la récolte… Et cela demande un réel engagement, et aussi une attitude de vie et d’action appropriée. Il ne suffit pas de désirer aller de l’avant dans ce chemin, il faut considérer, évaluer (Luc 14:28), et ensuite s’engager, et donc mettre la parole en pratique. En suivant une telle voie, l’intelligence sera donnée ! (1 Jean 3:24).


 
2:8-13  Considérer le Seigneur

Le "bon combat", Paul y est engagé sans réserve, jusqu’à être "enchaîné comme un malfaiteur" ! Mais si son corps est retenu par des liens, que sont ces chaînes pour la parole de Dieu ? Paul évalue son engagement au regard de l’avenir avec Jésus Christ.

8 Souviens-toi de Jésus Christ, ressuscité d’entre les morts, et qui est de la descendance de David, selon mon évangile, 9 pour lequel j’endure des souffrances jusqu’à être enchaîné comme un malfaiteur. Toutefois la parole de Dieu n’est pas enchaînée, 10 c’est pourquoi j’endure tout à cause des élus, afin qu’eux aussi accèdent au salut qui est dans le christ Jésus, avec la gloire éternelle. 11 Cette parole est certaine : si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ; 12 si nous souffrons, nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions, lui aussi nous reniera; 13 si nous sommes incrédules, lui demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même.

  • Pourquoi Paul ne capitule-t-il pas, ne sombre-t-il pas dans les "pourquoi", garde-t-il dans sa prison, enchaîné, une réelle détermination dans son chemin ? Act.9:15-16.
  • Mourir à soi-même, vivre de la nouvelle vie – Paul ne dit pas "si nous mourrons", mais "si nous sommes morts". Qu’est-ce que cela engendre en ce monde ? Et après ? Rom.6:8,11.
  • Quel sens y aurait-il à s’engager dans un chemin, pour ne pas aller jusqu’au bout ! Luc 14:25-30, Hébr.3:6-14, 1 Cor.15:1-2…
Ainsi que nous le voyons, cette lettre est très personnelle. Paul livre ses sentiments, ses sujets de peine, ses encouragements, et s’il est une réalité à souligner, c’est bien la fidélité à son engagement. Il a reçu une mission, il s’étonne même quelques fois de cette miséricorde (1 Tim.1:16), mais manifestement il va de l’avant, décidé d’aller jusqu’au bout du chemin, s’attendant même à ce que sa vie lui soit ôtée. Ainsi vient une réflexion qu’il fait pour lui-même : "Si nous le renions, lui aussi nous reniera !" Une parole difficile ! Un homme pourrait-il s’engager dans le chemin de la foi, et puis renier le Seigneur ? (Hébr.3:6-14), mais aussitôt, il revient à la fidélité de Dieu, la pleine confiance qu’il a en ses promesses.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Publié dans 2 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

2 Timothée 2:14 Un chemin à suivre, des voies à éviter


 

2:14-21  Ce qu’il faut éviter

Paul exhorte Timothée, lui disant en d’autres mots : "Sois fort car le Seigneur te donnera la sagesse nécessaire" (1:7, 2:7), et "Poursuis le travail !" Timothée semble être un homme modeste, prêt à s’effacer, mais il faut qu’il soit au front, qu’il poursuive le combat, car il n’a pas à avoir honte.

14 Remets ceci en mémoire, le conjurant devant Dieu : qu’on n’ait pas de disputes de mots, ce qui est sans utilité et conduit à la subversion des auditeurs. 15 Sois diligent pour te présenter devant Dieu comme un homme qui a fait ses preuves, un ouvrier qui n’a pas à avoir honte, exposant justement la parole de la vérité ; 16 mais évite les discours vains et profanateurs, car ils conduisent toujours plus loin dans l’impiété, 17 et les tenir rongera comme une gangrène, dans laquelle sont Hyménée et Philète qui se sont écartés de la vérité ; 18 disant que la résurrection a déjà eu lieu, ils renversent la foi de quelques-uns.
 
19 Toutefois le solide fondement de Dieu demeure, ayant ce sceau : "le Seigneur connaît ceux qui sont siens", et : "Qu’il se retire de l’iniquité quiconque prononce le nom du Seigneur." 20 Or, dans une grande maison, il n’y a pas seulement des ustensils d’or et d’argent, mais aussi de bois et de terre ; et les uns pour un usage noble, les autres pour un usage vil. 21 Si donc quelqu’un se purifie de ces derniers, il sera un ustensil pour un usage noble, sanctifié, utile au maître, préparé pour toute œuvre bonne.

  • A quoi conduisent les disputes de mots, les grands débats dans lesquels des hommes s’élèvent en prétendant à des lumières, des connaissances, qui dépassent, et altèrent, ce qui a été enseigné au commencement ? Vers.16,23 et Tite 3:9.
  • Jusqu’à quel égarement certains allaient-ils, déjà en ce temps ? 1 Cor.15.
  • Qui seul connaît ceux qui ont vraiment la vie ? L’homme peut-il faire lui-même la différence, déclarant "un tel a la vie éternelle, et tel autre ne l’a pas" ?
  • Mais en regardant à soi-même, quelle est sa propre responsabilité ? Comparer des assertions de Jean : 1 Jean 2:4,9,11,15-16, 4:20…
  • Peut-on réformer la "grande maison", la purifier ? Matt.13:25-40. Lisons cette métaphore des ustensiles ayant divers usages. Voyons une autre image : 1 Cor.3:12-17.
  • Quel est le chemin pour le croyant, dès lors ? Quelles sont les injonctions adressées à Timothée ? Vers.21,16,15 , Rom.14:12, 1 Cor.11:19.
La manière de vivre dans la "grande maison" est ainsi indiquée. Paul ne parle pas ici de son acte d’autorité à l’égard d’Hyménée (1 Tim.1:20), mais il parle de l’attitude qui convient pour chacun au regard de tels agissements, de telles déviances doctrinales : ne pas s’engager dans de vaines discussions, et se tenir à l’écart de telles personnes, et veiller sur sa propre marche.


 
2:22-26  Ce qu’il faut poursuivre

Serait-ce un chemin de contestations et de débats que celui du chrétien ? L’apôtre montre la voie heureuse et pleine de fruits (Matt.13:8, Rom.6:22, Gal.5:22, Col.1:10), exprimant à Timothée qu’il est possible qu’il faille vivre sa foi non en relation avec tous, dans la "grande maison", mais avec ceux qui sont d’un cœur pur, d’un cœur droit, et veulent ainsi vivre cette simplicité de la foi.

22 Fuis les désirs de la jeunesse, mais poursuis la justice, la foi, l’amour, la paix avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur.
 
23 Evite les questions folles et insensées, sachant qu’elles engendrent des contestations. 24 En effet, l’esclave du Seigneur ne doit pas débattre, mais plutôt être affable envers tous, propre à enseigner, ayant du support, 25 enseignant avec douceur les contradicteurs, attendant si Dieu, peut-être, ne leur donne la repentance pour reconnaître la vérité, 26 et qu’ils ne se réveillent du piège du diable qui les a pris pour les soumettre à sa volonté.

  • Quoique des principes de séparation aient été évoqués, et en particulier s’écarter de ceux qui bouleversent la foi, le chemin indiqué parle-t-il de rigueur et d’exclusive doctrinale ou d’embrigadement dans un cercle fermé de croyants ? Celui qui a sincèrement une pensée qui n’est pas selon les écritures est-il à blâmer et rejeter ? Rom.14.
  • Quelles sont les vertus à poursuivre dans le chemin de tout croyant, et en quelque temps que ce fût ? Vers.22, 1 Tim.6:11, Rom.14:19, 1 Cor.14:1, Hébr.12:14, 1 Pier.3:11.
  • Que signifie ainsi "invoquer le Seigneur d’un cœur pur" ? Matt.5:8, 1 Tim.1:5, Hébr.10:22, 1 Pier.1:22. Lire aussi Psaumes 32:11, 36:10, 51:10.
  • Evite ! Car l’on peut être plongé dans quelque débat bien malgré soi. Quelle attitude doit avoir le serviteur de Dieu envers les contradicteurs ? Voir aussi Col.2:4,8.
  • Pourquoi éviter ainsi les débats difficiles touchant des questions de doctrine ? Lire aussi 1 Pier.5:8.
"Se réveiller du piège du diable !" Remarquons qu’il n’y a pas de condamnation, mais des regrets, le souhait profond étant bien le retour de celui qui se serait égaré. Un réel esprit de miséricorde, car Dieu est miséricordieux (Deut.4:31, Col.3:12), un réel amour, car Dieu est amour (Soph.3:17, 1 Jean 4:7). Mais pour s’occuper de telles situations il faut douceur, patience et attente de l’opération de Dieu dans l’âme… Ce chemin est tellement clair ! Nos n’avons pas à développer une batterie de raisonnements, ni faire quelque guerre, mais seulement avertir et s’attendre à Dieu, donc prier…
 
Revenons encore au chemin indiqué à Timothée, hors du service particulier dont il a la charge, à savoir : "poursuivre la justice, la foi, l’amour, la paix avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur." Que dire face à cette injonction ? Nous arrêter à ces quatre mots – justice, foi, amour, paix – et voir dans quel contexte nous les trouvons ailleurs, dans l’Ecriture ? Ou nous arrêter sur chacun pour nous demander ce que signifie "poursuivre" dans la pratique ?
  • Poursuivre la justice. Celle qui nous est acquise par Jésus à la croix du Calvaire n’est évidemment pas à poursuivre, car elle est reçue par le croyant (Rom.10:4). Mais de poursuivre ce qui est "juste" dans nos rapports à autrui, une réelle éthique de vie… (1 Jean 2:29, 3:7).
  • Poursuivre la foi. La foi n’est pas seulement le fait de croire, elle est avant tout le fait d’adhérer à la parole de Dieu en la mettant en pratique. (Col.1:4, Jacq.2:18, et Hébr.11).
  • Poursuivre l’amour. Nous sommes ici au cœur de la pratique du chrétien. Que de fois n’est-il pas souligné ? (1 Cor.13, 1 Jean…)
  • Poursuivre la paix. Ici encore, non pas la paix reçue de Dieu, mais de la pratique consécutive dans notre rapport à autrui, dans la communauté des croyants, mais aussi avec tous ceux qui nous entourent (Rom.12:18). Souvenons-nous de cette parole : "car celui qui veut aimer la vie et voir d'heureux jours, qu'il garde sa langue de mal, et ses lèvres de proférer la fraude ; qu'il se détourne du mal et qu'il fasse le bien ; qu'il recherche la paix et qu'il la poursuive" (Psaume 34:12-14, 1 Pier.3:10-11).
Ce sont ici des pistes de réflexion qui ne furent pour Timothée qu’une formalisation de ce qu’il désirait vivre, nous n’en pouvons douter, mais qui sont une inspiration pour la vie de tout croyant.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

05:00 Publié dans 2 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

2 Timothée 3:1 Vision d'un avenir difficile


 

3:1-4:8  LES DERNIERS TEMPS

Eviter ce qui nuit à l’âme, poursuivre ce qui est bon… Une injonction pour ce temps, et pour le nôtre, d’autant plus que le croyant doit évoluer dans un monde qui ne va pas vers une plus grande lumière… C’est ce qu’affirmait Paul dans cette lettre, ce que nous dit Pierre également. Dans l’histoire des hommes, il y a eu des hauts et des bas, des évolutions positives de la justice sociale et des mœurs, et d’autres temps ensuite… Des périodes qui faisaient naître l’optimisme et des temps de désillusions. Que pouvons-nous en dire, nous-mêmes, aujourd’hui ?

 
3:1-9  La vision d’un avenir difficile

Des temps difficiles ! Paul constate l’évolution autour de lui, et évoque ainsi ce qu’il comprend de l’évolution de la société des hommes… Il parle de la société dans son ensemble, mais y inclut la sphère religieuse, ceux qui "ont la forme de la piété, en en ayant renié la puissance" (vers.5) ; et cette annonce concerne déjà quelque peu Éphèse, car il se trouve là de telles personnes desquelles il est mieux de se détourner…

3  1 Sache donc que dans les derniers jours surviendront des temps difficiles, 2 car les gens seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, orgueilleux, outrageux, rebelles envers leurs parents, ingrats, sans piété, 3 sans affection naturelle, implacables, médisants, sans maîtrise de soi, cruels, ennemis du bien, 4 traîtres, emportés, enflés d’orgueil, amis des voluptés plutôt qu’amis de Dieu, 5 ayant la forme de la piété, mais en ayant renié la puissance.
 
Aussi, détourne-toi de telles gens, 6 car d’entre eux sont ceux qui s’introduisent dans les maisons et qui mènent captives des écervelées chargées de péchés et entraînées par toutes sortes de désirs, 7 toujours en train d’apprendre, sans jamais pouvoir parvenir à la connaissance de la vérité. 8 De la même manière que Jannès et Jambrès s’opposèrent à Moïse, ainsi aussi ceux-ci s’opposent à la vérité, hommes corrompus dans leur entendement, réprouvés quant à la foi : 9 mais ils n’iront pas plus avant, car leur folie sera manifeste pour tous, comme a été celle de ceux-là aussi.

  • Cette vue de l’avenir est-elle particulière à Paul ? Luc 18:8, 2 Pier.3, Jude 18, Apoc.2 et 3.
  • Sous quel caractère dépeint-il les propagateurs d’une telle orientation de la société ?
  • Toujours apprendre, sans parvenir à la connaissance ? 1 Tim.6:4,20.
La description est véritablement navrante, et pourrait faire paraître l’auteur de la lettre comme un homme pessimiste ; mais est-ce vraiment le cas ? Que voyons-nous, quelle image donne ce monde et quelle image offre la chrétienté ? Quoique nous pouvons discerner, en notre époque comme en d’autres, tant de lumières éclatantes qui réjouissent ! Mais l’opposition à la vérité révélée se renforce, comme au temps des devins de l’Égypte qui s’opposaient à Moïse (Exode 7:11), ces devins dont une tradition judaïque de l’époque retient ces noms de Jannès et Jambrès.
 
C’est ici qu’il faut s’interroger, et recevoir l’injonction qui fut donnée à Jérémie en un autre temps : "Courez çà et là par les rues de Jérusalem, et regardez et sachez et cherchez dans ses places si vous trouvez un homme, s'il y a quelqu'un qui fasse ce qui est droit, qui cherche la fidélité, et je pardonnerai à la ville. Et s'ils disent : L'Éternel est vivant ! en cela même, ils jurent faussement." (Jérémie 5:1-2). Et cela tandis que les formes religieuses perdurent (vers.5), quoique la puissance de Dieu ne soit plus reconnue dans la pratique. Les hommes organisent les formes religieuses suivant leurs propres idées, s’écartant de la simplicité de la foi…
 
"Détourne-toi de telles gens." Voilà le chemin indiqué à Timothée et dont nous trouvons un écho dans un texte écrit une trentaine d’années plus tard touchant la situation des chrétiens d’une ville proche d’Éphèse : "Mais à vous je dis, aux autres qui sont à Thyatire, autant qu'il y en a qui n'ont pas cette doctrine, qui n'ont pas connu les profondeurs de Satan, comme ils disent : je ne vous impose pas d'autre charge ; mais seulement, ce que vous avez, tenez-le ferme jusqu'à ce que je vienne." (Apoc.2:24-25).


 
3:10-17  La pratique en ces temps là

Les temps sont ce qu’ils sont, et nul ne peut endiguer un tel fleuve ! Il faut savoir pourquoi l’on vit. Ainsi Paul replace Timothée devant les vraies questions : quel enseignement, quelle conduite, quel but ? Ceci en vue de l’encourager dans ce chemin de la foi, tant vis-à-vis de lui-même que dans le service qui est placé devant lui.

10 Quant à toi, tu m’as pleinement suivi dans l’enseignement, la conduite, dans le but recherché, dans la foi, dans l’espérance, dans l’amour, dans la patience, 11 dans les persécutions, dans les souffrances telles qu’elles me sont arrivées à Antioche, à Iconium et à Lystre. Quelles persécutions j’ai endurées ! Et le Seigneur m’a délivré de toutes. 12 Oui, tous ceux qui veulent vivre pieusement dans le christ Jésus, seront persécutés, 13 mais les hommes méchants et les imposteurs iront de mal en pis, séduisant et étant séduits. 14 Mais toi, demeure dans ce que tu as appris et dont tu as été pleinement convaincu, sachant de qui tu les as apprises ; 15 dès l’enfance, tu connais les saintes lettres qui peuvent te rendre sage à salut par la foi qui est dans le christ Jésus. 16 Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, 17 afin que l’homme de Dieu soit à la hauteur, parfaitement équipé pour toute bonne œuvre.

  • Quel enseignement, quelle conduite, quel but ? Ce sont là ces questions qui se posent à chacun. Mais examinons ce qu’il en est de Paul. Vers.10-11.
  • Est-il écrit quelque part que le chemin de la foi est aisé ? Que l’attachement à Jésus est une garantie de vie facile ?
  • Ou puiser les forces pour poursuivre la route ?
  • Et où trouver les fondements pour servir les croyants ? Et quel est le but recherché du vrai service selon Dieu ? Rom.14:19, 1 Cor.14:12, Eph.4:15-16.
La lecture de cette lettre fait état d’un inévitable déclin. Alors, que faire ? Réformer, fonder une secte plus pure, faire la guerre ? L’ivraie est dans le champ ! Mais ce sont les moissonneurs qui feront la différence. Jusque là, il faut poursuivre le chemin, laissant ces choses au Seigneur. Voyons la situation de quelques uns, dans la ville de Thyatire ou des choses peu heureuses se passaient parmi ceux qui se disaient chrétien ; il y a là ceux qui tiennent le cap, auquel il est dit : "ce que vous avez, tenez-le ferme jusqu'à ce que je vienne" (Apoc.2:25). Et ici, à Timothée : "Mais toi…"
 
Et pour poursuivre la route, nous avons les Ecritures, "utiles pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice". Quelles que soient les hypothèses des savants dans la transmission de l’Ecriture, il n’en demeure pas moins vrai que dans la Bible, révélation de Dieu et aussi témoignage de la foi au travers de l’histoire de l’homme, nous trouvons la Parole de Dieu, l’expression de la pensée du Créateur et aussi la compréhension qu’en ont eu des hommes de foi au cours des millénaires… Et la quête majeure des prophètes, comme la réponse à Dieu des psalmistes, ne sont pas des discussions de points de doctrine, mais l’adhésion de l’homme à la pensée de Dieu, à son plan pour l’humanité, et l’engagement du croyant à manifester des œuvres de foi ! Comme le diront les disciples : "Notre seigneur Jésus, vous rende accomplis en toute bonne œuvre pour faire sa volonté, faisant en vous ce qui est agréable devant lui, par Jésus Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen." (Hébr.13:21).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

02:00 Publié dans 2 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

2 Timothée 4:1 La conduite personnelle


 

4:1-4  L’exhortation nécessaire

L’apôtre ne quitte pas ce sujet si important pour lui, prisonnier et conscient d’être bientôt ôté de la scène de ce monde, son combat étant achevé. Il y revient avec insistance, car les temps sont difficiles et il est persuadé que rien n’arrêtera cette évolution. Mais au travers de tels courants, Timothée doit inlassablement veiller sur le troupeau !

4  1 Je t’en conjure devant Dieu, et le christ Jésus qui va juger vivants et morts, et par son apparition et par son règne : 2 prêche la parole, insiste en temps et hors de temps, convaincs, reprends, exhorte, avec toute patience et doctrine ; 3 car il y aura un temps où le sain enseignement ne sera plus supporté, mais, ayant des oreilles qui leur démangent, ils s’amasseront des docteurs selon leurs propres désirs, 4 et ils détourneront leurs oreilles de la vérité pour se tourner vers les fables.

  • A quoi s’attend l’apôtre, relativement à la doctrine parmi les chrétiens ?
  • Quelle est l’emprise des faux docteurs sur les âmes ?
  • Cette exhortation à Timothée touchant son temps, mais en vue d’un devenir, la venue des "derniers jours" doit nous concerner. Que voyons nous dans le monde aujourd’hui ?
Nous ne pouvons pas parcourir ces textes de l’apôtre à la légère. Qu’en est-il après près de deux millénaires ? Déjà pouvons nous lire les paroles de Jean, à la fin du premier siècle, et parcourir aussi l’histoire de la chrétienté… Qu’en a-t-il été ? Dès les premiers siècles il y eût les grandes hérésies, comme les courants gnostiques et autres, les liens étroits des autorités religieuses avec le pouvoir séculier et ensuite un réel pouvoir des dirigeants religieux sur le monde, pour suivre ensuite par les grandes guerres de religion. Et que dire aujourd’hui de la multiplication des groupements petits ou grands qui se réclament de doctrines s’écartant notablement de la simplicité de l’Évangile, voire même qui enseignent, au nom de cet Évangile, ce qui lui est opposé !

 
4:5-8  La conduite personnelle

Ayant fait ce tableau peu encourageant de l’avenir, en phase, notons-le, avec ce que le Seigneur en a dit lui-même en paraboles – le bon grain et l’ivraie, la graine de moutarde, le levain dans la pâte (Matt.13:24-33) – l’apôtre revient à la marche personnelle, en une adresse à Timothée, pleine d’intérêt pour chacun, pour évoquer enfin la fin de sa course en ce monde.

5 Mais toi, sois sobre en tout, supporte les souffrances, fais l’œuvre d’un évangéliste, accomplis pleinement ton service. 6 Quant à moi, je suis déjà répandu en libation, et le temps de mon départ est arrivé. 7 J’ai mené le beau combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. 8 Désormais m’est réservée la couronne de justice que le Seigneur, juste juge, me donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui aiment son apparition.

  • Quelle est la qualité soulignée en premier dans ces paroles prononcées par l’apôtre, conscient de son départ prochain ?
  • Répandu en libation, selon l’image du vin répandu, accompagnant le sacrifice offert sur l’autel. Que veut dire l’apôtre ?
  • Comment se manifeste, pour un croyant, le fait d’aimer l’apparition du Seigneur, ou plutôt "sa présence" ?
Pour l’homme de foi, la grande question est de savoir ce qui plaît à Dieu. Un prophète l’a exprimé en termes clairs et significatifs il y a vingt-six siècles : "Il t'a déclaré, ô homme, ce qui est bon. Et qu'est-ce que l'Éternel recherche de ta part, sinon que tu fasses ce qui est droit, que tu aimes la bonté, et que tu marches humblement avec ton Dieu ?" (Michée 6:8). Ainsi parle l’apôtre en d’autres mots, soulignant la sobriété convenant à la marche du croyant. En opposition aux écarts qui se manifestent, l’apôtre dit à Timothée : "Mais toi…" (1 Tim.6:11, 2 Tim.3:10,14 et 4:5) en quoi nous pouvons ainsi comprendre que la marche est personnelle (Jean 21:22), trouve ses motifs dans la grâce, et produit ainsi du bien pour ceux qui nous entourent (1 Tim.4:16).
 
Quant à Paul, il ressent la fin de la course et peut déclarer "J’ai gardé la foi…" Il évoque alors la "couronne de justice" partagée avec tous ceux qui "aiment l’apparition du Seigneur". En ceci, nous pourrions voir un événement particulier, mais le terme grec "épiphanie" qui est traduit ici par "apparition" exprime tout simplement la "présence", la "présence du Seigneur", comme nous pouvons considérer la pensée de Paul, exprimée déjà lors de son premier emprisonnement, lorsqu’il disait : "ayant le désir de déloger et d'être avec Christ, car cela est de beaucoup meilleur" (Phil.1:23). Nous pouvons bien discerner combien cette conviction est déterminante pour la vie d’un croyant !

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

01:00 Publié dans 2 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

2 Timothée 4:9 Communications et salutations


 

4:9-22  COMMUNICATIONS ET SALUTATIONS

Ces derniers mots de Paul touchant son départ et la perspective du repos avec le Seigneur terminent les exhortations qu’il a voulu adresser à son enfant dans la foi, ce jeune collaborateur dont la fidélité est remarquable mais que Paul se devait d’encourager, tant il connaissait sa réserve, sa modestie. Il reste maintenant des communications pratiques
 
Paul appelle Timothée à venir auprès de lui, et le charge de quelques services, mais déjà lui fait part des circonstances dans lesquelles il se trouve relativement à ses compagnons de voyage, ceux qui poursuivent le chemin, celui qui a abandonné… Ces lignes nous font bien entrer dans l’humanité de l’apôtre, bien différente des images que nous pourrions nous faire d’un serviteur rude et insensible, et il soulignera encore cette humanité par l’insistance, à la fin, lorsqu’il écrit : "Tâche de venir avant l’hiver…" (vers.21).

9 Empresse-toi de venir bientôt auprès de moi, 10 car Démas m’a abandonné, ayant aimé le présent siècle ; et il s’en est allé à Thessalonique, Crescens en Galatie, Tite en Dalmatie ; 11 Luc seul est avec moi. Prends Marc et amène-le avec toi, car il m’est utile pour le service. 12 J’ai envoyé Tychique à Éphèse. 13 Quand tu viendras, apporte le manteau que j’ai laissé en Troade chez Carpus, et les livres, spécialement les parchemins. 14 Alexandre, l’artisan en cuivre, a montré envers moi beaucoup de méchanceté ; le Seigneur lui rendra selon ses œuvres. 15 Garde-toi aussi de lui, car il s’est violemment opposé à nos paroles.
 
16 Lors de ma première défense, personne ne m’a assisté, mais tous m’ont abandonné ; que cela ne leur soit pas imputé. 17 Mais le Seigneur s’est tenu près de moi et m’a fortifié afin que, par moi, la prédication fût pleinement accomplie et que toutes les nations l’entendissent. Et j’ai été délivré de la gueule du lion. 18 Le Seigneur me délivrera de toute mauvaise œuvre et me conservera pour son royaume céleste. À lui la gloire, aux siècles des siècles ! Amen.
 
19 Salue Prisca et Aquilas ainsi que la maison d’Onésiphore. 20 Éraste est demeuré à Corinthe, et j’ai laissé Trophime malade à Milet. 21 Tâche de venir avant l’hiver. Eubulus, Pudens, Linus, Claudia et tous les frères, te saluent.
 
22 Que le Seigneur soit avec ton esprit ! Que la grâce soit avec vous !

  • Si Démas, avec Paul lors de son premier emprisonnement à Rome (Col.4:14, Phlm 24) a abandonné le service, nous voyons d’autres serviteurs connus de Timothée. Voyons notamment la mention de Marc, et son histoire personnelle : Act.12:12,25, 15:37-39, Col.4:10, Phlm 24 et 1 Pier.5:13.
  • Quel fut le seul secours de Paul lors des interrogatoires qu’il dût subir, et quelle est sa joie ? Act.9:15.
  • Quelle délivrance Paul évoque-t-il dans cette parole de confiance qu’il complète d’une louange à Dieu ? Vers.18.
Etrange désaffection des croyants, lors de cet emprisonnement. Mais Paul a la confiance d’être délivré, que ce soit pour la terre ou pour le ciel, dans la mort ! En attendant il compte bien revoir Timothée, et disposer des documents laissés en Troade, et du manteau laissé là-bas aussi, car l’hiver s’approche. Il faut comprendre que Paul ne pense pas être libéré avant. Pense-t-il être libéré seulement ? Il s’attend à revoir Marc, ce croyant qui, jeune, n’eût pas le courage de poursuivre avec lui-même et Barnabas, mais qui est plein de zèle, et est utile à Paul comme à Pierre (1 Pier.5:13) !
 
Que dire en terminant la lecture de cette lettre ? Il s’y trouve des mots tous simples, des paroles exprimées à un serviteur de Dieu en qui Paul a toute confiance. La foi de Paul n’est pas émoussée, il poursuit jusqu’au bout, manifestement sans défaillance, mais ce n’est pas sans ressentir la peine des abandons et celle, plus forte encore, due aux perspectives qu’il entrevoit pour les communautés chrétiennes. Mais il faut poursuivre, et Paul, faisant saluer ceux qui lui sont particulièrement chers – Prisca et Aquilas qu’il a connus à Corinthe (Act.18:2) et la maison d’Onésiphore, d’Éphèse – associe à sa propre salutation quelques frères et sœurs dans la foi qui sont auprès de lui.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

00:00 Publié dans 2 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric