04/03/2013

Mat.13:1 La parabole du semeur


 

DISCOURS SUR LE ROYAUME DES CIEUX
Matthieu 13:1-52

Le Royaume des Cieux ! Matthieu s’adresse à des lecteurs juifs, et doit donc établir ce que sera "le royaume" avant que vienne le rétablissement de la royauté davidique, le règne du Messie d’Israël. Les Juifs attendaient, à juste titre, ce royaume dont ont abondamment parlé les prophètes, mais ils oubliaient que celui-ci avait un préalable important : il fallait fonder les bases de la rédemption, selon les décrets de Dieu, le juste. Pour cela, le Messie ne pouvait entrer dans son règne avant qu’il n’ait souffert lui-même pour fonder la nouvelle alliance, alors que l’ancienne avait été unilatéralement rompue par Israël (Jérémie 11:10, 31:31, Ézéchiel 16:59-60).
 
Le Messie étant rejeté, son "royaume" devait prendre une forme particulière avant que vienne le rétablissement de la Maison de David. Le Roi étant enlevé dans les cieux, Matthieu parle alors du Royaume des Cieux, évoquant par cette expression l’ensemble des personnes qui, sur la terre, professent l’attachement au Messie d’Israël. Marc et Luc, évoquant les mêmes enseignements, ne feront pas cette distinction et parleront simplement du Royaume de Dieu, car leur lectorat principal est d’entre les nations, et ne mettent donc pas l’accent sur les promesses faites à Israël.
 
Matthieu rassemble ici six paraboles touchant ce Royaume, évoquant ainsi la constitution de ce que nous connaissons, à savoir le grand ensemble de personnes qui, aujourd’hui, se réclament du "christianisme". Ce sont les "similitudes du royaume". Par la suite, quatre autres "similitudes" du royaume complèteront ce tableau : la dette remise, les ouvriers employés au champ, l’invitation aux noces et les jeunes filles avisées (Mat.18:23-35, 20:1-16, 22:1-14, 25:1-13).
 
Le Seigneur parlait aux foules en parabole (Luc 8:10), n’en donnant l’explication qu’à ceux qui le reconnaissaient comme étant le Messie. Ainsi ils entendirent ce qu’était le royaume dans la pensée de Dieu "le royaume a été fait semblable", mais aussi tel qu’il paraît aujourd’hui, "le royaume est semblable", et enfin, ce qu’en sera la fin, "le royaume sera fait semblable…".
 
Ceci étant, la première question est celle d’entrer dans le Royaume, de saisir la bénédiction offerte gratuitement. Et ici la question est individuelle, il s’agit pour un être humain de saisir la parole qui est semée, de recevoir cette parole pour soi-même, comme le lisons déjà dans la parole à Abraham : "Va, pour toi-même, dans le pays que je te donnerai" (Genèse 12:1), lisant ce texte bien connu avec une nuance attestée de l’hébreu, ce "pour toi-même", que la plupart des traductions ne rendent malheureusement pas.

 
La parabole du semeur
Matthieu 13:1-23

Avant de parler du royaume, ce qui allait paraître en ce monde, une œuvre était en cours, "Il va en pleurant, portant la semence qu'il répand", avant que vienne le temps de la récolte, "il revient avec chant de joie, portant ses gerbes" (Psaume 126:6). La parole du Seigneur est répandue, et chaque âme qui la reçoit est personnellement responsable de ce qu’elle en fait… Il ne s’agit ni de famille, ni de groupe, ni de religion…

 
La parabole exposée aux foules 13:1-9
Marc 4:1-9 ; Luc 8:4-8

"Voici, un semeur sortit pour semer." La parole de Dieu était répandue en terre d’Israël et dans les régions proches, comme elle l’est tout autour de la terre aujourd’hui. La question est celle du sol sur lequel la semence tombe : la terre est-elle préparée ? C’était la grande question de Jean le baptiseur : "Repentez-vous, car le royaume des cieux s’est approché. Car il est ici celui dont il a été parlé en Ésaïe le prophète, disant : "Voix de celui qui crie : Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur, faites droits ses sentiers"" (Mat.3:2-3). Le cadre est simple, rapidement brossé. Jésus est sorti de la maison, de façon que beaucoup de personnes puissent l’entendre…

13  1 Et en ce jour-là, Jésus, étant sorti de la maison, s’assit près de la mer. 2 Et de grandes foules étaient rassemblées auprès de lui, de sorte que, montant dans une nacelle, il s’assit ; et toute la foule se tenait sur le rivage. 3 Et il leur dit beaucoup de choses par des paraboles, disant : Voici, un semeur sortit pour semer. 4 Et comme il semait, quelques grains tombèrent le long du chemin, et les oiseaux vinrent et les dévorèrent. 5 Et d’autres tombèrent sur les endroits rocailleux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; et aussitôt ils levèrent, parce qu’ils n’avaient pas une terre profonde ; 6 et, le soleil s’étant levé, ils furent brûlés, et parce qu’ils n’avaient pas de racine, ils séchèrent. 7 Et d’autres tombèrent entre les épines, et les épines montèrent et les étouffèrent. 8 Et d’autres tombèrent sur une bonne terre et produisirent du fruit, l’un cent, l’autre soixante, l’autre trente. 9 Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

  • Une grande question est celle des "paraboles". Pourquoi donc le Seigneur parle-t-il aux foules en ces termes quelque peu voilés ?
  • Le Seigneur donnera les explications touchant les différents terrains sur lesquels la semence se répand, mais déjà pouvons-nous comprendre ce qui fait une "bonne terre" ? Mat.3:2-3.
La parole de Dieu est semée, autrement dit la vérité est donnée à connaître. Avant d’aller plus loin, nous pouvons nous demander ce que nous faisons des paroles venant de Dieu lui-même dans notre vie. Retenons cette parole du Seigneur : "Si vous savez ces choses, vous êtes bienheureux si vous les faites" (Jean 13:17). A quoi servirait de comprendre toutes choses, "si j'ai la prophétie, et que je connaisse tous les mystères et toute connaissance" (1 Cor.13:2)… et qu’il me manque l’essentiel.

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

23:06 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.13:10 Jésus parle en paraboles


 

Jésus parle en paraboles – 13:10-17
Marc 4:10-12 ; Luc 8:9-10

Lorsque les disciples demandent au Seigneur pourquoi il parle en paraboles, il leur répond par une parole bien étrange, disant : "à quiconque n’a pas, cela même qu’il a lui sera ôté". Nous pouvons cependant comprendre que l’homme peut avoir des biens, des privilèges, des prérogatives, même en ce qui concerne la parole de Dieu, et ses promesses, ainsi qu’il en était des fils d’Israël, et que ce qu’il a, au regard du message de la grâce, soit déclaré n’être rien, de sorte que ce qu’il a est déclaré "rien" et que cela même "qui n’est rien" lui est ôté… Un autre questionnement important est dans cette assertion : le "mystère du royaume des cieux" n’est donné qu’aux disciples ?"

10 Et les disciples, s’approchant, lui dirent : Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? 11 Et lui, répondant, leur dit : C’est parce qu’à vous il est donné de connaître les mystères du royaume des cieux ; mais à eux, il n’est pas donné. 12 Car à quiconque a, il sera donné, et il sera dans l’abondance ; mais à quiconque n’a pas, cela même qu’il a sera ôté. 13 C’est pourquoi je leur parle en paraboles, parce que voyant ils ne voient pas, et qu’entendant ils n’entendent ni ne comprennent. 14 Et par eux s’accomplit la prophétie d’Ésaïe qui dit : "En entendant vous entendrez et vous ne comprendrez point, et en voyant vous verrez et vous n’apercevrez point ; 15 car le cœur de ce peuple s’est épaissi, et ils ont ouï dur de leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu’ils ne voient des yeux, et qu’ils n’entendent des oreilles, et qu’ils ne comprennent du cœur, et qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse" [Ésaïe 6:9-10]. 16 Mais bienheureux sont vos yeux, car ils voient, et vos oreilles, car elles entendent ; 17 car en vérité, je vous dis, que plusieurs prophètes et plusieurs justes ont désiré de voir les choses que vous voyez, et ils ne les ont pas vues, et d’entendre les choses que vous entendez, et ils ne les ont pas entendues.

  • Qu’est-ce donc ce que la foule "possède", et qu’est-ce qui lui manque, le Seigneur déclarant qu’elle n’a pas ? Mat.21:43 et 25:29.
  • Dans la parole citée ici du livre d’Ésaïe, qu’est-il dit au prophète ? Est-il enseigné à parler "pour n’être pas écouté" ou bien est-il averti que ses paroles ne seront reçues que par un petit nombre ? Vers.15.
  • Le Seigneur parle-t-il en paraboles dans le but de n’être pas compris, ou bien "parce que" son message n’est pas reçu de tous ?
C’est bien là la question. Serait-il utile à des personnes qui ne le reçoivent pas, lui, de savoir ce qu’il adviendrait de sa parole ainsi répandue ? La première démarche est de recevoir cette parole, de saisir la grâce offerte. Ainsi ils entendent en paraboles sans recevoir les clés pour les décrypter tant qu’ils n’ont pas la foi pour goûter la bonté de Dieu.
 
Celui qui a la foi est en mesure de recevoir ce que Dieu veut donner ; c’est assurément ce qui remplit le cœur et l’esprit de Paul quand il écrit aux Ephésiens… "Béni soit le Dieu et Père de notre seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ […] ayant entendu la parole de la vérité, l'évangile de votre salut ; auquel aussi ayant cru, vous avez été scellés du Saint Esprit de la promesse, qui est les arrhes de notre héritage, pour la rédemption de la possession acquise, à la louange de sa gloire." (Éph.1:3,13-14).

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

22:06 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.13:18 La parabole du semeur exposée


 

Explication de la parabole aux disciples – 13:18-23
Marc 4:13-20 ; Luc 8:11-15

L’esprit fermé, le terrain rocailleux, les épines… et enfin la bonne terre ! La parole est "une", mais les terrains sont variés, comme les états d’âme des hommes… Et d’aucuns s’emparent des âmes pour se les assujettir, comme nous lisons ici à propos du "méchant", lui-même n’étant pas désigné plus précisément, et en lequel nous pouvons discerner ceux qui font commerce "d’âmes d’hommes" (Apoc.18:13).

18 Vous donc, écoutez la parabole du semeur. 19 Toutes les fois que quelqu’un entend la parole du royaume et ne la comprend pas, le méchant vient et ravit ce qui est semé dans son cœur ; c’est là celui qui a été semé le long du chemin. 20 Et celui qui a été semé sur les endroits rocailleux, c’est celui qui entend la parole, et qui la reçoit aussitôt avec joie ; 21 mais il n’a pas de racine en lui-même, mais n’est que pour un temps : et quand la tribulation ou la persécution survient à cause de la parole, il est aussitôt ébranlé. 22 Et celui qui a été semé dans les épines, c’est celui qui entend la parole ; et les soucis de ce siècle et la tromperie des richesses étouffent la parole, et il est sans fruit. 23 Et celui qui a été semé sur la bonne terre, c’est celui qui entend et comprend la parole, qui aussi porte du fruit, et produit l’un cent, l’autre soixante, l’autre trente.

  • Qu’elle est l’entrave majeure telle qu’un homme entend la parole de la grâce, et ne la comprend pas ? Mat.5:3, 19:14.
  • Comment voyons-nous ces "méchants" dont il est dit qu’ils viennent et ravissent ce qui est semé dans le cœur ?
  • Quelles autres entraves telles qu’un homme ne s’engage pas sur le chemin de la foi, de la confiance en Dieu ?
Quel danger pour un homme d’être attaché à ce qu’il a reçu, à ce qui a façonné sa personnalité dans les traditions de ses pères, allant parfois jusqu’à affirmer que seule compte la fidélité à cette tradition, quelle qu’elle fût, sans oser s’en écarter. Ce sont sans doute les "timides" dont parle l’Ecriture (Ésaïe 35:4, Apoc.21:8). Par manque de propre jugement, de liberté de pensée ils sont à la merci de courants influents qui les subjuguent. Le manque de réflexion et la superficialité sont aussi de graves dangers ; ici, point de "méchant", point d’agent extérieur, mais seulement une disposition à la légèreté. Autre encore, parmi les entraves, est la poursuite de séductions mondaines, lorsque la réussite, les richesses, deviennent des buts en soi, une forme d’idolâtre…
 
Mais l’homme qui, recevant la parole ainsi semée si largement, s’arrête pour réfléchir, se pose les bonnes questions sur le sens de sa vie, considère avec sérieux la valeur des choses qui l’entourent et se place devant Dieu pour s’enquérir enfin du sens du message de Dieu, celui-là est préparé pour le royaume ; il entre dans une sphère nouvelle, dans la véritable vie, celle que l’Auteur de sa vie a voulue pour lui. Et c’est alors une nouvelle naissance…

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

21:30 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.13:24 Le bon grain et l'ivraie


 

Similitudes du Royaume
Matthieu 13:24-52

Les fils d’Israël attendaient la restauration du royaume de David, mais il fallait que, en justice, furent posées les bases de l’alliance nouvelle. Après les souffrances de sa passion, le Messie devait être ôté de la terre avant que ne soient accomplies les promesses faites à David (Luc 24:46, Psaume 110:1, Hébr.10:13 ; Esaïe 55:3, Act.13:34).
 
L’alliance nouvelle, établie entre le Messie enlevé dans les cieux et les hommes qui se réclameraient de Lui sur la terre, est celée par Dieu lui-même, selon son propos, sa pensée. Mais ce qui est sur la terre est confié aux hommes, ce qui ne pouvait manquer d’avoir des effets, comme toute œuvre où l’homme met la main, jusqu’à la fin de cette ère, lors du "retour de l’époux" ainsi que l’évoque la dernière des similitudes, celle des jeunes filles invitées aux noces, et attendant la venue de l’époux.
 
Similitudes du Royaume
Le bon grain et l'ivraie (Mat.13:24)
Le grain de moutarde (Mat.13 :31, Marc 4:30, Luc 13:18)
Le levain dans la pâte (Mat.13 :33, Luc 13:20)
Le trésor caché (Mat.13:44)
La perle de grand prix (Mat.13:45)
Le filet jeté dans la mer (Mat.13:47)
La dette remise (Mat.18:23)
Les ouvriers envoyés aux champs (Mat.20:1)
L’invitation aux noces (Mat.22:1, Luc 14:15)
Les jeunes filles avisées (Mat.25:1)

 
Le bon grain et l’ivraie – 13:24-30

Cohérent dans sa présentation, Matthieu présente à la suite de la parabole du semeur le champ ensemencé de bonnes graines. Bien des personnes allaient se joindre à la famille de la foi, former des communautés qui acquerraient, au fil du temps plus de visibilité au monde. Qu’allait-il advenir ? Ces communautés allaient-elles être maintenues dans la pureté de l’appel de leurs membres ? Telle était la question. La présentation est faite en parabole, car la réalité devait être annoncée, certes, mais non pas pour que les hommes en fassent un sujet de supputations. Elle ne sera décryptée que pour les disciples, pour ceux qui ont reconnu Jésus comme le Messie, qui se sont donc engagés dans le chemin et que cette réalité à venir concerne. Mais déjà nous pouvons réfléchir à ce que le Seigneur communique ainsi.

24 Il leur proposa une autre parabole, disant : Le royaume des cieux a été fait semblable à un homme qui semait de bonne semence dans son champ. 25 Mais pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint et sema de l’ivraie parmi le froment, et s’en alla. 26 Et lorsque la tige monta et produisit du fruit, alors l’ivraie aussi parut. 27 Et les esclaves du maître de la maison, s’approchant, lui dirent : Seigneur, n’as-tu pas semé de bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il a l’ivraie ? 28 Et il leur dit : Un ennemi a fait cela. Et les esclaves lui dirent : Veux-tu donc que nous allions et que nous la cueillions ? 29 Et il dit : Non, de peur qu’en cueillant l’ivraie, vous ne déraciniez le froment avec elle. 30 Laissez-les croître tous deux ensemble jusqu’à la moisson ; et au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Cueillez premièrement l’ivraie, et liez-la en bottes pour la brûler, mais assemblez le froment dans mon grenier.

  • A quelle occasion l’ivraie est-elle répandue dans le champ ? A quoi les disciples sont-ils indirectement exhortés ? 1 Cor.16:13, Hébreux 3:12, 1 Pier.4:7, 5:8.
  • Dès cette première lecture de la parabole de l’ivraie dans le champ, que pouvons nous conclure quant au "royaume des cieux" aujourd’hui, et à l’action que les hommes peuvent ou ne peuvent pas mener lorsque l’ivraie est constatée ?
  • Quel est le danger encouru lorsque des "disciples" se mettraient à agir à l’encontre de ce qu’ils considèrent comme de l’ivraie ? Mat.12:20, Marc 9:38.
L’avertissement, ou plutôt l’indication donnée par le Seigneur touchant la collecte de l’ivraie, laquelle n’est pas confiée aux disciples est d’une importance capitale. Et force est de constater, au regard de l’histoire, les manquements à cet égard : condamnations, querelles et guerres. Faut-il traduire que le laxisme s’impose ? Les disciples ont compris le chemin, l’un d’entre eux écrivant : "Prenez garde, frères, qu'il n'y ait en quelqu'un de vous un méchant cœur d'incrédulité, en ce qu'il abandonne le Dieu vivant ; mais exhortez-vous l'un l'autre chaque jour, aussi longtemps qu'il est dit : "Aujourd'hui", afin qu'aucun d'entre vous ne s'endurcisse par la séduction du péché." (Héb.3:12-13).

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

21:05 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.13:31 Le grain de moutarde, le levain dans la pâte


 

Le grain de moutarde et le levain dans la pâte – 13:31-35
Marc 4:30-32 ; Luc 13:18-21

Le grain de moutarde, fort petit, donne essor à une plante assez haute, passant outre les autres herbacées pour devenir comme un petit arbre. L’image est donnée pour manifester ce qu’est, au commencement, l’ensemble des chrétiens dans le vaste monde, un tout petit troupeau, mais qui devait devenir bien important…

31 Il leur proposa une autre parabole, disant : Le royaume des cieux est semblable à un grain de moutarde qu’un homme prit et sema dans son champ : 32 lequel est, il est vrai, plus petit que toutes les semences ; mais quand il a pris sa croissance, il est plus grand que les herbes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent et demeurent dans ses branches.
 
33 Il leur dit une autre parabole : Le royaume des cieux est semblable à du levain qu’une femme prit et qu’elle cacha parmi trois mesures de farine, jusqu’à ce que tout fût levé.

  • Que le royaume grandisse, qu’il gagne en visibilité, ce sont des réalités. Mais la conséquence citée dans la parabole est-elle une bénédiction ? Voyons la similitude que donne le prophète Ézéchiel (Ézéchiel 31), et aussi les avertissements données par Jérémie et dans les Psaumes (Jérémie 7:33 et Psaume 79:2, parmi bien d’autres passages).
  • Le levain dans la pâte. Examinons cette sentence en nous arrêtant sur le fait de "cacher", là où tout devrait être lumière, et au sens général du "levain" dans les Ecritures (Lév.2:4), et notamment dans l’évangile (Mat.16:6-12). Voir en particulier 1 Cor.5:6-8 et Gal.5:9.
Si ces deux paraboles sont bien aisées à lire, les commentateurs en ont donné des interprétations contradictoires. D’aucuns voient dans ces oiseaux des cieux qui viennent s’abriter dans ses branches une chose heureuse, ce qui n’est pas sans faire penser à une "christianisation" du monde… Et, historiquement, nous avons vu l’attachement au christianisme de l’empereur Constantin Ier (306-337) et plus tard la promulgation de la "religion chrétienne" en tant que "religion d’Etat". Et dès lors la "religion chrétienne" occupa une place croissante dans le panthéon des pouvoirs du monde, qu’ils soient politiques, économiques ou sociaux. Des oiseaux tirant parti de la puissance religieuse. Mais est-ce selon l’esprit du Seigneur, lequel disait à Pilate : " Mon royaume n'est pas de ce monde" (Jean 18:36).
 
Le levain dans la pâte exprime également la croissance. Trois mesures de farine, ou plus exactement "trois séas", représentent une quantité importante, quelque vingt à quarante litres selon les périodes et les lieux. Une lecture classique est de voir dans le levain l’action de la vie divine pénétrant dans la société des hommes pour la transformer positivement. Il est vrai qu’en un homme, sa foi se marquera par des œuvres qui montreront, et démontreront la nouvelle vie qui est en lui, ainsi que nous lisons : "Moi, par mes œuvres, je te montrerai ma foi" (Jacques 2:18). Appliquée au "royaume des cieux", nous rencontrons ici une difficulté majeure, car en aucune part de l’évangile nous ne voyons d’annonce d’une transformation positive du monde (Mat.24:1-14, Luc 18:8).
 
Ces lignes ne sont écrites ici que pour alimenter une réflexion personnelle. La lecture peu commune qui est faite ici se fonde sur des passages de la Bible hébraïque, touchant les oiseaux, qui trouvent où séjourner, et le levain qui représente ce qui vient de l’homme et qui ne pouvait en aucun cas être associé aux sacrifices (Lév.2:4, Mat.16:6). Ainsi pouvons-nous voir en ces deux paraboles un appendice à celle de l’ivraie, y discernant d’une part ce qui altère la pureté du royaume, dans une assimilation au monde, et d’autre part ce qui vient de l’intérieur de la famille de la foi (1 Cor.5:6-8, Gal.5:9). Et pour Matthieu qui entreprit l’écriture de son évangile bien des années après la Pentecôte qui suivit l’ascension du Seigneur (Act.2:1), il ne savait que trop les difficultés rencontrées dans les communautés chrétiennes dès cette époque. Il était bien nécessaire que le message du Seigneur soit évoqué, lequel a annoncé dès le commencement les difficultés à venir. Il s’impose, toutefois, de ne pas se positionner pour une pensée contre une autre, mais de respecter la compréhension d’autrui.
 
Au temps de Jésus, toutefois, ces développements résultant des semailles de la parole parmi les Juifs comme parmi les nations ne pouvaient être d’aucun intérêt, aussi ces choses demeuraient pour les foules des énigmes, tandis que les disciples étaient avertis…

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

20:05 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.13:36 La parabole de l'ivraie expliquée


 

Jésus explique aux disciples la parabole de l’ivraie – 13:36-43
Marc 4:33-34

Enseignant en paraboles, Jésus communique bien des messages en public, mais de manière telle qu’ils ne peuvent être pleinement compris. Nous pouvons penser que plus d’un ont été interpellés par ces paraboles, n’en pouvant sans doute pénétrer la signification. Le sujet, d’ailleurs, ne les concernait pas vraiment, tant qu’ils n’avaient pas saisi pour eux-mêmes la grâce qui leur était présentée, à eux, personnellement. Pour ce qui concerne les disciples, cela est bien différent. Il fallait que leurs yeux soient ouverts sur ce qui allait arriver, ce qu’il en adviendrait de ces nouveaux liens établis avec Dieu, et entre eux. C’est une réalité que ne pouvaient envisager les Israélites, car ils attendaient la restauration du royaume de David, mais ce que deviendrait "le royaume de Dieu" alors que le Messie serait ôté de la terre, ils ne pouvaient l’envisager. Ainsi, à eux, le Seigneur expose l’essence du royaume des cieux. Mais pour comprendre, il faut d’abord "entrer dans la maison".

34 Jésus dit toutes ces choses aux foules en paraboles, et sans parabole il ne leur disait rien ; 35 en sorte que fût accompli ce qui a été dit par le prophète, disant : "J’ouvrirai ma bouche en paraboles, je proférerai des choses qui ont été cachées dès la fondation du monde" [Psaume 78:2].
 
36 Alors, ayant congédié les foules, il entra dans la maison ; et ses disciples vinrent à lui, disant : Expose-nous la parabole de l’ivraie du champ. 37 Et lui, répondant, leur dit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le fils de l’homme ; et le champ, c’est le monde ; 38 et la bonne semence, ce sont les fils du royaume ; et l’ivraie, ce sont les fils du méchant ; 39 et l’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; et la moisson, c’est la consommation du siècle; et les moissonneurs sont des anges. 40 Comme donc l’ivraie est cueillie et brûlée au feu, il en sera de même à la consommation du siècle. 41 Le fils de l’homme enverra ses anges, et ils cueilleront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité, 42 et ils les jetteront dans la fournaise de feu : là seront les pleurs et les grincements de dents. 43 Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

  • La chrétienté aurait-elle pu demeurer dans un état de perfection, de pureté ? Qu’en est-il dans ses premiers jours ? Actes 4:32-5:2, 1 Cor.1:10-12…
  • Si, dans les écrits apostoliques, des directives sont données à l’égard des difficultés rencontrées et de ceux qui les provoquent, trouvons-nous une indication à faire la guerre à de tels hommes ?
  • Les justes resplendiront ! De quand est-il donc parlé, lorsqu’il est dit que cela aura lieu dans "le royaume de leur Père" ? Que représente de "royaume", en contraste avec le "royaume des cieux" ? Mat.25:34, 26:29, Luc 12:32, 1 Thes.2:12.
Le message de l’Évangile devait être communiqué à toutes tribus, langues et nations, il devait être entendu sur toute la terre. Dans toutes les nations, des hommes se déclareraient disciples de Jésus de Galilée, mais au sein de leurs communautés, il n’y aurait pas seulement des "fils du royaume". La profession est une chose, mais la réalité de la foi est bien plus subtile, elle concerne ce qui est dans la cœur, dans l’intimité d’un être. Il était inévitable que l’ivraie se mêle au bon grain, et, cela l’homme ne pouvait rien y faire. S’il se trouvait quelqu’un dans le cercle des chrétiens qui paraitrait ne pas "vivre par sa foi" (Habacuc 2:4, Rom.1:17, Gal.3:11, Héb.10:38), il faudrait faire attention, prendre garde à lui (Héb.3:12), en prenant soin, ainsi que le faisait le Seigneur, de ne pas éteindre le "lumignon qui fume à peine" (Mat.12:20).

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

18:04 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.13:44 Le trésor caché, la perle, le filet dans la mer


 

Le trésor caché, la perle, le filet à la mer – 13:44-52

Si la parabole touchant l’ivraie mêlée au bon grain pouvait ternir l’image du royaume, le Seigneur montre cependant combien sa joie à lui est grande, combien le fruit de son œuvre lui apporte de la joie ; une joie qu’il partage avec ses disciples et dont Matthieu est témoin. Nous avons ici des lignes présentant le côté divin du "royaume des cieux", l’accomplissement du dessein de la grâce, dans la joie comprise déjà par le psalmiste : "Il revient avec chant de joie, portant ses gerbes" (Psaumes 126:6).

44 Encore, le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ, qu’un homme, après l’avoir trouvé, a caché ; et de la joie qu’il en a, il s’en va, et vend tout ce qu’il a, et achète ce champ-là. 45 Encore, le royaume des cieux est semblable à un marchand qui cherche de belles perles ; 46 et ayant trouvé une perle de très grand prix, il s’en alla, et vendit tout ce qu’il avait, et l’acheta.
 
47 Encore, le royaume des cieux est semblable à une seine jetée dans la mer et rassemblant des poissons de toute sorte ; 48 et quand elle fut pleine, ils la tirèrent sur le rivage, et s’asseyant, ils mirent ensemble les bons dans des vaisseaux, et jetèrent dehors les mauvais.
 
49 Il en sera de même à la consommation du siècle : les anges sortiront, et sépareront les méchants du milieu des justes, 50 et les jetteront dans la fournaise de feu : là seront les pleurs et les grincements de dents.
 
51 Jésus leur dit : Avez-vous compris toutes ces choses ? Ils lui disent : Oui, Seigneur. 52 Et il leur dit : C’est pour cela que tout scribe qui a été fait disciple du royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui produit de son trésor des choses nouvelles et des choses vieilles.

  • Lisant les paraboles de la perle et du trésor dans le champ, qui est cet homme qui acquiert le champ et la perle ? Et qui est le marchand ? Phil.2:7-8, Éph.5:27, Ésaïe 53, Héb.12:2, Psaume 126, Luc 15:7.
  • Quel parallèle trouvons-nous entre la parabole de la seine jetée dans la mer et celle de l’ivraie ? Sous quel angle voyons-nous l’événement annoncé ?
  • Se pourrait-il qu’un homme soit prédestiné à "la fournaise de feu" ? Que pouvons-nous conclure touchant les "mauvais poissons" ? Mat.25:41.
  • Comment pouvons-nous comprendre que le scribe attaché au royaume des cieux assemble des choses nouvelles aux choses anciennes ? Voyons les textes cités à l’occasion de notre lecture.
Á cette dernière parole touchant le scribe "disciple du royaume", nous comprenons l’harmonie dans l’Ecriture ; ce qui est ici pleinement révélé confirme et dépasse l’enseignement transmis par les prophètes, et ne lisons-nous pas dans les psaumes combien des hommes de foi avaient entrevu la manifestation de la bonté de Dieu qui trouve sa révélation absolue en Jésus, le Christ. Rassembler les rachetés est le grand dessein de Dieu.
 
L’homme devait être libre de choisir sa vie, avec les conséquences que l’on sait ; il fallait qu’il soit confronté à des choix, qu’il entende cette parole : "Choisis la vie, afin que tu vives" (Deut.30:19), pour que la rédemption puisse lui être offerte. La gratuité de Dieu évoquée par le prophète (Ésaïe 55:1) et chantée par les psalmistes (Psaume 23:6), est au cœur du message de l’Évangile ; nous découvrons que c’est la joie même de Dieu (Luc 15:7, Héb.12:2) que d’assembler "dans ses vaisseaux" (Mat.13:48) des êtres rachetés par sa grâce. Ce sera "la consommation du siècle", la fin de l’ère de la grâce dans laquelle nous sommes aujourd’hui.

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

15:04 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.13:53 Le Messie d'Israël


 

PRESENTATION DU MESSIE D'ISRAEL
Matthieu 13:53-18:35

Les discours prononcés par le Seigneur ne sont pas sans effets parmi la population. Est-il le Messie ? Certains sont tentés de le penser, tandis que tous sont placés devant des faits évidents, à savoir les miracles accomplis par lui-même ou en son nom. Mais l’identité nationale juive peut-elle se satisfaire d’un Messie qui ne se présente pas avec les fastes et la puissance d’un roi dans l’intention manifeste de relever le royaume perdu ? Certes, Jésus parle d’alliance et fait ainsi écho aux prophètes parlant d’une nouvelle alliance (Jérémie 31:31), mais elle prend véritablement une apparence qui ne répond pas aux attentes…
 
Nous abordons ici une nouvelle phase du ministère du Seigneur. Il est avéré que Jésus n’est pas reçu comme Messie, sinon par quelques Juifs, et surtout de modestes Galiléens. Les semaines qui suivent sont marquées par ce rejet, à commencer par la scène de la synagogue de Nazareth et les questionnements d’Hérode, lequel venait de faire mettre à mort Jean le baptiseur dans les circonstances abjectes que l’on connaît. Nous voyons le Seigneur s’écarter de la Galilée, aller en Décapole parmi une population grecque à l’est de la mer de Tibériade (Mat.14:34, 15:32), aux confins de la Phénicie (Mat.15:21) et plus au nord, à Césarée de Philippe, en Syrie (Mat.16:13), avant de se rendre à nouveau en Galilée, à la montagne de la transfiguration, pour y être manifesté en gloire, ainsi que Jean le rappellera bien des années plus tard disant : "et nous vîmes sa gloire, une gloire comme d'un fils unique de la part du Père" (Jean 1:14).
 
Matthieu, ayant suivi l’ordre chronologique dans le cadre de cette section, rassemble alors les paroles du Seigneur à ses disciples, sous forme d’un discours exprimant ce que devrait être la "vie de disciple", suivant le modèle qu’il a donné par sa propre vie, mettant en exergue la rigueur morale à rechercher, la confiance en Dieu et l’esprit de pardon qui devrait aller de soi pour un racheté.

 
LE MESSIER REJETE
Matthieu 13:53-17:27

Le fait établi du rejet du Seigneur marque une étape dans son ministère, et nous voyons le Seigneur parcourir les régions étrangères limitrophes, accomplir là des prodiges, et parler de plus en plus précisément de sa mort "qu’il allait accomplir à Jérusalem" (Luc 9:31). S’avançant vers sa Passion, le Seigneur conduit d’abord quelques disciples sur une haute montagne de Galilée ; ces disciples sont alors témoins de la gloire qui doit venir. Ils devront garder à l’esprit cette perspective de l’accomplissement des promesses des prophètes, tandis que le Messie rejeté sera connu en ce monde par sa Passion.

 
La faible foi des disciples
Matthieu 13:53-14:33

Les "signes du royaume" tels qu’évoqués en réponse aux questions de Jean le baptiseur sont manifestes et les enseignements touchant le "royaume des cieux" sont donnés. Il s’agit là d’une réponse qui ne peut satisfaire ceux qui n’aspirent qu’à la restauration du royaume de David. Et ainsi, si bons à entendre soient ses discours, si grandes soient les délivrances et autres guérisons, d’aucuns déclarent avec force que Jésus n’est pas le Messie ! Car Il ne fait pas ce qu’eux attendaient du Messie d’Israël et étaient prêts à recevoir… Ils n’avaient pas retenu tous les enseignements des prophètes, et avaient passé légèrement sur les pages évoquant les souffrances qu’il devait endurer (Zacharie 13:6) ; ils ne voulaient pas tenir compte de l’œuvre de rédemption qu’il devait accomplir (Ésaïe 53).

 
Les gens de Nazareth ne croient pas en Jésus – 13:53-58
Marc 6:1-6 ; Luc 4:16-24

Matthieu ne manque pas d’introduire ici un repère chronologique : l’enseignement en paraboles touchant le royaume des cieux a été donné. Dès lors, diverses manifestations de rejet sont mises en évidence, à commencer par la localité où Jésus était particulièrement bien connu, Nazareth.

53 Et il arriva que, quand Jésus eut achevé ces paraboles, il se retira de là. 54 Et étant venu dans son pays, il les enseignait dans leur synagogue, en sorte qu’ils étaient étonnés et disaient : D’où viennent à celui-ci cette sagesse et ces miracles ? 55 Celui-ci n’est-il pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie, et ses frères, Jacques, et Joses, et Simon, et Jude ? 56 Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes auprès de nous ? D’où donc viennent à celui-ci toutes ces choses ? 57 Et ils étaient scandalisés en lui. Et Jésus leur dit : Un prophète n’est pas sans honneur, si ce n’est dans son pays et dans sa maison. 58 Et il ne fit pas là beaucoup de miracles, à cause de leur incrédulité.

  • Pourquoi les gens de Nazareth sont-ils scandalisés, alors qu’ils sont témoins de tant de bienfaits ?
Jésus est ainsi sorti du cadre de vie dans lequel les gens de Nazareth l’ont vu croître ; ce n’était plus le jeune enfant qui faisait plaisir à voir, ce n’était plus le jeune charpentier… Alors ils ont difficile à recevoir cette grande réalité : le Messie a paru au milieu d’eux, et ils justifient pour eux-mêmes ce que Jean dira à propos du peuple tout entier : "Il vint chez soi ; et les siens ne l'ont pas reçu" (Jean 1:11).

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

14:03 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.14:1 Le trouble d'Hérode


 

Question d’Hérode, après la mort de Jean le baptiseur – 14:1-12
Marc 6:14-29 ; Luc 3:19-20, 9:7-9

Hérode, quant à lui, est mal à l’aise. Sa vie de débauche et de superficialité l’a conduit à un acte inconsidéré : la mise à mort de Jean le baptiseur. Il ne peut que reconnaître qu’il s’agissait d’un homme juste, et par surcroît un prophète. Alors il se demande se qui se passe, entendant parler d’un certain Jésus qui paraît aussi être un prophète… Comme il ne quittait pas son cercle aristocratique et ses courtisans, les événements touchant Jésus ne lui étaient parvenus qu’au travers de filtres…

14  1 En ce temps-là, Hérode le tétrarque entendit parler de la renommée de Jésus, 2 et il dit à ses serviteurs : C’est Jean le baptiseur ; il est ressuscité des morts, et c’est pourquoi les miracles s’opèrent par lui. 3 Car Hérode, ayant fait prendre Jean, l’avait fait lier et mettre en prison, à cause d’Hérodias, la femme de Philippe son frère ; 4 car Jean lui disait : Il ne t’est pas permis de l’avoir. 5 Et tout en ayant le désir de le faire mourir, il craignait la foule, parce qu’ils le tenaient pour prophète. 6 Mais lorsqu’on célébrait l’anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodias dansa devant tous et plut à Hérode : 7 sur quoi il lui promit avec serment de lui donner tout ce qu’elle demanderait. 8 Et elle, poussée par sa mère : Donne-moi ici, dit-elle, dans un plat, la tête de Jean le baptiseur. 9 Et le roi en fut affligé ; mais, à cause des serments et de ceux qui étaient à table avec lui, il donna l’ordre qu’on la lui donnât. 10 Et il envoya décapiter Jean dans la prison. 11 Et sa tête fut apportée dans un plat et donnée à la jeune fille ; et elle la porta à sa mère. 12 Et ses disciples vinrent et enlevèrent le corps et l’ensevelirent ; et s’en allant, ils rapportèrent à Jésus ce qui était arrivé.

  • En quoi Jean le baptiseur dérangeait-il Hérode ? Et pourquoi ne l’a-t-il pas directement fait mettre à mort ?
L’horreur de la scène ne peut passer inaperçu. Une promesse faite avec légèreté. Il a été manifestement surpris, car comment pouvait-il imaginer qu’une jeune fille demandât un tel présent ? Et voilà cet homme, ce prince, craignant plus de perdre la face devant ses courtisans, qu’il ne craignait la foule tenant Jean pour un prophète, commettre cet acte abominable. La droiture ne tient guère de place dans les sphères du pouvoir.

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

13:03 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Mat.14:13 Première multiplication des pains


 

Première multiplication des pains – 14:13-21
Marc 6:30-44 ; Luc 9:10-17 ; Jean 6:1-15

La mise à mort de Jean le baptiseur conduit le Seigneur à prendre de la distance relativement au peuple d’Israël. Mais les petits du troupeau sont très nombreux à rechercher sa présence. Pensons ! Un homme, un prophète, dont les œuvres et les paroles apportent paix et consolation, dans un monde mené par des dirigeants manquant à ce point de dignité, de morale. Les petits, les gens simples, et aussi les humbles parmi les dirigeants (Mat.5:3,5,6…) goûtaient les paroles de ce Jésus, et accouraient lorsqu’ils entendaient qu’il se trouvait en l’un ou l’autre endroit…. Et un certain jour, en un lieu éloigné, un grand nombre de personnes se trouvèrent auprès de lui en fin d’après-midi…

13 Et Jésus, l’ayant entendu, se retira de là, dans une nacelle, et se trouva en un lieu désert, à l’écart ; et les foules, l’ayant appris, le suivirent à pied, des différentes villes. 14 Et étant sorti, il vit une grande foule ; et il fut ému de compassion envers eux, et il guérit leurs infirmes. 15 Et le soir étant venu, ses disciples vinrent à lui, disant : le lieu est désert et l’heure est avancée, renvoie les foules afin qu’elles s’en aillent aux villages et qu’elles s’achètent des vivres. 16 Mais Jésus leur dit : Il n’est pas nécessaire qu’elles s’en aillent ; vous, donnez-leur à manger. 17 Mais ils lui disent : Nous n’avons ici que cinq pains et deux poissons. 18 Et il dit : Apportez-les-moi ici. 19 Et ayant donné l’ordre aux foules de s’asseoir sur l’herbe, ayant pris les cinq pains et les deux poissons, il regarda vers le ciel et bénit ; et ayant rompu les pains, il les donna aux disciples, et les disciples aux foules. 20 Et ils mangèrent tous et furent rassasiés. Et ils ramassèrent, des morceaux qui étaient de reste, douze paniers pleins. 21 Or ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, outre les femmes et les enfants.

  • Voyons le geste de Jésus qui s’en va, et ce grand nombre de personnes qui chercha à se trouver auprès de lui.
  • Pourquoi, pensons-nous, le Seigneur ne dit-il pas qu’il allait, lui-même, nourrir toute cette foule ?
  • Que penser de ce fait que Jésus prend, pour les "multiplier", des pains et des poissons qui avaient été apportés par un jeune garçon ? Jean 6:9.
  • Que dire des douze paniers de nourriture qui restèrent après que tous eurent été rassasiés ?
S’il est un signe sur lequel nous arrêter, simple en apparence, c’est bien ce fait que le Seigneur tira parti de ce qu’un jeune garçon avait apporté ; et celui-ci consentit à laisser son viatique dans les mains des disciples plutôt que de le garder pour lui-même. Ainsi voyons-nous des hommes entrer dans l’œuvre de Dieu, et des miracles se produire sans qu’il y paraisse, dans le fait qu’un humain a eu au cœur d’apporter du réconfort à un prochain dans la peine. Et Jean, notant simplement qu’il s’agissait là d’un jeune garçon, nous indique que celui qui est ainsi impliqué n’est pas nécessairement conscient d’accomplir un acte religieux, et même qu’il fût un croyant… Un homme de bonne volonté, assurément, qui accepte de se dessaisir au bénéfice d’autrui de ce qui est prévu pour sa propre subsistance.
 
Et il y a douze paniers de reste ! Chercher une explication, apprécier le nombre "douze", cela a occupé bien du monde. Peut-être y a-t-il une clé à cette question, mais pourquoi ne pas rester à ce point très simple, humblement, que les soins du Seigneur ne s’arrêtent pas aux personnes qui se sont déplacées, mais qu’il y a des provisions pour d’autres encore.

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:03 Publié dans Matthieu 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric