25/11/2011

Hébreux 5:1 La Nouvelle Alliance


 

  LA NOUVELLE ALLIANCE

 
Des pages extrêmement importantes sont devant nous. Pour un chrétien d’origine juive, comme pour tous, elles montrent la différence entre la Première Alliance et la Nouvelle, et aussi comment la Première annonçait la Nouvelle. Et nous trouvons là un des objectifs de l’auteur, montrer ce qu'est la Nouvelle Alliance annoncée par les Prophètes (Jér.31:31) et venue par Jésus-Christ.
 
Manifestement, en ayant suscité l’écriture de l’épître, le propos divin était de préparer les croyants juifs à ces jours où le Temple serait détruit, et les sacrifices ne pourraient plus être offerts. Ce que l’auteur lui-même ne pouvait savoir…

 
Présentation de l'Alliance
 
5.1-11  Les termes de l'Alliance
 
Les chrétiens juifs étaient bien au clair quant au service sacerdotal institué dès la traversée du désert. Des sacrifices pour le péché doivent être offerts, gestes par lesquels l’homme reconnaît ses fautes, et à la suite de quoi le pardon lui est confirmé. Comment considérer maintenant le Christ ? Vu qu’Il s’est présenté lui-même en sacrifice pour le péché, accomplissant la parole du Livre d’Ésaïe 53:4-5.

 
5    1 En effet, tout grand prêtre, pris parmi les humains, est institué pour les humains dans le service de Dieu, afin de présenter des offrandes et des sacrifices pour les péchés. 2 Il peut avoir de la compréhension pour les ignorants et les égarés, puisque lui-même est sujet à la faiblesse. 3 Et c'est à cause de cette faiblesse qu'il doit offrir, pour lui- même aussi bien que pour le peuple, des sacrifices pour les péchés. 4 Or personne ne s'attribue à soi- même cet honneur; on y est appelé par Dieu, comme Aaron lui-même.
 
5 De même, le Christ ne s'est pas octroyé à lui- même la gloire de devenir grand prêtre ; il l'a reçue de celui qui lui a dit : "Tu es mon fils, c'est moi qui t'ai engendré aujourd’hui" [Psaume 2:7] ; 6 tout comme il dit encore ailleurs : "Tu es prêtre pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek." [Psaume 110:4] 7 Aux jours de sa chair il a offert, à grands cris et dans les larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé en raison de sa piété. 8 Tout Fils qu'il était, il a appris l'obéissance par ce qu'il a souffert. 9 Une fois porté à son accomplissement, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel, 10 Dieu l'ayant déclaré grand prêtre selon l'ordre de Melchisédek. 11 A ce sujet, nous avons beaucoup à dire, et des choses difficiles à expliquer, d'autant que vous êtes devenus lents à comprendre.
  • Pourquoi le Grand Prêtre devait-il aussi offrir pour lui-même des sacrifices pour le péché ?
  • Le service sacerdotal du Messie était-il annoncé dans la Bible ?
  • A propos de Melchisedek, lisons Genèse 14:18-20 et Psaume 110. Dans ce Psaume, nous voyons la désignation du sacrificateur au service d’un peuple "de franche volonté". Il n’a de sacrifice pour le péché à offrir ni pour le peuple, ni pour lui-même, et préfigure ainsi le service sacerdotal de Christ, lequel à été le vrai sacrifice pour le péché, offert une fois pour tous. (Ésaïe 53:4-5, 1 Pier.2:24)
  • Pourquoi n’y a-t-il plus de sacrifice pour le péché aujourd’hui ? Quel est le chemin pour celui qui a fauté aujourd’hui ? Lire 1 Jean 2:1-2.
Il a appris l’obéissance… Une parole insondable ! Christ, le Fils de Dieu, a appris l’obéissance en ayant pris sa place d’homme, et, comme homme, en étant éprouvé, ayant connu la douleur de cette obéissance jusqu’à la mort. Lire Psaume 40:8-13
Comme homme, il sait ce qu’est d’obéir, et étant celui qui a obéi parfaitement, il a reçu de plein droit le service sacerdotal.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Hébreux 5:12 Etre attentif !


 

5.12-6.8   Appel à être attentif
 
Il se trouve un obstacle pour poursuivre en détail l’exposé de cette question ! C’est l’état même des croyants auxquels cette parole est adressée. Quant à la foi, beaucoup demeurent au niveau de l’enfance, alors que nous sommes appelés à pénétrer davantage dans ce à quoi nous sommes appelés par Dieu. Lire 2 Pier.2:10-21.

 
12 Alors que vous devriez, depuis le temps, être des docteurs, vous avez de nouveau besoin qu'on vous enseigne les premiers éléments des paroles de Dieu : vous en êtes venus à avoir besoin, non pas de nourriture solide, mais de lait. 13 Or quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice : c'est un tout-petit. 14 Mais la nourriture solide est pour les adultes, pour ceux qui, par l'usage, ont le sens exercé au discernement du bien et du mal.
  • Quel est le reproche fait dans ce passage ? Et qu’en est-il aujourd’hui ? Etait-ce seulement le cas des chrétiens hébreux ? Etait-ce seulement le cas de chrétiens de cette époque là ? 2 Pier.1:10, 1 Pier.5:10, 1 Jean 2:24, Jude 1-3.
  • Qu’est-ce qu’avoir l’expérience de la parole de la justice ? Comp. Psaume 119.123, Prov.8:8. Nous trouvons la réponse à cette question en Rom.3:20-28.
  • Devenir des adultes dans la foi ! Lire 1 Jean 2:12-14, Col.1:9-20, Eph.4:10-16.
C’est ici une mise en garde sérieuse ! Si nous ne veillons pas, si nous ne nous fortifions pas, nous pourrions vaciller quant à la foi. Comp. 2 Thess.2:1-2, Gal.3:1, 5:1-9. D'autant plus que se lèvent des docteurs qui se détournent de l'enseignement des apôtres. 2 Tim.4:3.
Il faut avancer ! Ne pas rester à des questions de base, ni quant au sens des pratiques rituelles de la loi de Moïse, ni quant aux enseignements fondamentaux du message chrétien.

 
6    1 Aussi, laissant le commencement de la parole du Christ, tendons vers l'accomplissement, sans poser de nouveau les fondations : la repentance et l’abandon des œuvres mortes, la foi en Dieu, 2 les enseignements sur les ablutions rituelles et l’imposition des mains, la résurrection des morts et le jugement éternel. 3 C'est ce que nous allons faire, si Dieu le permet.
  • Parmi les points cités comme fondamentaux, sur lesquels il ne devrait pas être utile de revenir, quels sont les points qui ne sont pas spécifiques à la loi de Moïse ?
  • Se repentir sans abandonner les pratiques dont on se repent (les œuvres mortes) est-il un vrai repentir ? Comp. Rom.8:13, Gal.5:19, Eph.5:11, Héb.9:14 et 10:2.
  • Qu’en serait-il s'il n’y avait pas de résurrection ? Lire 1 Cor.15:13-20.
Ainsi, l’auteur de l’épître poursuit son exposé afin que les auditeurs et les lecteurs de l’épître puissent dépasser cette connaissance élémentaire. Et il ajoute : Si le Seigneur le permet ! Car rien ne peut se faire valablement sans qu’Il ne dirige… Et il le fait avec attention car il pressent que certains sont en danger de faire marche arrière…

 
4 Quant à ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste et ont eu part à l'Esprit saint, 5 qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du monde à venir 6 et qui sont tombés, il est impossible de les amener à une nouvelle repentance. Car, pour leur propre compte, ils crucifient à nouveau le Fils de Dieu et le déshonorent publiquement. 7 En effet, lorsqu'une terre abreuvée de pluies fréquentes produit des plantes utiles à ceux pour qui elle est cultivée, elle a part à la bénédiction de Dieu. 8 Mais si elle produit des épines et des chardons, elle s'avère sans valeur; elle est en passe d'être maudite, et elle finit par être brûlée.
  • Participer à la vie chrétienne, et marcher en arrière ! Lisons Luc 8:5-15, et particulièrement le verset 13. Lire 2 Pier.2:20-22.
  • Marcher en arrière, après avoir confessé la foi, à quoi cela revient-il ? Lire aussi Matt.10:32, Rom.10:9.
La situation dépeinte ici atteste d’une certaine expérience de la foi. Et la parole de Dieu a été "goûtée"…(vers.5) Mais, ce fut comme la manne du désert. Au début de la route, elle avait le goût d’un "gâteau au miel" (Exode 16:31), mais au bout du chemin, pour certains, elle était devenue un "pain misérable" (Nombre 21:5)…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Hébreux 6:9 L'héritage des hommes de foi


 

6.9-20  L’héritage des hommes de foi
 
Mais tel n’est pas le cas général ! Aussi le texte se poursuit par une parole apaisante, car les fruits de la vraie foi sont manifestes parmi eux.

 
9 Quoique nous parlions ainsi, bien-aimés, nous sommes persuadés que quelque chose de meilleur vous attend, à savoir le salut. 10 En effet, Dieu n'est pas injuste pour oublier votre œuvre, ni l'amour que vous avez montré pour son nom en vous mettant au service des saints et en continuant à les servir. 11 Mais nous désirons que chacun de vous montre jusqu'à la fin le même empressement en vue d'une pleine espérance, 12 pour que vous ne soyez pas nonchalants, mais que vous imitiez ceux qui, par la foi et la patience, reçoivent l'héritage promis.
  • Quels sont les trois valeurs essentielles que nous trouvons ici, exprimant qu’il y a une véritable vie parmi ces chrétiens ? Lire aussi : 1 Cor.13:13, Eph.1:15-18, Col.1:3-5, 1 Thes.1:2-4.
  • Quel est le chemin pour recevoir l’héritage promis ? Mat.25:34, Act.20:32, Rom.8:17, Eph.1:11-14, Col.3:24, 1 Pier.1:3-4, Apoc.21:7.
Ainsi, nous avons à être affermis quant à notre position en Christ, dans la perspective d’une vie pratique, effective, qui soit à la gloire de Dieu. Et cette pratique illustre la foi (Jac.2:18, 3:13) qui conduit à l’héritage promis !
Avant de reprendre le cours de l’exposé, le service sacerdotal selon l’ordre de Melchisédek, l’auteur revient à Abraham, un homme de foi réellement emblématique, lequel eût affaire à Melchisédek… Abraham a marché avec patience et reçut ce qui lui avait été promis Rom.4:13, Gal.3:18. Un exemple pour tous…

 
13 En effet, comme Dieu, en faisant la promesse à Abraham, ne pouvait jurer par un plus grand que lui, il jura par lui-même, 14 en disant : "A coup sûr, je te comblerai de bénédictions et je te multiplierai." [Genèse 22:17] 15 C'est ainsi qu'après s'être montré patient Abraham obtint ce qui avait été promis. 16 En effet, les humains jurent par ce qui est plus grand qu'eux, et le serment, en confirment leur parole, met un terme à toute contestation. 17 En ce sens, Dieu, décidé à donner aux héritiers de la promesse une preuve supplémentaire du caractère immuable de ses décisions, intervint par un serment, 18 afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous ayons un puissant encouragement, nous dont le refuge a été de nous attacher à l'espérance qui nous était proposée. 19 Cette espérance, nous l'avons comme une ancre solide et ferme pour l'âme; elle pénètre au-delà du voile, 20 là où Jésus est entré pour nous comme un précurseur, devenu grand prêtre pour toujours, selon l'ordre de Meichisédek.
  • Pourquoi Dieu a-t-il fait un serment ? Vers.18. Comme Abraham qui reçut le serment de Dieu et marcha…
  • A qui est-il fait, ce serment ? Vers.18 encore. Voir ci-dessus la note concernant les villes de refuge, Héb.2:1-4.
  • Que sont les deux "choses immuables" du vers.18 ? Relire Héb.5:5-6.
  • Où se trouve le "refuge" qui fonde notre espérance, une ancre solide et ferme ? Et qui s’y trouve ? Voir Héb.9:1-12, 10:20)
Comme nous le voyons au v.20, les "deux choses immuables" concernent Jésus. Nous les avons vues au commencement de cette portion de l’épître relative à la Nouvelle Alliance Heb.5:5-6) :
        "Tu es mon fils, c'est moi qui t'ai engendré aujourd’hui"
        "Tu es prêtre pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek".

La première concerne la venue de Christ comme Homme sur la terre, et la seconde, son élévation comme Homme dans le ciel. Par cela nous apprenons que le service sacerdotal institué sous Moïse, était pour un temps et devait être remplacé par un autre service qui lui serait supérieur… (Héb.8:5, 10:1).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Hébreux 7:1 Le service sacerdotal (1/3)


 

Le service sacerdotal

 
"Des choses difficiles à expliquer !" avait souligné l’auteur de l’épître (Héb.5:11). Et nous pouvons bien le comprendre, car les Hébreux étaient fort attachés, et depuis tant de siècles, au service sacerdotal et au Temple de Jérusalem. Ce culte marquait fortement leur identité nationale et ils ne pouvaient oublier ceux des leurs qui allèrent jusqu’à donner leur sang pour le défendre… Pourtant cette réalité d’un autre service sacerdotal est lisible dans leurs propres Ecritures.

 
7.1-10  Un nouveau service sacerdotal
 
Des siècles après Abraham (Genèse 14:18-20). dans ces temps reculés de la composition des Psaumes, le Psalmiste l’avait bien compris, citant Melchisédek et son office de prêtre (Psaume 110). L’auteur de l’épître apporte un commentaire éclairant.

 
7    1 Ce Melchisédek était roi de Salem, prêtre du Dieu Très-Haut ; il alla à la rencontre d’Abraham qui revenait de la défaite des rois, et il le bénit ; 2 c'est à lui qu’Abraham donna la dîme de tout. Or, si l'on interprète son nom, il est tout d'abord « roi de justice » ; puis il est aussi roi de Salem, c'est-à-dire « roi de paix ». 3 Il est sans père, sans mère, sans généalogie; il n'a ni commencement de jours, ni fin de vie. Assimilé au Fils de Dieu, il demeure prêtre à perpétuité.
  • Arrêtons-nous sur le nom de Melchisédek, sur sa signification. Vers.2. Lire Ésaïe 9:6-7 ; 32:1,17 et aussi Zacharie 6:12-13. Ainsi comprenons-nous l’expression touchant ce roi de Salem : assimilé (ou rendu semblable) au Fils de Dieu.
Ainsi un homme était à la fois roi et prêtre, son nom était Melchisédek, et il rencontra Abraham. Le Psalmiste avait compris le sens de cette rencontre, et ce que représentait l’homme qui se trouva face à Abraham. Et l’auteur de la lettre aux Hébreux transmet la signification profonde de cette rencontre en rapport ou en contraste avec le service sacerdotal confié à la famille de Lévi (Nombres 1:47-54), et en particulier à Aaron et ses fils (Exode 28), culte établi pour une période dans l’histoire du peuple d’Israël, dans l’attente de la pleine révélation, et pour y préparer les consciences.

 
4 Voyez combien il est grand, celui à qui Abraham, le patriarche, donna même la dîme du butin ! 5 Ceux des fils de Lévi qui reçoivent le sacerdoce ont, d'après la loi, le commandement de prélever la dîme sur le peuple, c'est-à-dire sur leurs frères, qui sont pourtant issus des reins d'Abraham. 6 Mais lui, qui ne figure pas dans leur généalogie, il préleva la dîme sur Abraham ! Il bénit celui qui avait reçu les promesses ! 7 Or c'est sans contredit l'inférieur qui est béni par le supérieur. 8 Et tandis qu'ici ce sont des humains mortels qui reçoivent les dîmes, là c'est quelqu'un dont on atteste qu'il est vivant. 9 Enfin Lévi, qui reçoit la dîme, l'a pour ainsi dire payée par Abraham : 10 car il était encore dans les reins de son père quand Melchisédek alla à la rencontre d'Abraham.
  • Comment l’auteur établit-il la supériorité du service sacerdotal illustré par Melchisédek sur le service des Lévites ? Lire Genèse 14:18-20 et Nombres 18:20-24.
Si, sous l’angle historique, cette venue de Melchisédek peut paraître énigmatique, le signe ou le message qu’il nous donne est bien solide : avant même que Dieu n’inaugure un service sacerdotal terrestre, en la famille d’Aaron, il en existe un, parfait, dans le ciel, en la personne de celui que représente Melchisédek, à savoir le Fils de Dieu. Et cela, nous pouvons le comprendre, car qui pouvait être intermédiaire entre Dieu et les hommes de foi avant que le service sacerdotal aaronique ne fût établi ? Et ici, nous voyons la démarche de celui qui illustre le Fils de Dieu (« assimilé au Fils de Dieu », Héb.7:3) : il alla au devant d’Abraham, comme Christ va au devant des hommes, comme Christ vient à notre rencontre !

 
7.11-17  Le nouveau remplace l'ancien
 
Les prophètes avaient annoncé l’établissement d’une nouvelle alliance (Jérémie 31:31, Ézéchiel 16:60), alliance qui se fonde sur les promesses, mais qui est d’une autre nature que l’alliance faite eu Sinaï (Exode 6:4). Ainsi, une situation nouvelle devait intervenir, ainsi qu’aussi Christ l’a rappelé : Mat.9:15-17, 13:52, Marc 2:21-22, Luc 5:36-39.

 
11 Si donc l'accomplissement avait été par le sacerdoce lévitique, – car c'est sur lui que repose la loi donnée au peuple – quel besoin y aurait-il eu encore que se lève un autre prêtre selon l'ordre de Melchisédek, et non pas selon l'ordre d'Aaron ? 12 En effet, lorsque le sacerdoce est changé, il y a nécessairement aussi un changement de loi. 13 Car celui à qui s'appliquent ces paroles appartient à une autre tribu, dont personne n'a été attaché au service de l'autel. 14 En effet, il est notoire que notre Seigneur est issu de Juda, tribu dont Moïse n'a rien dit concernant les prêtres. 15 Cela devient plus évident encore quand se lève, à la ressemblance de Melchisédek, un autre prêtre 16 qui l'est devenu, non par la loi d'un commandement relatif à la chair, mais par la puissance d'une vie indestructible. 17 Car ce témoignage lui est rendu : Tu es prêtre pour toujours selon l'ordre de Melchisédek. [Psaume 110:4]
  • Quelle est l’évidente supériorité du service sacerdotal de Christ sur celui d’Aaron ?
Contrairement à ce qui se passe sur la terre, nous sommes introduits dans une réalité qui dépasse nos limites. Christ qui, comme nous le lirons, est en quelque sorte notre garant devant la justice divine, sera perpétuellement Celui qui illuminera nos vies de la lumière du Dieu inaccessible (Apoc.21:23).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Hébreux 7:18 Le service sacerdotal (2/3)


 

7.18-28  Le nouveau sacerdoce est supérieur à l’ancien
 
Il fallait convaincre les Hébreux de ce qu’ils étaient introduits dans des choses meilleures, qui leur permettraient de ne pas regretter le futur effondrement de l’ordre sacerdotal ancien lors de la destruction du Second Temple par les Romains en l'an 70 ! Aussi est-il présenté les contrastes entre l’Ancien et le Nouvel ordre sacerdotal !

 
18 En effet, il y a, d'une part, suppression d'un commandement antérieur à cause de sa faiblesse et de son inutilité 19 – car la loi n'a rien porté à son accomplissement – et, d'autre part, introduction d'une espérance supérieure, par laquelle nous nous approchons de Dieu. 20 Et cela ne s'est pas fait sans serment. Les autres, en effet, sont devenus prêtres sans serment; 21 mais lui l'est devenu avec un serment, par celui qui lui a dit : "Le Seigneur l'a juré, il ne le regrettera pas: tu es prêtre pour toujours." 22 Jésus est devenu par cela même le garant d'une alliance supérieure. 23 De plus, les prêtres se sont succédé en grand nombre, parce que la mort les empêchait de demeurer ; 24 mais lui, parce qu'il demeure pour toujours, il possède un sacerdoce inaliénable. 25 C'est pour cela aussi qu'il peut sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, puisqu'il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur.
 
26 Pour nous, c'est bien un tel grand prêtre qui convenait: saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé plus haut que les cieux ; 27 il n'a pas besoin, comme les grands prêtres, d'offrir chaque jour des sacrifices, d'abord pour ses propres péchés, et ensuite pour ceux du peuple – cela, il l'a fait une fois pour toutes, en s'offrant lui-même. 28 La loi en effet institue grands prêtres des humains sujets à la faiblesse; mais la parole du serment postérieur à la loi institue le Fils établi en perfection pour l’éternité.
  • Quels sont les éléments proposés pour convaincre de la supériorité du service sacerdotal de Christ ?
  • Le croyant est-il en mesure de s’approcher de Dieu ? Etre accueilli par Dieu ? Lire Rom.14:3. Et aussi Héb.10:1, 10:22, 11:6
  • Lisons déjà une conséquence de ce fait que Christ est le « garant de l’alliance » : Héb.9:24, et aussi1 Jean 2:1-2.
  • Comment pouvons-nous apprécier cette expression : sauver parfaitement ? Comp. 1 Thes.5:23.
En conclusion, nous avons au ciel Jésus-Christ, qui est garant pour nous, pour l’éternité. Ceci est attesté par ces deux paroles immuables : Psaume 2:7 et Héb.1.5, ainsi que Psaume 110:4 et Héb.5:6). En écrivant « en perfection », il est souligné que ce service sacerdotal est exercé parfaitement, et cela en vertu du fait que Jésus s’est offert lui-même, une fois pour toutes, en sacrifice pour nos péchés. Voir Héb.2:10.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Hébreux 8:1 Le service sacerdotal (3/3)


 

8.1-13  Le nouveau sacerdoce remplace l’ancien
 
Le développement que nous venons de parcourir conduit à focaliser le regard sur le point essentiel. Car en effet, si nous avons vu divers aspects du service sacerdotal de Christ, il importait aussi d’en tirer la conclusion, et d’évoquer alors cette autre disposition de Dieu, ouverte à tous les hommes, à savoir la Nouvelle Alliance.
 
Pour commencer donc, le point capital est cité, non plus les promesses, les annonces ou le serment de Dieu, mais ce qui est aujourd’hui.

 
8    1 Or voici le point capital de ce que nous disons : nous avons un tel grand prêtre, qui s'est assis à la droite du trône de la majesté dans les cieux ; 2 il est au service du sanctuaire et de la tente véritable, celle qui a été dressée par le Seigneur et non pas par un être humain.
  • Cette phrase fournit les deux points essentiels du service sacerdotal du Christ.
  • Nous pourrions revenir sur divers points parcourus au cours de cette lecture, jusqu’ici, touchant le service sacerdotal :
    • Celui qui l’exerce : Héb.2:17, 4:14, 5:5-9, 7:26-27, 9:12.
    • Sa fonction : Héb.3:6, 5:10, 7:21, 8:1, 9:12, 10:21.
    • Les caractères du service : Héb.4:15, 7:22, 9:11, 9:24.
Une comparaison est maintenant établie ! Souvenons-nous que parmi ceux qui lurent ou écoutèrent la lecture de cette lettre se trouvaient des prêtres servant au Temple de Jérusalem selon les rites établis par la Loi du Sinaï. Comment concilier l’ancien et le nouveau, la tradition des pères et la situation nouvelle, tandis que Christ était venu pour accomplir ce qui était annoncé ?
Le texte évoque ainsi les sacrifices offerts au Temple de Jérusalem. Nous pouvons en trouver un aperçu en Lév.1 à 6 : divers types de sacrifices, et un cérémonial particulier pour chacun.

 
3 En effet, tout grand prêtre est institué pour présenter des offrandes et des sacrifices ; d'où la nécessité, pour lui aussi, d'avoir quelque chose à présenter. 4 Or s'il était sur la terre, il ne serait même pas prêtre, puisqu'il y en a d'autres qui présentent des offrandes selon la loi. 5 Ceux-ci célèbrent le culte dans une figure et une ombre des choses célestes, ainsi que Moïse en fut divinement averti alors qu'il allait réaliser la tente : "Regarde, dit-il, tu feras tout d'après le modèle qui t'a été montré sur la montagne." [Exode 25:40] 6 Mais maintenant, il a accédé à un service d'autant plus remarquable qu'il est médiateur d'une alliance supérieure, fondée sur des promesses supérieures. 7 Si, en effet, la première alliance avait été irréprochable, il n'y aurait pas eu lieu d'en chercher une seconde. 8 C'est bien en effet en censurant qu’il leur dit : Les jours viennent, dit le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle. 9 Ce ne sera pas comme l'alliance que j'ai faite avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir d’Egypte. Puisque eux-mêmes ne sont pas demeurés dans mon alliance, moi aussi je les ai abandonnés, dit le Seigneur. 10 "Or voici l'alliance que j'établirai avec la maison d'Israël après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur intelligence, je les inscrirai dans leur cœur ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 11 Personne n'instruira plus jamais son concitoyen, ni personne son frère, en disant : Connais le Seigneur ! En effet, tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu'au plus grand d'entre eux. 12 Car je leur ferai grâce de leurs injustices, et je ne me souviendrai plus jamais de leurs péché." [Jérémie 31:31-34] 13 En l'appelant "nouvelle", il a rendu ancienne la première. Or ce qui est ancien et vieilli est en passe de disparaître.
  • Quel est le sens du culte offert au Temple, relativement à la situation actuelle, en relation avec Christ, élevé dans le ciel ? Vers. 4 et 5. Lire aussi Jean 4:21-24, Phil.3:3.
  • Comment est appréciée l’Alliance Nouvelle par rapport à l’Alliance faite avec Israël au Sinaï, dès après la sortie d’Égypte ?
  • Cette Nouvelle Alliance était-elle en opposition avec l’Alliance du Sinaï ? Remarquons que nul n’était capable de garder parfaitement l’Alliance en Sinaï, car elle imposait à l’homme la charge de respecter son engagement (Exode 19:7-8, 24:3) ? Lire Rom.3:20.
  • L’alliance ancienne n’a pu être gardée ! Que dit Dieu au peuple par le prophète Jérémie, peu avant l'exil à Babylone ? Jér.31:31.
  • Sur qui repose la charge de la nouvelle alliance ainsi annoncée ? Voir aussi Ézéchiel 16:59-63.
  • La nouvelle alliance est-elle résiliation de toute alliance avec Israël ? Voir Rom.11:25-36.
  • Soulignons la grande conclusion de ce développement.
Nous comprenons ici cette volonté divine d’établir une relation forte, une alliance avec les hommes ; nous comprenons par les prophètes comment Dieu a préparé cette alliance, et le rôle que joue l’ancienne alliance en vue de l’introduction de Christ et de son service sacerdotal pour nous. Remarquons combien utile est la consultation des livres prophétiques de la Première Alliance, car ils nous dévoilent le cœur de Dieu !
 
Un dernier mot, dans ce passage, nous montre que l’auteur de l’épître aux Hébreux a un clair pressentiment de la disparition prochaine du culte selon le rite datant de Moïse. Ce n’est pas une vision, mais une déduction de la foi. Une remarque pleine de force pour les auditeurs de l’épître, annonçant à l’avance ce qui doit arriver, sans savoir comment la chose arrivera. Ainsi, sans vision, sans songe de la nuit, sans révélation particulière, la connaissance de la Parole, la foi en la Parole de Dieu donne au croyant le discernement…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE