20/06/2013

1 Jean 1:1-2:11 Marcher dans la lumière


 

 
 
PREMIÈRE ÉPÎTRE DE JEAN

 
Fin du premier siècle de l’ère chrétienne ! Cette lettre pourrait dater de 85/90... Un appel pressant, un cri pourrions-nous dire, est prononcé à ceux qui se réclamaient de Christ. A peine plus d’un demi-siècle après la Pentecôte et donc le début du christianisme, il se trouvait un affaiblissement de la foi dans les assemblées.
Jean, voit l’état des assemblées, il constate des dérives et avertit... Pour leur montrer le bon chemin, toujours possible, toujours actuel ! Ces dérives étaient annoncées, et constatées bien des années auparavant (Act.20.29-30, Rom.16.17, 2 Thess.3.14, 2 Tim.3.1-17, 2 Pier.2.1ss, Jude 3ss, Apoc.2 et 3) sans parler des doutes au plan des vérités fondamentales et le développement de controverses parmi les chrétiens (Gal.1.6-10, 1 Cor.15.12, 2 Tim.2.23,3.7).
L’épître est articulée autour de trois thèmes clés qui se résument à cette exhortation : garder de qui était dès le commencement :
      - Marcher dans la lumière, et non suivant l’esprit du monde ;
      - Nous aimer les uns les autres ;
      - Prendre garde aux faux docteurs et aux faux prophètes.

 
1.1-4  Prologue : Ce qui était dès le commencement...

 
Pas d’adresse, pas de préambule, pas de compliment… Un cri fort, un regard vers ce qui était au commencement, au commencement de cette grande histoire qu’est celle du christianisme… Jean souligne des faits très concrets, il a lui-même connu Jésus, insiste-t-il ! Pour dire aux chrétiens que Jésus est vraiment venu, que lui, Jean, en est témoin… Cette réalité était discutée dès ce temps…

 
1   1 Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, - il s'agit de la parole de la vie 2 car la vie s'est manifestée, nous avons vu, nous rendons témoignage et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui s'est manifestée à nous - 3 ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, pour que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or notre communion est avec le Père et avec son Fils, Jésus-Christ. 4 Cela, nous, nous l'écrivons, pour que notre joie soit complète.

 
  • De qui Jean parle-t-il quand il exprime qu’il a vu la Parole de Vie ? Jean 1,14, 6.63,68.
  • Que souhaite Jean, en écrivant ainsi cette épître ? Soulignons pour nous ce but, ce qui devrait notamment caractériser la vie du chrétien, tant du serviteur (comparer Hébr.13.17) que du fidèle.
  • Le Père et son Fils ! La connaissance de Dieu, le Dieu unique, était un fait ancien déjà, mais la pleine connaissance du Dieu de grâce est « en » et « par » Jésus (Hébr.1.1). Quelle est l’importance de cette réalité pour Jean ? Voir 2.22-24.
Que Dieu puisse se manifester comme homme sur la terre était un fait contesté... Il n’y a rien de nouveau ! Jean n’entre pas dans ce débat ! Il rend témoignage. Et il vient d’emblée à la grande question : quelle est la motivation du chrétien ? Alors que des discussions, et même des contestations affluent, Jean vient à des questions très concrètes… C’est aussi la démarche proposée par l’apôtre Paul (Rom.16.19, 2 Tim.1.8-11, 2.14-16)

 
1.5-2.11  Marcher dans la lumière

 
La base ! La lumière, celle même qui vient de Dieu, ainsi que nous lisons déjà au commencement de la Bible, ce qui Dieu fit pour ce monde où l’homme marche dans le noir sans discerner ni la cause ni la fin de son parcours de quelque 80 ans… Lire Gen.1.1-5, Jean 1.1-5 et Ésaïe 9.1-7.

 
5 Le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons, c'est que Dieu est lumière, et qu'il n'y a pas en lui de ténèbres. 6 Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne faisons pas la vérité. 7 Mais si nous marchons dans la lumière, comme lui-même est dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché.

 
  • Jean introduit-il un débat sur ce qu’est la lumière ?
  • Que sont les deux caractères qui rendent manifestes une marche dans la lumière ?
Ces deux caractères nous occupent dans la suite du passage. A commencer par le second, la question de la pureté de la marche du chrétien.

 
1.8-2.2  Les fautes et le pardon

 
Prétendre n’avoir pas de péché ! C’était semble-t-il la prétention de certains courants qui pouvaient se faire jour parmi les chrétiens déjà en cette fin du premier siècle, basés sur une compréhension erronée de l’enseignement de la nouvelle naissance… (Jean 3.1-21)

 
8 Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n'est pas en nous. 9 Si nous reconnaissons nos péchés, il est juste et digne de confiance : il nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de toute injustice. 10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n'est pas en nous.
2    
1 Mes enfants, je vous écris cela pour que vous ne péchiez pas. Mais si quelqu'un vient à pécher, nous avons un défenseur auprès du Père, Jésus-Christ, qui est juste. 2 Il est lui-même l'expiation pour nos péchés ; non pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

 
  • Puis-je prétendre que je ne suis pas exposé à des fautes, des erreurs dans le chemin ? A quoi conduirait de le prétendre ?
  • Comment le chrétien agira-t-il si il réalise que quelque chose en lui n’est pas comme il convient ? Sa situation est-elle sans issue ?
  • Quelle est la différence - elle est importante - entre l’expiation et le fait d’être purifié ? Notons bien l’œuvre de la croix d’une part, faite une fois pour toutes (Hébr.9.11, 10.10, et en corollaire Rom.6.10) et la purification dont il est question plus haut.« 
Le croyant, celui qui a mis sa confiance en Jésus-Christ, trouve en Lui un "défenseur" , un "avocat de la défense" qui agit en sa faveur ! C’est Celui qui a déjà répondu à la culpabilité devant Dieu, ainsi que nous pouvons en lire l’annonce notamment en Ésaïe 53.4-12.

 
2.3-6  Garder la Parole de Dieu

 
Une question se pose : "Est-ce que je connais vraiment Dieu ?" Je puis en effet me séduire moi-même… C’est ici le second axe de la connaissance essentielle, le premier étant de savoir que je suis pécheur.

 
3 A ceci nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements. 4 Celui qui dit : « je le connais » et qui ne garde pas ses commandements est un menteur, et la vérité n'est pas en lui. 5 Mais celui qui garde sa parole, l'amour de Dieu est vraiment accompli en lui. A ceci nous savons que nous sommes en lui : 6 celui qui dit demeurer en lui doit marcher aussi comme lui a marché.

 
  • C’est un test qui m’est ici proposé : est-ce que vraiment je connais Dieu ?
  • Quel est le modèle pour le chrétien ?
Connaître, au sens de l’Ecriture, est une réalité existentielle, non un savoir intellectuel. Connaître Dieu, c’est marcher avec Lui ! Un objectif assigné à tout homme, et professé par tout croyant… Marcher "avec Dieu", c’est agir comme Lui, et pour commencer garder en pratique sa parole, ses commandements… L’accent est ainsi porté essentiellement sur le "faire"

 
2.7-11  L’amour fraternel

 
Nous revenons maintenant à la question initiale, celle touchant la lumière qui brille dans l’obscurité de ce monde, celle dont parlait déjà le Seigneur Jésus, lui qui est la Lumière du monde. Commandement ancien, mais aussi commandement nouveau car la situation est nouvelle depuis la victoire de la croix.

 
7 Bien-aimés, ce n'est pas un commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien, que vous aviez dès le commencement; ce commandement ancien, c'est la parole que vous avez entendue. 8 D'autre part, c'est un commandement nouveau que je vous écris ; ce qui est vrai en lui et en vous, car les ténèbres passent, et la vraie lumière brille déjà.
9 Celui qui dit être dans la lumière, tout en détestant son frère, est encore dans les ténèbres. 10 Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et en il lui il n'y a pas de cause de chute. 11 Mais celui qui déteste son frère est dans les ténèbres ; il marche dans les ténèbres et ne sait pas où il va, parce que les ténèbres ont rendu ses yeux aveugles.

 
  • Quelle est la responsabilité de celui qui déclare marcher à la suite de Celui qui es la Lumières du monde (Jean 1.1-9) ? Lire Matt.5.14-16, Eph.5.8-9.
  • En quoi ce commandement ancien est-il aussi devenu un commandement nouveau ? Voir la fin du verset 8.
  • Quel et un des fruits de la lumière, ou autrement dit, puis-je prétendre être dans la lumière sans qu’on puisse le voir en pratique ?
Nous pouvons ici faire le point ! Ces passages mettent le chrétien en garde contre la prétention religieuse. Si nous disons... (1.6,8,10)
    -  ... que nous sommes en communion avec Lui…
    -  ... que nous n’avons pas de péché…
    -  ... que nous n’avons pas péché…
Face à cette prétention, quelle est la marque que nous connaissons Dieu ? Celui qui dit... (2.4,6,9)
    -  ... Le connaître... garder ses commandements.
    -  ... demeurer en Lui... marcher comme Christ !
    -  ... être dans la lumière... aimer nos frères…
Tous ces passages opposent connaissance et prétention de savoir !

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

1 Jean 2:12-27 - Le chrétien dans le monde


 

2.12-27  Le chrétien dans le monde
 
2.12-14  Adresse

 
L’apôtre s’adresse à des chrétiens. Il fournit l’adresse deux fois, d’abord dans la forme directe, ensuite au passé ! Forme de style ? Peut-être. Le patricarche, celui qui a connu le commencement s’adresse à tous en disant "mes enfants" , littéralement "mes petits enfants"… Et il distingue les jeunes gens et les pères…

 
12 Je vous écris, mes enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom. 13 Je vous écris, pères, parce que vous connaissez celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le Mauvais. 14 Je vous ai écrit, mes enfants, parce que vous connaissez le Père. Je vous ai écrit, pères, parce que vous connaissez celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, que la parole de Dieu demeure en vous et que vous avez vaincu le Mauvais.

 
  • Comment sont caractérisés les chrétiens, tous les chrétiens ? Le premier caractère cité nous fait revenir sur le début du chapitre. Le second caractère est à mettre en relation avec la parole de Jésus, notamment en Jean 1.47.
  • Jeunes gens et pères ! Qu’exprime, en soi cette expression ? Et qu’est-il dit des « pères » ? Lire 1 Cor.14.20, Col.1.10, Eph.4.13, Hébr.6.1.
  • Point de départ : jeunes dans la foi ! Qu’est-ce qui caractérise tout chrétien, dès ses premiers pas dans la vie chrétienne ? Trois points sont cités !
Il n’est pas sans intérêt de comparer ces mots au récit de la tentation au désert, à la manière dont la victoire sur le Mauvais est remportée (Matt.4.1-11, Luc 4.1-13).

 
2.15-17  Les principes qui le régissent ce monde

 
Nous entrons maintenant dans le vif du sujet. Une exhortation qui demande une attention particulière. L’expression "monde" illustre une double réalité : d’une part la société qui nous entoure et d’autre part les principes qui la régissent.. Le chrétien est dans cette société, dans le "monde" (Jean 17.15), mais il est appelé à prendre garde…

 
15 N'aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui ; 16 car tout ce qui est dans le monde, le désir de la chair, le désir des yeux et la confiance présomptueuse en ses ressources, tout cela n'est pas du Père, mais du monde. 17 Or le monde passe, et son désir aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours.

 
  • Ce dont le chrétien doit se garder sont les principes d’action qui animent ce monde. Ils sont au nombre de trois. Comparer Genèse 3.6.
  • Les non-chrétiens sont-ils toujours animés de ces trois principes d’action ? Le Samaritain, dans la parabole de l’Evangile (Luc 10.23-36), est-il célébré pour sa foi, son attachement au Temple de Jérusalem ? Lire également des exhortations qui attestent que de bonnes œuvres ont cours dans la société, hors des milieux chrétiens (Tite 3.8,14)
  • Le monde passe. Voir 2 Pier.3, Apoc.21.1.
  • Demeurer à toujours ! Voir Rom.6.23, 1 Jean 1.2, Jude 1 et de nombreux passages des Evangiles, notamment Jean 17.1-3.
L’exhortation qui commence cette lecture ne concerne donc pas "le monde" en tant que société, mais les principes de vie dont il faut se garder. Ceci nous montre bien qu’il est possible de professer l’adhésion au Christ et de ne pas de démarquer quant aux motifs qui régissent la vie. Il y a d’ailleurs des mises en garde, outre celle de notre épître. Si le sel s’affadit…Si la lumière est mise sous le boisseau… Matt.5.13-16, Luc 11.33.

 
2.18-27  Ceux qui tentent d’égarer les croyants

 
L’apôtre passe maintenant aux dangers qui guettent les croyants, ce pourquoi il poussa ce cri du début de sa lettre… Si des siècles se sont passés depuis ce commencement de la chrétienté, ceci nous montre que les principes amenant sa ruine se sont manifestés bien tôt, et ainsi, en ce sens, la "dernière heure" a débuté dès avant la fin du siècle.

 
18 Mes enfants, c'est la dernière heure; vous avez entendu dire qu'un antichrist vient, et il y a maintenant beaucoup d'antichrists : delà nous savons que c'est la dernière heure. 19 Ils sont sortis de chez nous, mais ils n'étaient pas des nôtres ; car, s'ils avaient été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous; mais ainsi, il est manifeste qu'aucun d'eux n'est des nôtres. 20 Quant à vous, vous avez une onction de celui qui est saint, et tous, vous savez. 21 Je vous ai écrit, non parce que vous ne sauriez pas la vérité, mais parce que vous la savez, et parce qu'aucun mensonge n'est de la vérité. 22 Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Le voilà, l'antichrist, celui qui renie le Père et le Fils. 23 Quiconque renie le Fils n'a pas non plus le Père; celui qui reconnaît le Fils a aussi le Père. 24 Quant à vous, que demeure en vous ce que vous avez entendu dès le commencement. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez, vous aussi, dans le Fils et dans le Père. 25 La promesse qu'il nous a faite, lui, c'est la vie éternelle. 26 Je vous ai écrit cela au sujet de ceux qui vous égarent. 27 Quant à vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin que quelqu'un vous instruise ; mais comme son onction vous instruit sur tout, qu'elle est vraie et qu'elle n'est pas mensonge, demeurez en lui comme elle vous y a instruits.

 
  • Y avait-il des opposants à la vérité reçue parmi les croyants au commencement ? D’où venaient ces personnes ? Lisons Actes 20.25-31.
  • Comment est appelé celui qui doit venir, mais dont l’esprit est déjà manifesté par diverses personnes qui s’opposent à la vérité de Dieu ? Quel est le caractère de ceux qui nient que Jésus soit le Christ ? Vers. 2.18,22 ; 4.3. Lire aussi Jean 5.43 et 2 Jean 7, mais aussi 2 Thes.2.8, Daniel 11.36 et Apoc.13.11.
  • Comment Jean qualifiait-il ces doctrines qui s’écartaient de la vérité ? Quelle est la conséquence d’une telle dénégation quant à Jésus ? Lire aussi 2 Jean 9, Jean 14.20-24, 17.26.
  • Vous avez l’onction… Il y a donc une ressource pour pouvoir résister. Quelle est cette onction ? Jean 14.26, 16,13. Le résultat est illustré en Jean 10.3-4.
  • Et pourtant certains se retirent… Lire Héb.6.4-6.
  • Faut-il désespérer, croire qu’il n’y a plus de chemin ? Lire 2 Jean 4, Apoc.3.7-12 - et considérer la vie remarquable de chrétiens d’hier et d’aujourd’hui…
  • Quels sont les dangers particuliers soulignés dans notre épître ? 2.18-19, 4.1-2
Quant à vous… Vous qui écoutez, gardez ce que vous savez dès le commencement, n’allant pas au delà de ce qui a été connu dès lors… Vous demeurerez dans le Fils et dans le Père… La vie éternelle est ici citée non comme un vécu, mais comme un avenir… Les deux acceptions existent dans l’Évangile selon Jean : héritage attendu (3.15-16, 6.27, 12.25 ou patrimoine acquis 3.36, 4.14, 5.24, 6.47, 17.3)… Ce qui signifie que la vie éternelle, vue dans son avenir, est attendue par ceux qui ont cette vie aujourd’hui…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

1 Jean 2:28-4:6 - Vivre en Enfant de Dieu


 

2.28-4.6  Vivre en enfant de Dieu

 
2.28-3.10  Pratiquer la justice

 
Après les mises en garde viennent les injonctions positives. Elles sont fondées sur la place du croyant devant de Dieu - nous devrions dire "auprès de Dieu". La connaissance de la miséricorde de Dieu, la conscience d’être reçu par Lui ne peut aller sans adhérer à ses principes - n’est-ce pas là en réalité la foi en Lui ? Habakuk, le prophète avait écrit : « Le juste vivra de son adhérence » (de sa confiance effective en Dieu, de sa foi) - Hab.2.4. Lire aussi Michée 6.8 parlant de la foi effective en Dieu. Une évidence !

 
28 Et maintenant, mes enfants, demeurez en lui, pour que, quel que soit le moment de sa manifestation, nous ayons de l'assurance, et qu'aucune honte ne nous fasse nous éloigner de lui à son avènement. 29 Si vous savez qu'il est juste, sachez que quiconque fait la justice est né de lui.
3   
1 Voyez quel amour le Père nous a donné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu - et nous le sommes ! Si le monde ne nous connaît pas, c'est qu'il ne l'a jamais connu. 2 Bien-aimés, maintenant nous sommes enfants de Dieu, et ce que nous serons ne s'est pas encore manifesté ; mais nous savons que, quel que soit le moment de sa manifestation, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est. 3 Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui est pur. 4 Quiconque fait le péché fait aussi le mal ; c'est le péché qui est le mal. 5 Or, vous le savez, il s'est manifesté, lui, pour enlever les péchés ; et il n'y a e pas de péché en lui. 6 Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne le connaît pas, il ne l'a jamais vu. 7 Mes enfants, que personne ne vous égare. Celui qui fait la justice est juste, comme lui est juste. 8 Celui qui fait le péché est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Si le Fils de Dieu s'est manifesté, c'est pour détruire les oeuvres du diable. 9 Quiconque est né de Dieu ne fait pas de péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; il lu ne peut pas pécher, puisqu'il est né de Dieu. 10 C'est en cela que les enfants de Dieu et les enfants du diable sont manifestes : quiconque ne fait pas la justice n'est pas de Dieu, tout comme celui qui n'aime pas son frère.

 
  • Quelle est sa position actuelle du croyant devant Dieu ? Vers1-2, Rom.8.16-17.
  • Une vie "en Dieu", c’est comme si la vie avait commencé sur une nouvelle base, une nouvelle vie. Comment se manifeste-t-elle ? 2.29 et 3.7. Voir aussi Matt.7.13-20, Luc 6.43-44, Jude 12.
  • En vue de parler de la vie pratique, sur quoi l’apôtre porte-t-il le regard du chrétien ? Nous y voyons deux faits, le premier touchant la position actuelle (Voir aussi Rom.8.16-17), et le second touchant l’avenir (Lire 2 Tim.4.7, Phil.3.14 et 2.12, 1 Thess.3.13).
  • Quelle est la conséquence d’une vie consciente du plan de Dieu et de la part que le croyant a reçue ? Comparer les versets 4 à 9 avec la fin du chapitre 1er.
La fin de cette portion nous présente des positions de principe, non pas un accident dans la vie d’un chrétien, ce sujet est traité plus haut (1.8-2.6), autrement dit, d’une disposition à marcher dans la désobéissance à Dieu, en contraste avec la manifestation de la vie selon Dieu. Comparer Jean 3.36. Notons qu’il n’est aucunement question de profession, de célébration, de rites ou autres. Lire : 1 Sam.15.22, Zacharie 7.9-10, Jacques 1.27.

 
3.11-22  L’amour fraternel

 
Pratiquer ce qui est juste, telle était la leçon essentielle des versets ci-dessus. Et vivre ainsi parmi des personnes qui pourraient ne pas comprendre, et qui même éprouver de l’animosité contre les chrétiens - cela se voit dans tant de pays aujourd’hui où les chrétiens ne sont plus "bienvenus". Ceci nous montre comment doivent vivre les chrétiens, et quels devraient être leurs rapports entre eux… Quel affront à Dieu lorsque les choses ne vont pas ainsi - les disputes doctrinales... et les guerres de religion !!!

 
11 Voici le message que vous avez entendu dès le commencement : aimons-nous les uns les autres ; 12 ne faisons pas comme Caïn, qui était du Mauvais et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? Parce que ses oeuvres étaient mauvaises, et que celles de son frère étaient justes. 13 Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous déteste. 14 Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n'aime pas demeure dans la mort. 15 Quiconque déteste son frère est homicide, et vous savez qu'aucun homicide n'a la vie éternelle demeurant en lui. 16 A ceci nous connaissons l'amour : c'est que lui s'est défait de sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons nous défaire de notre vie pour les frères. 17 Mais si quelqu'un possède les ressources du monde, qu'il voie son frère dans le besoin et qu'il lui ferme son cœur, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ? 18 Mes enfants, n'aimons pas en parole, avec la langue, mais en oeuvre et en vérité.
19 A cela nous saurons que nous sommes de la vérité, et nous apaiserons notre cœur devant lui ; 20 car Si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur et il connaît tout. 21 Bien-aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, nous avons de l'assurance devant Dieu. 22 Quoi que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui est agréé de lui. 23 Voici son commandement: que nous croyions au nom de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné. 24 Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, comme Dieu en lui; à ceci nous savons qu'il demeure en nous: par l'Esprit qu'il nous a donné.

 
  • Être haï parce que l’on agit dans l’équité et la justice ! Cela peut-il nous étonner ? Nous avons ici l’enseignement du livre de la Genèse (Gen.4.1-10), mais voyons la vie de Jésus ! Jean 7.7.
  • Jusqu’où peut aller la manifestation de l’amour fraternel ? Lisons Jean 15.13. Lire aussi Rom.3.18, 1 Thess.4.9, 1 Pier.1.22...
  • Puis-je faire semblant devant les hommes ? Paraître ce que je ne suis pas ? Et devant Dieu ? Qu’est-ce qui donne de l’assurance devant Lui ?
  • « Le » commandement pour le chrétien, quel est-il avant tout autre choses ? Lire Jean 17. Y a-t-il un principe, une règle, une ordonnance qui passe avant ce commandement ?
  • L’attachement à cette pratique essentielle, qu’apporte-t-elle dans la vie du croyant ? Jean 14.21.
Dans ce temps qui est marqué par le déclin, au point que Jean évoque déjà "la dernière heure", n’ai-je pas un chemin, une ligne-guide ? Puis-je dire "Á quoi bon !" ? Ce sont là des questions pour aujourd’hui. Lire Malachie 3.14, mais aussi, par contraste, 2 Tim.2.19-21.

 
4.1-6  Discerner ce qui vient de Dieu

 
Il ne faut pas s’étonner que divers courants - souvent contradictoires - se manifestent "au nom de Jésus-Christ". Il y a un combat, non contre des mouvements, mais en soi même… Souvenons-nous de la parole du Seigneur, exprimée en Matt.18.6. Pour ne pas être happé par des doctrines ne sont pas selon l’enseignement donné dès le commencement, une mise en garde est faite, et un tamis donné pour examiner ce qui est dit et fait parmi les croyants.

 
4   1 Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit ; examinez plutôt les esprits pour savoir s'ils sont de Dieu, car beaucoup de prophètes de mensonge sont sortis dans le monde. 2 A ceci vous connaissez l'Esprit de Dieu: tout esprit qui reconnaît Jésus-Christ venu en chair est de Dieu ; 3 et tout esprit qui ne reconnaît pas Jésus n'est pas de Dieu ; c'est celui de l'antichrist, dont vous avez entendu dire qu'il vient, et qui maintenant est déjà dans le monde. 4 Vous, mes enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, car celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. 5 Eux, ils sont du monde ; c'est pourquoi leur parole est du monde, et le monde les écoute. 6 Nous, nous sommes de Dieu; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n'est pas de Dieu ne nous écoute pas : c'est à cela que nous connaissons l'Esprit de la vérité et l'esprit de l'égarement.

 
  • Comment pourrions-nous écrire, autrement, le « tamis » de la réception ? Relisons le début de notre épître - Jean 1.1-4. A quoi cela nous fait-il penser ? Voir Act.20.29 et 2 Pier.2.1, et encore Rom.16.17 et Gal.1.6-9.
  • Si des prédicateurs s’écartent de l’enseignement du commencement, et ont un notable succès, est-ce que je dois m’en étonner ? Lire aussi Matt.13.24-30 et Luc 18.8.
  • Y a-t-il un chemin pour le croyant ? Lire 2 Tim.2.15-26.
Savoir que la dispersion des chrétiens aujourd’hui, et même dans certains cas l’abus du nom de chrétien par des groupements, était annoncée dès ce temps doit nous apporter la paix à cet égard ! C’était annoncé, c’est donc inévitable comme pour tout ce qui est confié à l’homme, et il y a un chemin tracé pour la foi… Lire Apoc.3.7-13.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

1 Jean 4:7-5:12 - Nouvelle vie en Dieu


 

4.7-5.12  Nouvelle vie en Dieu

 
4.7-12  Connaître l’amour de Dieu

 
Avant de terminer sa lettre, Jean revient naturellement à son thème essentiel, à savoir que les chrétiens ont à s’aimer les uns les autres. Une évidence ! En effet, chacun doit reconnaître qu’il est avant tout aimé, aimé de Dieu, et qu’ainsi il est appelé à vivre par (4.9) et comme (2.6) celui qui l’a tant aimé !

 
7 Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres; car l'amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. 8 Celui qui n'aime pas n'a jamais connu Dieu, car Dieu est amour. 9 C'est en ceci que l'amour de Dieu s'est manifesté parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. 10 Et cet amour, ce n'est pas que, nous, nous ayons aimé Dieu, mais que lui nous a aimés et qu'il a envoyé son Fils comme l'expiation pour nos péchés. 11 Bien-aimés, si Dieu nous a tant aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. 12 Personne n'a jamais vu Dieu. Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est accompli en nous.

 
  • « Connaître Dieu » ! Est-ce une question intellectuelle ? Une déduction de philosophe ou de théologien ? Ou bien une réalité pratique, vécue ?
  • Quel est le point d’origine de la foi, de la vie nouvelle ? Cela viendrait-il d’une réflexion de l’homme, ou l’initiative vient-elle de Dieu ? Lire Rom.5.8.
  • Quelle est la seule conséquence citée ici touchant ce fait que nous avons été aimé par Dieu ?
Que signifierait de dire que nous aimons Dieu, ce Dieu que nous ne voyons pas ? Comment montrer que nous l’aimons ? La réponse est donnée : nous montrons que nous l’aimons, si nous partageons sa pensée, et donc si nous aimons nos frères… La vie nouvelle se discerne lorsqu’un homme est porté à aimer ses frères, ceux pour lesquels, comme le dit l’apôtre Paul, "Christ est mort" (Rom.14.15, 1 Cor.8.11).

 
4.13-21  La confiance du croyant

 
Ceci étant dit, comment un chrétien peut-il savoir qu’il est dans ce chemin approuvé de Dieu ? Car il y a la responsabilité personnelle, et il se pourrait qu’il y ait des regrets, de la honte même, lorsqu’il paraîtra devant le Seigneur ! C’est ce que nous voyons plus haut dans la lettre (2.28) et ailleurs encore (1 Cor.3.14-15).

 
13 A ceci nous savons que nous demeurons en lui, comme lui en nous : c'est qu'il nous a donné de son Esprit. 14 Et nous, nous avons vu et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils comme sauveur du monde. 15 Celui qui reconnaît que jésus est le Fils de Dieu, le Dieu demeure en lui, comme lui en Dieu. 16 Et nous, nous connaissons l'amour que Dieu a pour nous, et nous l'avons cru. Dieu est amour; celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. 17 C'est en cela que l'amour est accompli parmi nous, pour que nous ayons de l'assurance au jour du jugement: tel il est, lui, tels nous sommes aussi dans ce monde. 18 Il n'y a pas de crainte dans l'amour, mais l'amour accompli bannit la crainte, car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n'est pas accompli dans l'amour. 19 Quant à nous, nous aimons, parce que lui nous a aimés le premier. 20 Si quelqu'un dit : « J'aime Dieu », et qu'il déteste son frère, c'est un menteur, car celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne peut aimer Dieu, qu'il ne voit pas. 21 Et nous avons de lui ce comman- dement: que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.

 
  • Qu’est-ce que le don de l’Esprit ? Jean 14.17.
  • Qu’apporte le don de l’Esprit de Dieu au croyant ? Voir en outre Rom.8.9-17.
  • De qui est-il dit qu’il « demeure en Dieu » ? Dans ce passage, il y a trois expressions. Nous en avons déjà rencontré deux plus haut 2.24 et 3.24. Lire aussi Jean 14.23 et 15.5.
  • Qu’est-ce qui ôte, au croyant, la crainte de se trouver devant Dieu au bout de son cheminement sur la terre ?
Connaître l’amour de Dieu, tel est manifestement le vécu quotidien du chrétien ! Non d’éprouver cette attention de Dieu comme un talisman, mais être pénétré de cette réalité et assumer ainsi ses propres responsabilités… Et cela avec l’assurance que la vie passée avec la conviction de cet amour se poursuivra, après les travaux, dans la présence de Dieu. Pas de crainte !

 
5.1-5  Une nouvelle vie

 
Avec sa conversion, un grand changement est opéré dans la vie d’un homme. C’est une nouvelle orientation dans la vie. Saisi par la grâce, une nouvelle vie a commencé pour lui !

 
5   1 Quiconque croit que Jésus est le Christ est né de Dieu, et quiconque aime celui qui fait naître aime aussi celui qui est né de lui. 2 A ceci nous savons que nous aimons les enfants de Dieu: quand nous aimons Dieu et que nous agissons selon ses commandements. 3 Car l'amour de Dieu, c'est que nous gardions ses commandements. Et ses commandements ne sont pas un fardeau, 4 parce que tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde ; et la victoire qui a vaincu le monde, c'est notre foi. 5 Qui est vainqueur du monde, sinon celui qui e croit que jésus est le Fils de Dieu ?

 
  • Qu’est-ce "être né de Dieu" et, comme il a été écrit plus haut, "passé de la mort à la vie" (3.14) ? Versets 1-2. Voir le point de départ (2.23), les caractères (2.29 ; 3.9,14,24 ; 4.1ss)
  • Qu’est-ce qui fait que pour le croyant, une vie selon Dieu n’est pas pénible ? Voir aussi Mat.11.29-30.
  • Qu’est-ce qu’être vainqueur du monde ? Et d’abord, quelle est la nature du combat à mener ? Lire 4-5 en relation avec 2.14,16.
Le thème du combat est largement traité. Nous trouvons ici l’ennemi à combattre (voir Eph.6.12), et nous avons bien lu qu’il s’agit d’un combat intérieur. Ailleurs, nous pouvons voir quelles sont les armes (Rom.13.12, 2 Cor.6.7, Eph.6.10-18, 1 Thes.5.8). Et encore des exhortations 1 Tim.1.18-19, 6.11-12 ; 2 Tim.2.1-6). Cette vie se manifeste dans la pratique, on en discerne les fruits - c’est d’ailleurs par les faits qu’on la constate, non par les déclarations ou l’adhésion à un mouvement chrétien…

 
5.6-12  Le témoignage de Dieu

 
Le lecteur peut s’attendre à des preuves, des témoignages attestant la vérité du propos. Jean en est conscient et fournit ces témoignages. Il parle avant tout des témoignages qui accompagnèrent la venue du Jésus-Christ - et nous devons lire ceci en relation avec la présentation de sa venue, telle qu’enseignée par le même apôtre.

 
6 C'est lui, Jésus-Christ, qui est venu par l'eau et le sang; non pas avec l'eau seulement, mais avec l'eau et avec le sang ; et c'est l'Esprit qui rend témoignage, parce que l'Esprit est la vérité. 7 Car il y en a trois e qui rendent témoignage : 8 l'Esprit, l'eau et le sang, et les trois sont d'accord. 9 Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand; car le témoignage de Dieu, c'est qu'il rend témoignage à son Fils. 10 Celui qui met sa foi dans le Fils de Dieu a ce témoignage en lui- même ; celui qui n'a pas foi en Dieu fait de lui un menteur, puisqu'il n'a pas mis sa foi dans le témoignage que Dieu a rendu à son Fils. 11 Ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle. et cette vie est en son Fils. 12 Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie.

 
  • La venue du Seigneur, Verbe de Dieu incarné (Jean 1.1,14), est ici rappelée par une expression symbolique. Comment l’apôtre le dit-il ? Pour le sens de « l’eau », comparer avec ce qui concerne le croyant, en Jean 3.5. Pour le sens du « sang », voir Jean 1.13. Ne retrouvons-nous pas, ici, l’affirmation rappelée par Jean touchant l’incarnation du Seigneur ?
  • Au double témoignage donné par l’incarnation, comment s’ajoute le témoignage de l’Esprit ? Voir Jean 1.32-33 et Matt.3.16-17. A propos du triple témoignage, lire Deut.17.6 et 19.15.
  • Par la transmission de ce témoignage quant au Fils de Dieu, l’homme est placé devant une alternative. A quoi revient de rejeter ce témoignage ? Et quel est le résultat de la foi pour un croyant ?
  • Que souligne le verset 12 ? Lire aussi Jean 3.36, 6.40, 20.31.
Ainsi, après cette présentation symbolique et forte du témoignage quant au Fils de Dieu, l’apôtre se devait de rappeler ce qui confirme, pour le croyant, son entrée dans la vie avec Dieu.

 
5.13-21  Finale de la lettre

 
Le message est ainsi écrit, Jean peut clôturer la lettre, et, ce faisant, il ajoute quelques mots encore, des aspects très concrets de la vie du chrétien.

 
13 Cela, je vous l'ai écrit pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu. 14 L'assurance que nous avons auprès de lui, c'est que, si nous demandons quoi que ce soit selon sa volonté, il nous entend. 15 Et si nous savons qu'il nous entend, quoi que nous demandions, nous savons que nous avons ce que nous lui avons demandé. 16 Si quelqu'un voit son frère commettre un péché qui ne mène pas à la mort, qu'il demande, et il lui donnera la vie ; il s'agit de ceux qui commettent un péché qui ne mène pas à la mort. Il y a un péché qui mène à la mort, ce n'est pas pour celui-là que je dis de demander. 17 Toute injustice est péché - et il y a un péché qui ne mène pas à la mort. 18 Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche pas ; mais celui qui naît de Dieu le garde, et le Mauvais ne le touche pas. 19 Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier gît au pouvoir du Mauvais. 20 Mais nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour que nous connaissions celui qui est le Vrai ; et nous sommes dans le Vrai, en son Fils : Jésus-Christ. C'est lui le vrai Dieu et la vie éternelle. 21 Mes enfants, gardez-vous des idoles.

 
  • Le croyant peut-il être devant Dieu avec assurance ou confiance ? Lire 2 Cor.5.1-10 ; Héb.4.14-16. Quelle est la manifestation de confiance citée ici ? Comp. Jacques 1.5-6, 4.3 ; Hébr.10.19-24.
  • Divers chemins peuvent éloigner de Dieu, quelque fois une faute accidentelle, d’autres fois une mauvaise habitude qui serait acquise, et hélas aussi l’engagement dans un chemin qui conduit à la mort (1 Jean 2.19 ; Hébr.6.4-8, 10.26 ; 2 Pierre 2.20). En dehors de ce dernier cas dans lequel nul ne peut agir, que faire si quelqu’un est ainsi en difficulté ? Lire Jacques 5.19-20.
  • Vivre dans la conscience d’être sous le regard de Dieu garde de pécher. Cela veut-il dire que le croyant ne peut pécher ? Lire Jean 1.1.8-2.2.
  • Le verset 20 est en quelque sorte une synthèse. Le croyant au temps de Jean, avait-il la connaissance de Dieu ? Ce qui était enseigné au commencement devait-il être complété dans les siècles qui suivirent ? Lire Jean 16.13-15, Eph.4.23-24.
Mes enfants, gardez-vous des idoles ! Une fin abrupte pour une épître plus rude qu’il n’en paraît à première lecture. Des difficultés majeures secouaient les assemblées, et l’attitude à avoir au milieu des tourmentes, afin de n’être pas emportés, est de nous aimer les uns les autres, parce que nous sommes aimés de Dieu !
 
Les croyants sont avertis de ne pas s’écarter de l’enseignement qu’ils ont reçu dès le commencement, cet enseignement qui touche à la connaissance de Dieu, le Vrai, alors que des hommes vains dans leurs raisonnements opèrent parmi eux pour les détourner. Là aussi, sans doute, gît ne forme d’idolâtrie, à savoir dans la propension à placer l’intelligence de l’homme au-dessus de la révélation de Dieu.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE