07/12/2011

Rom.1:1 Paul écrit aux chrétiens de Rome


 

La Puissance du Dieu Sauveur
Je n’ai pas honte de l’évangile,
car il est la puissance de Dieu en salut...
la justice de Dieu y est révélée
sur le principe de la foi...

Epître aux Romains 1.16-17

 

 
PROLOGUE

 

L’apôtre Paul était en ce temps là à Corinthe (Actes 20.2), une assemblée où s’étaient manifestées bien des difficultés qui occasionnèrent l’écriture des épîtres aux Corinthiens. Il avait bien à cœur de se rendre à Rome, mais cela ne lui était pas possible dans l’immédiat. Pensant à ces chrétiens d’une ville si importante où il n’avait pas encore pu aller, il mit par écrit, à leur adresse, le sujet constant de sa prédication, le message de l’Evangile. Y avait-il une raison particulière de leur écrire cette lettre ? Il ne semble pas. Toutefois nous pouvons comprendre la nécessité pour tous les croyants d’être affermis dans la doctrine, que ce soit en ces temps du commencement où à notre époque tandis que de nombreuses idées, souvent contradictoires, circulent au sujet de la foi chrétienne ! Les circonstances des assemblées à Corinthe étaient là pour le dire !
 
Les chrétiens d’alors étaient notamment confrontés à l’opposition de Juifs qui n'avaient pas reconnu en Jésus leur Messie. En outre certains chrétiens issus du Judaïsme avaient difficile à comprendre que la rédemption puisse être fondée sur la seule grâce de Dieu, alors qu’ils étaient attachés à l’accomplissement des œuvres de Loi, la pratique des préceptes de la loi donnée par Moïse (voir Actes 15 et aussi l’épître aux Galates). Des difficultés venaient aussi d’hommes qui introduisaient des doctrines étrangères propres à produire des divisions entre les croyants.
 
Autre difficulté pour un Juif : qu’en est-il des promesses faites par Dieu lui-même à Abraham ? A cette question aussi il fallait une réponse ! Ainsi l’apôtre, dans la maison d’un certain Gaïus, dicte cette lettre à son fidèle Tertius, avant de la remettre à Phœbé, une chrétienne de la région qui devait sous peu se rendre à Rome.

 
1.1-7  Aux bien-aimés de Dieu qui sont à Rome

L’Évangile, la Bonne Nouvelle ! Nous sommes placés devant la bonne nouvelle que Dieu adresse à l’homme. Cette nouvelle a pour centre et fondement Jésus, le Fils de Dieu venu en ce monde annoncer la grâce et accomplir l’œuvre du salut.

1    1 Paul, esclave de Jésus-Christ, apôtre par appel, mis à part pour l’évangile de Dieu ­– 2 cette bonne nouvelle, Dieu l'avait promise par ses prophètes dans les Ecritures saintes ; 3 elle concerne son Fils, issu de la descendance de David selon la chair, 4 institué Fils de Dieu avec puissance, selon l'Esprit de sainteté, du fait de sa résurrection d'entre les morts, Jésus-Christ, notre Seigneur ; 5 c'est par lui que nous avons reçu la grâce et l'apostolat afin de susciter, pour son nom, l'obéissance de la foi dans toutes les nations, 6 nations dont vous aussi vous faites partie, vous qui avez reçu l'appel de Jésus-Christ 7 – à tous ceux qui, à Rome, sont bien-aimés de Dieu et saints par appel : Grâce et paix à vous de la part de Dieu, notre Père, et du Seigneur Jésus-Christ !

  • L’Évangile de Dieu touchant son Fils ! (Jean 1.17, Hébr.1.2). Les prophètes de l’Ancien Testament n’ont cessé d’annoncer Celui qui devait apporter la bonne nouvelle de la paix ! Lire notamment Esaïe 52.7 et 61.1.
  • Déterminé Fils de Dieu ! Jésus, dans son humanité, est un descendant de David, un homme ! (Jean 7.46, 8.40, 19.5...). Il ne pouvait être discerné comme Fils de Dieu par les hommes de son temps, sauf à ceux auxquels cela a été révélé (Matt.16.16). Sa puissance (Luc 7.15, 8.54, Jean 11.43) et sa résurrection (Jean 10.17-18) attestent qu’Il est Fils de Dieu.
  • L’obéissance de la Foi ! Car la Foi est ce que Dieu attend de l’homme, et c’est pourquoi des serviteurs, tel l’apôtre Paul, sont envoyés dans le monde. Lire Jean 3.36, Actes 28.30-31, Romains 10.14-17.
  • Comment sont appelés les chrétiens de Rome, est-ce la part de tous les rachetés du Seigneur ? Verset 7. Voir aussi Ephésiens 5.1, 1 Thes.1.4, 2 Thes.2.13.
  • Lectures : Jean 1.14-18 ; Héb.1.1-14 ; Esaïe 52.13-53.12

De bien-aimés enfants ! Ce que sont pour Dieu les rachetés, ceux qui ont cru en l’œuvre rédemptrice accomplie à la croix du Calvaire. De bien-aimés enfants : ce n’est pas un titre, mais une relation vitale. Lisons la parabole du fils prodigue en Luc 15, les marques de l’amour du père pour celui qui s’est repenti et est revenu à lui…

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.1:8 Paul disposé à aller à Rome


 

1.8-15  Je suis prêt à vous annoncer l'Evangile

Paul désirait aller à Rome, il souhaitait ardemment voir ses frères, les encourager. Dans ce paragraphe, Paul rend grâces à Dieu, il exprime ce qu’est sa prière ardente et souligne le but qu’il poursuit envers eux.

8 Je rends d'abord grâce à mon Dieu pour vous tous, par Jésus-Christ, parce qu'on parle de votre foi dans le monde entier. 9 Dieu, à qui je rends un culte en mon esprit, par la bonne nouvelle de son Fils, m'est témoin que je fais continuellement mention de vous ; 10 je demande toujours, dans mes prières, d'avoir enfin, par la volonté de Dieu, une occasion favorable pour venir vous voir. 11 Car je souhaite vivement vous voir, pour vous communiquer quelque don de la grâce, quelque don spirituel, afin que vous soyez affermis ; 12 ou plutôt pour que, chez vous, nous soyons tous encouragés, chacun par la foi de l'autre, par la vôtre comme par la mienne. 13 Je ne veux pas que vous ignoriez, mes frères, que je me suis souvent proposé de venir vous voir, pour avoir quelque fruit parmi vous, comme parmi les autres nations ; mais j'en ai été empêché jusqu’ici. 14 Je suis débiteur envers les Grecs comme envers les barbares, envers les sages comme envers les gens stupides : 15 de là mon ardent désir de vous annoncer la bonne nouvelle, à vous aussi qui êtes à Rome.

  • Quel est le sujet de sa prière concernant les chrétiens de Rome ? Nous voyons ici un désir ardent, des empêchements, et la soumission à Dieu. Voir les versets 10 et 13. Lire aussi Act.15.6-12.
  • Paul pense à encourager, à consoler et surtout à affermir dans la doctrine les croyants de Rome. Pourquoi cette nécessité qu’ils soient affermis ? Lire Col.2.8-20 ; 2 Thes.2.1-4 ; Héb.13.9... En est-il autrement aujourd’hui ?
  • Comment le croyant pourra-t-il être ainsi affermi ? Lire Act.20.32, 2 Tim.3.14-17, 1 Jean 2.24.
  • Lectures : Act.20.17-38 ; 2 Pier.3.11-18 ; Jude 17-23.

L’apôtre a le souhait ardent que les croyants à Rome soient affermis, ce qui serait une consolation pour lui. En effet, il est nécessaire d’être affermi dans la doctrine car les courants divergeants ne manquent pas. Déjà au temps des apôtres des hommes tentaient d’introduire de fausses doctrines? Lire notamment Romains 16.17-18. Nous pouvons lire aussi Act.20, l’épître aux Galates, l’épître de Jude, Apocalypse 2 et 3... Ce paragraphe termine l’adresse de l’épître. Les versets suivants en donnent le sujet.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.1:16 La puissance de Dieu pour le salut


 

1.16-17  La puissance de Dieu pour le salut

L’homme est devant une alternative. Marcher sans Dieu en ce monde, et échouer quant à sa mission... Ou se tourner vers son Créateur et se confier en sa grâce ! Il y a un chemin de salut ! C’est le sujet essentiel de l’épître :
    • la juste colère de Dieu,
    • comment un pécheur peut être déclaré « juste »,
    • la position du racheté devant Dieu.

16 Car je n’ai pas honte de la bonne nouvelle ; elle est en effet puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif d’abord, mais aussi du Grec. 17 Car en elle la justice de Dieu se révèle, en vertu de la foi et pour la foi, ainsi qu’il est écrit : Le juste vivra par sa foi [Habacuc 2:4].

  • La puissance de Dieu pour le salut ! Qui aurait la puissance pour mettre un pécheur à l’abri du juste jugement de Dieu ? Un autre homme ? Tous ses efforts pourraient-ils l’amener à être « déclaré juste » ? Ps.49.7-8 ; et Mat.19.25-26.
  • Soulignons cette expression « à quiconque croit » ! Voir aussi Jean 3.16 ; Rom.3.22 ; 1 Cor.1.21 ; Gal.3.22.
  • Comment un homme est-il justifié devant Dieu ? Lire aussi Jean 3.14-17, 36. Lire Eph.2.8. Voir aussi Nombres 21.4-9 touchant « Le serpent élevé dans le désert » cité en Jean 3.14.
  • « Le juste vivra par sa foi ! » Depuis qu'il y a des hommes sur la terre, il en est ainsi, comme il en est aujourd'hui... Ce passage du prophète Habacuc est repris également en Héb.10.37-38 et Gal.3.11. Voir des applications pratiques au Psaume 23 et en Phil.4.4-9.
  • Lectures : 1 Cor.1.18-25 ; 2 Cor.6.1-2 ; Héb.2.1-10.

Etre sauvé par ses propres mérites ? Impossible ! Aucun homme ne peut faire état de ses qualités pour paraître devant la gloire de Dieu. Le prophète Esaïe, face à la gloire de Dieu - devant laquelle les séraphins disaient : « Saint, saint, saint est l’Eternel des armées » - s’écrie : « Malheur à moi, car je suis perdu… » (Esaïe 6.1-7). Par lui-même, pas d'autre issue... mais pour Dieu, toutes choses sont possibles (Matt.19.26).

 

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.1:18 L'homme devant Dieu, l'idolâtre


 

1.18-32  L'homme idolâtre

La puissance de Dieu pour le salut des hommes ! C'est une question essentielle pour chacun : réaliser son propre état devant Dieu, sa responsabilité ! Et ainsi comprendre qu’il faut être "sauvé" du juste jugement de Dieu.

18 La colère de Dieu, en effet, se révèle depuis le ciel contre toute l'impiété et l'injustice des gens qui tiennent la vérité captive dans l'injustice ; 19 car ce qu'on peut connaître de Dieu est manifeste parmi eux : c'est Dieu qui, pour eux, l'a rendu manifeste. 20 En effet, ce qui chez lui est invisible – sa puissance éternelle et sa divinité – se voit fort bien depuis la création du monde, quand l'intelligence le discerne par ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, 21 puisque, tout en ayant connu Dieu, ils ne l'ont pas glorifié comme Dieu et ne lui ont pas rendu grâce ; mais ils se sont égarés dans des raisonnements futiles, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. 22 Se prétendant sages, ils sont devenus fous 23 et ils ont changé la gloire du Dieu impérissable en des images représentant l'être humain périssable, des oiseaux, des quadrupèdes et des reptiles. 24 C'est pourquoi Dieu les a livrés à l'impureté, par les désirs de leur cœur, de sorte qu'entre eux ils déshonorent leur propre corps, 25 eux qui ont changé la vérité de Dieu pour le mensonge et qui ont adoré la création, en lui rendant un culte, au lieu du Créateur, qui est béni pour toujours ! Amen ! 26 C'est pour cela que Dieu les a livrés à des passions déshonorantes. Ainsi, en effet, leurs femmes ont changé les relations naturelles pour des actes contre nature; 27 de même les hommes, abandonnant les relations naturelles avec la femme, se sont enflammés dans leur appétit les uns pour les autres; ils se livrent, entre hommes, à des actes honteux et reçoivent en eux-mêmes le salaire que mérite leur égarement. 28 Comme ils n'ont pas jugé bon de reconnaître Dieu, Dieu les a livrés à leur manque de jugement, de sorte qu'ils font des choses indignes; 29 ils sont remplis de toute espèce d'injustice, de méchanceté, d'avidité, de malfaisance; pleins d'envie, de meurtre, de disputes, de ruses, de vices ; 30  diffamateurs, médisants, ennemis de Dieu, insolents, orgueilleux, fanfarons, ingénieux pour le mal, rebelles envers leurs parents, 31 sans intelligence, sans loyauté, insensibles, sans compassion. 32 Et bien qu'ils connaissent le juste décret de Dieu selon lequel ceux qui pratiquent de telles choses méritent la mort, non seulement ils les font eux-mêmes, mais encore ils approuvent ceux qui les pratiquent.

  • Comment un homme qui n’aurait pas même entendu le message de l’Evangile peut-il connaître l’existence de Dieu et sa puissance ?
  • Dieu reconnaît-Il quelque excuse à un homme qui ne veut pas reconnaître qu’il y a un Créateur ? Autrement dit : comment un homme pourrait-il affirmer qu’il n’y a pas de créateur ?
  • Quelles sont les conséquences pour l’homme du fait de ne pas avoir gardé la connaissance de Dieu ? Lire versets 21 et suivants.
  • ;Les désordres moraux étaient communs à l’époque où l’épître a été écrite. Qu’en est-il aujourd’hui ? Qu’en dit l’Ecriture ?
  • Les hommes ont servi la créature plutôt que le Créateur... Comment cette disposition à ignorer ou rejeter le Créateur s’est-elle manifestée envers le Seigneur Jésus ? Luc 20.9-18 et Jean 1.5,10-11.
  • Lectures : Jean 3.33-36 ; 1 Thes.1.9-10 ; 2 Pier.3.1-10

L'idolâtrie était courante dans ces contrées, et notre monde n'en est pas exempte, tant s'en faut ! Mais l'idolâtrie est-elle uniquement une pratique religieuse ? Combien des fausses valeurs ne sont-elles pas "idôlatrées" aujourd'hui, comme il en fut de tous temps... Tout ce qui, comme l'amour de l'argent par exemple, prend place dans le coeur pour l'éloigner de Dieu, 1 Cor.10.7, Eph.5.5 et Col.3.5, 1 Pier.4.3 et Mat.6.24 .

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.2:1 L'homme devant Dieu, celui qui a une morale


 

2.1-16  L'homme qui tient à une morale

Le paragraphe précédent a mis l’accent sur l’idolâtrie, pour laquelle il n’y a pas d’excuse devant le Créateur (1.18). Nous sommes placés ici devant des hommes qui ont le sentiment du bien et du mal, et reconnaissent des principes moraux.

2    1 Tu es donc inexcusable, toi qui juges, qui que tu sois; en jugeant l'autre, en effet, tu te condamnes toi-même, puisque, toi qui juges, tu pratiques les mêmes choses. 2 Or nous savons que le jugement de Dieu contre ceux qui pratiquent de telles choses est conforme à la Vérité. 3 Comptes-tu donc, toi qui juges ceux qui pratiquent de telles choses et qui les fais toi-même, échapper au jugement de Dieu ? 4 Ou bien méprises-tu la richesse de sa bonté, de sa tolérance et de sa patience, faute de reconnaître que la bonté de Dieu doit te conduire à un changement radical ? 5 Par ton obstination, parce que ton cœur se refuse à changer radicalement, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la révélation du juste jugement de Dieu, 6 qui rendra à chacun selon ses œuvres : 7 vie éternelle à ceux qui, par leur persévérance dans une oeuvre bonne, cherchent la gloire, l'honneur et l'impérissable ; 8 colère et fureur à ceux qui, par ambition personnelle, sont réfractaires à la vérité et se laissent persuader par l'injustice. 9 Détresse et angoisse pour tout homme qui produit le mal, pour le Juif d'abord, mais aussi pour le Grec ! 10 Gloire, honneur et paix pour quiconque œuvre au bien, pour le Juif d'abord, mais aussi pour le Grec ! 11 Car il n'y a pas de partialité chez Dieu.
 
12 Tous ceux qui ont péché sans loi iront aussi à leur perte sans loi, et tous ceux qui ont péché sous la loi seront jugés au moyen de la loi. 13 En effet, ce ne sont pas ceux qui entendent la loi qui sont justes devant Dieu; ce sont ceux qui mettent la loi en pratique qui seront justifiés. 14 Quand des non-Juifs, qui n'ont pas la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ceux-là, qui n'ont pas la loi, sont une loi pour eux-mêmes ; 15 ils montrent que l'œuvre de la loi est écrite dans leur cœur; leur conscience aussi en rend témoignage, ainsi que leurs raisonnements qui les accusent ou les défendent tour à tour 16 – au jour où Dieu, selon ma bonne nouvelle, juge les secrets des humains par Jésus-Christ.

  • La connaissance du bien et du mal, un avis sur les pratiques morales, cela permet-il de se justifier devant Dieu ?
  • L’homme qui juge ! Peut-il par cela éviter le jugement de Dieu ? Versets 3, 5, 16
  • Et qu’est-ce que Dieu attend de l’homme ? Que lui demande-t-il ?
  • Si l’homme ne répond pas à l’appel de Dieu, de quoi devra-t-il rendre compte à Dieu au jour du jugement ? Verset 5. Lire aussi Apocalypse 20.12.
  • En lisant le verset 8, déduisons ce qu’il en est des bonnes œuvres du verset 7. Notamment l’attitude relativement au message de la grâce (Jean 1.17) ; voyons le cas de Pilate (Jean 18.38).
  • Dieu fait-il acception de personnes ? Y a-t-il des hommes plus favorisés que d’autres devant Lui ? Lire aussi Actes 10.35.
  • Lectures : Actes 10.1-43 ; Actes 16.24-34 ; Apocalypse 20.11-15.

L’histoire du centurion Corneille, en Actes 10, est particulièrement instructive. Cet homme était pieux, sincère devant Dieu. Ce que Dieu fit pour lui : il envoya Pierre lui annoncer la bonne nouvelle en Jésus. Réponse de cet homme droit : il croit !
 
Juger autrui, s’estimer meilleur, ou plus encore penser être digne de Dieu par soi-même... Par sa conscience exercée, tout homme sait bien ce qu’il est en lui-même. Va-t-il s’accuser devant Dieu ou plutôt se trouver des excuses (v.15) ? N’est-il pas plutôt poussé à se tenir devant Dieu, dans la repentance (v.4) ?

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.2:17 L'homme devant Dieu, l'homme religieux


 

2.17-29  L'homme religieux

Au vu des pratiques morales désordonnées, nous pouvons comprendre le jugement divin. Mais il est aussi des personnes qui s’astreignent à une pratique religieuse, qui revendiquent la connaissance de Dieu... C'est la cas du peuple élu de Dieu, applé ici "la circoncision", duquel l'apôtre Paul souligne qu'il servait Dieu. Mais qu'en est-il du salut ? Quelle est la situation d’un homme attaché à ces enseignements ?
 
Le texte met en contraste un non-Juif qui mettrait la Loi en pratique et un Juif qui ne le ferait pas…

17 Toi qui te donnes le nom de Juif, qui te reposes sur la loi, qui mets ta fierté en Dieu, 18 qui connais sa volonté et qui, instruit par la loi, sais discerner ce qui est important, 19 toi qui es persuadé d'être le guide des aveugles, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, 20 l'éducateur apte à corriger les gens déraisonnables, à instruire les tout-petits, parce que tu as dans la loi l'essence même de la connaissance et de la vérité... 21 – Toi donc qui instruis les autres, tu ne t'instruis pas toi-même ! Toi qui proclames qu'il ne faut pas voler, tu voles ! 22 Toi qui dis qu'il ne faut pas commettre d'adultère, tu commets l'adultère ! Toi qui as les idoles en abomination, tu commets des sacrilèges ! 23 Toi qui mets ta fierté dans la loi, tu déshonores Dieu par la transgression de la loi ! 24 Car c'est à cause de vous qu'on calomnie le nom de Dieu parmi les nations [Esaïe 55.5] comme il est écrit.
 
25 Certes, la circoncision est utile, si tu mets la loi en pratique ; mais si tu es un transgresseur de la loi, ta circoncision devient incirconcision. 26 Si donc l'incirconcis observe les justes ordonnances de la loi, son incirconcision ne sera-t-elle pas comptée comme circoncision ? 27 L'incirconcis de nature qui accomplit la loi ne te jugera-t-il pas, toi qui la transgresses tout en ayant la lettre de la loi et la circoncision ? 28 Le vrai Juif, ce n'est pas celui qui en a les apparences; et la vraie circoncision, ce n'est pas celle qui est apparente, dans la chair. 29 Est vraiment Juif celui qui l'est dans le secret; sa circoncision, c'est celle du cœur, qui relève, non pas de la lettre, mais de l'Esprit; celui-là ne reçoit pas sa louange des humains, mais de Dieu.

  • Qu’est-il dit de la Loi donnée par Dieu ? Verset 20.
  • Connaissant et enseignant ces préceptes venant de Dieu, si je ne les accomplis pas absolument, quelle est ma situation devant Dieu ? Verset 23.
  • Se réclamer d’une religion et ne pas mettre en pratique ses préceptes, quel effet cela a-t-il sur les non-croyants qui regardent et constatent ? Voir le verset 24, lequel fait référence à un enseignement déjà bien ancien au moment où l’apôtre écrivait l’épître ! Esaïe 52.5 et Ezéchiel 36.20-23. Et aujourd’hui ?
  • Qu’est-ce qui a de l’importance pour Dieu : la pratique extérieure d’un rite ou les motifs intérieurs d’un homme ?
  • Lectures : Luc 18.18-30 ; Gal.5.1-12 ; Phil.3.1-16.

Ainsi est démontrée la culpabilité de tout homme, et son incapacité à pouvoir être juste devant Dieu par ses propres efforts. En effet, l’Évangile nous dit : Pour les hommes, cela est impossible ; mais pour Dieu, toutes choses sont possibles. (Matt.19:26).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.3:1 L'homme devant Dieu, conclusion


 

3.1-20  La conclusion : Nul n'est parfait

Poursuivant l’exposé, Paul évoque son peuple auquel il est fort attaché, cf. Rom.9.1-5. Ce peuple a été choisi par Dieu pour qu’il soit le dépositaire de sa Parole, les Oracles de Dieu. Dieu l’appelle « mon serviteur » (Esaïe 44.1). Mais cette place particulière dans les pensées de Dieu rend-elle ceux-ci plus excellents en eux-mêmes ? Et que pouvons-nous penser d'un attachement formel au christianisme aujourd'hui ?

3    1 Quel est donc l'avantage du Juif, ou quelle est l'utilité de la circoncision ? 2 Ils sont considérables, de toute manière. Tout d'abord, c'est à eux que les paroles de Dieu ont été confiées. 3 Eh quoi ! si quelques-uns ont manqué de foi, leur manque de foi réduira-t-il à rien la foi de Dieu ? 4 Jamais de la vie ! Plutôt, que Dieu soit vrai et tout être humain menteur, ainsi qu'il est écrit : Afin que tu sois trouvé juste dans tes paroles et que tu triomphes dans ton procès. [Psaume 51:4]. 5 Mais si notre injustice met en évidence la justice de Dieu, que dirons-nous ? Dieu, est-il injuste quand il donne cours à la colère ? – Je parle en termes humains – 6 Jamais de la vie ! Autrement, comment Dieu jugerait-il le monde ? 7 Mais si par mon mensonge la vérité de Dieu abonde, pour sa gloire, pourquoi, moi, serais-je encore jugé comme pécheur ? 8 Et pourquoi ne pas dire, comme certains calomniateurs prétendent que nous le disons : « Faisons le mal, pour qu’il en résulte du bien ! » Ces gens-là méritent d’être condamnés.
 
9 Quoi donc ? Sommes-nous supérieurs ? Pas en tous points. Car nous avons déjà porté cette accusation : tous, Juifs et Grecs, sont sous le péché, 10 ainsi qu'il est écrit : Il n’y a pas de juste, pas même un seul ; 11 il n’y en a pas un qui soit intelligent, il n’y en a pas un qui recherche Dieu. 12 Tous se sont égarés, ensemble ils se sont pervertis, il n’y en a pas eu qui fasse le bien, il n’y en a pas même un seul. [Psaume 14:1-3] 13 Leur gosier est un sépulcre ouvert, ils rusent avec leur langue [Psaume 5:9], ils ont sous leurs lèvres un venin d'aspic, [Psaume 140:3] 14 leur bouche est pleine de malédiction et d'amertume [Psaume 10:7] . 15 Ils ont les pieds agiles pour répandre le sang, 16 la destruction et le malheur sont sur leur chemin, 17 ils n'ont jamais connu le chemin de la paix [Ésaïe 59:7-8]18 il n’y a pas de crainte de Dieu devant leurs yeux [Psaume 36:1]. 19 Or nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée et que le monde entier soit coupable devant Dieu. 20 Personne, en effet, ne sera justifié devant lui en vertu des œuvres de la loi, car ce qui advient au moyen de la loi, c'est la connaissance du péché.

  • La colère de Dieu est-elle juste (vers.5) ? Pourquoi ? Versets 9 et suivant.
  • De quoi Paul est-il accusé par quelques-uns qui ne veulent pas recevoir ce salut offert gratuitement à quiconque croit ?
  • Cette objection courante, et parfois émise de bonne foi, est liée à l’apparente facilité que représente l’offre gratuite de Dieu ! « Quoi donc, ne rien faire pour obtenir son salut ? » L’épître répond à cette objection, en particulier au chapitre 6.
  • Qu’apporte la Loi - les Dix Commandements - pour celui qui s’appuierait sur son accomplissement pour être déclaré « juste » devant Dieu ? Gal.3.10-14,19-29.
  • Lectures : Act.13.38-41 ; Gal.2.15-21 ; Héb.7.18-28.

Ayant constaté la culpabilité de tout homme, tans l'idolâtre que l'homme se prévalant d'une certaine morale ou d'une religion, nous arrivons à la conclusion : il n’y a pas de juste, pas même un seul. L’homme ne peut se justifier par ses œuvres. Seule la miséricorde divine peut apporter le salut. Et en particulier, la Loi de Moïse établit la culpabilité de l’homme devant Dieu, mais ne donne pas de force pour l’accomplir parfaitement.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.3:21 Un jugement annoncé


 

3.21-31  Le jugement est annoncé, mais...

La Loi et les Prophètes d’Israël attestent que Dieu est juste ! Et cette justice est aujourd’hui manifestée, comme est manifesté son amour (1 Jean 4.9). Mon salut est près de venir, et ma justice, d’être révélée (Esaïe 56.1). La révélation et, plus encore, l'acomplissement de cette justice de Dieu, est établi par et en Jésus, le Rédempteur (c'est-à-dire : Celui qui rachète), mort sur la croix pour des pécheurs. Lire Jean 1.1-18 et Héb.1.

21 Mais maintenant, en dehors de la loi, la justice de Dieu attestée par la loi et les prophètes s'est manifestée, 22 la justice de Dieu, par la foi de Jésus-Christ, pour tous ceux qui croient. Car il n'y a pas de distinction : 23 tous, en effet, ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; 24 et c'est gratuitement qu'ils sont justifiés par sa grâce, au moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. 25 C'est lui que Dieu s'est proposé de constituer en expiation, au moyen de la foi, par son sang, pour montrer sa justice; parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, 26 dans sa tolérance, Dieu a voulu montrer sa justice dans le temps présent, pour être juste tout en justifiant celui qui relève de la foi de Jésus.
27 Où donc est la fierté ? Elle est exclue. Par quelle loi ? Celle des œuvres ? Non, mais par la loi de la foi. 28 Car nous estimons que l'être humain est justifié par la foi, en dehors des oeuvres de la loi. 29 Ou bien Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs ? N'est-il pas aussi celui des non-Juifs ? Oui, il est aussi le Dieu des non-Juifs, 30 s’il est vrai qu’il y a un seul Dieu : c’est lui qui justifiera au moyen de la foi. 31 Alors, au moyen de la foi, réduisons-nous à rien le loi ? Jamais de la vie ! Au contraire, nous confirmons la loi.

  • L’homme ne peut être déclaré juste en vertu de ses propres efforts, mais alors, qui peut être justifié ?
  • A qui s’adresse la grâce de Dieu ? A qui est-elle offerte ? Lire Rom.11.32, 1 Tim.1-6, 1 Jean 2.1-2.
  • Mais comment et par qui a été payé le prix de notre justification ? Comment la justice de Dieu a-t-elle été manifestée ? Lire également Rom.4.25.
  • Quel est le fondement de la justification du croyant ? Comment Dieu est-il « juste » en déclarant juste un croyant (v.26) ? Verset 24. Lira aussi Eph.1.7, 1 Tim.2.6. Tite 2.14.
  • Pour l’homme, dès lors, la justification est-elle donnée gratuitement ?
  • Lectures : Héb.9.24-28 ; 1 Jean 4.7-10 ; Apoc.5.9.

Le sacrifice de Jésus établit la justice de Dieu. "Christ a porté nos péchés en son corps sur le bois" (1 Pier.2.24). C’est le prix du rachat, de la rédemption ! Mais soulignons cette réalité essentielle: la justice de Dieu est POUR TOUS, mais elle est donnée à CEUX QUI CROIENT (v.22). Dieu fait miséricorde envers celui qui croit en l’œuvre rédemptrice de Christ ! Le salut est donné par la grâce (v.24), c’est le côté de Dieu, par la foi (v.22), c’est le côté de l’homme.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.4:1 Qui est réconcilié avec Dieu ?


 

4.1-12  Qui donc peut être sauvé ?

Le chapitre trois a montré, et même démontré, combien Dieu est juste en déclarant "juste" un pécheur qui se tourne vers Jésus. (Rom.3.28). Certes, l'homme peut avancer des objections... Il est ici répondu à trois d’entre elles : les oeuvres d’un Abraham, le rite de la circoncision, la possession de la loi.

4    1 Que dirons-nous donc d'Abraham, notre ancêtre selon la chair ? Qu'a-t-il obtenu ? 2 Si en effet Abraham a été justifié en vertu des oeuvres, il a de quoi être fier. Mais devant Dieu il n'en est pas ainsi; 3 en effet, que dit l'Ecriture ? Abraham crut Dieu, et cela lui fut compté comme justice [Genèse 15:6].   4 Or, à celui qui fait œuvre, le salaire est compté non comme une grâce, mais comme un dû. 5 Quant à celui qui ne fait pas œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l'impie, sa foi lui est comptée comme justice. 6 De même, David dit le bonheur de l'être humain à qui Dieu compte la justice en dehors des œuvres : 7 Heureux ceux dont les désordres sont pardonnés et dont les péchés sont recouverts ! 8 Heureux l'homme à qui le Seigneur ne tient aucun compte du péché ! [Psaume 32:1-2].
 
9 Ce bonheur n'est-il que pour les circoncis, ou également pour les incirconcis ? En effet, nous disons: pour Abraham la foi fut comptée comme justice. 10 Comment donc était-il lorsqu'elle lui fut comptée ? Etait-il circoncis ou incirconcis ? Il n'était pas circoncis, mais incirconcis. 11 Il reçut le signe de la circoncision comme sceau de la justice qu'il avait obtenue par la foi quand il était incirconcis. Il est ainsi le père de tous ceux qui croient, tout en étant incirconcis, pour que la justice leur soit comptée à eux aussi. 12 Il est également le père des circoncis – non pas de ceux qui relèvent seulement de la circoncision, mais de ceux qui marchent sur les traces de la foi qu'avait Abraham, notre père, quand il était incirconcis.

  • Le premier verset pose la question : qu’a obtenu Abraham par ses efforts ou simplement par la qualité de sa vie ? Est-ce par cela qu’il a été déclaré "juste" devant Dieu ? En vertu de quoi l’a-t-il été ?
  • Abraham a été circoncis. Est-ce en vue de recevoir les promesses ou parce qu’il a reçu les promesses, ayant foi en Dieu ?
  • Troisième point : est-ce en relation avec la Loi qu’Abraham a reçu les promesses ? Notons que la Loi a été donnée après la sortie d’Egypte...
  • Lectures : Gen.19.17 ; Psaume 7.10 ; Matt.18.11, 19.25 ; Act.2.21, 16.30.

La promesse donnée à Abraham montre l'importance fondamentale de la foi en Dieu dans la vie d'un homme. Si Dieu regarde à la marche d'un être humain, à son comportement envers ses semblables, à la qualité de sa vie, il discerne les motifs cachés de son coeur, et, à cet égard, Abraham fournit un bel exemple. Non celui d'un homme absolument parfait, mais celui d'un homme désirant mener avec vérité, devant Dieu, sa vie d'homme.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Rom.4:13 Le salut offert à quiconque croit


 

4.13-25  Le salut offert à celui qui croit !

Et cette vie d'homme de foi, fut-elle dans la contemplation seulement, ou dans des discours théologiques, ou encore des paroles de sagesse ? Ou manifesta-t-il sa foio dans des actes, des faits accomplis ? Telle est la question !

13 En effet, ce n'est pas au moyen de la loi que la promesse d'être héritier du monde a été faite à Abraham ou à sa descendance, c'est par la justice de la foi. 14 Car si les héritiers sont ceux qui relèvent de la loi, la foi est vidée de son sens et la promesse est réduite à rien. 15 En effet, la loi produit la colère; et là où il n'y a pas de loi, il n'y a pas non plus de transgression. 16 Donc c'est en vertu de la foi, pour qu'il s'agisse d'une grâce, afin que la promesse se confirme pour toute la descendance, non seulement pour ceux qui relèvent de la loi, mais aussi pour ceux qui relèvent de la foi d'Abraham – lequel est notre père à tous, ainsi qu'il est écrit : 17 J'ai fait de toi le père d'une multitude de nations [Genèse 17:5]. Il l'est devant le Dieu qu'il a cru, celui qui fait vivre les morts et qui appelle à l'existence ce qui n'existe pas.
 
18 Espérant contre toute espérance, il a cru et il est ainsi devenu le père d'une multitude de nations, selon ce qui avait été dit : Telle sera ta descendance [Genèse 15:5]. 19 Sans faiblir dans la foi, il considéra son propre corps déjà atteint par la mort – il avait près de cent ans – et le ventre mort de Sara. 20 Mais face à la promesse de Dieu il n'hésita pas, dans un manque de foi ; au contraire, rendu puissant dans la foi, il donna gloire à Dieu, 21 pleinement convaincu de ceci : ce que Dieu a promis, il a aussi le pouvoir de le faire. 22 C'est aussi pourquoi cela lui fut compté comme justice [Genèse 15:6]. 23 Mais ce n'est pas à cause de lui seul qu'il est écrit : Cela lui fut compté, 24 c'est aussi à cause de nous, à qui cela va être compté, nous qui croyons en celui qui a réveillé d'entre les morts Jésus, notre Seigneur, 25 qui a été livré pour nos fautes et réveillé pour notre justification.

  • La foi d’Abraham ! Comment Abraham a-t-il cru Dieu ? Etait-ce un vague espoir ou une pleine conviction ? Et encore : était-ce de sa part une conviction que Dieu et, ou bien la foi était-elle chez lui "obéissance à Dieu" ?
  • Quel crédit peut-on donner à quelqu'un qui dit droire en Dieu, mais ne s'appuierait par, de fait, sur sa Parole, et dont les actes ne rendraient pas compte de sa confiance en Dieu ?
  • Peut-on se dire chrétien sans être pleinement assuré de la résurrection de Jésus, livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification ? Versets 24-25. Héb.2.10 ; 1 Cor.15.16-19.
  • Lectures : Gal.3.6-14 ; Héb.5.5-11 ; 1 Cor.15.12-34.

Les objections partant de l’idée que l’homme doive et puisse être justifié par ses efforts sont fréquemment évoquées. Mais tiennent-elles devant la présentation de l’évangile ? Et que signifierait alors la croix ? La vie éternelle qui serait reçue en vertu de la qualité de la vie serait un salaire, une rémunération et non la grâce de Dieu ! Mais il faut bien comprendre : la qualité morale d'une vie plaît à Dieu, souvenous-nous du "jeune homme riche" de l'Évangile, dont il est dit que Jésus l'aima (Marc 10.17-23).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE