27/11/2011

1 Timothée 1:1 La mission de Timothée


 

Première Épitre à Timothée
Le mystère de la piété est grand :
Dieu a été manifesté en chair, a été justifié en Esprit,
a été vu des anges, a été prêché parmi les nations,
a été cru au monde, a été élevé dans la gloire.
1 Timothée 3:16

 
Paul, se rendant en Macédoine, a laissé Timothée à Éphèse. A la lecture de cette lettre, nous voyons qu'il y a loin depuis le climat heureux du livre des Actes, lors du discours de Paul aux anciens, à Milet (Act.20:17-35), bonheur que nous lisons encore dans l'Épître aux Éphésiens (Eph.1:15). Dans cette lettre, Paul donne des enseignements comparables à ceux de la lettre à Tite, mais il ajoute également des conseils et des encouragements à Timothée lui-même, en raison de sa charge particulière dans la communauté.


 
1:1-20  ADRESSE

Les premiers mots de cette lettre nous montrent bien le motif de Paul. La tâche confiée à Timothée est extrêmement lourde, et l’homme est jeune encore, sans doute moins de trente-cinq ans. Ayant connu les débuts de la communauté d’Éphèse, il y aurait bien des raisons de se décourager, aussi trouverons-nous dans cette missive des exhortations à poursuivre, garder le cap, combattre le combat de la foi… Pourtant il en avait connu des sujets de peine. N’avait-il pas été envoyé à Corinthe, porteur de la lettre de Paul à cette communauté en plein désarroi ? (1 Cor.4:17).

 
1:1-2  Salutation

Les difficultés sont si grandes à Éphèse que Paul se doit de rappeler à Timothée le commencement de son chemin dans la foi et dans le service, parlant de lui comme de son "véritable enfant dans la foi".

1  1 Paul, apôtre de Jésus Christ, selon le commandement de Dieu notre Sauveur et du christ Jésus notre espérance, 2 à Timothée, véritable enfant dans la foi : Grâce, miséricorde, paix, de la part de Dieu le Père et du christ Jésus notre Seigneur !

Si cette forme de salutation est coutumière de Paul, nous pouvons bien penser que les mots ne sont pas des formules seulement. Il est clair, à la lecture de la lettre, que Timothée pourrait se décourager, mais il est ainsi ramené à Celui qui peut lui faire goûter sa grâce et sa miséricorde, et placer en son cœur une réelle paix.


 
1:3-7  Mission de Timothée

La tâche confiée à Timothée est maintenant rappelée. Paul entreprend de l’exposer, mais interrompt bien vite sa phrase pour en venir au but ultime du combat à mener pour le bien de la communauté. Il s’agit d’une sérieuse mise en garde pour ce temps, mais aussi pour le nôtre.

3 Comme je t’ai prié de rester à Éphèse lorsque j’allais en Macédoine, afin d’enjoindre à quelques-uns de ne pas enseigner des doctrines étrangères, 4 et de ne pas s’attacher à des fables et des généalogies sans fins qui produisent des débats plutôt que l’administration de Dieu, qui est par dans la foi... 5 Le but de cette injonction, c’est l’amour qui vient d’un cœur pur et d’une bonne conscience et d’une foi sincère, 6 desquels quelques-uns s’étant écartés, se sont détournés vers des discours futiles, 7 voulant être docteurs de la loi, mais ne comprenant pas ce qu’ils disent, pas même ce sur quoi ils insistent.

  • A quelles réflexions se livraient quelques membres de la communauté, quittant ainsi le chemin tracé ? D’où pouvaient provenir ces fables et généalogies ? Tite 1:14, 3:9, 2 Pier.1:16.
  • Que pouvons-nous comprendre par "l’administration de Dieu" ? Eph.1:10, 3:2,9, 4:10-12, Tite 1:7.
  • Le but de l’injonction est clairement donné, que met-il fondamentalement en opposition ?
  • Paul était-il qualifié pour juger ainsi de ces discours touchant la loi ? Act.22:3, 26:5, Phil.3:5.
Ce dont Paul avait averti les anciens d’Éphèse quatre ans auparavant était arrivé ; des hommes introduisaient parmi les croyants des doctrines propres à les bouleverser (Act.20:29-30). La foi chrétienne est-elle matière à joutes verbales, à formation de partis et de sectes, à guerres fratricides ? Que dire ? Le chemin est simple et clair : "un cœur pur, une bonne conscience, une foi sincère." Voilà ce qui est à rechercher… et à quoi s’attacher !
 
Dès ce temps, des hommes se sont ainsi mis en quête de règles, d’organisations, de doctrines et se sont introduit dans des questions difficiles qui n’apportent rien à l’âme, qui ne soutiennent pas la vie. Ces questions ont amené des divisions et des guerres…Alors que le chemin de vie est ainsi décrit : "que, reniant l'impiété et les convoitises mondaines, nous vivions dans le présent siècle sobrement, et justement, et pieusement" (Tite 2:12). Y a-t-il autre réalité pour une vie selon Dieu ? Déjà le prophète Michée en parlait il y a vingt-six siècles : "Il t'a déclaré, ô homme, ce qui est bon. Et qu'est-ce que l'Éternel recherche de ta part, sinon que tu fasses ce qui est droit, que tu aimes la bonté, et que tu marches humblement avec ton Dieu ?" (Michée 6:8).


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

23:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 1:8 Le rôle de la Loi


 

1:8-11  Le rôle de la Loi

Les enseignements désastreux face auxquels Timothée est confronté conduisent l’apôtre à exposer, en deux mots, le rôle de la loi dans ce monde. La loi est un guide pour l’homme qui voudrait s’y conformer, elle est "grande et honorable", ainsi que nous pouvons le lire (Ésaïe 42:21), mais elle n’a pas le pouvoir de transformer.

8 Nous savons que la loi est bonne, pourvu qu’on en fasse un usage légitime, 9 sachant ceci, que la loi n’est pas pour le juste, mais pour les iniques et les insubordonnés, pour les impies et les pécheurs, pour les gens sans piété et les profanateurs, pour les batteurs de père et les batteurs de mère, pour les homicides, 10 pour les fornicateurs, les sodomites, les kidnappeurs, les menteurs, les parjures, et s’il y a quelque autre chose qui soit opposée à la saine doctrine, 11 suivant l’évangile de la gloire du Dieu bienheureux, qui m’a été confié.

  • Pourquoi donc la loi n’est-elle pas pour un homme juste ? Hébr.7:19, Gal.3:10-11.
  • Comment le croyant vit-il, qu’est-ce qui le conduit, si ce n’est la loi ? Gal.5:16.
  • Qu’apporte ainsi la loi de Dieu ? Rom.3:19-20, 5:20.
  • Arrêtons-nous sur cette expression : "la gloire du Dieu bienheureux" ! Comment apprécier le bonheur de Dieu ?
Cette question de la loi a amené Paul à évoquer la saine doctrine, celle qui fait entendre à l’homme ses propres limites, son incapacité à être parfait, parfaitement en harmonie avec la loi divine, mais qui annonce la bonté de Dieu, son plan miséricordieux établi avant que l’homme n’ait été créé. Tel est en effet "l’évangile de la gloire du Dieu bienheureux". Cette expression ne peut manquer de nous étonner ! Certes, dans la sainteté du ciel, rien ne vient perturber le bonheur et la paix, mais Dieu voulait y introduire des hommes, rachetés, "selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce dans laquelle il nous a rendus agréables dans le Bien-aimé" (Éph.1:6). Et là nous discernons quel est le "bonheur de Dieu", à savoir sa propre joie dans l’œuvre de la rédemption, sa joie dans l’adoption et le rassemblement d’humains dont il fait ses enfants afin de les introduire dans la paix et le bonheur éternels (Luc 15, Eph.2:4-7).


 
1:12-17  Le ministère de Paul

Paul se réjouit alors du privilège de l’annonce de cette bonne nouvelle parmi les nations qui lui a été confiée, et cette réflexion qu’il partage avec Timothée le conduit à la louange, avant de reprendre le message qu’il a à adresser à son fidèle collaborateur…

12 Je suis plein de gratitude envers le christ Jésus, notre Seigneur qui m’a rendu apte, m’ayant estimé fidèle, en m’établissant dans le service, 13 moi qui auparavant étais un blasphémateur, un persécuteur et un outrageux ; mais à qui miséricorde a été faite, parce que j’ai agi avec ignorance, dans l’incrédulité. 14 Et la grâce de notre Seigneur a surabondé, avec la foi et l’amour qui est dans le christ Jésus. 15 C’est une parole certaine et digne d’être pleinement accueillie : le christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, parmi lesquels je suis le premier. 16 Mais miséricorde m’a été faite, à cause de ceci : afin qu’en moi, le premier, Jésus Christ montrât toute sa patience, comme un exemple de ceux qui viendront à croire en lui pour la vie éternelle.
 
17 Qu’au roi des siècles, l’incorruptible, invisible, seul Dieu, soit honneur et gloire aux siècles des siècles ! Amen.

  • Paul, le premier des pécheurs ! Un superlatif qui exprime le sentiment de Paul, non pas une comparaison à autrui. A quel titre s’exprime-t-il ainsi, et pourquoi ? Vers.15 et 13, 1 Cor.15:9.
  • Quel est le but exprimé de la venue de Jésus sur cette terre ?
  • Paul estime-t-il avoir quelque droit au rachat ? Qu’est-ce qui rend son appel comme apôtre si évocateur de la grâce et de la patience du Seigneur ?
Paul fut véritablement un croyant Juif profondément attaché à la tradition de sa nation, "le plus ardent zélateur de la foi de ses pères" (Gal.1:14), et qui, dans cette détermination, était devenu le plus ardent persécuteur de ceux qui s’engageaient dans la "nouvelle voie", celle de Jésus… n’ayant pas compris alors que cette voie nouvelle est la véritable continuité des prophètes qui, dès les temps les plus reculés, annonçaient le Messie, comme nous pouvons le lire déjà dans le Pentateuque (Deut.18:18). Aussi peut-il dire que cette ardeur qu’il a déployée contre les chrétiens a été le fait de l’ignorance. Ce qui étreint Paul maintenant, c’est la surabondance de la grâce. Et d’évoquer alors le but de la venue du Seigneur, accomplissement de la promesse exprimée et si souvent rappelée par les prophètes (Ésaïe 1:18).
 
Cette grâce surabondante conduit Paul à exprimer la louange à Dieu, ainsi pouvons-nous lire ces mots : "Or qu’au roi des siècles, seul Dieu, soit honneur et gloire aux siècles des siècles ! Amen." Un arrêt du discours tant l’apôtre éprouve la grandeur des pensées qu’il vient de mettre par écrit et qui animent toute sa vie de chrétien.


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

23:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 1:18 Le bon combat de la foi


 

1:18-20  Le bon combat

Le chemin du croyant n’est pas une promenade tranquille, il requiert de la vigilance, et surtout de l’endurance, afin de garder le cap jusqu’au bout du chemin (Hébr.3:6,14, 6:11). Paul parle d’une course dans le stade (1 Cor.9:24-26) ou encore d’une lutte dans la lice (Eph.6:12), mais pour le service, il peut parfois s’agir d’un "combat".

18 Voici la charge que je te confie, mon enfant Timothée, selon les prophéties exprimées à ton sujet : c’est que tu combattes le bon combat, 19 gardant la foi et une bonne conscience, ce que quelques-uns ont abandonné, ayant ainsi fait naufrage quant à la foi, 20 parmi lesquels sont Hyménée et Alexandre, que j’ai livrés à Satan, afin qu’ils apprennent à ne pas blasphémer.

  • Le combat du croyant est-il dirigé "contre"quelqu’un ? Eph.6:12, Phil.1:27-30, Hébr.12:4, Jude 3.
  • Qu’est-ce le "bon combat" ? Pourquoi trouvons-nous ici un terme aussi fort ? Eph 6:10-18, Rom.13:12, 2 Cor.6:1-10, 10:4.
  • Hyménée et Alexandre, livrés à Satan ! Voyons le but de cette disposition… Et qu’est donc cette disposition ? A propos du chemin d’égarement d’Hyménée, lisons 2 Tim.2:17-18.
"Livrés à Satan, à l’adversaire !" Autrement dit : tenus hors de l’assemblée, mais non rejetés définitivement, placés à l’écart afin qu’ils soient repris dans leur comportement et qu’ils abandonnent leur voie d’égarement. Ici, nous voyons le motif : ils prononçaient des paroles blasphématoires ! Lesquelles, nous ne le savons pas, mais il fallait qu’ils prennent conscience de ce penchant funeste, et mettre aussi en garde les croyants eux-mêmes. Livrés à l’adversaire, en étant tenu à l’écart de l’assemblée "tirée du domaine de Satan", ces hommes exclus étaient ainsi au milieu du monde, où le "dieu de ce siècle" règne en maître (2 Cor.4:4). Il n’y a pas de rejet quant au salut, cela le Seigneur seul le sait (2 Tim.2:19), mais une discipline en vue d’un apprentissage – ici, "ne plus blasphémer" – et dans le but d’un retour. Nous trouvons là une pratique indiquée dans l’évangile (Matt.18:17), laquelle n’a de but que l’amendement du comportement d’un croyant en vue de son rétablissement, occasion de "ratifier envers lui notre amour" (2 Cor.2:6-8). Remarquons qu’il ne s’agit pas ici d’une lettre publique, il n’y a pas une large publicité, mais une information utile au destinataire, collaborateur de l’apôtre.
 
Ces hommes s’étaient laissés aller à des pensées personnelles, ce qui les a conduit à l’égarement. Ici nous pouvons bien examiner les choses… Laisser aller son imagination touchant Dieu, sa nature, son plan, est-ce raisonnable, est-ce sage ? La transcendance, n’est-elle pas, par définition, hors du champ de la rationalité de l’homme ? Deux hommes sont ici cités qui, dans ces premiers temps, se sont aventurés dans ces ornières, jusqu’au blasphème ! D’Hyménée, Paul en dira encore quelques mots dans la seconde lettre à Timothée (2 Tim.2:16-17). Ainsi pouvons nous conclure quant au chemin qui apporte la sagesse : examiner les Ecritures (Jean 5:39, Luc 24:45, 2 Tim.3:15).
 
Ceci étant dit, Paul expose les différents points qu’il désire communiquer à Timothée, afin de le guider et l’encourager dans son service :
  • Comment se conduire dans la Maison de Dieu.
  • Le service que Timothée doit accomplir.
  • Le chemin de la piété.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

22:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 2:1 Dans la Maison de Dieu


 

2:1-4:5  DANS LA MAISON DE DIEU

Ces lignes présentent des considérations générales, évidentes, concernant quelques principes de conduite des chrétiens. Et nous y lisons des indications pour une vie commune d’hommes et de femmes dans ce monde, vivant sobrement, justement et pieusement (Tite 2:12), assumant leurs charges paisiblement.

 
2:1-7  Relation avec ce monde

Aucune question de groupe, de mouvement, de direction ou d’action sur la société, mais une réalité plus profonde, évidente aussi : Dieu est un, tous les hommes sont sous son regard, et tous sont invités à venir à la connaissance de la vérité.

2  1 J’encourage donc, avant toutes choses, à faire des supplications, des prières, des intercessions, des actions de grâces pour tous les hommes, 2 pour les rois et pour tous ceux qui sont haut placés, afin que nous puissions mener une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté, 3 ce qui est bon et agréable devant notre Dieu sauveur 4 qui veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité . 5 Dieu est un, et un aussi est le médiateur entre Dieu et les hommes, l’homme Christ Jésus, 6 qui seul s’est donné lui-même en rançon pour tous, un témoignage rendu en son propre temps, 7 pour lequel j’ai été établi prédicateur et apôtre, je dis la vérité, je ne mens pas, docteur des nations dans la foi et dans la vérité.

  • Quel est le souhait de l’apôtre pour les croyants, et le chemin qu’il indique ? Rom.12:18, 1 Thes.4:11, 2 Thes.3:12.
  • Comment le croyant a-t-il à considérer les hommes qu’il côtoie et qui ne croient pas ? Et à quel titre ? Vers.3 et 6.
  • Soulignons le verset central de ce passage, conduisant à l’essentiel de ce que les hommes doivent apprendre… Vers.5.
Si nous pensons aux apôtres, nous savons qu’ils ont été choisis pour ce service ; et il y a eu, il y a encore, des appels à des services tout à fait particuliers ; mais tous les croyants ne sont pas appelés à une grande œuvre… Des vies modestes et retirées ont parfois amené à la foi plus de personnes que des œuvres fort en vue ! Dans cette attitude chrétienne que doit enseigner Timothée, il y a d’abord la conscience du plan de Dieu, et l’engagement chrétien dans ce projet divin. Même au sein de la famille, si l’un est venu à la connaissance, et l’autre pas, c’est par ce comportement paisible que le bien jaillira… "Car que sais-tu, femme, si tu ne sauveras pas ton mari ? ou que sais-tu, mari, si tu ne sauveras pas ta femme ?" (1 Cor.7:16).


 
2:8-15  L’homme et la femme

Que de femmes célébrées dans toute l’Ecriture, et dans les Évangiles, et aussi par Paul lui-même dans ses lettres ! Il n’y a pas de rang discernant les humains dans la place qu’ils occupent devant Dieu, ni dans la qualité des services qui leurs sont confiés, mais un rôle assigné bien distinct en principe pour toute la vie en société, mais avant tout dans les communautés chrétiennes. Paul explique : l’attitude générale d’abord, la place dans le service public ensuite.

8 Je souhaite donc que les hommes prient en tout lieu, élevant des mains saintes, sans colère et sans raisonnement. 9 De même aussi, que les femmes se parent d’un costume décent, avec pudeur et modestie, non pas de tresses et d’or, ou de perles, ou d’habillements somptueux, 10 mais par de bonnes œuvres, ce qui sied à des femmes qui font profession de servir Dieu. 11 Que la femme apprenne dans le silence, en toute soumission ; 12 je ne permets pas à la femme ni d’enseigner ni d’user d’autorité sur l’homme, mais elle doit demeurer dans le silence. 13 En effet, Adam a été formé le premier, et puis Eve ; 14 et Adam n’a pas été trompé ; mais la femme, ayant été trompée, est tombée dans la transgression ; 15 mais elle sera sauvée en enfantant, si elles persévèrent dans la foi et l’amour et la sainteté, avec modestie.

  • Quel est l’écueil desquels les hommes, particulièrement, doivent se garder ?
  • Et pour les femmes, dans les communautés, quelles doivent êtres leur préoccupation première ?
  • Quelles conséquences pouvons-nous établir touchant la désignation d’anciens, comme aussi quelque fonction qui imposerait une prestation publique dans la communauté ?
  • Les femmes sont-elles exclues des services dans les communautés ? Voyons un couple à l’œuvre en Act.18:26. Et des femmes ayant des services dans les communautés, et aussi des dons particuliers : Act.16:14-20, 21:9, Rom.16:1,6,12-15, Phil.4:1-2.
Ce passage a fait couler beaucoup d’encre, et le fera encore, assurément ! Revenons aux préalables, à savoir l’allégorie du Jardin d’Eden évoquée par Paul. La femme, "Isha" – le féminin de "Ish", l’homme (Gen.2:23), y fût séduite par le serpent (Gen.3:13). Il s’ensuit l’annonce des douleurs de l’enfantement, et, par ailleurs, la position respective de l’époux et de l’épouse (Gen.3:16). L’homme, à cet endroit prononce une parole de vie : "Et l'homme appela sa femme du nom d'Ève, parce qu'elle était la mère de tous les vivants." (Gen.3:20). En lui donnant ce nom d’Ève, dérivé d’un verbe hébreu signifiant "vivre", l’homme indique avec force sa foi en Celui qui assigna à l’humanité de "fructifier et multiplier" (Gen.1:28), en célébrant celle qui est "mère" ou "porteuse de vie". Ainsi Paul, revenant sur cette allégorie, déclare la permanence du plan de Dieu pour l’humanité, déjà comprise des sages d’Israël, à savoir la position relative de l’homme et de la femme, et la mission essentielle de celle-ci. Sans qu’il y ait de supériorité de l’un sur l’autre, d’une manière générale, l’homme assure ainsi la conduite, la guidance, tandis que la femme est tournée vers l’enfantement et les soins à sa famille (1 Tim.5:14), selon le très beau nom d’Éve qui lui est donné dans cette page de sagesse. Et par ce passage "la femme sera sauvée en enfantant", nous apprenons que la femme, gardant sa place dans la création de Dieu – qu’elle soit mariée ou non mariée, avec ou sans enfant – trouve son salut, "si elle persévère dans la foi, l’amour et la sainteté, avec modestie", autrement dit manifestant d’être dans la famille de Dieu par sa soumission au plan de Dieu et l’attitude de vie qui illustre sa foi.
 
Gardons-nous toutefois d’isoler ce passage du contexte général de l’Écriture, et pensons aux servantes de l’assemblée, telle Phœbé que Paul recommande aux croyants de Rome (Rom.16:1), et dont il parle ci-après (3:11) ou à des femmes remarquables engagées dans une activité professionnelle, comme "Lydie, marchande de pourpre de la ville de Thyatire, qui servait Dieu" (Actes 16:14).


 
3:1-13  Surveillants et serviteurs

Après avoir parlé du comportement de tous, Paul en vient à ceux qui ont une charge particulière dans les communautés. L’assemblée d’Éphèse est établie depuis plusieurs années, et les anciens y sont à l’œuvre, ainsi que nous les voyons appelés par Paul à Milet, lors de son passage (Act.20:17). Si Tite est chargé de veiller à établir des anciens dans les villes de Crète (Tite 1:5), telle n’est pas la charge de Timothée, mais celui-ci reçoit des instructions à propos des anciens ou surveillants, comme aussi des croyants auxquels sont confié l’une ou l’autre charge dans la communauté.
 
Et pour que l’on ne puisse penser à une attitude négative de sa part, Paul souligne avant tout que le désir de servir la communauté doit être apprécié positivement. Il clôt ensuite ce sujet en évoquant combien le service de la communauté est favorable à la croissance personnelle dans la foi.

3  1 Cette parole est certaine : si quelqu’un aspire à la surveillance, il désire une œuvre bonne. 2 Il faut donc que le surveillant soit irrépréhensible, mari d’une seule femme, sobre, sage, honorable, hospitalier, propre à enseigner, 3 non adonné au vin, non violent, mais doux, non querelleur, n’aimant pas l’argent, 4 conduisant bien sa propre maison, tenant ses enfants soumis en toute gravité, 5 car si quelqu’un ne sait pas conduire sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu ? 6 Qu’il ne soit pas nouvellement converti, de peur qu’étant enflé d’orgueil, il ne tombe dans la faute du diable. 7 Il faut aussi qu’il ait un bon témoignage de ceux de dehors, afin qu’il ne tombe pas dans le discrédit et dans le piège du diable.
 
8 De même, que les serviteurs soient graves, non doubles en paroles, non adonnés à beaucoup de vin, non avides d’un gain honteux, 9 gardant le mystère de la foi dans une conscience pure ; 10 et que ceux-ci aussi soient premièrement mis à l’épreuve ; ensuite, qu’ils servent, étant trouvés irréprochables. 11 De même, que les femmes soient dignes, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses. 12 Que les serviteurs soient maris d’une seule femme, conduisant bien leurs enfants et leurs propres maisons.
 
13 Et ceux qui ont bien servi acquièrent un bon degré pour eux et une grande hardiesse dans la foi qui est dans le christ Jésus.

  • Examinons les caractères requis des "anciens"ou "surveillants". Voyons la situation maritale, le caractère personnel, la conduite de la famille, la maturité dans la foi, et le témoignage du dehors.
  • Pour les serviteurs, nous trouvons des dispositions particulières, notamment une période d’essai, mais surtout le fait que des services peuvent être confiés à des femmes.
Ces caractères sont clairs, et particulièrement évidents. On y remarquera cette mention "mari d’une seule femme". Ceci nous rappelle que le christianisme s’est implanté dans des populations où la polygamie était pratiquée, et que des convertis pouvaient avoir plus d’une épouse. Appelés à poursuivre la route, comme chrétiens, dans l’état où ils ont été appelés (1 Cor.7:24), il n’est nullement question de séparation dans ce cadre familial, mais par cette injonction touchant les anciens, le chemin est clairement indiqué pour les croyants, conformément à l’enseignement des premiers temps : "L'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils seront une seule chair." (Gen.2:24).
 
La conclusion de ce passage est éminemment instructive, soulignant combien c’est une bonne chose d’assumer un service parmi les croyants, "acquérant ainsi un bon degré pour eux et une grande hardiesse dans la foi qui est dans le christ Jésus." Nous en trouvons l’exemple en Etienne et Philippe, choisis pour le service envers les démunis de l’assemblée à Jérusalem (Act.6:5,8, 8:5, 21:8).


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

21:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 3:14 Le mystère de la piété


 

3:14-16  Le mystère de la piété

La maison de Dieu ! Ce n’est pas peu de chose en ce monde, quoiqu’il y paraisse. Pensons aux temps apostoliques, à ces quelques uns qui se réunissaient dans des maisons particulières au cœur d’une population importante. Mais ce qui les occupe, c’est leur relation avec le Dieu vivant, le Créateur des mondes… Ils appartiennent à Sa Maison ! Et même, ajoute Paul, l’assemblée est, en ce monde, "la colonne et le soutien de la vérité" ! Nous pouvons comprendre cette évocation tandis que Paul rappelle ce qui convient pour le fonctionnement des rassemblements de chrétiens.

14 Je t’écris ceci, espérant me rendre bientôt auprès de toi, 15 mais pour si je tarde, afin que tu saches comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l’assemblée du Dieu vivant, la colonne et le soutien de la vérité. 16 Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand : Dieu a été manifesté en chair, a été justifié en Esprit, a été vu des anges, a été prêché parmi les nations, a été cru au monde, a été élevé dans la gloire.

  • Que veut dire Paul, en affirmant comme une évidence que l’assemblée est la "colonne et le soutien de la vérité" ?
  • La vérité ! Et qu’est-ce que la vérité ? Ne s’agit-il pas de ce qui concerne notre Dieu, et la relation qu’il veut établir avec l’homme, autrement dit : le fondement de la piété ?
  • Et cette base établie pour la piété, pour la relation de Dieu avec l’homme, tout en étant révélé, n’est-elle pas impossible à comprendre ?
  • Cette révélation est "résumée" en six points essentiels sur lesquels il faut absolument se pencher avec attention :
    • Dieu, manifesté en chair. Jean 1:1,14, Rom.1:3, 8:3, Hébr.2:14, 1 Jean 4:2.
    • Justifié en esprit. Rom.1:4, 1 Pier.3:18.
    • Vu des anges. Matt.4:11, Jean 20:12, Eph.3:9-10, 1 Pier.1:12, 3:22, Hébr.1:6.
    • Prêché parmi les nations. Jean 12:20-24, Rom.10:14-15, 1 Cor.15:12, Col.1:23.
    • Cru au monde. Matt.24:14, 28:19, Marc 11:17, 13:10, Luc 24:46-47, Rom.1:5, 16:26.
    • Élevé dans la gloire. Matt.19:28, Marc 10:37, Luc 24:26, Jean 17:5, Act.1:2,9, Phil.2:9, Hébr.2:7, 7:26.
Que dire à la lecture de ces versets ? Ce que Paul appelle par ailleurs "le bon dépôt" (2 Tim.1:14), il appartient aux chrétiens de le garder fidèlement, ayant compris la grandeur de ce que cela représente ! Rien moins que le lien qui unit l’homme à son Créateur, selon la révélation qu’Il fit de Lui-même en Jésus-Christ (Hébr.1:1-4). Pierre dira : "Sa divine puissance nous a donné tout ce qui regarde la vie et la piété, par la connaissance de celui qui nous a appelés par la gloire et par la vertu…" (2 Pier.1:3), nous faisant comprendre ainsi que piété et vie vont ensemble, que la vraie piété est la marche dans le chemin de Dieu, le chemin de vie, de la vraie vie (1 Tim.6:19).
 
Ceci souligne à quel point l’attention devait être portée sur le fonctionnement des assemblées, pour que la vérité ne soit pas blasphémée (2 Pier.2:2). Car comment les hommes peuvent-ils être rendus attentifs à la vérité ? "Et si le sel perd sa saveur…" (Matt.5:13).


 
4:1-5  Face à l’apostasie rongeante

Le maintien de cette vérité touchant le "mystère de la piété" (3:16) est un réel combat à mener (Jude 3-4) ! Et aucun des apôtres ne s’est illusionné sur ce qui suivrait. Le premier amour peut-il tenir dans la durée ? Les cœurs ne risquent-ils pas de s’attiédir ? (Apoc.2:4, 3:16). Déjà l’apôtre avait averti les anciens d’Éphèse, quatre ans plus tôt (Act.20:28-31), touchant les pressions qu’ils connaîtraient de la part d’hommes qui annonceraient de fausses doctrines, et cela se profilait déjà !

4  1 Maintenant, l’Esprit dit expressément qu’aux derniers temps quelques-uns apostasieront de la foi, s’attachant à des esprits séducteurs et à des enseignements de démons, 2 disant des mensonges par hypocrisie, ayant leur propre conscience cautérisée, 3 défendant de se marier, prescrivant de s’abstenir des viandes que Dieu a créées pour être prises avec action de grâces par les fidèles et par ceux qui connaissent la vérité ; 4 car toute créature de Dieu est bonne et il n’y en a aucune qui soit à rejeter, étant prise avec action de grâces, 5 car elle est sanctifiée par la parole de Dieu et par la prière.

  • Que sont ces "derniers temps"évoqués par Paul, sont-ils encore à venir ? 2 Tim.3:12, 1 Pier.1:5, 4:7, 2 Pier.3:3, Jude 18.
  • Comment procèdent les séducteurs ? Quelle forme de religiosité introduisent-ils ? Voir 4:8.
  • Qu’est-il dit ici à propos des nourritures, des viandes en particulier ? Genèse 9:3, Act.10:9-16.
  • Quelle limite est donnée à ce qu’il est légitime de manger ? Genèse 9:4, Act.15:20.
  • Notons à propos des nourritures comme de toute autre pratique, le nécessaire support les uns des autres. Rom.14:1-13.
En mettant en regard ce qui fût ainsi dit aux anciens d’Éphèse à Milet, et ce qui est annoncé ici, nous comprenons combien ces temps évoqués par Paul ont commencé en fait dès la fin des temps apostoliques, ce dont témoigne l’apôtre Jean vers la fin de sa vie (1 Jean 2:18). Et l’histoire de la chrétienté confirme largement ces dires, pensons aux grandes hérésies qui s’immiscèrent parmi les croyants dès les premiers siècles.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

18:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 4:6 Le service de Timothée


 

4:6-16  LE SERVICE DE TIMOTHEE

En vertu des paroles qui précèdent touchant le mystère de la piété, si grand, et au regard des courants déviants qui, aux yeux de Paul se profilent déjà, l’apôtre encourage Timothée dans son service à Éphèse. Il lui parle de ce qui doit l’animer lui-même et lui donne des conseils pour ses rapports avec les croyants parmi lesquels il se trouve, dans l’attente de sa venue auprès de lui (3:14, 4:13).

 
4:6-11  Serviteur du Christ Jésus

Lisant ce paragraphe, nous pouvons bien être étonnés des réalités vécues par Timothée en ces années soixante du premier siècle… Des fables profanes se colportaient dans les rassemblements de chrétiens, et aussi des pratiques prétendument pieuses faites d’exercices corporels… Pas facile ! Parlant du travail dans les assemblées, Paul exprime qu’il s’agit d’une véritable lutte !

6 En proposant ces choses aux frères, tu seras un bon serviteur du christ Jésus, nourri dans les paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as pleinement suivie. 7 Mais rejette les fables profanes et de vieilles femmes, et exerce-toi toi-même à la piété : 8 car l’exercice corporel est utile à peu de chose, mais la piété est utile à tous égards, ayant la promesse de la vie présente et de la vie qui est à venir.
 
9 Cette parole est certaine et digne de toute acceptation : 10 si nous travaillons et nous luttons, c’est parce que nous espérons dans le Dieu vivant qui est sauveur de tous les hommes, spécialement des fidèles. 11 Ordonne ces choses et enseigne-les.

  • Qu’oppose l’apôtre aux fables profanes et aux exercices corporels de soi-disant piété ? Vers.6-8.
  • Pourquoi le service de Paul, et celui de Timothée comme des autres serviteurs est-il parsemé de difficultés et de luttes ? Eph.6:12.
  • En quoi pouvons-nous dire de Dieu qu’Il est sauveur, conservateur ou encore protecteur de tous les hommes ? Voir aussi, pour ce qui concerne tous les hommes : Rom.3:23, 5:12, 2 Cor.5:14-15, Eph.4:6, 1 Tim.2:4, 6:13, Tite 2:11, Hébr.12:23, 2 Pier.3:9…
Le sauveur ou le protecteur de tous les hommes ! Quel homme en ce monde n’a pas besoin d’un protecteur, d’une "conservateur  de la vie" comme nous le lisons dans l’histoire de Joseph (Gen.45:4-7), quelqu’un qui peut répondre à leurs besoins dans les circonstances communes ou particulières de leur vie ? Le terme est utilisé dans la Grèce contemporaine des apôtres pour les dieux et les autorités importantes de leurs cités, et ceci ni des personnages allégoriques, ni des autorités publiques des êtres capables de délivrer de tous les maux ; ce sont soit des mythes, soit des personnes auprès desquelles les hommes vont quand une difficulté particulière s’abat sur eux. Cette remarque permet de rencontrer le sens du terme "sauveur". Et le recours pour tout homme, au dessus des autorités, est bien le Créateur lui-même, lorsqu’un malheur s’abat sur lui.
 
Ainsi nous pouvons comprendre le sens général du passage, et particulièrement la fin, à savoir "spécialement des fidèles", car le regard de Dieu n’est-il pas particulièrement tourné sur ceux dont il a fait ses enfants, et qui regardent à lui ? (Mat.6:25-34) Au-delà de cette sphère des besoins vitaux, nous pouvons lire aussi : "Il y a un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tout, et partout, et en nous tous." (Éph.4:6). Et revenir encore sur cette vérité si importante : "Dieu veut que tous les hommes soient sauvés !" (1 Tim.2:4)


 
4:12-16  Encouragements dans le service

Reprenant cette question du service que Timothée et lui-même assument dans les assemblées – "nous luttons et nous travaillons" (vers.10) – l’apôtre poursuit par des conseils adressés à son collaborateur, non plus un jeune homme, certes, mais certainement plus jeune que beaucoup dans la communauté d’Éphèse.

12 Que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois le modèle des fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté. 13 Jusqu’à ce que je vienne, attache-toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement. 14 Ne néglige pas le don de grâce qui est en toi, qui t’a été donné par prophétie avec l’imposition des mains du corps des anciens. 15 Occupe-toi de ces choses ; sois-y tout entier, afin que tes progrès soient évidents à tous. 16 Sois attentif à toi-même et à l’enseignement; persévère dans ces choses, car en faisant ainsi tu te sauveras toi-même et ceux qui t’écoutent.

  • Qu’est-ce qui peut donner à Timothée de l’assurance dans la tâche qu’il assume auprès de plus âgés que lui ?
  • Quelles sont les principales activités que Paul attend de lui ?
  • Pourquoi cette imposition des mains du corps des anciens ? Comparer la situation de Paul pour lequel aussi il y eût une prophétie et ensuite l’imposition des mains par un corps d’anciens. 1 Tim.1:18, 4:14, Act.9:15-16, 13:1-3.
  • Que pouvons-nous discerner comme condition pour qu’un service puisse être accompli valablement au sein d’une communauté chrétienne ? Suffit-il d’une remarquable connaissance des Ecritures ? Vers.12-16.
  • Tu te sauveras toi-même, et ceux qui t’écoutent ? Que signifie, ici, ce terme "sauver" ?
C’est un engagement complet qui est attendu de Timothée, il doit y être "tout entier" écrit Paul, en veillant sur sa marche pratique et l’enseignement qu’il prodigue… Car son travail essentiel est la lecture publique des Ecritures, l’exhortation et l’enseignement.
 
En prenant garde à l’enseignement et à la marche pratique, les croyants sont protégés des dangers dans le chemin, celui, en particulier, de s’égarer dans les pièges qui ne manquent pas, étant introduits par de "mauvais ouvriers" (Act.15:24, 2 Cor.11:13, Gal.1:7, Phil.3:2, 2 Thes.2:2, Hébr.12:15, 2 Pier.3:17).


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

16:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 5:1 Code de conduite du chrétien (1/2)


 

5:1-6:2  CODE DE CONDUITE

Un serviteur, tel Timothée lorsqu’il demeurait dans une communauté, a une position délicate tant dans les rapports sociaux que dans les réunions et les services de l’assemblée. Aussi Paul donne ici quelques lignes guides qui pourraient paraître évidentes, mais qu’il est important de considérer.

 
5:1-8  Le respect de tous

Passant rapidement sur les différents classes d’âge, et l’on comprend les recommandations, l’apôtre se tourne vers les veuves, dont chacun sait qu’elles jouissent, depuis la naissance des premières communautés chrétiennes, d’une attention particulière (Act.6:1-6).

5  1 Ne reprends pas rudement l’homme âgé, mais exhorte-le comme un père, les jeunes gens comme des frères, 2 les femmes âgées comme des mères, les jeunes comme des sœurs, en toute pureté.
 
3 Honore les veuves, les vraies veuves. 4 Mais si quelque veuve a des enfants ou des descendants, que ceux-ci apprennent d’abord à montrer leur piété envers leur propre maison et à rendre à ceux dont ils descendent les soins qu’ils en ont reçus, car cela est agréable devant Dieu. 5 Or la vraie veuve, laissée seule, a mis son espérance en Dieu et persévère dans les supplications et dans les prières nuit et jour. 6 Mais celle qui vit dans le plaisir est morte, quoique vivante. 7 Ordonne aussi ces choses, afin qu’elles soient irrépréhensibles. 8 Mais si quelqu’un n’a pas soin des siens et spécialement de ceux de sa famille, il a renié la foi et est pire qu’un non-croyant.

  • Qu’entend Paul par "les vraies veuves" ?
  • Que dire ce cette expression : "il a renié la foi" ? Matt.15:3-6, Marc 7:10-13, Exode 20:12.
Nous devons revenir ici à ce qu’est véritablement la foi ! Un croyant peut proclamer qu’il croit en Dieu tout en l’ayant reniée de fait. Nous y verrions un paradoxe, si nous oubliions que la foi est connaissance de Dieu et adhésion à son plan pour l’homme, mais elle se manifeste par une réelle volonté de marcher dans le chemin qui répond à ce plan… Ainsi, ne pas prendre soin des siens, de ses parents, de sa mère veuve, est de fait quitter le chemin de la fidélité à Dieu, ce n’est rien d’autre que "renier la foi".


 
5:9-16  Le registre des veuves

Si les premiers serviteurs ont été choisis à Jérusalem à l’occasion de difficultés dans l’attention aux veuves (Act.6:1), dans l’assemblée de Jérusalem, nous voyons ici qu’un registre est établi où sont inscrites les veuves ne jouissant d’aucun soutien. Quelles sont les veuves inscrites, et quelles sont celles qui ne le peuvent ? Voici la pensée de l’apôtre :

9 Que la veuve soit inscrite, n’ayant pas moins de soixante ans, ayant été femme d’un seul mari, 10 ayant le témoignage de ses belles œuvres : pour avoir élevé des enfants, exercé l’hospitalité, lavé les pieds des saints, secouru ceux qui sont dans la tribulation et s’être appliquée à toute bonne œuvre. 11 En revanche, refuse les veuves qui sont jeunes ; car, lorsque leurs désirs les détachent du Christ, elles veulent se marier, 12 étant en faute parce qu’elles ont rejeté leur premier engagement. 13 Avec cela, elles apprennent à être oisives, allant de maison en maison ; et non seulement oisives, mais aussi causeuses, se mêlant de tout, disant des choses qui ne conviennent pas. 14 Je souhaite donc que les jeunes se marient, aient des enfants, gouvernent leur maison, ne donnant ainsi aucune occasion à l’adversaire à cause des mauvais propos ; 15 car déjà quelques-unes se sont détournées après Satan. 16 Si un fidèle ou une fidèle a des veuves, qu’il les assiste et que l’assemblée n’en soit pas chargée, afin qu’elle vienne au secours de celles qui sont vraiment veuves.

  • Examinons les belles œuvres citées ici par l’apôtre et pensons à l’esprit de ces personnes qui ont une telle attitude de vie relativement à leur propre famille et aussi envers les personnes en difficulté.
  • Qu’évoque ce geste, extrême à nos yeux, de "laver les pieds des saints" ? Luc 7:44.
  • Une veuve est-elle libre de se remarier ? Vers.14, 1 Cor.7:39-40.
Dans le veuvage, toutes les situations peuvent se présenter, et nous lisons ici les situations extrêmes, des veuves âgées qui poursuivent seules leur chemin, et d’autres qui manifestement s’agitent en vue de se faire remarquer… Entre ces deux états d’esprit, on peut imaginer toutes les situations intermédiaires. L’apôtre ne "statue" pas en fait, mais exprime qu’il s’agit de tenir compte de l’état d’esprit des personnes isolées. Et même, tout en pensant qu’il est mieux de ne pas se marier (1 Cor.39-40), il affirme avec sagesse que si une jeune femme se trouve privée de son mari, il est bon qu’elle se remarie…


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

16:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 5:17 Code de conduite des chrétiens (2/2)


 

5:17-21  Le respect des anciens

Les anciens qui président dûment ! Nous pouvons ici faire référence aux qualités attendues (3:1-7). L’enseignement concerne ici le rapport aux anciens de tout un chacun dans le rassemblement.

17 Que les anciens qui président dûment soient estimés dignes d’un double honneur, spécialement ceux qui travaillent dans la parole et dans l’enseignement ; 18 car l’écriture dit : "Tu n’emmuselleras pas le bœuf qui foule le grain" [Deut.25:4], et : "L’ouvrier est digne de son salaire" [Luc 10:7]. 19 Ne reçois pas d’accusation contre un ancien, si ce n’est quand il y a deux ou trois témoins. 20 Ceux qui pèchent, reprends-les devant tous, afin que les autres aussi aient de la crainte. 21 Je t’adjure devant Dieu et le christ Jésus et les anges élus, que tu gardes ceci sans préjugé, ne faisant rien avec partialité.

  • Quels sont les services rendus par les anciens ou surveillants, cités dans notre passage ?
  • Digne de son salaire ! Deut.25:4, Lév.19:13, Luc 10:7. Quelle explication en donne Paul, parlant de son propre travail ? 1 Cor.9:7-11.
  • Paul use-t-il pour lui-même de cette prescription scripturaire ? 1 Cor.4:12, 2 Thes.3:8.
  • Comment faut-il traiter les situations difficiles relatives à des anciens ?
Accuser des anciens ! Paul n’élimine pas la possibilité que des accusations puissent être prononcés ! Qui est parfait en ce monde ? Et, par ailleurs, tout homme en vue est en danger d’être accusé à tort ou à raison, et la tâche peut être rendue difficile, voir pénible (Hébr.13:17). D’une façon tout à fait appropriée, Paul en revient aux dispositions de la Loi de Moïse (Deut.17:6), mais s’il s’agit d’une faute avérée, elle doit être traitée en public en vue du bien de tous. C’est ainsi que Paul fut contraint d’agir vis-à-vis de Pierre à Antioche (Gal.2:14).


 
5:22-25  L’association dans le service

L’apôtre manifeste dans les lignes ci-dessus comme dans les suivantes une réelle sollicitude pour "son enfant Timothée" ; il a conscience des difficultés que l’on peut rencontrer, et écrit ainsi selon le cheminement de ses pensées. Ici, il aborde la question de la coopération explicite dans quelque service, ou même seulement l’expression publique de reconnaissance à l’égard d’une personne qui s’engage dans l’un ou l’autre service (Act.6:6).

22 N’impose les mains précipitamment à personne. Ne participe pas aux péchés d’autrui. Garde-toi pur toi-même. 23 Ne bois plus de l’eau seulement, mais use d’un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions.
 
24 Les péchés de quelques hommes sont manifestes d’avance et les précèdent au jugement, mais chez d’autres, ils le suivent. 25 De même aussi, les œuvres bonnes sont manifestes d’avance, et celles qui sont autres ne peuvent être cachées.

  • L’imposition des mains est appliquée dans le cadre d’un service confié ou reconnu (Act.6:6, 9:12, 1 Tim.4:14, 2 Tim.1:6), mais est-ce la seule situation ou les croyants la pratiquèrent ? Act.8:17, 9:12, 13:3, 19:6, 28:8.
  • Quelle situation pour soi peut amener la reconnaissance du service accompli par autrui ?
  • Qu’est-ce qui permet de déterminer la qualité des hommes désirant remplir un service dans l’assemblée ?
La question de communion avec l’un ou l’autre serviteur étant traitée, Paul conclut : "Garde-toi pur toi-même !" Aussitôt, Paul apporte une remarque tout à fait personnelle pour Timothée, afin que le souci de pureté qu’il évoque ne soit pas mal compris. Timothée avait au cœur de se garder pur et, nanti d’un caractère très sérieux, il évitait le vin… La démarche est louable, mais nous voyons ici combien il faut se garder d’établir pour autrui des lois, des lois humaines ! (Matt.15:9).


 
6:1-2a  Maîtres et esclaves

Avant de conclure, une pensée vient à l’esprit de l’apôtre, touchant cette vie pratique des communautés chrétiennes, et à celle d’Éphèse, et à Timothée qui y est à l’œuvre. La relation entre maître et esclaves n’est pas facile, et même fort dure, et s’il paraîtrait que la position respective d’un maître chrétien face à son serviteur chrétien comme lui pourrait être simple, elle est de fait particulière : elle implique une relation de maître et esclave dans la vie journalière, et une parfaite égalité dans la vie de la communauté (Col.3:11). Une situation tout à fait remarquable est connue, celle de Philémon à Colosse !

6  1 Que tous ceux qui sont sous le joug de l’esclavage estiment leurs propres maîtres dignes de tout honneur, afin que le nom de Dieu et la doctrine ne soient pas blasphémés, 2 et que ceux qui ont des maîtres croyants ne les méprisent pas parce qu’ils sont frères, mais qu’ils les servent d’autant plus que ceux qui profitent de leur bon et prompt service sont des fidèles et des bien-aimés.

  • Quel est le motif qui guidera l’esclave dans la maison de son maître ? Pouvons-nous transposer cela à notre société moderne ? Comment évoquerions-nous les qualités attendues des croyants ? Eph.6:5-8, Col.3:22-25, Tite 2:9, 1 Pier.2:18.
  • Et quelle attitude avoir lorsque le maître est croyant ?
  • Les maîtres, les dirigeants, sont-ils sans directives pour ce qui concerne leurs esclaves, ou aujourd’hui leur personnel ? Eph.6:9, Col.4:1.
  • Lisons les recommandations faites à Philémon à propos d’Onésime, esclave ayant fui son maître chrétien.
  • Que conseille l’apôtre à un esclave chrétien ayant l’occasion d’être affranchi ? 1 Cor.7:21-22.
Ces questions sont vraiment importantes à considérer, et il est bon de se souvenir que ces enseignements ne touchaient pas un cadre social respectueux des droits des plus faibles. Nous sommes alors étonnés des enseignements de l’apôtre, comme de Pierre également (1 Pier.2:18), et pouvons constater où sont les priorités placées devant les personnes qui sont au service d’autrui, et pareillement pour les dirigeants de personnel.


 
6:2b  Envoi

C’est sur un impératif que Timothée poursuivra la lecture de la lettre de Paul. Celui-ci, après l’avoir encouragé, après lui avoir donnée des directives claires pour les diverses situations auxquelles il se trouve confronté, lui adresse cette parole sans alternative :

2b Enseigne ces choses et exhorte.

  • Comment interpréter cette parole ? Un ordre, un conseil, un encouragement ?
Tout au long de la lettre adressée personnellement à Timothée, nous voyons le lien entre l’apôtre et son jeune compagnon de service. Et nous discernons par ailleurs les difficultés auxquelles celui-ci devait faire face, tandis qu’était survenu ce que Paul pressentait lorsqu’il avertit les anciens d’Éphèse convoqués au port de Milet. Paul réalise la situation de Timothée, et il connaît son caractère modeste, aussi devait-il lui adresser ces paroles pour le fortifier. Encouragements ? Certainement…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

14:28 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 6:3 Le chemin de la piété (1/2)


 

6:3-19  LE CHEMIN DE LA PIETE

Paul poursuit ainsi sa lettre, il suit le cours de sa pensée. Il a présenté à Timothée une ligne de conduite et a terminé ces exhortations par ces mots : "Enseigne ces choses et exhorte". Et conscient que d’autres enseignements sont insinués dans le rassemblement des croyants, il veut regarder à l’essentiel, ou plutôt à l’essence de la foi.

 
6:3-10  La piété

Ayant exprimé combien grand est le "mystère de la piété", (3:16), l’apôtre a devant lui la manière dont la "doctrine selon la piété" est reçue, les difficultés de plusieurs, mais aussi ce que cachent ces difficultés qui peuvent conduire à un véritable désastre quant à la foi. Des questions peuvent à bon droit être posées, mais lorsqu’il s’agit d’introduire des contestations et des débats, cela peut conduire fort loin.

3 Si quelqu’un enseigne autrement et ne se range pas à de saines paroles, celles de notre seigneur Jésus Christ, et à la doctrine qui est selon la piété, 4 il est enflé d’orgueil, ne sachant rien, il a la maladie des questions et des querelles de mots d’où naissent l’envie, les disputes, les calomnies, les suspicions, 5 les vaines contestations d’hommes corrompus dans leur entendement et déchus de la vérité, qui considèrent la piété comme une source de profit.
 
6 Mais la piété avec le contentement est un grand gain. 7 Car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter. 8 Ainsi, ayant la nourriture et de quoi nous couvrir, nous serons satisfaits. 9 Mais ceux qui veulent devenir riches tombent dans la tentation et dans un piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition ; 10 car c’est une racine de toutes sortes de maux que l’amour de l’argent ; et quelques-uns, s’y étant adonnées, se sont égarés de la foi et se sont infligés à eux-mêmes bien des tourments.

  • Qu’apportent les débats produits par des personnes qui enseignent des doctrines étrangères ? Jusqu’où cela peut-il mener ? Voyons la succession d’assertions évoquant ce chemin d’égarement. 2 Tim.2:14.
  • Soulignons la voie proposée par l’apôtre. Hébr.13:5.
  • Qu’est-ce qu’il attend des choses de la terre ?
  • Quel autre piège peut faire trébucher un croyant ? Une autre série d’assertions de l’apôtre. Jusqu’à quelle fin l’amour de l’argent peut-il conduire ?
Nous devons bien reconnaître que l’apôtre est extrêmement sévère, et sans doute pourrions-nous être étonnés, mais regardons autour de nous les querelles et les guerres que se sont faites des croyants au cours des siècles, et peut-être plus près de nous ! La doctrine est un support à la piété, mais non un objectif en soi ! Recevoir la Parole de Dieu, et vivre pour plaire au Seigneur, cela représente la vie la plus riche, la plus abondante ! (Jean 10:10, Rom.15:13, 1 Cor.14:12, 2 Cor.9:8, Col.2:7, 2 Pier.1:8).
 
La piété, et être ainsi satisfait, c’est à quoi s’attachait l’apôtre pour lui-même (Phil.4:11-12). C’est un exemple à ne pas oublier ! Sommes-nous contents :
  • d’être un enfant de Dieu (Rom.8:16, Gal.4:5, Eph.5:1, Phil.2:15, 1 Jean 3:1) ;
  • d’avoir ainsi un Père dans les cieux qui nous a accueillis (Rom.14:3) ;
  • de connaître le Berger (Psaume 23, Jean 10:11-16) ;
  • d’avoir un héritage dans le ciel (Rom.8:17, Gal.4:7, Eph.1:11-14, Jacq.2:5, 1 Pier.1:3-4, Apoc.21:7)
Paul dira plus tard, sentant sa fin approcher : "J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi" (2 Tim.4:7), et bien des croyants ont pu exprimer la même réalité au moment où ils allaient fermer les yeux pour les ouvrir, nouveaux, dans la présence du Seigneur ! C’est là une grande question : pour qui et pour quoi vais-je marcher ? Un homme médita sur les satisfactions qu’offrent ce monde, et il dit : "Vanité des vanités ; vanité des vanités ! Tout est vanité. Quel profit a l'homme de tout son labeur dont il se tourmente sous le soleil ?" (Ecclésiaste 1:2-3).


 
6:11-16  Les choses à poursuivre

Après avoir évoqué ces deux chemins désastreux que sont les égarements doctrinaux et l’amour de l’argent, l’apôtre en vient aux caractères d’une vie chrétienne authentique… C’est comme une parenthèse interrompant les recommandations pour le service, les lignes guides d’une vie de croyant qui a devant lui rien autre que la grâce qui lui est faite et la bonté de Dieu auquel il désire conformer sa marche.

11 Quant à toi, ô homme de Dieu, fuis ces choses, et poursuis la justice, la piété, la foi, l’amour, la patience, la douceur d’esprit ; 12 combats le beau combat de la foi ; saisis la vie éternelle à laquelle tu as été appelé et de laquelle tu as rendu le beau témoignage devant beaucoup de témoins.
 
13 Je t’enjoins devant Dieu qui donne la vie à tous, et devant le christ Jésus qui a fait la belle confession devant Ponce Pilate, 14 que tu gardes ce commandement, sans tache, irrépréhensible, jusqu’à l’apparition de notre seigneur Jésus Christ, 15 que produira en son temps le bienheureux et seul Souverain, le roi de ceux qui règnent et le seigneur de ceux qui dominent, 16 lui qui seul possède l’immortalité, qui habite la lumière inaccessible, qu’aucun homme n’a vu ni ne peut voir. A lui soit honneur et force éternelle ! Amen.

  • Est-il question ici d’obtenir la vie éternelle, ou de la manifester ?
  • Pourquoi Paul parle-t-il de combat ? Un terme très fort, assurément. Contre qui ? Suivant quelles règles ? Rom.7:23, 1 Cor.9:25-26, 2 Cor.10:3, 2 Tim.2:5.
  • Saisir la vie éternelle ! Certes non pas la gagner… Mais pourquoi cette expression ?
  • Dieu qui donne la vie à tous ! Pourquoi donc Paul évoque-t-il ici cette réalité ? Eph.4:6, 1 Tim.2:4, 4:10, Tite 2:11, Hébr.12:23, 2 Pier.3:9…
  • Quelle est la fin pour le croyant ? Qu’a-t-il devant lui ?
Nous le voyons, ce ne sont pas des règles et des interdits, mais une démarche positive, celle qui ne se réfère pas à la Loi, mais plutôt sublime les orientations de la loi par la poursuite du chemin de la vie (Deut.30:19), le chemin nouveau (Jean 3:3), "déliés de la loi, en sorte que nous servions en nouveauté d'esprit, et non pas en vieillesse de lettre." (Rom.7:6). Ce ne sont pas des actes qui sont vus, mais plutôt un état d’esprit qui s’applique à toute la vie… Un large programme ! Pierre parlera de "l’homme caché du cœur dans l’incorruptibilité d’un esprit doux et paisible qui est d’un grand prix devant Dieu" (1 Pier.3:4). La vie éternelle, une vie pratiquée ici bas et manifestant les valeurs de l’éternité !
 
Et cela jusqu’à ce qu’il soit dans la présence, l’épiphanie, du Seigneur, laquelle viendra au temps voulu de Dieu, lui seul en connaissant le jour et l’heure (Matt.25:13), "lui qui seul possède l’immortalité, qui habite la lumière inaccessible", Celui qui a fait les mondes pour faire connaître son amour, et établir les humains "selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce dans laquelle il nous a rendus agréables dans le Bien-aimé" (Éph.1:6), et qui s’est fait connaître sous ce nom : "Je suis celui qui suis" (Exode 3:14).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric

1 Timothée 6:17 Le chemin de la piété (2/2)


 

6:17-19  A propos de ceux qui sont riches

Paul revient ici aux indications qu’il donne à Timothée dans le cadre de son service, reprenant la manière de vivre, dans la communauté des chrétiens, la disparité des relations sociales, au moins aussi importante alors qu’aujourd’hui, sans parler des droits des maîtres sur les esclaves..

17 Enjoins à ceux qui sont riches dans le présent siècle, qu’ils ne soient pas orgueilleux et qu’ils ne mettent pas leur confiance dans l’incertitude des richesses, mais dans le Dieu qui nous donne toutes choses richement, pour que nous en jouissions. Qu’ils fassent du bien, 18 qu’ils soient riches en bonnes œuvres, disposés à partager, solidaires, 19 s’amassant comme trésor un bon fondement pour l’avenir, afin qu’ils saisissent ce qui est vraiment la vie.

  • Quelle est la nature des richesses données de Dieu ? Eph.1:17-19, Col.2:2-3.
  • Notons le chemin indiqué pour ceux qui sont riches quant à ce monde. Comp. Jacq.2:6.
Cette dernière exhortation de l’épître touchant ceux qui sont riches pourrait corriger une lecture erronée de ce qui précède, lorsqu’il était parlé de "ceux qui veulent être riches !" La situation est fort différente, car le danger n’est pas d’être, mais de vouloir être riche. Ceci nous conduit à la conclusion forte de toute l’exhortation : si le Seigneur a promis une vie "en abondance" (Jean 10:10), il faut que le croyant ne s’arrête pas à recevoir une promesse, mais qu’il "saisisse ce qui est vraiment la vie !"

 
6:20-21  CLOTURE DE L'EPITRE

Cette lettre adressée personnellement à Timothée se termine sur un axe essentiel qui a été indiqué plus haut : "garder le bon dépôt et fuir les discours vains…" (2 Tim.1:14)

20 Ô Timothée, garde ce qui t’a été confié, fuyant les discours vains et profanes et l’opposition de la connaissance faussement ainsi nommée, 21 de laquelle quelques-uns faisant profession, se sont écartés de la foi.
 
Que la grâce soit avec vous !

  • Que faire, face aux querelles doctrinales, aux débats théologiques ?
  • Avons-nous des "choses à garder" ? 1 Jean 2:5, Jude 3.
S’éloigner des débats, des discussions pour garder ce qui nous est confié ! Une leçon qui est à retenir, à nous qui sommes plus de fait bien plus loin de la fidélité des premiers jours, du temps du premier amour (Apoc.2:4).

 

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

11:00 Publié dans 1 TIMOTHEE | Commentaires (0) | Eric