29/11/2011

Colossiens 1:1 L'épître aux Colossiens


 

Épître aux Colossiens
Comme donc vous avez reçu le christ Jésus, le Seigneur,
marchez en lui, enracinés et édifiés en lui,
et affermis dans la foi.

Colossiens 2:6-7

 
Colosses, petite ville de Phrygie, à 200 km à l’est d’Éphèse, sur une route importante menant d'Éphèse à l'Euphrate, se relève d’un tremblement de terre qui, vers l’an 60, l’avait complètement détruite… Mais la vie avait repris, le commerce était florissant, tout comme dans les villes voisines d'Hiérapolis et de Laodicée.
 
Dans chacune de ces localités, il se trouvait une communauté chrétienne. Quand furent-elles constituées ? Il n’y a pas de témoignage direct, mais à la lecture de cette lettre nous pouvons comprendre qu’Epaphras, originaire lui-même de Colosses, apporta l’Évangile dans sa localité, ainsi qu’à Hiérapolis et Laodicée (1:7, 4:13). Paul semble s’être rendu par après dans ces localités, sans doute lors de son troisième voyage, avant de partir pour la Macédoine. Il connaît les chrétiens des Colosses, notamment un propriétaire terrien du nom de Philémon. Et il se fait que l'apôtre, prisonnier à Rome, y fit la connaissance d’Onésime, esclave en fuite, et qui plus est un esclave de Philémon… Et Onésime s’est tourné vers le Seigneur !
 
En cette année 62, la communauté a peut-être dix ans déjà. Épaphras était alors auprès de Paul depuis un certain temps, appelé par l'apôtre "mon compagnon de captivité" (Phlm 23). C'est cet homme qui apporta à Paul de si bonnes nouvelles de Colosses (1:8). Il semble qu'Epaphras soit auprès de Paul depuis un certain temps lorsque une occasion est donnée d'adresser des messages à des communautés chrétiennes du Proche-Orient, à Éphèse (Éph.6:21), à Colosses (4:7) et peut-être même à Laodicée. Tychique va prendre la route et porter ces missives. Il aura en outre à remettre un message personnel à Philémon.
 
Marc, l’évangéliste, qui se trouve également à Rome auprès de Paul, prendra aussi la route de l'Orient, après Tychique semble-t-il. On le retrouvera l'année suivante auprès de Pierre, à Babylone (1 Pierre 5:13). Comme il se pourrait qu'à la faveur de son voyage Marc passe par Colosses, il est recommandé à l’affection de la communauté (4:10).

 
  1.1-14  Prologue

Revenant à la lettre adressée aux Colossiens, nous n'y voyons que des sujets de joie, toutefois Paul n'est pas sans pressentir les dangers qui guettent les jeunes communautés chrétiennes. Déjà des raisonneurs se manifestent. Aussi les chrétiens sont-ils exhortés à ne pas s’écarter du chemin, le danger étant de se laisser séduire par la philosophie ou des discours spécieux, comme encore par le légalisme (2:8-23).

 
  1.1-2  Adresse

L'adresse est en tous points commune à d’autres lettres de l'apôtre. Paul y parle avec l’autorité qui lui est coutumière, en rappelant qu'il tient cette autorité du Seigneur. Nous le savons, Saul de Tarse ne s’était pas préparé lui-même à être un homme important parmi les chrétiens, et même il les avait combattus. Jusqu’à ce qu’il fut arrêté sur le chemin de Damas (Act.9:1-6). Dès ce moment il apprit qu’une mission particulière devait lui être confiée, mais ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que les prophètes et docteurs de la communauté d’Antioche l'envoyèrent, avec Barnabas, annoncer l’Évangile parmi les nations (Act.13:1-3). Ainsi peut-il se désigner "apôtre par la volonté de Dieu".

1  1 Paul, apôtre du christ Jésus par la volonté de Dieu, et Timothée, le frère, aux saints et fidèles frères en Christ qui sont à Colosses : 2 Grâce et paix à vous, de la part de Dieu notre Père et du seigneur Jésus Christ !

  • Saints en Christ. Que signifie cette expression qui qualifie les chrétiens ? Jean 17:15-19, 1 Thes.1:9-10.
  • Fidèles en Jésus-Christ. Lire Habacuc 2:4, mais aussi les passages du Nouveau Testament qui y font référence : Rom.1:17, Gal.3:11 et Héb.10:38. 
  • Que souhaite vraiment l’apôtre par ces mots : Grâce et paix à vous ? Est-ce une simple formule de politesse ? Rom.3:24, 5:1.
"Fidèle" peut être lu "homme de foi", c’est-à-dire ayant mis sa confiance en Dieu ! Le "croyant" comme nous disons plus communément, n’est pas, au sens de l’Écriture, quelqu’un qui croit en quelque chose (Jac.2:19), mais celui qui croit Dieu, qui croit ce que Dieu dit, et manifeste en pratique cette confiance en machant d’une manière qui Lui plaise. Et celui qui croit est ainsi "mis à part", autrement dit "sanctifié" (Héb.2:11).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

16:00 Publié dans COLOSSIENS | Commentaires (0) | Eric

Colossiens 1:3 Action de grâces et Prière


 

  1.3-8  Action de grâces

Avant d’adresser des exhortations, l’apôtre se place devant Dieu ! Cette attitude est en soi une exhortation, et combien importante à considérer. Cette action de grâces le conduit ici à évoquer la foi des chrétiens de Colosses, l’avenir qui leur est réservé, l’Évangile annoncé dans le monde, et qui leur a été apporté par un fidèle serviteur, Épaphras.

3 Nous rendons grâces au Dieu et Père de notre seigneur Jésus Christ, priant toujours pour vous, 4 ayant ouï parler de votre foi dans le christ Jésus et de l’amour que vous avez pour tous les saints, 5 à cause de l’espérance qui vous est réservée dans les cieux et dont vous avez déjà ouï parler dans la parole de la vérité de l’évangile, 6 qui est parvenu jusqu’à vous, comme aussi il l’est dans tout le monde, et qui porte du fruit et croît, comme aussi parmi vous, depuis le jour où vous avez entendu et connu la grâce de Dieu en vérité, 7 comme vous l’avez entendue d’Épaphras, notre bien-aimé compagnon de service, qui est un fidèle serviteur du Christ pour vous, 8 qui nous a aussi fait connaître votre amour dans l’Esprit.

  • La foi chrétienne est-elle une affaire de croyance, de doctrine ou de rite ? Rom.14:17.
  • Qu’est-ce qui, dans cette page, paraît soutenir l’amour fraternel parmi les croyants ? 1 Jean 3:1-3.
  • L’Évangile est parvenu à Colosses et dans le monde ! Est-ce seulement dans ce sens qu’il est parlé de "croissance" ? Comparer Actes 6:7, 12:24… et Éph.4:15, Héb.6:1…
Ainsi, à Colosses, la fraîcheur du commencement est manifeste. Revenons à cette question de l'espérance. Nous pouvons bien comprendre combien la vision de la félicité à venir peut marquer en partique la vie du chrétien sur la terre… Pensons à l’inverse, à des chrétiens qui raisonnent, ayant perdu la simplicité de la foi, ou, d'autres qui s’étudient et s’observent l’un l’autre, aveuglés par des idées légalistes… Qu’en advient-il ? 1 Tim.1:4, 6:4 ; 2 Tim.2:14 ; Tite 3:9…
 
Connaissant les dangers qui courent, et dont l'épître fait état, nous voyons que l'apôtre se réjouit et rend grâces avant tout, trouvant ses motifs dans ceux auxquels il s'adresse, quand cela est possible, et si la situation est difficile, alors l'apôtre trouve encore à rendre grâces dans ce grand fait que Dieu travaille… (1 Cor.1:4-8).
 
Les pensées s'enchaînent l'une à l'autre. Il avait entendu de la bouche d'Épaphras combien les Colossiens vivaient dans la foi et l'amour fraternel. Et cela a encouragé l'apôtre, dès qu'il reçut ces nouvelles de Colosses, à faire monter à Dieu des demandes les concernant.

 
 
 
1.9-14  Prière de l'apôtre

Paul partage avec les Colossiens la substance de sa prière, ce qu'il désire par-dessus tout dans le chef des rachetés du Seigneur ! Et ce n'est pas pour lui, pour sa propre réputation ou quoique ce soit de cet ordre. Tout est centré sur le Seigneur lui-même.

9 C’est pourquoi nous aussi, depuis le jour où nous en avons ouï parler, nous ne cessons pas de prier et de demander pour vous que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, 10 pour marcher d’une manière digne du Seigneur pour lui plaire à tous égards, portant du fruit en toute bonne œuvre, et croissant par la connaissance de Dieu 11 étant fortifiés en toute force, selon la puissance de sa gloire, pour toute patience et constance, avec joie… 

  • Remplis de la connaissance de sa volonté ! Dans quel but – dans quel unique but pouvons-nous ajouter? Jean 13:17.
  • Sagesse et intelligence spirituelle. Comp. 2 Cor.2:13 ; Éph.1.8-9,17 et Col.3:16. Lorsque les deux sont citées, la première a généralement trait à la marche (Jac.3:17), la seconde à la compréhension (Col.2:2 ; 1 Jean 5:20).
  • Qu'est-ce qui plaît au Seigneur ? Michée 6:8 ; 2 Thes.2:17 ; Héb.13:21…
  • La croissance du croyant ! Comment peut-elle s'opérer ? 1 Jean 2:14-17 et aussi Jean 15:1-2.
  • En quoi le croyant peut-il puiser sa force (vers.11) ? Éph.6:10 et suivants.
Nous venons de lire "pour marcher…" Et en effet, le chrétien est racheté en vue de "marcher", en vue d'un service aussi (1 Thes.1:9) ; racheté pour marcher et servir "en nouveauté de vie" (Rom.6:4 et 7:6). Ce n'est pas pour rien qu'il nous est rapporté que, lors de la sortie d'Égypte, les Israélites ont consommé l’agneau pascal les sandales aux pieds et le bâton à la main (Exode 12:11). La connaissance vient ensuite, mais une connaissance vraie et fortifiante. Soulignons encore que la connaissance n'est pas une fin en soi…
 
"Avec joie !" est-il écrit. Jean écrira vers la fin de sa vie : "c'est ici l'amour de Dieu, que nous gardions ses commandements, et ses commandements ne sont pas pénibles" (1 Jean 5:3), appuyant de son expérience la parole du Seigneur : "Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit accomplie" (Jean 15:11). C'est dire que la vie du chrétien, sans être exempte de souffrances et de combats, ne peut se travestir en un faux idéal de dolorisme ou de mortifications… Il est des joies qui fortifient (Néhémie 8:10).
 
Ainsi l'apôtre poursuit en exprimant ce qui cause et soutient cette joie du racheté…

12 rendant grâces au Père qui nous a rendus capables de participer au lot des saints dans la lumière, 13 qui nous a délivrés du pouvoir des ténèbres, et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, 14 en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés…

  • Que donne le Père au racheté ? Trois aspects majeurs qui sont purs dons de la part de Dieu.
  • Nous pouvons examiner la signification de chacun de ces points :
    1°   Éph.2:19 ; 1 Thes.2:12 ; Héb.12:22 et 13:14.
    2°   Rom.7:24-25 ; Gal.5:1 ; 1 Thes.5:5.
    3°   1 Thes.2:12 ; Jude 24
"Transportés dans le Royaume du Fils de son amour !" "Le Père aime le Fils, et a mis toutes choses entre ses mains" (Jean 3:35). Il s'agit d'un privilège extrême et d'une vérité profonde, mais comment réaliser cette position, cette appartenance ? Pensons au passage de la Mer Rouge, "la pâque à l'Éternel" (Exode 12:11). Nous y trouvons en figure le commencement de cette nouvelle vie qui s'offre au croyant. Combien il est important de dépasser les "types et les figures" pour réaliser leur signification pour la marche chrétienne ! Le racheté est "libéré" afin d'user de cette nouvelle liberté pour marcher avec Dieu. Ce n'est rien moins que l’introduction dans une sphère où les motifs de vie sont d’un nouvel ordre, car ils appartiennent à la nouvelle création (2 Cor.5:17 ; Gal.6:15 ; Éph.2:15).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

14:00 Publié dans COLOSSIENS | Commentaires (0) | Eric

Colossiens 1:15 Le mystère du Christ


 

  1.15-2.3  Le mystère de Christ

Le verset 14 ne termine pas la phrase qui nous occupe. Celle-ci se prolonge, comme des pensées qui s'enchaînent de façon telle que l'écrivain ne peut clôre sa phrase et passer à un autre sujet. En un sens, il demeure dans la même pensée, mais tourne son regard dans l'autre sens. De considération touchant le privilège du racheté, il nous fait porter attention sur Celui par qui ces privilèges sont apportés.

 
  1.15-20  Le Fils de son amour

Qui est-il ce "Fils de l'amour du Père". Et quelle est sa place relativement à la création, et en rapport avec l'homme ? Nous sommes introduits dans des réalités transcendantes que l'homme ne peut appréhender, à moins qu'elles ne lui soient révélées.

Le Fils de son amour ... 15 qui est l’ image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création ; 16 car par lui ont été créées toutes choses, les choses qui sont dans les cieux et les choses qui sont sur la terre, les visibles et les invisibles, soit trônes, ou seigneuries, ou principautés, ou autorités : toutes choses ont été créées par lui et pour lui ; 17 et lui est avant toutes choses, et toutes choses subsistent par lui ; 18 et il est le chef du corps, de l’assemblée, lui qui est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin qu’en toutes choses il tienne, lui, la première place.
19 Car, en lui, toute la plénitude s’est plu à habiter, 20 et, par lui, à réconcilier toutes choses avec elle-même, ayant fait la paix par le sang de sa croix, par lui, soit les choses qui sont sur la terre, soit les choses qui sont dans les cieux.

  • L'image du Dieu invisible (2 Cor.4:4 ; Phil.2:6 ; Héb.1:3) ! Dieu seul possède l'immortalité, lui qui habite la lumière inaccessible et qu'aucun homme n'a vu, ni ne peut voir… (1 Tim.6:16). Mais en Jésus Christ, l'homme peut voir le Père (Jean 14:7-9)
  • Le premier-né de la création. Que signifie donc ce terme de "premier-né" dans ce contexte ? Vers.16. Lire aussi Héb.1:6 et Jean 1:10.
  • Le Chef du corps, de l'assemblée. L'assemblée, le deuxième cercle, après la création. Quel est le titre du Christ relativement à la famille des rachetés ?
La dernière phrase de ce passage établit en une expression lapidaire qui est le Fils de Dieu, et nous lirons en 2:9 ce que représente la "plénitude", comme aussi en Jean 1:1-2,14, Phil.2:6 et Héb.1:3.
 
Voici bien un des passages de l'Écriture que nous devons retenir, auquel il convient de revenir régulièrement, tellement il souligne en quelques mots les éléments essentiels de la réalité de ce monde et de Celui qui l'a créé selon son propre dessein.

 
 
 
1.21-23  La réconciliation avec Dieu

Ayant abordé la question de la réconciliation, l'apôtre évoque ce qu'elle signifie pour les croyants aujourd'hui. Le propos de Dieu : apporter la lumière au milieu des ténèbres (Genèse 1:3 ; Jean 1:1-5), et la réconciliation où il y avait séparation et mort (Ésaïe 59:2) … dans un but merveilleux. Souvenons-nous des paroles du Seigneur : "Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos" (Matt.11:28-30), comme nous pouvons en lire l'annonce par les prophètes (Ésaïe 1:18 ; Michée 7:19).

21 Et vous qui étiez autrefois étrangers et ennemis quant à votre entendement, dans les mauvaises œuvres, 22 il vous a toutefois maintenant réconciliés dans le corps de sa chair, par la mort, pour vous présenter saints et irréprochables et irrépréhensibles devant lui, 23 si du moins vous demeurez dans la foi, fondés et fermes, et ne vous laissant pas détourner de l’espérance de l’évangile que vous avez ouï, lequel a été prêché dans toute la création qui est sous le ciel, et duquel moi, Paul, je suis devenu serviteur.

  • Saints, irréprochables, irrépréhensibles! Tel est le statut du racheté. Trouvons-nous là qu'il ya ait possibilité pour l'homme de "gagner par ses œuvres propres" ce salut donné par Dieu lui-même ? Psaumes 49:7-8, 25:7 ; Matt.19:25-26 ; Rom.3:24.
  • "Si du moins vous demeurez dans la foi, fondés et fermes ! Le salut, la vie éternelle, peuvent-ils se perdre ?
Présenté devant Dieu sans tache ! Cela ne vient pas du fait de "croire" (Jac.2:19), mais est le don de Dieu à celui qui a foi en Lui, qui se sait devant Dieu, qui éprouve la repentance et marche alors dans la foi, connaissant la valeur effective de l’œuvre de la croix. Le chrétien véritablement étreint par la miséricorde de Dieu demeurera ferme, car il connaît la juste exigence de Dieu et éprouve pour lui-même la valeur de la rédemption acquise à la croix du calvaire. Il faut lire Héb.6:4-6, comprendre alors qu'avoir été "éclairé" et même "avoir goûté la bonne parole de Dieu" ne sont pas des talismans porteurs du salut. Mais, assurément, ce privilège donne occasion de s'attacher en vérité au Seigneur, se reposer sur sa miséricorde et alors "marcher en nouveauté de vie" (Rom.7:6).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans COLOSSIENS | Commentaires (0) | Eric

Colossiens 1:24 Le mystère caché, aujourd'hui révélé


 

 
 
1.24-2.3  Le mystère caché

Les chrétiens de Colosses, autrefois "sans Christ, sans droit de cité en Israël et étrangers aux alliances de la promesse" (Éph.2:12), sont maintenant réconciliés avec Dieu… Pour Paul, ceci justifie toutes les souffrances qu'il endure pour l'annonce de l'Évangile dans le monde. Il ne peut partager les souffrances de l'expiation, ce fut la part du Christ à la croix, mais il y a un combat en ce monde (Luc.6:22 ; Jean 15:20). Et Paul reprend ici, en quelques mots, un point essentiel de son message, à savoir qu'il s'agit de la révélation d'un mystère caché jusque là…

24 Maintenant, je me réjouis dans les souffrances pour vous, et j’accomplis dans ma chair ce qui reste encore à souffrir des afflictions du Christ pour son corps qui est l’assemblée, 25 de laquelle moi je suis devenu serviteur selon l’administration de Dieu qui m’a été donnée envers vous, pour compléter la parole de Dieu, 26 savoir le mystère qui avait été caché dès les siècles et dès les générations, mais qui a été maintenant manifesté à ses saints, 27 auxquels Dieu a voulu donner à connaître quelles sont les richesses de la gloire de ce mystère parmi les nations, c’est-à-dire Christ en vous l’espérance de la gloire, 28 lequel nous annonçons, exhortant tout homme et enseignant tout homme en toute sagesse, afin que nous présentions tout homme parfait en Christ : 29 à quoi aussi je travaille, combattant selon son opération qui opère en moi avec puissance.
2  
1 Car je veux que vous sachiez quel combat j’ai pour vous et pour ceux qui sont à Laodicée, et tous ceux qui n’ont point vu mon visage en la chair, 2 afin que leurs cœurs soient consolés, étant unis ensemble dans l’amour et pour toutes les richesses de la pleine certitude d’intelligence, pour la connaissance du mystère de Dieu, 3 dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance.

  • Quel est donc ce mystère, ce qui n'avait pas été révélé jusque là ? (vers.27).
  • Paul devait bien savoir que la finalité du plan de Dieu était pour toutes les nations (Ésaïe 49:6), mais ce que Dieu avait conçu pour le bonheur de tout homme dépasse ce que les prophètes ont annoncé ! (Rom.11:33-36). Que produisit, en Paul, la connaissance de cette révélation ?
  • Ce mystère de Dieu étant révélé, peut-il y avoir place à de nouvelles révélations ? (vers. 2.3)
Quel homme pourrait comprendre cette intention de Dieu à l'égard de sa créature ? Les générations qui se sont succédées ont pu connaître la puissance de Dieu par les œuvres de la création (Rom.1:20), mais c'est pour la révélation de lui-même qu'un peuple a été "choisi" (Deut.7:6-7), introduit dans la pensées de Dieu, et rendu dépositaire de ses oracles (Rom.3:2), préparation de la pleine révélation du mystère de la grâce qui est venue par Jésus-Christ (Jean 1:17), et enfin l'annonce de la paix à tous les hommes (Éph.2:17).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

08:00 Publié dans COLOSSIENS | Commentaires (0) | Eric

Colossiens 2:4 Mises en garde : les philosophies et le légalisme


 

  2.4-23  Mises en garde

C’est au regard de ce mystère qui est ainsi "dévoilé", donné à connaître, que les fidèles sont exhortés à se défier de ce qui vient de l’homme : philosophies et discours spécieux d'une part, et légalisme de l'autre… Car dans la révélation qui leur est faite se trouvent "tous les trésors de la sagesse et de la connaissance" (2:3).

 
  2.4-7  Soyez affermis

Il y a pour tout croyant un combat à mener, non contre "le sang et la chair" (Éph.6:12), mais pour le maintient de la foi. Le jeune croyant doit croître, se fortifier et s'armer (Éph.6:10-11). Voyons les difficultés dans les communautés chrétiennes au tableau brossé par Jean en Apocalypse 2 et 3. Mais aussi les difficultés rencontrées en Galatie (3:1), ou encore les grands dangers rencontrés dans la jeune communauté de Corinthe… Certes, telle n'était pas la situation à Colosses, mais il fallait être vigilant !

4 Or je dis ceci, afin que personne ne vous séduise par des discours spécieux ; 5 car lors même que je suis absent de corps, toutefois je suis avec vous en esprit, me réjouissant et voyant votre ordre, et la fermeté de votre foi en Christ. 6 Comme donc vous avez reçu le christ Jésus, le Seigneur, 7 marchez en lui, enracinés et édifiés en lui, et affermis dans la foi, selon que vous avez été enseignés, abondant en elle avec des actions de grâces.

  • Les discours spécieux ! Très rapidement des raisonneurs introduisirent des doutes, ou de nouvelles doctrines… (1 Tim.6:20, 2 Tim.2:16) Qu'en est-il aujourd'hui ? Que sont les doctrines chrétiennes en comparaison de la fraîcheur et de la joie des commencements ? (1 Jean 2:24).
  • Arrêtons-nous sur cette exhortation de l'apôtre au vers.7 :
     - "marchez en lui" (Jean 15:1-9),
     - "enracinés" (Matt.7:24-27, 13:6, Éph.3:18),
     - "édifiés" (Rom.14:19, Éph.4:16),
     - "affermis" (Rom.16:25, 1 Cor.15:58, 16:13, Éph.6:13),
     - "actions de grâces" (Eph.5:4, Phil.4:6, 1 Tim.2:1).
De solides fondements sont ainsi posés pour la vie avec Dieu, mais quelles sont les entraves auxquelles le croyant pourrait être confronté ? Qu'est-ce qui pourrait le séduire et risquer de le faire basculer ? C'est à quoi l'apôtre va répondre maintenant.

 
  2.8-15  La philosophie

Il faut admettre qu'en toutes nations, en toutes cultures, les hommes se bâtissent des systèmes de pensée ou des pratiques religieuses, et pour certains de toute bonne foi, car cela est nécessaire à la vie en société, mais aussi à l'équilibre personnel. Ainsi, c'est au milieu d'une société éprise de philosophies que la vérité chrétienne se répand. Et pensons-nous qu'il soit toujours aisé de se couper de pratiques ancestrales ? Alors la tentation vient de les conserver tout en adhérant à la vérité libératrice de l'Évangile. De tels courants qui tendent à détruire la liberté du chrétien se sont fait jour très rapidement parmi de jeunes communautés chrétiennes, comme nous le voyons à Corinthe.
 
La philosophie est associée ici à de vaines déceptions. Paul pourrait disserter au sujet des courants philosophiques de son époque (Act.17:17), mais son propos n'est pas de décrier des pensées qui peuvent n'être pas dépourvues d'une certaine sagesse humaine, mais d'évoquer les déceptions qu'inévitablement elles engendrent, et déployer le bonheur qui nous est apporté par la révélation du plan divin.

8 Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par de vaines déceptions, selon l’enseignement des hommes, selon les éléments du monde, et non selon Christ ; 9 car en lui habite toute la plénitude de la déité corporellement ; 10 et vous êtes accomplis en lui, qui est le chef de toute principauté et autorité, 11 en qui aussi vous avez été circoncis d’une circoncision qui n’a pas été faite de main, dans le dépouillement du corps de la chair par la circoncision du Christ, 12 étant ensevelis avec lui dans le baptême, dans lequel aussi vous avez été ressuscités ensemble par la foi en l’opération de Dieu qui l’a ressuscité d’entre les morts. 13 Et vous, lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans l’incirconcision de votre chair, il vous a vivifiés ensemble avec lui, nous ayant pardonné toutes nos fautes, 14 ayant effacé l’obligation qui était contre nous, laquelle consistait en ordonnances et qui nous était contraire, et il l’a ôtée en la clouant à la croix : 15 ayant dépouillé les principautés et les autorités, il les a produites en public, triomphant d’elles en la croix.

  • Quelle est la réalité essentielle, transcendante, de la révélation ? Vers.9 ; Jean 1:1-4 et 14-18.
  • Pourquoi Paul parle-t-il de la circoncision dans cette lettre ? Comp. Rom.2:25-29 ; Phil.3:3. Voir aussi Jérémie 4:4.
  • Un certain parallèle est fait entre le baptême chrétien et la pratique de la circoncision. Que représente le baptême ?
  • Soulignons trois conséquences de l'œuvre de Christ à la croix citées dans ce passage.
     - "Vivifiés" (Éz.18:23, Luc 15:32, Rom.6:4, Éph.2:5).
     - "Pardonnés" (Ps.32:1, Rom.4:7, Éph.4:32, 1 Jean 2:12).
     - "Délivrés" (Ex.3:8, Matt.11.28, Rom.7:24-25, Col.1:13).
De vaines déceptions ! Il nous faut lire avec retenue cette expression touchant notamment les "philosophies". Gardons-nous de mépriser les hommes qui réfléchissent sur la société, la vie, les grandes questions de l'existence, et ceux qui indiquent des "chemins" pour traverser cette existence qui n'est pas sans douleurs. Mais qu'est-ce au regard de la vérité communiquée par notre Dieu, et du don qui nous est fait, et de l'avenir éternel qui nous est donné à connaître, et de ce que nous pouvons vivre aujourd'hui ? Et que serait la vie si l'on ne se laissait pas pénétrer par ce que Dieu nous a révélé ? Ainsi, puisons dans la révélation que Dieu fait de lui-même, et non dans les pensées des hommes.

 
  2.16-23  Le légalisme

Un autre courant, à l'inverse des philosophies, introduit pour la vie de l'homme des règles, des lois. Et dans les permiers temps de l'Évangile, comme aussi dans bien des cercles religieux aujourd'hui, la Loi de Dieu était considérée en vue de contraindre l'homme à la pratique de tel ou tel rite, de telle ou telle coutume, ou encore de diverses règles que l'on imposerait à une communauté. Certes, la Loi de Dieu n'a pas passé, mais il se trouve une dérive dans sa lecture… Croire que dans son application résidait la capacité de l'homme à "gagner le ciel". Le Seigneur fut confronté à cette pensée, dans la rencontre d'un homme sincère au demeurant (Matt.19:16-26). Déjà les prophètes d'Israël avertissaient avec force (Jérémie 7:4, 8:8 ; Michée 6:8).

16 Que personne donc ne vous juge en ce qui concerne le manger ou le boire, ou à propos d’un jour de fête ou de nouvelle lune, ou de sabbats, 17 qui sont une ombre des choses à venir ; mais le corps est du Christ. 18 Que personne ne vous frustre du prix du combat, faisant sa volonté propre dans l’humilité et dans le culte des anges, s’ingérant dans les choses qu’il n’a pas vues, enflé d’un vain orgueil par les pensées de sa chair, 19 et ne tenant pas ferme le chef, duquel tout le corps, alimenté et bien uni ensemble par des jointures et des liens, croît de l’accroissement de Dieu.
20 Si vous êtes morts avec Christ aux éléments du monde, pourquoi, comme si vous étiez encore en vie dans le monde, établissez-vous des ordonnances, 21 "ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas", 22 choses qui sont toutes destinées à périr par l’usage, selon les commandements et les enseignements des hommes, 23 qui ont bien une apparence de sagesse en dévotion volontaire et en humilité, et en ce qu’elles n’épargnent pas le corps, ne lui rendant pas un certain honneur, pour la satisfaction de la chair ?

  • En quoi la contrainte du légalisme tend à "frustrer du prix du combat" ? 1 Tim.6.11-12.
  • Des personnes vont au-delà même, introduisant des doctrines mystiques… Quel est le chemin de la sagesse pour le chrétien ? 1 Jean 1:1, 2:24, 3:11 ; Jude 3-4….
  • Comment l'apôtre qualifie-t-il les exercices d'ascèse ou autres pratiques de dévotion religieuse qui ignorent la libération apportée par l'œuvre de Christ ? Rom.8:1 ; Gal.5:1 ; Phil.4:4-7.
  • Comment sont considérées ces personnes qui introduisent le légalisme ? Vers.19 ; Éph.4:15 ; 1 Pier.2:3 ; 2 Pier.3:18.
Point n'est besoin de citer des passages pour réaliser que l'idéal moral de la vie chrétienne est au-delà de la Loi donnée à Israël. Il ne s'agit pas pour le chrétien d'amender sa vie par une pratique suivant des règles, bonnes en soi, mais de vivre une vie nouvelle : "mais maintenant nous avons été déliés de la loi, étant morts dans ce en quoi nous étions tenus, en sorte que nous servions en nouveauté d'esprit, et non pas en vieillesse de lettre" (Rom.7:6). Il faut lire Galates 3 qui expose en détail la question de la Loi, et refuser de retourner à ce qui est en decà des principes de cette nouvelle vie et du bon combat dans lequel nous sommes engagés (Éph.6:10 ; 1 Tim.6:12 ; 2 Tim.4:7). Le motif nous est donné ici : vous êtes morts avec Christ aux éléments du monde… Ce passage est vraiment la clé relativement au légalisme ! Pourquoi des ordonnances ? Si nous vivons ainsi, les ordonnances n’ont pas de sens. Et ce n'est pas une ouverture vers le laisser-aller (Rom.6:15 ; 1 Jean 1:6-2:1).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Publié dans COLOSSIENS | Commentaires (0) | Eric

Colossiens 3:1 Vivre en chrétien


 

  3.1-4.6  La vie du chrétien

Cette mise en garde étant formulée, l'apôtre en vient aux principes de vie, et au comportement qui convient aux rachetés de Dieu. Des choses à fuir, des choses à rechercher…

 
  3.1-4  Principe de vie

"Nouveauté de vie", et "nouveauté d'esprit" avait-il écrit aux Romains (6:4 et 7:6) ! Voici qui est bien en phase avec la position du chrétien devant Dieu, "ressuscité avec le Christ" ! Un "nouvel homme" dira-t-il quelques lignes plus loin.
 
"Le Christ, assis à la droite de Dieu !" Une image de ce que nulle image ne peut représenter (Exode 20:4), ce qui nous conduit à n'en considérer que le sens spirituel… Christ est Dieu et à la droite de Dieu, ce que nous pouvons lire en Jean 1:1 : "Le verbe était auprès de Dieu, et le verbe était Dieu."

3 1 Si donc vous avez été ressuscités avec le Christ, cherchez les choses qui sont en haut, où le Christ est assis à la droite de Dieu ; 2 pensez aux choses qui sont en haut, non pas à celles qui sont sur la terre ; 3 car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. 4 Quand le Christ qui est notre vie, sera manifesté, alors vous aussi, vous serez manifestés avec lui en gloire.

  • Que veut donc dire l'apôtre quand il exprime que Christ est à la droite de Dieu ? Luc 22:69 ; Act.2:33-35 ; 1 Pier.3:22 ; Héb.8:1 ; Psaume 110:1 et Matt.22:44 ; Psaume 118:15-16 ; Ésaïe 62:8.
  • Une vie qui ne peut être discernée par l'homme ! Quelle est donc cette vie que les hommes de ce monde ne peuvent discerner ? Jean 17:24 ; 1 Jean 3:1-3 ; Rom.6:5.
Voici qui place les croyants dans une relation avec Dieu que seuls ils peuvent discerner. Et aussi dans une sphère tellement étrangère à ce qui caractérise ce monde que, dans ce monde, ses aspirations et ses manières d'agir doivent s'en ressentir (Jean 15:19, 17:15-16).

 
  3.5-11  Des pratiques à abandonner

L'apôtre évoque alors ce qui peut masquer cette nouvelle vie en Jésus Christ. Ce sont des comportements à rejeter ! Nous trouvons dans ce paragraphe ce que la morale réprouve, cela est bien évident, mais aussi des attitudes plus communes… Nous trouvons ces même exhortations en Éph.4:31-5:5.

5 Mortifiez donc vos membres qui sont sur la terre, la fornication, l’impureté, les affections déréglées, la mauvaise convoitise, et la cupidité, qui est de l’idolâtrie ; 6 à cause desquelles la colère de Dieu vient sur les fils de la désobéissance ; 7 parmi lesquels vous aussi vous avez marché autrefois, quand vous viviez dans ces choses. 8 Mais maintenant, renoncez, vous aussi, à toutes ces choses : colère, courroux, malice, injures, paroles honteuses venant de votre bouche. 9 Ne mentez point l’un à l’autre, ayant dépouillé le vieil homme avec ses actions 10 et ayant revêtu le nouvel homme qui est renouvelé en connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé, 11 où il n’y a pas Grec et Juif, circoncision et incirconcision, barbare, Scythe, esclave, homme libre ; mais où Christ est tout et en tous.

  • La cupidité est de l'idolâtrie ! Souvenons-nous de l'enseignement du Seigneur en Matt.6:24-34.
  • La colère de Dieu, ou le juste jugement… Rom.2:5, 3:8 ; 2 Thes.1:5 ; Apoc.16:7 et 19:2.
  • Soulignons les expressions touchant la "vie nouvelle" du croyant, s'agit-il d'une règle de vie qui corrige ou contrôle quelque défaut, ou d'une vie véritablement autre ? Vers.10 ; 2 Cor.5:17.
Nous ne voyons donc pas l'idée de mortification, de rappels morbides de la condition humaine, mais l'abandon de certains modes de comportement afin de vivre. Vivre pleinement la nouvelle vie à laquelle nous sommes conviés (Jean 10:10).

 
  3.12-15  Une nouvelle manière de vivre

Cet homme nouveau, comme nous l'avons lu (3:10) est véritablement ce que Dieu avait en vue en décidant : "Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance" (Genèse 1:26). Et l'homme a donc un modèle auquel se référer… Un modèle de bonté, de miséricorde.

12 Revêtez-vous donc, comme des élus de Dieu, saints et bien aimés, d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de longanimité, 13 vous supportant l’un l’autre et vous pardonnant les uns aux autres, si l’un a un sujet de plainte contre un autre ; comme aussi le Christ vous a pardonné, vous aussi faites de même. 14 Et par-dessus toutes ces choses, revêtez-vous de l’amour, qui est le lien de la perfection. 15 Et que la paix du Christ, à laquelle aussi vous avez été appelés en un seul corps, préside dans vos cœurs ; et soyez reconnaissants.

  • Que dire de ce collier de vertus, si ce n'est regarder à nous-mêmes, et considérer les pensées de Dieu lui-même à notre égard ? Dieu connu dès les temps anciens (Exode 34:6 ; Michée 7:18 ; Ésaïe 33:17-24), qui nous enseigne et nous donne un modèle (Matt.6:9-15 ; Luc 23:34).
  • Le pardon ! Ne pas pardonner, n'est-ce pas vivre (mal) du passé et ne pas regarder ce qui est devant ? Et quel est le modèle ? Matt.6:14-45, 18:23-35 ; Éph.4:32.
  • Qu'apporte au cœur la pratique de telles vertus ? Phil.4:4-7.
La paix de Christ, celle dans laquelle Il a toujours vécu, et que les disciples ont pu discerner ! Durant ces deux ou trois années au cours desquelles ils accompagnèrent le Seigneur, ils ont connu des troubles, voire quelques difficultés les uns avec les autres… Mais que virent-ils en Jésus, jour après jour ? Cette paix qu’il donne aux disciples pour qu’ils en vivent… Et cette vie paisible se manifeste alors dans la confiance et la joie. Une vraie liberté !

16 Que la parole du Christ habite en vous richement, — en toute sagesse vous enseignant et vous exhortant l’un l’autre, par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels, chantant de vos cœurs à Dieu dans un esprit de grâce. 17 Et quelque chose que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du seigneur Jésus, rendant grâces par lui à Dieu le Père.

  • Ce service d'encouragement relève-t-il d'un rôle particulier dévolu à une personne particulière dans une communauté ? Rom.14:17-19 ; Éph.4:7 ; 1 Thes.5:11 ; 1 Pier.4:10.
Ainsi, les croyants sont appelés à un idéal de vie qui dépasse ce que serait une application scrupuleuse de la Loi. C'est l'amour qui domine, cette vertu qui demeurera dans l'éternité, car Dieu est amour. L'apôtre l'appelle "le lien de la perfection" (vers.14).
 
Ces principes étant établis, l'apôtre ne peut passer sous silence ce qui fait l'essentiel de la vie des hommes, à savoir le cercle de famille et les conditions de travail. Il est aussi un ordre familial, voulu de Dieu, et un ordre social à respecter, comme le Seigneur l'a montré lui-même (Matt.22:21).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

04:00 Publié dans COLOSSIENS | Commentaires (0) | Eric

Colossiens 3:18 La famille et le travail


 

  3.18-4.1   La famille

Bien des enseignements nous sont donnés touchant le mariage et la famille, commençant par les fondements (Genèse 2:24, 9:1), fournissant des exemples (Genèse 18:19, 1 Pierre3:1-7) et apportant un enseignement exhaustif (Éph.5.21-33) comme aussi la réponse à des situations particulières (1 Cor.7). L'apôtre ne fait ici qu'un rappel, mais combien important, touchant le cercle de famille.

18 Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur. 19 Maris, aimez vos femmes et ne vous aigrissez pas contre elles. 20 Enfants, obéissez à vos parents en toutes choses, car cela est agréable dans le Seigneur. 21 Pères, n’irritez pas vos enfants, afin qu’ils ne soient pas découragés

  • L'enseignement est-il lié à la culture grecque ou la législation romaine où la polygamie était pratiquée, où bien puise-t-il sa source dans la Parole de Dieu ? Quelle conclusion en tirer pour notre temps ?
  • Comment doit-être le comportement du mari à l'égard de son épouse ? 1 Pierre3:1-7.
  • "Obéissez à vos parents". Souligons qu'il n'est pas, ici parlé du père seulement, mais que le père et la mère sont mis sur le même plan. Nous le lisons pareillement au Décalogue datant de trois millénaires (Exode 20:12, Deut.5:16).
Force est de constater combien le "foyer" selon l'enseignement de Dieu est une réalité heureuse où, quand il est vécu, chacun trouve un réel épanouissement. Souvenons-nous de la vie des Israélites où hommes et femmes sont égaux en droits, mais ayant des rôles distincts au sein de la famille. L'homme s'unira à une seule femme (Gen.2:24) et, comme le rappelle l'apôtre, ce lien demeure jusqu'à la mort de l'un des conjoints (Rom.7:2-3, 1 Cor.7:39). Si l'Écriture évoque sans concession les écarts de croyants à cet égard, la "voie parfaite" touchant le mariage est maintes fois rappelée, et se retrouve à l'évidence dans de l'Évangile. Les enfants aussi sont considérés avec honneur dans cet enseignement, comme nous le lisons dans notre chapitre.
 
Et cela a cours dans l'enseignement de toute la Bible, et reflète donc un "modèle familial" qui a traversé des siècles. L'idée des femmes privées de droits, placées dans une condition infra-humaines est étrangère à l'enseignement de Dieu ! Que de femmes ne sont-elles pas honorées dans les textes bibliques, depuis les premiers jusqu'aux derniers.

 
  3.22-4.1   Les relations de travail

L'esclavage dans le monde gréco-romain était particulièrement odieux dans son principe. Et il faut peut-être rappeler qu'il n'en était pas de même dans les civilisations égyptienne et babylonienne, et même à l'époque perse ! C'est dans ce cadre social particulièrement inégalitaire de l'Empire Romain que les épîtres ont été écrites.

22 Esclaves, obéissez en toutes choses à vos maîtres selon la chair, ne servant pas sous leurs yeux seulement, comme voulant plaire aux hommes, mais en simplicité de cœur, craignant le Seigneur. 23 Quoi que vous fassiez, faites-le de cœur, comme pour le Seigneur et non pour les hommes, 24 sachant que du Seigneur vous recevrez la récompense de l’héritage : vous servez le seigneur Christ. 25 Car celui qui agit injustement, recevra ce qu’il aura fait injustement ; et il n’y a pas d’acception de personnes.
4 
1 Maîtres, accordez à vos esclaves ce qui est juste et équitable, sachant que vous aussi vous avez un maître dans les cieux.

  • Cet enseignement est-il transposable dans notre société où, par bonheur, les relations sociales ne sont plus celles de l'Empire romain ?
  • Pensant à la situation de l'esclave à cette époque, est-ce le propos de Paul que l'esclave demeure dans cette position sociale ? 1 Cor.7:21-22 ; Phlm.8-16.
  • Quelle est donc la motivation de celui qui accomplit son travail, particulièrement les tâches peu estimées ? Quelle est la confiance de celui qui est soumis à un maître ?
Une proposition lapidaire, une directive simple et claire illumine la vie parfois harassante et sans perspective des travailleurs rémunérés : "Quoique vous fassiez, faites-le de cœur, comme pour le Seigneur." Un axe puissant à garder à l'esprit, quelle que soit la tâche à accomplir, même la plus insignifiante.

 
  4.2-6  En résumé...

L'apôtre est près de conclure cette lettre. Quelques mots de synthèse sont formulés, le premier ayant trait à la prière, comme dans la finale de l'épître aux Éphésiens (Éph.6:18-20). A ce propos de la prière, il faut bien souligner qu'il ne se trouve, dans la pensée de l'apôtre, nulle idée de répétitions de mots toujours les mêmes, c'est ce que nous lisons dans l'enseignement du Seigneur lui-même : "Et quand vous priez, n'usez pas de vaines redites, comme ceux des nations, car ils s'imaginent qu'ils seront exaucés en parlant beaucoup" (Matt.6:7).

2 Persévérez dans la prière, veillant en elle avec des actions de grâces ; 3 priant en même temps aussi pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, pour annoncer le mystère du Christ, mystère pour lequel aussi je suis lié, 4 afin que je le manifeste comme je dois parler.

  • Qu'est-ce qui conduit le croyant à "prier Dieu" ? Et existe-t-il une prière qui ait un sens sans qu'elle n'exprime un état de besoin ou une demande précise ?
  • A propos de l'apôtre lui-même, en quoi se trouve-t-il lié ? 1 Cor.9:16.

5 Marchez dans la sagesse envers ceux de dehors, saisissant l’occasion. 6 Que votre parole soit toujours dans un esprit de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment vous devez répondre à chacun.

  • Le "sel", ce qui maintient pur ce qui doit l'être ! Que comprendre de ceci ? Matt.5:13.
Nous avons ici deux clés essentielles pour la vie chrétienne. La prière exprimant sa confiance dans sa relation à Dieu, et la seconde, l'esprit de sagesse qui doit guider nos relations avec l'entourage. Sans doute pouvons-nous comprendre de cette manière cette pièce de l'armure du chrétien : "ayant chaussé vos pieds de la préparation de l'évangile de paix" (Éph.6:15).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

02:00 Publié dans COLOSSIENS | Commentaires (0) | Eric

Colossiens 4:7 Recommandations


 

  4.7-18  Salutations et recommandations

La lettre est terminée. Suivent des dispositions pratiques. Tychique va être envoyé à Éphése et, "tout exprès", à Colosse avec les lettre destinées à ces communautés, ainsi qu'une missive particulière pour Philémon.

7 Tychique, le bien-aimé frère et fidèle serviteur et compagnon de service dans le Seigneur, vous fera savoir tout ce qui me concerne : 8 je l’ai envoyé vers vous tout exprès, afin qu’il connaisse l’état de vos affaires, et qu’il console vos cœurs, 9 avec Onésime, le fidèle et bien-aimé frère, qui est des vôtres. Ils vous informeront de toutes les choses d’ici.

  • Tychique, homme qui quitta la région d'Éphèse pour accompagner Paul en Macédoine(Act.20.5). Voyons son parcours, jusqu'au dernier emprisonnement de Paul (Tite 3:12, 2 Tim.4:12).
Paul est entouré ! Et son adresse aux croyants de Colosses n'est pas un travail caché, solitaire. Divers croyants sont ainsi associés dans la signature de la lettre.

10 Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue, et Marc, le neveu de Barnabas, touchant lequel vous avez reçu des ordres (s’il vient vers vous, recevez-le), 11 et Jésus appelé Juste, — qui sont de la circoncision. Ceux-ci sont les seuls compagnons d’œuvre pour le royaume de Dieu qui [aussi] m’ont été en consolation. 12 Épaphras qui est des vôtres, esclave du christ Jésus, vous salue, combattant toujours pour vous par des prières, afin que vous demeuriez parfaits et bien assurés dans toute la volonté de Dieu; 13 car je lui rends témoignage qu’il est dans un grand travail de cœur pour vous, et pour ceux qui sont à Laodicée, et pour ceux qui sont à Hiérapolis. 14 Luc, le médecin bien-aimé, vous salue, et Démas.

  • Qui donc est Aristarque ? Lire Act.19:29, 20:4, 27:2. Pourquoi Paul l'appelle-t-il "mon compagnon de captivité" ?
  • Marc nous donne un exemple très encourageant. Sans doute a-t-il eu une défaillance lorsque, accompagnant Paul et Barnabas, il les abandonna. Mais il s'est ressaisi. Rédacteur de l'Évangile, et ensuite en voyage pour le Seigneur. Auprès de Paul à Rome, et ensuite à Babylone (2 Pier.5:13), et appelé ensuite par Paul à nouveau, lors de son dernier emprisonnement (2 Tim.4:11).
  • D'Épaphras, il est question dès le début de l'épître, car c'est lui qui a annoncé l'Évangile dans sa ville de Colosses et dans les deux villes voisines. Il a quitté sa ville pour travailler directement avec Paul. Mais a-t-il oublié ces croyants ? Quelle est sa demande à Dieu ? Comp. Col.1:9.
  • Luc, fidèle jusqu'au bout tandis que Démas abandonna le service (2 Tim.4:10-11).
Le paragraphe suivant nous fait entrer un peu dans la vie des communautés chrétiennes, et aussi les contacts entre elles, le partage de ce qui pouvait apporter de l'édification. Deux serviteurs sont aussi nommés, marque de reconnaissance de leur service, chacun dans sa propre communauté.

15 Saluez les frères qui sont à Laodicée, et Nymphas, et l’assemblée qui se réunit dans sa maison. 16 Et quand la lettre aura été lue parmi vous, faites qu’elle soit lue aussi dans l’assemblée des Laodicéens, et vous aussi lisez celle qui viendra de Laodicée. 17 Et dites à Archippe : Prends garde au service que tu as reçu dans le Seigneur, afin que tu l’accomplisses.
18 La salutation, de la propre main de moi, Paul. — Souvenez-vous de mes liens. La grâce soit avec vous !

  • Que déduire de cette invitation à faire lire cette lettre à Laodicée, et réciproquement ? 2 Pier.3:15.
  • Quant à Archippe, lisons à son sujet Phlm.2. Nous pouvons comparer ceci à l'exhortation faite à Timothée (2 Tim.1:6, 4:1-5)
"Dites à Archippe"… Les croyants de Colosses sont ainsi appelés à encourager eux-mêmes ce serviteur de Dieu qui les reçoit dans sa propre maison. Paul n'aurait pas pu mieux encourager cet homme !
Les derniers mots, la dernière salutation qui se termine par ce souhait, résument toutes les attentes exprimées dans l'épître à l'égard des chrétiens de Colosses (Col.1:2).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

00:00 Publié dans COLOSSIENS | Commentaires (0) | Eric