18/06/2013

Marc 8:31-9:13 La Transfiguration


 

8:31-10:52  Le Fils de l’homme

 
Le Psalmiste, nourri par les prophètes, s’exclame en chantant la louange de Dieu : "Qu'est-ce que l'homme (Enosh, homme mortel), que tu te souviennes de lui, et le fils de l'homme (Adam, l’être humain), que tu le visites ? Tu l'as fait de peu inférieur aux anges, et tu l'as couronné de gloire et d'honneur" (Psaumes 8:4-5). L’auteur de l’épître aux Hébreux, citant ce Psaume, poursuit : "nous voyons Jésus, qui a été fait un peu moindre que les anges à cause de la passion de la mort, couronné de gloire et d'honneur, en sorte que, par la grâce de Dieu, il goûtât la mort pour tout" (Hébreux 2:9). C’est ainsi que le titre de Messie qui ne pouvait plus être dévoilé par les apôtres va se trouver masquer pour ainsi dire par ce nom d’humilité de Celui qui est venu comme Homme sur cette terre, un "être humain" – car telle est la signification d’Adam – pour prendre sa place face à la justice de Dieu, le berger frappé de Dieu (Ésaïe 53 et Zacharie 13:5-7).

 
8:31-9:13  La gloire du Fils de l’homme

 
Après cette visite aux villages de Césarée de Philippe, il ne reste qu’un seul périple à accomplir : le Fils de l’homme doit monter à Jérusalem. Et les disciples seront placés devant une échéance d’une gravité exceptionnelle : le Seigneur annonce sa mort prochaine et les y prépare (Marc 8:31, 9:12,31, 10:33-34). Il y aura des étapes particulières et diverses rencontres, mais l’essentiel de ce voyage fut consacré, semble-t-il, à enseigner les disciples en particulier.

 
8:31-33  Jésus annonce sa mort
Matthieu 16:21-23 et Luc 9:22

Accompagner Jésus, contempler ses miracles, participer à ses œuvres, voilà qui eût pu durer pour les disciples. Mais telle n’est pas la perpective. Pouvons-nous nous représenter la situation des disciples placés devant la mort prochaine de Jésus ? Ce sera pour eux une période difficile, mais tout au long de ce trajet, le Seigneur leur parle…

31 Et il commença à les enseigner : Il faut que le fils de l'homme souffre beaucoup, et qu'il soit rejeté des anciens et des principaux sacrificateurs et des scribes, et qu'il soit mis à mort, et qu'il ressuscite après trois jours. 32 Et il tenait ce discours ouvertement. Et Pierre, le prenant à part, se mit à le reprendre. 33 Mais lui, se retournant et regardant ses disciples, reprit Pierre, disant : Va arrière de moi, Satan, car tes pensées ne sont pas aux choses de Dieu, mais à celles des hommes.
  • En lisant ici "Satan", pouvons-nous penser que Pierre soit la voix de quelqu’être surnaturel, ou est-ce une expression montrant de façon très forte combien les sentiments de Pierre sont éloignés des pensées du Seigneur ?
Si la remarque de Pierre est bien humaine, elle justifie toutefois pleinement l’exclamation violente qu’il dût entendre ! Car y avait-il une alternative pour que le plan miséricordieux de Dieu puisse être réalisé dans le respect de la justice divine, pour que l’homme puisse se trouver dans la présence de Dieu ? La pensée de Dieu est rédemption, et cela a un prix infini !
 
Ainsi, nous voyons combien utile sera ce long chemin jusqu’à Jérusalem. Un parcours marqué d’étapes au cours desquelles le Seigneur va montrer ce qu’il en sera de le suivre. Il apporte tous les rayons de la bonté de Dieu, mais la reconnaissance de cette bonté devra se vivre dans un monde qui, globalement, n’en veut pas !

 
8:34-9:1  Suivre Jésus
Matthieu 16:24-28 et Luc 9:23-27

Gouter la bonté de Dieu, c’est aussi se différentier, marcher à contre courant car : "la vraie lumière… venant dans le monde, éclaire tout homme. Il était dans le monde, et le monde fut fait par lui ; et le monde ne l'a pas connu." (Jean 1:9-10). Ainsi, après la parole de Pierre, Jésus s’adresse à tous, car si Lui doit connaître la mort, cela manifeste l’opposition qui se fera jour également contre ceux qui Le suivent.

34 Et ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit : Quiconque veut venir après moi, qu'il se renonce soi-même, et qu'il prenne sa croix, et me suive : 35 car quiconque voudra sauver sa vie la perdra ; et quiconque perdra sa propre vie pour l'amour de moi et de l'évangile la sauvera. 36 Car que profitera-t-il à un homme s'il gagne le monde entier, et qu'il fasse la perte de son âme ; 37 ou que donnera un homme en échange de son âme ? 38 Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles parmi cette génération adultère et pécheresse, le fils de l'homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges.
 
9 
1 Et il leur dit : En vérité, je vous dis, que de ceux qui sont ici présents, il y en a quelques-uns qui ne goûteront point la mort jusqu'à ce qu'ils aient vu le royaume de Dieu venu avec puissance.
  • Comment résumer en quelques mots cet avertissement donné à son auditoire ?
  • Qu’est-ce qui est attendu d’un homme aujourd’hui ? Et qu’est ce que "avoir honte de Jésus et de ses paroles" ? Matthieu 24:30 et 25:31-46, Amos 4:12, Jean 3:36, 1 Jean 4:1-3, Romains 14:12.
  • Qu’est-ce que ce royaume de Dieu qui doit paraître ? Et pourquoi est-il dit "avec puissance" ? Marc 1:15, Apocalypse 12:10.
Ces paroles sont ainsi adressées à tous, un avertissement. Elles coupent net l’idée d’un rétablissement d’Israël dans l’état, mais sont clairement en phase avec l’enseignement des prophètes. Ce royaume viendra, le Fils de David règnera, mais cela suivra un temps de jugement appelé le "Jour du Seigneur" (Zacharie 12 à 14, 1 Thesaloniciens 5:2, 2 Thessaloniciens.2:2, 2 Pierre 3:7-10). Alors viendra le règne du Seigneur (Apocalypse 11:15). Mais auparavant doit se produire un événement exceptionnel dont seuls quelques-uns vont être témoins. Une annonce qui rend l’auditoire d’autant plus attentif au message qui leur fut adressé. Le Royaume de Dieu viendra, nul ne sait quand, mais il faut y être préparé !

 
9:2-13  La Transfiguration
Matthieu 17:1-13 et Luc 9:28-36

Pierre et Jean se souvinrent toute leur vie de cet événement, et il marqua solidement leur ministère (Jean 1:14 et 2 Pierre 1:16-18)
 
Trois des apôtres seulement sont appelés à accompagner Jésus. La tradition désigne ici le Mont Thabor, la plus haute montagne de Galilée, à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de la mer de Galilée, mais le chemin depuis Césarée jusqu’en Galilée recèle d’autres sommets plus élevés encore. Toujours est-il que c’est avec trois disciples que Jésus y monte, les trois mêmes qui seront appelés à l’accompagner à l’écart, au Jardin de Gethsémané (Marc 14:33).

2 Et après six jours, Jésus prend avec lui Pierre et Jacques et Jean, et les mène seuls à l'écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux ; 3 et ses vêtements devinrent brillants et d'une extrême blancheur, comme de la neige, tels qu'il n'y a point de foulon sur la terre qui puisse ainsi blanchir. 4 Et Élie leur apparut avec Moïse, et ils parlaient avec Jésus. 5 Et Pierre, répondant, dit à Jésus : Rabbi, il est bon que nous soyons ici ; et faisons trois tentes : une pour toi, et une pour Moïse, et une pour Élie. 6 Car il ne savait que dire ; car ils étaient épouvantés. 7 Et il vint une nuée qui les couvrit, et il vint de la nuée une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. 8 Et aussitôt, ayant regardé de tous côtés, ils ne virent plus personne, sinon Jésus seul avec eux.
 
9 Et comme ils descendaient de la montagne, il leur enjoignit de ne raconter à personne ce qu'ils avaient vu, sinon lorsque le fils de l'homme serait ressuscité d'entre les morts. 10 Et ils gardèrent cette parole, s'entre-demandant ce que c'était que ressusciter d'entre les morts. 11 Et ils l'interrogèrent, disant : Pourquoi les scribes disent-ils qu'il faut qu'Élie vienne premièrement ? 12 Et lui, répondant, leur dit : En effet, Élie vient premièrement et rétablit toutes choses ; - et comment il est écrit du fils de l'homme, qu'il souffrira beaucoup et qu'il sera chargé de mépris. 13 Mais je vous dis qu'aussi Élie est venu, et ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu, comme il est écrit de lui.
  • Blanc comme la neige ! Un attribut de gloire dans les visions de Dieu. Voir Daniel 7:9, Apocalypse 1:14.
  • Comment considérer la manière dont Pierre parle au Seigneur (Rabbi est le titre d’un maître qui enseigne) et l’idée de monter une tente pour Jésus, une pour Moïse et une pour Élie ? Comment une mise au point est-elle faite ?
  • Revient alors la question touchant Élie. Ce n’est pas la première fois (Marc 6:15 et 8:28). L’enseignement des scribes vient du prophète Malachie (Malachie 4:5). Pourquoi est-il dit qu’Élie doit venir, et qu’aussi il est déjà venu ?
A ceci nous comprenons que ce n’est pas d’Élie en tant que personne qu’il s’agit. Certes, il est vu sur la montagne comme aussi Moïse, mais ni l’un ni l’autre n’a plus à faire avec la terre. La parole prophétique est claire, touchant un homme, un prophète, qui devait venir avant le Messie (Malachie 4:5). Ainsi, lors de la première venue de Jésus, ce précurseur fut Jean le baptiseur, et lors de sa venue en gloire à venir, cette fonction prophétique d’avertissement sera également entendue avant que ne paraisse le Roi dans toute sa gloire, des témoins se levant ayant la puissance qui s’est révélée en Elie (Apocalypse 11:3-13).
 
Cette question touchant Élie nous montre aussi à quel point les choses ont été difficiles à comprendre pour les disciples. Nous pouvons repenser à l’aveugle de Bethsaïda qui ne vit que de façon voilée au premier geste du Seigneur, pour ne voir clair qu’en suite. A cela nous comprenons qu’il ne nous est pas demandé de tout connaître, d’avoir une maîtrise de toute la vérité révélée. Le croyant est appelé à se mettre en route, dans la confiance que le Seigneur pourvoira au fur et à mesure.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Marc 9:14-51 Le sel de la terre


 

9:14-51  Le sel de la terre

 
Après ce moment exceptionnel, Pierre, Jacques et Jean ayant été placés devant la gloire du Fils de Dieu, redescendent de la montagne avec Jésus. Ils retrouvent des situations plus communes. Une occasion d’enseigner les diciples confrontés à l’annonce de la mort de Jésus.

 
9:14-29  La prière et le jeûne
Matthieu 17:14-21 et Luc 9:37-42

Les disciples étaient aux prises avec une grande foule peu satisfaite, ainsi que des scribes disputant avec eux. Dès que le "Maître" paraît, c’est vers lui que tous se tournent.

14 Et venant vers les disciples, il vit autour d'eux une grande foule, et des scribes qui disputaient avec eux. 15 Et aussitôt toute la foule, le voyant, fut saisie d'étonnement ; et ils accoururent et le saluèrent. 16 Et il les interrogea, disant : De quoi disputez-vous avec eux ? 17 Et quelqu'un de la foule lui répondit : Maître, je t'ai amené mon fils qui a un esprit muet, 18 et, partout où il le saisit, il l'agite violemment ; et il écume, et grince des dents, et il devient sec ; et j'ai dit à tes disciples de le chasser, et ils n'ont pas pu. 19 Et lui, leur répondant, dit : Ô génération incrédule, jusques à quand serai-je avec vous ? jusques à quand vous supporterai-je ? Amenez-le-moi.
 
20 Et ils le lui amenèrent ; et quand il l'eut vu, aussitôt l'esprit le déchira ; et l'enfant, tombant à terre, se roulait en écumant. 21 Et Jésus demanda au père de l'enfant : Combien y a-t-il de temps que ceci lui est arrivé ? Et il dit : Dès son enfance ; 22 et souvent il l'a jeté dans le feu et dans les eaux pour le faire périr ; mais si tu peux quelque chose, assiste-nous, étant ému de compassion envers nous. 23 Et Jésus lui dit : Le «Si tu peux», c'est : Crois ! toutes choses sont possibles à celui qui croit. 24 Et aussitôt le père de l'enfant, s'écriant, dit avec larmes : Je crois, viens en aide à mon incrédulité. 25 Et Jésus, voyant que la foule accourait ensemble, tança l'esprit immonde, lui disant : Esprit muet et sourd, je te commande, moi, sors de lui et n'y rentre plus. 26 Et ayant crié et l'ayant violemment déchiré, il sortit ; et l'enfant devint comme mort, de sorte que la plupart disaient : Il est mort. 27 Et Jésus, l'ayant pris par la main, le redressa ; et il se leva.
 
28 Et lorsqu'il fut entré dans la maison, ses disciples lui demandèrent en particulier : Pourquoi n'avons-nous pu le chasser ? 29 Et il leur dit : Cette sorte ne peut sortir en aucune façon, si ce n'est par la prière et par le jeûne.
  • Quelle est la raison pour laquelle les disciples n’ont pu guérir l’enfant ? Que dit le Seigneur à ce propos ? Versets 19 et 29.
  • Comparons le "si tu peux" au "si tu veux" du lépreux en Marc 1:40. Quelle est la nature du doute du père, ici, et celle du lépreux ?
  • La question des disciples nous interpellent. Quelle est la condition dans laquelle les disciples peuvent manifester quelque autorité ? Lisons Jean 15:4-5.
"Je crois, viens en aide à mon incrédulité". Une parole merveilleuse, car qui pourrait dire qu’il a en lui une foi "qui transporte les montagnes" ? (Matthieu 17:20, 1 Corinthiens 13:2). Le Seigneur répondit en grâce à cet homme. Et aux disciples, sans doute perplexes et peu assurés d’avoir bien réagi à la demande de ce père désespéré, le Seigneur répond en quelques mots. Ils étaient mal pris dans cette affaire, aussi le Seigneur leur parle de prière et de jeûne, soit une attitude de confiance et une concentration entière sur cet essentiel qui les occupe. "Éternel ! le matin, tu entendras ma voix ; le matin, je disposerai ma prière devant toi, et j'attendrai… Dans l'abondance de ta bonté, j'entrerai dans ta maison ; je me prosternerai devant le temple de ta sainteté, dans ta crainte." (Psaumes 5:3,7)).

 
9:30-34  Deuxième annonce de sa mort
Matthieu 17:22-27 et Luc 9:43-46

La suite du périple se passe dans la discrétion, car le Seigneur avait à préparer les disciples pour les circonstances proches et la tâche qui serait devant eux par la suite. Et il leur parle encore de sa mort prochaine.

30 Et étant sortis de là, ils traversèrent la Galilée ; et il ne voulut pas que personne le sût. 31 Car il enseignait ses disciples et leur disait : Le fils de l'homme est livré entre les mains des hommes, et ils le feront mourir ; et ayant été mis à mort, il ressuscitera le troisième jour. 32 Mais ils ne comprenaient pas ce discours, et ils craignaient de l'interroger.
 
33 Et il vint à Capharnaüm ; et quand il fut dans la maison, il leur demanda : Sur quoi raisonniez-vous en chemin ? 34 Et ils gardaient le silence, car ils avaient disputé entre eux, en chemin, qui serait le plus grand.
  • Qu’arrivait-il à l’esprit des disciples, entendant parler de la mort de Jésus ? Et quelle conséquence pour eux, choisis pour l’accompagner ? Marc 10:35-37 et Matthieu 20:21.
Gardons-nous d’être étonnés de leur difficulté de comprendre. Si les prophètes ont bien parlé des souffrances du Messie, et si les Psaumes y ont largement fait écho, dans le climat social et politique de la population juive de l’époque, l’attente du Messie était surtout attente du rétablissement d’Israël dans sa souveraineté, situation perdue lors de l’exil à Babylone, recouvrée très partiellement et dans la douleur au temps des Hasmonéens ; mais cette autonomie politique acquise au prix du sang au IIe siècle avant notre ère n’est en rien comparable à l’intervention du Seigneur venant établir son règne. Et Jean le baptiseur conduisait les fils d’Israël à de justes pensées et proclamant : "dans le désert, faites droit le chemin du Seigneur", afin qu’il y ait des Juifs préparés moralement à la venue du Messie.
 
Corrigeant leur pensée, le Seigneur prépare ainsi les disciples à un avenir dont ils n’ont pas conscience encore.

 
9:35-51  Le sel de la terre
Matthieu 18:1-35 et Luc 9:47-51

L’enseignement est progressif, corrigeant d’abord les pensées qui doivent l’être, ces pensées de grandeur… Et nous voyons ici une conversation bien paisible, un cadre de confiance. Les questions portent sur leurs relations les uns envers les autres, l’accueil des humbles, le sectarisme, et, sujet très important et fort actuel, ceux qui pourraient se tenir loin du Seigneur à cause du mauvais comportement des chrétiens…

35 Et lorsqu'il se fut assis, il appela les douze et leur dit : Si quelqu'un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous. 36 Et ayant pris un petit enfant, il le plaça au milieu d'eux ; et l'ayant pris entre ses bras, il leur dit : 37 Quiconque recevra l'un de tels petits enfants en mon nom, me reçoit ; et quiconque me recevra, ce n'est pas moi qu'il reçoit, mais c'est celui qui m'a envoyé. 38 Et Jean lui répondit, disant : Maître, nous avons vu quelqu'un qui chassait des démons en ton nom, qui ne nous suit pas ; et nous le lui avons défendu, parce qu'il ne nous suit pas. 39 Et Jésus leur dit : Ne le lui défendez pas ; car il n'y a personne qui fasse un miracle en mon nom, et qui puisse aussitôt mal parler de moi, 40 car celui qui n'est pas contre nous est pour nous. 41 Car quiconque vous donnera à boire une coupe d'eau en mon nom, parce que vous êtes de Christ, en vérité, je vous dis qu'il ne perdra point sa récompense.
 
42 Et quiconque sera une occasion de chute pour un des petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu'on lui mît au cou une pierre de meule, et qu'il fût jeté dans la mer. 43 Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la : il vaut mieux pour toi d'entrer estropié dans la vie, que d'avoir les deux mains, et d'aller dans la géhenne, dans le feu inextinguible, 44 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. 45 Et si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le : il vaut mieux pour toi d'entrer boiteux dans la vie, que d'avoir les deux pieds, et d'être jeté dans la géhenne, dans le feu inextinguible, 46 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. 47 Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le : il vaut mieux pour toi d'entrer dans le royaume de Dieu, n'ayant qu'un œil, que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne de feu, 48 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. 49 Car chacun sera salé de feu ; et tout sacrifice sera salé de sel. 50 Le sel est bon ; mais si le sel devient insipide, avec quoi lui donnerez-vous de la saveur ? 51 Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix entre vous.
  • Nous pouvons noter dans ces derniers paragraphes un certain nombre d’enseignements. Mais d’abord, quelles sont les pensées des disciples qui suscitent ces enseignements ?
  • Quelles sont les directives données aux douze ? Vers.35,37,39,42, Jean 13:3-17. Et comment est libellée la synthèse de cet enseignement ?
  • Comment considérer quelqu'un qui annoncerait l'évangile sans se référer à l'une ou l'autre institution religieuse ? Vers.39-40.
  • Et que dire à propos des guerres que des chrétiens se feraient entre eux ?
  • Pensons aux occasions de chutes ! Que voyons-nous autour de nous à propos de tant de personnes qui se détournent de l’enseignement du Christ ? Pourquoi ?
  • Mettons en contraste la préoccupation des disciples à l’annonce de la crucifixion, le chemin de service qui leur est proposé et la finale de ces paragraphes.
L’enseignement est plus saisissant peut-être qu’il pourrait y paraître. Le sel est un produit de conservation traditionnel, et aussi un exhausteur de goût ; il augmente la saveur des mets qu’il accompagne ! Ainsi, en parlant de "sel de la terre", nous pouvons penser à l’excellence apportée aux qualités humaines que l’on y rencontre. Et pour être tels, les disciples ont un chemin tracé par l’Homme qui leur parle, un chemin d’humilité (Philippiens 2:5-8), une voie qui exclut les dérives sectaires (vers.39), prend soin des plus petits (Zacharie 11:7,11) et veille à ne pas détruire la foi des plus faibles (vers.42-48, Matthieu 12:20 et Ésaïe 42:1-4). L’exellence dans l’humanité, n’y a-t-il pas quelque chose de cela dans ce que le Seigneur appelle "le sel de la terre" ? Et l’apôtre ajoutera ces mots : "Marchez dans la sagesse envers ceux de dehors, saisissant l'occasion. Que votre parole soit toujours en grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment vous devez répondre à chacun." (Colossiens 4:5-6).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:28 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric

Marc 10:1-31 Entrer dans le Royaume de Dieu


 

10:1-31  Entrer dans le Royaume de Dieu

 
Le petit groupe des disciples vient du nord, de Césarée de Philippe, et fut marqué par la transfiguration ; il se trouva en Galilée, à Capharnaüm ; et maintenant il pousuit sa route vers Jérusalem, par la route d’au-delà du Jourdain. Il se trouve maintenant à hauteur de la Judée, et on vient à Jésus pour l’écouter ! Ces déplacements de personnes ne laissent pas indifférentes des personnes habituées à être elle-mêmes écoutées. On voit donc auprès de Jésus des pharisiens cherchant à contester mais aussi, par contre, des petits enfants prêts à écouter, et même un homme accourra, préoccupé de la vie éternelle…

 
10:1-12  Discours sur le divorce
Matthieu 19:3-12 et Luc 9:52-57

Il faut vivre avec ces comportements ! Des personnes ayant une petite idée et pensant faire tomber dans un piège un homme honnête. Mais ici, ils ont affaire au Seigneur ! Nous voyons là combien l’esprit peut être obscurci par les traditions, les règles ajoutées à la Loi et les apparentes contradictions qui peuvent venir d’une lecture partielle de l’Écriture !

10  1 Et de là, se levant, il vient vers les confins de la Judée, et au delà du Jourdain ; et des foules se rassemblent encore auprès de lui ; et il les enseignait encore, comme il avait accoutumé.
 
2 Et des pharisiens vinrent à lui, et, pour l'éprouver, lui demandèrent : Est-il permis à un homme de répudier sa femme ? 3 Et lui, répondant, leur dit : Qu'est-ce que Moïse vous a commandé ? 4 Et ils dirent : Moïse a permis d'écrire une lettre de divorce, et de répudier sa femme. 5 Et Jésus, répondant, leur dit : Il vous a écrit ce commandement à cause de votre dureté de cœur ; 6 mais au commencement de la création, Dieu les fit mâle et femelle : 7 c'est pourquoi l'homme laissera son père et sa mère et sera uni à sa femme, 8 et les deux seront une seule chair ; ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. 9 Ce donc que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas. 10 Et dans la maison encore, ses disciples l'interrogèrent sur ce sujet ; et il leur dit : 11 Quiconque répudiera sa femme et en épousera une autre, commet adultère envers la première ; 12 et si une femme répudie son mari, et en épouse un autre, elle commet adultère.
  • Qu’induit la parole de la Genèse reprise ici dans l’enseignement du Seigneur ? Genèse 2:24, Matthieu 19:5-6, Ephésiens 5:31.
  • Comment considérer les situations familiales que l’on retrouve dans la Bible, et même parmi des hommes de foi comme David ?
  • La question du divorce est traitée dans le Pentateuque (Deutéronome 24:1-4). Comment considérer cette question au regard de ce que le Seigneur en dit ? Vers.5.
La réponse du Seigneur est lumineuse ! Le chemin tracé pour la société, pour ce qui concerne la cellule familiale est absolument clair. Il conduit à un engagement de vie d’un homme et une femme. Cependant les situations qui ne répondent pas au propos de la création sont multiples, car l’homme est libre. Alors, en Israël, une loi protège le conjoint abandonné par l’obligation d’une lettre de divorce. Ceci n’est pas l’apanage exclusif d’Israël dans les temps de l’antiquité, mais fournit néanmoins un cadre de protection sociale et même d’égalité de droits des époux en difficulté qui représente une avancée sociale majeure.
 
Et nous voyons dans le Pentateuque (Deutéronome 24:1-4) une loi extrèmement positive, détournée de sa finalité bienveillante pour être considérée comme un droit dans un chemin déviant de la voie tracée par Dieu lui-même pour l’humanité, et reconnue comme telle par les croyants à l’origine.

 
10:13-16  Bénédiction des enfants
Matthieu 19:13-15 et Luc 18:15-17

Un contraste absolu d’avec les inquisiteurs malintentionnés ! De petits enfants sont conduits à Jésus. Mais est-ce à ce point justifié d’interrompre le Maître, lequel s’occupe de choses si importantes ?

13 Et on lui apporta de petits enfants, afin qu'il les touchât ; et les disciples reprenaient ceux qui les apportaient ; 14 et Jésus, voyant cela, en fut indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants ; ne les en empêchez pas ; car à de tels est le royaume de Dieu. 15 En vérité, je vous dis : quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n'y entrera point. 16 Et les ayant pris entre ses bras, il posa les mains sur eux et les bénit.
  • Quelle est la question essentielle pour laquelle le Seigneur est venu ?
  • Notons qu’il se trouve dans ce court passage deux enseignements distincts (Vers.14 et 15). Relisons aussi le paragraphe précédent (Marc 9:42).
Nous trouvons ici une séquence pleine de fraîcheur, mais aussi le contraste absolu d’avec ce groupe de pharisiens venus là pour contester. Tous les pharisiens, en effet, n’étaient pas du niveau moral et spirituel d’un Nicodème (Jean 3:1). Le Seigneur a répondu à ces personnes animées d’un esprit de contestation, mais la vraie réponse, en fait, c’est cet accueil des petits enfants ! Ceux-ci vont vers lui en confiance, goûtant la bonté qui se dégage de Jésus… Trop de questions est une amorce à l’incrédulité…

 
10:17-23  L'homme fidèle à la Loi
Matthieu 19:16-22 et Luc 18:18-23

L’attention des pharisiens à la Loi de Moïse, souvent de bonne volonté, mais dans une lecture altérée par leurs traditions, est une charge pour les âmes. Et il se trouve des hommes qui sont vigilants à cet égard, sérieux, et qui méritent notre respect, mais qui, pénétrés de la justice de Dieu, ne goûtent pas le repos. Ainsi un tel homme accourt à Jésus.

17 Et comme il sortait sur la route, un homme accourut, et, se jetant à genoux devant lui, il lui demanda : Bon maître, que ferai-je afin que j'hérite de la vie éternelle ? 18 Et Jésus lui dit : Pourquoi m'appelles-tu bon ? Nul n'est bon, sinon un seul, Dieu. 19 Tu sais les commandements : Ne commets point adultère ; ne tue point ; ne dérobe point ; ne dis point de faux témoignage ; ne fais tort à personne ; honore ton père et ta mère. 20 Et répondant, il lui dit : Maître, j'ai gardé toutes ces choses dès ma jeunesse. 21 Et Jésus, l'ayant regardé, l'aima, et lui dit : Une chose te manque : va, vends tout ce que tu as et donne aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel, et viens, suis-moi, ayant chargé la croix. 22 Et lui, affligé de cette parole, s'en alla tout triste, car il avait de grands biens. 23 Et Jésus, ayant regardé tout à l'entour, dit à ses disciples : Combien difficilement ceux qui ont des biens entreront-ils dans le royaume de Dieu !
  • Pourquoi le Seigneur l’arrête-t-il quand il dit "bon maître" ? Cet homme se serait-il trompé ?
  • Que nous indique la réponse du Seigneur à cet homme, lorsque ce dernier évoque comment il a vécu jusque là ?
  • Pourquoi ce défi : "Va, vends ce que tu as…" ? Est-ce demandé à tous ? Psaume 49:8.
Soulignons cette parole : "Jésus l’aima". Nous pouvons bien penser à cet homme sincère, désirant bien faire, ayant à cœur d’honorer Dieu dans sa vie. Nous ne pouvons que comprendre cette parole, et même y adhérer. Mais cet homme est malgré tout sur un chemin sans issue. Provoqué par l’exhortation de Jésus, il ne pût, à ce moment, tout lâcher pour saisir le trésor qui lui était offert… Il ne pût à ce moment prendre le chemin qu’un pharisien prit avec détermination quelques années plus tard, Saul de Tarse, un homme absolu dans ses sentiments qui quitta sans retour ce qui faisait son honneur et sa fierté (Philippiens 3:4-10).
 
La question est celle-ci : "Quel prix a donc pour moi le Royaume de Dieu ?"

 
10:24-31  L’entrée dans le Royaume de Dieu
Matthieu 19:23-30 et Luc 18:24-30

Un accès difficile ! Comme pour un chameau pénétrer dans la tente par cette petite ouverture qu’est le trou d’aiguille. Un accès difficile pour ceux qui ont quelquechose à perdre en ce monde… Entrer dans le Royaume, c’est aussi "être sauvé" ou encore "être réconcilié" (Romains 5:9-10)… Qui peut être ainsi "reçu" auprès de Dieu (Romains 14:3) ?

24 Et les disciples s'étonnèrent de ses paroles ; et Jésus, répondant encore, leur dit : Enfants, combien il est difficile à ceux qui se confient aux richesses d'entrer dans le royaume de Dieu ! 25 Il est plus facile qu'un chameau passe par un trou d'aiguille, qu'un riche n'entre dans le royaume de Dieu. 26 Et ils s'en étonnèrent excessivement, disant entre eux : Et qui peut être sauvé ? 27 Et Jésus, les ayant regardés, dit : Pour les hommes, cela est impossible, mais non pas pour Dieu ; car toutes choses sont possibles pour Dieu.
 
28 Pierre se mit à lui dire : Voici, nous avons tout quitté et nous t'avons suivi. 29 Jésus, répondant, dit : En vérité, je vous dis : il n'y a personne qui ait quitté maison, ou frères, ou sœurs, ou père, ou mère, ou femme, ou enfants, ou champs, pour l'amour de moi et pour l'amour de l'évangile, 30 qui n'en reçoive maintenant, en ce temps-ci, cent fois autant, maisons, et frères, et sœurs, et mères, et enfants, et champs, avec des persécutions, et dans le siècle qui vient, la vie éternelle. 31 Mais plusieurs qui sont les premiers seront les derniers ; et les derniers seront les premiers.
  • La qualité des principes de vie d’un homme, ses efforts mêmes permettent-ils à un homme de "gagner" ou "mériter" le salut ou la réconciliation avec Dieu ? Romains 3:20.
  • Ou serait-ce quelque intervention religieuse symbolique qui permettrait d’entrer dans le Royaume de Dieu ? Psaume 49:7-8.
  • Qui décrète ainsi l’entrée dans le Royaume ? Exode 33:19, Romains 5:1.
  • Que signifie cette parole touchant le fait de tout quitter pour l’amour du Seigneur ?
  • Quels sont les premiers, et quels sont les derniers ? Vers.31.
La réconciliation avec Dieu est au cœur de ce chemin de liberté qui fut donné à l’homme, et cela pour tous les hommes (1 Timothée 2:4). Et cette réconciliation est un don de Dieu, car si l’homme a une dette envers Dieu, le prix en fut payé à la croix (Genèse 22:8-13). Tel est le décret : Dieu qui fait miséricorde à qui Il veut (Exode 33:19) a décrété cette miséricorde pour quiconque croit (Jean 3:16). Et le Seigneur de dire alors que cette grâce pourra être reçue par des hommes qui sont loin plus facilement quelquefois que par ceux qui sont près (Éphésiens 2:17).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:26 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric

Marc 10:32-52 Avec Jésus jusqu'à Jérusalem


 

 

10:32-52  Avec Jésus jusqu’à Jérusalem

 
Les jours sont comptés maintenant. Les disciples autour du Seigneur sont dans l’inquiétude; ils pressentent que les événements graves dont parle Jésus vont être une grande épreuve. Mais le règne du Messie est toujours à l’esprit des disciples, car ce qui est écrit doit nécessairement s’accomplir; et avec le règne, la gloire. Et deux d’entre eux ont des pensées telles qu’un enseignement essentiel sera donné, une ligne guide pour le service auquel ils sont appelés. Le chemin qui conduit à Jérusalem est vécu dans la crainte, il est aussi une occasion pour Jésus de rappeler des enseignements essentiels, mais il s’y trouve aussi des oasis, des lieux de rafraîchissement, comme la maison de Zachée, et certes Marc n’en parle pas, ayant choisi de ne parler que de Bartimée, l’aveugle, qui dès sa guérison suit Jésus sans réserve...
 
Mais avant cela, le Seigneur parle aux douze.
10:32-34  Troisième annonce de sa mort
Matthieu 20:17-19 et Luc 18:31-34

Avec plus de précision encore, le Seigneur parle de sa mort prochaine, la trahison, la vindicte des principaux prêtres et scribes, les mauvais traitements qu’il aura à endurer. Le tableau est sombre, très sombre ; et les disciples sont troublés et stupéfaits, car comment celui qui d’une parole apporte des guérisons, commande aux vagues et aux vents, pourra-t-il perdre toute puissance face à des hommes ? Mais ils entendent ces paroles et craignent.

32 Et ils étaient en chemin, montant à Jérusalem, et Jésus allait devant eux ; et ils étaient stupéfiés et craignaient en le suivant. Et prenant encore une fois les douze avec lui, il se mit à leur dire les choses qui devaient lui arriver : 33 Voici, nous montons à Jérusalem ; et le fils de l'homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes ; et ils le condamneront à mort, et le livreront aux nations ; 34 et ils se moqueront de lui, et le fouetteront, et cracheront contre lui, et le feront mourir ; et il ressuscitera le troisième jour.
  • Marc présente une révélation croissante de la mort de Jésus. Voyons ce qu’il dit de plus ici. Marc 8:31, 9:31, Zacharie 13:6, Psaume 22:6-7,12-14
Stupeur et angoisse ! Les disciples accompagnent Jésus depuis le commencement de son service public. Jamais il ne fut pris, ni à Capharnaüm, ni à Nazareth (Luc 4:29), ni même à Jérusalem. Et lui, de dépeindre les actes odieux qui seront commis contre lui…

 
10:35-45  Boire la coupe
Matthieu 20:20-28

Nous pourrions dire que les leçons sont difficiles à apprendre, car cette question d’être important dans le Royaume a déjà été évoquée, et le Seigneur y a déjà répondu (Marc 9:34-35). Et Matthieu précisera même l’intervention de la mère de Jacques et Jean (Matthieu 20:20-28). Et nous lisons ici d’une part la réponse du Seigneur, et de l’autre la réaction des dix.

35 Et Jacques et Jean, fils de Zébédée, viennent à lui, disant : Maître, nous voudrions que tu fisses pour nous tout ce que nous te demanderons. 36 Et il leur dit : Que voulez-vous que je fasse pour vous ? 37 Et ils lui dirent : Accorde-nous que nous soyons assis, l'un à ta droite et l'un à ta gauche, dans ta gloire. 38 Et Jésus leur dit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que moi je bois, ou être baptisés du baptême dont moi je serai baptisé ? 39 Et ils lui dirent : Nous le pouvons. Et Jésus leur dit : Vous boirez bien la coupe que moi je bois, et vous serez baptisés du baptême dont moi je serai baptisé ; 40 mais de s'asseoir à ma droite ou à ma gauche, n'est pas à moi pour le donner, sinon à ceux pour lesquels cela est préparé.
 
41 Et les dix, l'ayant entendu, en conçurent de l'indignation à l'égard de Jacques et de Jean. 42 Et Jésus, les ayant appelés auprès de lui, leur dit : Vous savez que ceux qui sont réputés gouverner les nations dominent sur elles, et que les grands d'entre eux usent d'autorité sur elles ; 43 mais il n'en est pas ainsi parmi vous, mais quiconque voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur, 44 et quiconque d'entre vous voudra devenir le premier, sera l'esclave de tous. 45 Car aussi le fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie en rançon pour plusieurs.
  • Que pouvaient comprendre Jacques et Jean de cette coupe que le Seigneur avait devant lui  (Vers.34) ? Notons que rien ne nous permet d’assimiler cette coupe évoquée à la coupe dont il est question en Gethsémané (Marc 14:36). “La coupe” est une expression générale qui se comprend dans son contexte.
  • Eludant la question de la place dans le Royaume, vers quoi le Seigneur conduit-il la pensée des deux apôtres ?
  • A qui s’adresse l’enseignement suivant, lequel répond à l’indignation des dix ?
"Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi !" Assurément il ne paraît pas comme un "prince" sur la terre, quoiqu’il fut dit de lui qu’il sera appelé "Prince de paix" (Ésaïe 9:6). Les prophètes de la fin de l’exil le diront clairement, comme nous pouvons lire notamment : "Et il dira : Je ne suis pas prophète ; je suis un homme qui laboure la terre ; car l'homme m'a acquis comme esclave dès ma jeunesse" (Zacharie 13:5).

 
10:46-52  Guérison de Bartimée à la sortie de Jéricho
Matthieu 20:29-34 et Luc 18:35-43

Le passage à Jéricho sera marqué par le repas dans la maison de Zachée (Luc 19:1-10) et la parabole des mines (Luc 19:11-27). A la sortie de la ville, deux aveugles sont au bord du chemin qui, ayant appris quel était le motif des mouvements devant eux crient : "Aie pitié de nous, Seigneur, Fils de David." (Matthieu 20:30). Marc parle de l’un d’entre eux et souligne l’insistance de son appel.

46 Et ils arrivent à Jéricho ; et comme il sortait de Jéricho avec ses disciples et une grande foule, Bartimée l'aveugle, le fils de Timée, était assis sur le bord du chemin et mendiait. 47 Et ayant entendu dire que c'était Jésus le Nazarénien, il se mit à crier et à dire : Fils de David, Jésus, aie pitié de moi ! 48 Et plusieurs le reprirent afin qu'il se tût ; mais il criait d'autant plus fort : Fils de David ! aie pitié de moi ! 49 Et Jésus, s'arrêtant, dit qu'on l'appelât ; et ils appellent l'aveugle, lui disant : Aie bon courage, lève-toi, il t'appelle. 50 Et jetant loin son vêtement, il se leva en hâte et s'en vint à Jésus. 51 Et Jésus, répondant, lui dit : Que veux-tu que je te fasse ? Et l'aveugle lui dit : Rabboni, que je recouvre la vue. 52 Et Jésus lui dit : Va, ta foi t'a guéri ; et aussitôt il recouvra la vue, et il le suivit dans le chemin.
  • Que penser de l’attitude des personnes qui reprenaient Bartimée parce qu’il criait ainsi ? Et du retournemant subit d’attitude ?
  • Quelle image nous donne ce geste de Bartimée qui "jette loin son manteau" ?
  • Comparons la démarche de Bartimée, et l’inquiétude des disciples. Versets 52 et 32.
Il n’y a pas de question ou de réflexion complexe pour Bartimée. Dès qu’il entendit que le Seigneur l’appelle, il se lève. Sa vie est déjà bouleversée, et tout son comportement en est marqué, il change de vie comme il abandonne son ancien manteau. De mendiant au bord du chemin, sans avenir, sans espérance, il est devenu un homme debout, heureux, sachant quelle route prendre… Une image sur laquelle il nous faut nous arrêter, en nous demandant ce qu’est la vie du chrétien !
 
De Jéricho il reste tout au plus une journée de marche pour arriver à Jérusalem, mais il y a une halte à faire, à Béthanie, au mont des Oliviers, six jours avant la Pâque. Marc n’en parle pas ici, mais reviendra sur une soirée mémorable lorsqu’il relatera la trahison de Judas, car ce repas de Béthanie, et la maison emplie du parfum de nard pur, fut déterminant pour lui.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:24 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric

Marc 11:1-19 L'autorité du Fils de l'homme


 

11:1-14:11  Préludes à la Passion

 
Une semaine cruciale est devant nous. Six jours avant la pâque (Jean 12:1), il y eût un souper à Béthanie, au Mont des Oliviers (Marc 11:1). C’était juste après le shabbat, un samedi soir donc, mais déjà le premier jour de la semaine selon le compte des jours des Israélites (Genèse 1:5). Lors de ce repas, la maison de Simon le lépreux fut emplie de l’odeur du parfum de nard répandu par Marie, la sœur de Lazare (Marc 14:3). Et après la nuit, lorsque le soleil était haut dans le ciel, le Seigneur se rend au Temple. Par la suite, il le fera jour après jour jusqu’au quatrième jour de cette semaine, la veille des Pains sans levain, alors qu’au soir se célébre dans les familles juives le repas pascal. Les Israélites se souviennent ainsi de la Sortie d’Égypte, lorsqu’au soir du jour, ils mangèrent en famille un agneau rôti, "à la hâte, les reins ceints, les sandales aux pieds, et le bâton à la main" (Exode 12:11). Ils le mangèrent avec des pains sans levain. Et ils quittèrent l’Égypte emportant avec eux des pains non levés (Exode 12:34). Ainsi, pendant sept jours, les Israélites ne mangent aucun pain qui soit levé, seulement des pains azymes ; ce sont les jours des "Pains sans levain" (Exode 13:7).
 
Voici donc le tableau de cette première partie de la semaine. Dans ce climat de fête, ces jours de mémoire de la sortie d’Égypte et le rappel, ainsi de la bonté de Dieu, une atmosphère orageuse se développe sur la ville où le Seigneur a attaché son Nom (Exode 15:17).

 
11:1-19  L'autorité du Fils de l'homme

 
Le début de la semaine ne pût passer inaperçu des gens de Jérusalem et des environs. Tout d’abord un signe étonnant, en contraste avec ce que le Seigneur avait manifesté jusque là, son entrée glorieuse dans la ville, un signe fort qui fut annoncé par le prophète Zacharie. Et ensuite une illustration de l’état du peuple : le figuier qui ne porte pas de fruit. Il y a les marchands chassés du temple, et aussi la présence de Jésus chaque jour au temple, jusqu’au soir du repas pascal… Tout ceci ne pouvait qu’exacerber les autorités religieuses, et les déterminer davantage d’en découdre avec ce perturbateur de l’ordre établi, de leur ordre établi…

 
11:1-11  Entrée royale à Jérusalem
Matthieu 21:1-11, Luc 18:28-44 et Jean 12:12-19

Le prophète Zacharie, cinq siècles auparavant, a prononcé des paroles étonnantes de précision ! Et notamment : "Réjouis-toi avec transports, fille de Sion ; pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi ; il est juste et ayant le salut, humble et monté sur un âne, et sur un poulain, le petit d'une ânesse." (Zacharie 9:9). Cette joie était manifeste en ce premier jour de la semaine.
 
Les bourgades du Mont des Oliviers n’ont pas oublié la résurrection de Lazare, et même tout Jérusalem en avait eu écho, et voilà que Jésus était à Béthanie, se rendant avec ses disciples à Jérusalem…

11  1 Et comme ils approchent de Jérusalem, de Bethphagé et de Béthanie, vers la montagne des Oliviers, 2 il envoie deux de ses disciples et leur dit : Allez au village qui est vis-à-vis de vous ; et aussitôt, en y entrant, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel jamais aucun homme ne s'est assis ; 3 détachez-le, et amenez-le. Et si quelqu'un vous dit : Pourquoi faites-vous cela ? dites : Le Seigneur en a besoin ; et aussitôt il l'enverra ici. 4 Et ils s'en allèrent et trouvèrent un ânon qui était attaché dehors, à la porte, au carrefour ; et ils le détachent. 5 Et quelques-uns de ceux qui étaient là, leur dirent : Que faites-vous là à détacher l'ânon ? 6 Et ils leur dirent comme Jésus avait commandé ; et on les laissa faire. 7 Et ils amenèrent l'ânon à Jésus et mirent leurs vêtements sur l'ânon, et il s'assit dessus. 8 Et plusieurs étendaient leurs vêtements sur le chemin, et d'autres coupaient des rameaux des arbres, et les répandaient sur le chemin ; 9 et ceux qui allaient devant et ceux qui suivaient, criaient : Hosanna, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! 10 Béni soit le royaume de notre père David, qui vient. Hosanna dans les lieux très-hauts ! 11 Et il entra dans Jérusalem, et dans le temple ; et après avoir promené ses regards de tous côtés sur tout, comme le soir était déjà venu, il sortit et s'en alla à Béthanie avec les douze.
  • Quelle est l’attente des personnes qui acclament le Seigneur ? Sur quoi leur attente est-elle fondée ? Ésaïe 9:6-7, Psaume 118:22-23.
  • Cette venue au temple, dont la liesse n’est pas exempte, a-t-elle quelque suite ? Avait-elle quelque but ?
Le Seigneur en a besoin. Il était nécessaire que l’ânon fut là, que Jésus pû entrer ainsi dans Jésuralem. Car si, d’un côté, la prophétie de Zacharie devait s’accomplir, de l’autre cet accomplissement devait forcer l’attention de la population de la ville, et des notables parmi eux. Rendus attentifs, mais aussi rendus responsables. Luc rend compte de l’attitude de pharisiens, tandis que Jésus approchait de la ville et aussi des pensées de tristesse qui occupaient son esprit tandis que le cortège s’approchait de la ville ; il y a un réel contraste entre l’apparence de liesse et la douloureuse réalité (Luc 19:39-42).

 
11:12-19  Les marchands du Temple
Matthieu 21:12-17, Luc 19:45-48 et Jean 2:13-25

Cette tristesse du Seigneur, non pas sur lui-même mais sur ce que cette ville allait connaître, et que Luc nous fait connaître, sont bien en phase avec les actes du Seigneur dès le matin du jour suivant, le deuxième de la semaine, le lundi, lorsqu’il est dit de Jésus qu’il eût faim. Le figuier, représentant Israël (Juges 9:10-11) ne portant pas de fruits est une image significative. Au printemps, avant que ne viennent les feuilles paraissent quelques figues, appelée figues vertes. Ensuite paraissent les feuilles avant que les fruits ne soient récoltés au début de l’été.

12 Et le lendemain, comme ils sortaient de Béthanie, il eut faim. 13 Et, voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il s'en approcha pour voir si peut-être il y trouverait quelque chose ; mais, y étant venu, il n'y trouva rien que des feuilles, car ce n'était pas la saison des figues. 14 Et répondant, il lui dit : Que désormais personne ne mange jamais de fruit de toi. Et ses disciples l'entendirent.
 
15 Et ils s'en viennent à Jérusalem. Et, entrant au temple, il se mit à chasser dehors ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le temple, et il renversa les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient les colombes ; 16 et il ne permettait pas que personne portât aucun vase par le temple. 17 Et il les enseignait en disant : N'est-il pas écrit : «Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations» ? mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs» [Esaïe 56:7] 18 Et les principaux sacrificateurs et les scribes l'entendirent, et ils cherchèrent comment ils le feraient mourir, car ils le craignaient, parce que toute la foule était dans l'étonnement à l'égard de sa doctrine. 19 Et quand le soir fut venu, il sortit de la ville.
  • Pourquoi donc cette malédiction du figuier ? Jérémie 8:13.
  • Acheter et vendre des animaux pour les sacrifier était-il autorisé ? Deutéronome 14:24-26.
  • Pourquoi, alors, le Seigneur jette-t-il dehors ces marchands ? Vers.17, Ésaïe 56:7.
  • Qu’est-ce qui retient les principaux prêtres et les scribes dans leur funeste projet ?
Nous pourrions nous étonner d’un geste aussi violent de la part de celui qui a manifesté la bonté de Dieu tout au long de son chemin. Mais pensons aux petits, aux faibles qui sont sous la coupe des puissants de la religion, ces mauvais pasteurs qui les asservissent. Pensons au manque de liberté, à l’absence de joie, et comparons ! Lisons par exemple cette expression que l’on trouve dans la Loi : "Tu feras pendant sept jours la fête à l'Éternel, ton Dieu, au lieu que l'Éternel aura choisi, car l'Éternel, ton Dieu, te bénira dans toute ta récolte et dans tout l'ouvrage de tes mains ; et tu ne seras que joyeux." (Deutéronome 16:15). Et encore cette mention prophétique déjà lue : "je les rendrai joyeux dans ma maison de prière" (Ésaïe 56:7). Et aussi la manière dont un autre prophète exprime l’avenir de son peuple : "Et les places de la ville seront pleines de jeunes garçons et de jeunes filles, jouant dans ses places." (Zacharie 8:5). Cette perspective heureuse est tout à l’inverse de ce qu’instillent les mauvais bergers (Ézéchiel 34:1-10). La loi et les prophètes enseignent la joie que le croyant éprouve dans la présence de Dieu ! Alors, que dire de l’évangile !

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:22 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric

Marc 11:20-12:12 Un constat de carence


 

11:20-12:12  Un constat de carence

 
Un troisième jour se lève, et celui-ci sera marqué par les confrontations. La tension augmente. Par son entrée royale de Jésus à Jérusalem, et cet acte d’autorité, Jésus chassant les marchands, les principaux chefs religieux, non pas tous, faut-il le dire, sont de plus en plus déterminés à en finir. Ce jour sera un jour de contestations ouvertes avec les représentants de divers courants du judaisme de cette époque, mais il se trouve un docteur de la loi disposé à écouter le Seigneur.

 
11:20-26  Le figuier desséché
Matthieu 21:18-22

Le petit groupe retourne encore à Jérusalem, et repasse devant le figuier desséché… Les uns aiment y voir une malédiction, un rejet, mais ils oublient qu’il y a un repos shabbatique en attente encore pour le peuple de Dieu (Hébreux 4:9, Romains 11:26). Il n’y avait pas de fruit, "car la loi n'a rien amené à la perfection" (Hébreux 7:19), mais n’y a-t-il pas une nouvelle saison ? (Ésaïe 65:9). Dans la tristesse de constater alors l’absence de fruit, le geste du Seigneur souligne qu’il ne pouvait en vérité y avoir de fruit.
 
Celui qui d’une parole rendit sec le figuier (Osée 9:16) pleurait en approchant de la ville de Jérusalem (Luc 19:41-42) Et il parle de l’attitude de vie dans laquelle un homme peut produire du fruit.

20 Et le matin, comme ils passaient, ils virent le figuier séché depuis les racines. 21 Et Pierre, se ressouvenant de ce qui s'était passé, lui dit : Rabbi, voici, le figuier que tu as maudit est sec. 22 Et Jésus, répondant, leur dit : Ayez foi en Dieu. 23 En vérité, je vous dis que quiconque dira à cette montagne : Ôte-toi, et jette-toi dans la mer, et qui ne doutera pas dans son cœur, mais croira que ce qu'il dit se fait, tout ce qu'il aura dit lui sera fait. 24 C'est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous le recevez, et il vous sera fait. 25 Et quand vous ferez votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez-lui, afin que votre Père aussi, qui est dans les cieux, vous pardonne vos fautes. 26 Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne pardonnera pas non plus vos fautes.
  • Quelle est la clé d’une vie qui porte du fruit ? Luc 19:11-26.
  • Y a-t-il un empêchement à cette vie avec Dieu ? Pourquoi est-ce ainsi ? Luc 11:4, Éphésiens 4:32.
Ce matin là, chemin faisant, les apôtres ont vu le figuier desséché et le Seigneur leur a rappelé que la vie, la véritable vie, est de manifester les uns envers les autres ce que Dieu manifeste envers nous. C’est alors qu’un homme peut être un reflet de Dieu sur la terre. Quant au figuier sec, ils vont le rencontrer tout au long de cette journée…

 
11:27-33  Contestation des prêtres
Matthieu 20:23-27 et Luc 20:1-8

Entendant des paroles de grâce, voyant des œuvres merveilleuses, un cœur est-il naturellement porté à se réjouir ? Nous serions enclins à répondre affirmativement. Mais l’ivresse du pouvoir est sourcillieuse, jalouse, prompte à juger ; elle constitue une sorte d’apothéose de la vanité (Ecclésisaste 1:2). Ainsi, devant cet homme de bien – car celui qui ne voit pas en Jésus le sauveur d’Israël doit au moins reconnaître la bonté qui émane de Lui – les prêtres s’approchant, l’apostrophent avec dureté.

27 Et ils viennent encore à Jérusalem. Et comme il se promenait dans le temple, les principaux sacrificateurs, et les scribes et les anciens viennent à lui et lui disent : 28 Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t'a donné cette autorité pour faire ces choses ? 29 Et Jésus, répondant, leur dit : Je vous demanderai, moi aussi, une chose, et répondez-moi ; et je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses. 30 Le baptême de Jean, était-il du ciel ou des hommes ? répondez-moi. 31 Et ils raisonnaient entre eux, disant : Si nous disons : Du ciel, il dira : Pourquoi donc ne l'avez-vous pas cru ? 32 Mais dirions-nous : Des hommes ? ... ils craignaient le peuple ; car tous estimaient que Jean était réellement un prophète. 33 Et répondant, ils disent à Jésus : Nous ne savons. Et Jésus leur dit : Moi non plus, je ne vous dis pas par quelle autorité je fais ces choses.
  • Voyant Jésus ne pas répondre aus prêtres et aux anciens, quelle leçon pouvons-nous en tirer ?
  • Les responsables religieux sont-ils si assurés de leur autorité sur le peuple ?
Ainsi, loin d’engager une discussion qui pourrait être longue, le Seigneur montre un chemin de sagesse. Les questions qui lui sont posées ne sont que prétextes, alors que le mal est ailleurs, à la racine, comme le figuier qui est sec "depuis les racines". Pourquoi disserter sur des feuilles desséchées alors que la racine ne produit plus de sève ? Le figuier a été rendu sec pour illustrer un autre figuier desséché par la faute de ses cultivateurs.

 
12:1-12  Parabole des vignerons
Matthieu 20:29-46 et Luc 20:9-19

Le constat de Pierre touchant le figuier sec (Marc 11:21) a été illustré par les responsables religieux eux-mêmes ; et alors vient l’explication. Il n’y a pas de fruit, mais il faut se poser la question : Pour qui donc travaillent les cultivateurs ? Comme le figuier, la vigne est une image bien connue du peuple (Osée 2:12, Joël 1:7, Habacuc 3:17), ce qui rend la parabole bien "lisible" de tout son auditoire, faisant écho à une parabole prononcée par le prophète Ésaïe : "Je chanterai à mon bien-aimé un cantique de mon bien-aimé, sur sa vigne : Mon bien-aimé avait une vigne sur un coteau fertile…" (Ésaïe 5:1).

12  1 Et il se mit à leur dire en paraboles : Un homme planta une vigne, et l'environna d'une clôture, et y creusa une fosse pour un pressoir, et y bâtit une tour ; et il la loua à des cultivateurs et s'en alla hors du pays. 2 Et en la saison, il envoya un esclave aux cultivateurs pour recevoir des cultivateurs du fruit de la vigne ; 3 mais eux, le prenant, le battirent et le renvoyèrent à vide. 4 Et il leur envoya encore un autre esclave ; et à celui-là ils lui meurtrirent la tête, et le couvrirent d'outrages. 5 Et il en envoya un autre, et celui-là ils le tuèrent ; et plusieurs autres, battant les uns, et tuant les autres. 6 Ayant donc encore un unique fils bien-aimé, il le leur envoya, lui aussi, le dernier, disant : Ils auront du respect pour mon fils. 7 Mais ces cultivateurs-là dirent entre eux : Celui-ci est l'héritier ; venez, tuons-le, et l'héritage sera à nous. 8 Et l'ayant pris, ils le tuèrent et le jetèrent hors de la vigne. 9 Que fera donc le maître de la vigne ? Il viendra et fera périr les cultivateurs et donnera la vigne à d'autres. 10 Et n'avez-vous pas même lu cette écriture : «La pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, celle-là est devenue la maîtresse pierre du coin ; 11 celle-ci est de par le Seigneur, et est merveilleuse devant nos yeux» [Psaume 118:22] ? 12 Et ils cherchaient à se saisir de lui ; et ils craignirent la foule, car ils connurent qu'il avait dit cette parabole contre eux ; et le laissant, ils s'en allèrent.
  • Que peuvent évoquer cette clôture, le pressoir, la tour, bref, toute cette installation pour que la vigne produise du fruit ?
  • A qui le Seigneur fait-il référence en évoquant des hommes envoyés par le maître de la vigne ?
  • Soulignons le contraste entre la vigne, le peuple, sous ces pasteurs "qui se paissent eux-mêmes" (Ézéchiel 34:2) et la pierre jugée "merveilleuse" aux yeux de la foi. Ésaïe 29:14, Michée 7:15.
Une pierre merveilleuse ! Le prophète en avait déjà parlé lorqu’il prononça ces mots : "On appellera son nom : Merveilleux, Conseiller, Dieu fort, Père du siècle, Prince de paix." (Ésaïe 9:6). Gardons-nous de regarder ces paroles comme une expression rituelle – ce texte du prophète ne ressort d’aucune liturgie – mais comme l’annonce de ce qui sera produit dans des cœurs touchés par la bonté de Dieu. C’est ici comme les paroles de louange, les doxologies, dans le Nouveau Testament (par exemple 1 Pierre 5:10-11)), lesquelles font que l’auteur s’arrête dans son exposé parce que son cœur, touché par ce qu’il écrit, en est rempli de louange.
 
Par cette parabole, les chefs religieux contraires à Jésus voient leurs intentions dévoilées ; mais ils sont dans l’embarras, car la population de Jérusalem aime entendre Jésus. Et si pour la foule, il demeure quelques hésitations touchant sa personne, qui il est, c’est bien parce que les chefs du peuple ne veulent pas le recevoir. Toutefois les paroles de Jésus interpellent, et la douleur sera grande lorsque ces gens de Jérusalem constateront la condamnation de Jésus (Luc 23:27).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:19 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric

Marc 12:13-27 Des contestations


 

12:13-27  Des contestations

 
 La journée n’est pas terminée. En ce troisième jour de la semaine, tandis que le lendemain on préparera le repas pascal pour le soir, d’autres pièges sont tendus. Des notables connaissant les saintes lettres (2 Timothée 3:15) croient pouvoir piéger Jésus par des arguties. Il s’agit à ce stade d’un aveuglement bien volontaire. Tout homme honnête se serait déjà arrêté dans sa contestation, mais la jouissance du pouvoir religieux rend aveugle.

 
12:13-17  Le tribut versé à César
Matthieu 22:15-22 et Luc 20:20-26

Deux courants de pensée bien opposés s’accordent ici pour tenter de déstabilier le Seigneur. La question est très sensible, car il s’agit ni plus ni moins d’un signe essentiel de l’assujettissement d’Israël à la puissance romaine, et donc un état qui sera complètement retourné par la venue du Messie pour régner. Et ils s’approchent, mielleux, de Jésus.

13 Et ils lui envoient quelques-uns des pharisiens et des hérodiens pour le surprendre dans ses paroles. 14 Et étant venus, ils lui disent : Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu ne t'embarrasses de personne ; car tu ne regardes pas à l'apparence des hommes, mais tu enseignes la voie de Dieu avec vérité. Est-il permis de payer le tribut à César, ou non ? Payerons-nous, ou ne payerons-nous pas ? 15 Et lui, connaissant leur hypocrisie, leur dit : Pourquoi me tentez-vous ? Apportez-moi un denier, que je le voie. 16 Et ils le lui apportèrent. Et il leur dit : De qui est cette image et cette inscription ? Et ils lui dirent : De César. 17 Et Jésus, répondant, leur dit : Rendez les choses de César à César, et les choses de Dieu à Dieu ! Et ils étaient dans l'étonnement à son sujet.
  • Soulignons la flatterie susceptible de rendre un homme vulnérable. Comparons le changement de ton par rapport aux contestations antérieures (Marc 11:28).
  • Une grande question est posée en fait : Jésus, le Juste, est-il un révolutionnaire ? Et, en corollaire, qui établira le royaume de Dieu sur terre ? Sont-ce les hommes ?
C’est une question très sensible qui est posée ici par les pharisiens et les hérodiens, factions au demeurant fort opposées, les uns attachés à la Loi, "la secte la plus exacte de notre culte" dira Paul (Actes 26:5), et l’autre très empressée auprès des alliés du pouvoir, et épris de culture grecque. Le Messie peut-il favoriser la soumission à une puissance étrangère qui doit, un jour, être anéantie par son propre pouvoir ? Et nous voyons ces gens intelligents renvoyés à eux-mêmes.

 
12:18-27  Les saccucéens et la résurrection
Matthieu 22:23-33 et Luc 20:27-40

Les sadducéens sont en quelque sorte les rationalistes de l’époque. Ils recoivent ce que leur raison leur permet d’appréhender, et ne retiennent de la Parole de Dieu que la Torah, le Pentateuque. Un des points majeurs de leur doctrine est le rejet de la notion de resurrection. Pour justifier leur point de vue, ils bâtissent des raisonnements, et un de ces développements est présenté à Jésus.

18 Et les sadducéens, qui disent qu'il n'y a pas de résurrection, viennent à lui ; et ils l'interrogèrent, disant : 19 Maître ! Moïse nous a écrit que si le frère de quelqu'un meurt et laisse une femme, et ne laisse pas d'enfants, son frère prenne sa femme et suscite de la postérité à son frère. 20 Il y avait sept frères ; et le premier prit une femme, et en mourant ne laissa pas de postérité ; 21 et le second la prit et mourut ; et lui non plus ne laissa pas de postérité ; 22 et le troisième de même ; et les sept la prirent et ne laissèrent pas de postérité. La dernière de tous, la femme aussi mourut. 23 Dans la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d'entre eux sera-t-elle la femme, car les sept l'ont eue pour femme ? 24 Et Jésus, répondant, leur dit : N'est-ce pas à cause de ceci que vous errez, c'est que vous ne connaissez pas les écritures, ni la puissance de Dieu ? 25 Car, quand on ressuscite d'entre les morts, on ne se marie, ni on n'est donné en mariage, mais on est comme des anges dans les cieux. 26 Et quant aux morts et à ce qu'ils ressuscitent, n'avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, au titre : «Du buisson», comment Dieu lui parla, disant : «Moi, je suis le Dieu d'Abraham, et le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob» [Exode 3:6] ? 27 Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes donc dans une grande erreur.
  • Cette règle consistant à "susciter une postérité à son frère défunt" (verset 19) est-elle biblique ? Deutéronome 25:5-10.
  • Quel est le raisonnement qui conduit les sadducéens dans l’erreur ?
La réponse du Seigneur est sans appel. Au passage, on remarquera la sagesse de Jésus, bien évidente, qui part d’écrits que les sadducéens professent de croire, à savoir un passage bien connu du livre de l’Exode. Il n’y a pas place à la répartie, la discussion semble s’être ici arrêtée.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:17 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric

Marc 12:28-44 Manifestations de sagesse et de foi


 

 

12:28-44  Manifestations de sagesse et de foi

 
Il faut remarquer l’intelligence du texte de Marc. Cette troisième journée dût être parsemée d’événements, mais cette page difficile où la contestation et à l’ordre du jour se termine par deux faits remarquables.
 
Marc nous montre que si une part agissante des notables d’entre les juifs cherchait à altérer le rayonnement de Jésus auprès du peuple, jusqu’à vouloir en finir avec Lui, cela n’est pas le fait de tous. Des hommes, même parmi les docteurs de la Loi, écoutent et réfléchissent tandis que des personnes du peuple, poursuivent leur démarche de foi dans l’humilité et la confiance.
12:28-34  La sagesse d'un docteur de la loi
Matthieu 22:34-40

Un des scribes se manifeste. C’est un homme qui sait écouter et qui fut témoin des contestations de la parole de Jésus. Il faut remarquer cet homme intègre dont nous ne connaissons pas la vie par la suite, mais qui vint avec droiture au Seigneur. Et il pose avec sérieux une question, une question pour laquelle il a une réponse, mais il désire mieux comprendre la pensée de Jésus. Nous voyons qu’il n’y a pas de malice en lui.

28 Et l'un des scribes, qui les avait ouïs discuter, voyant qu'il leur avait bien répondu, s'approcha et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ? 29 Et Jésus lui répondit : Le premier de tous les commandements est : «Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est un seul Seigneur ; 30 et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force» [Deutéronome 6:4-5]. 31 C'est là le premier commandement. Et le second lui est semblable : «Tu aimeras ton prochain comme toi-même» [Lévitique 19:18]. Il n'y a point d'autre commandement plus grand que ceux-ci. 32 Et le scribe lui dit : Bien, maître, tu as dit selon la vérité, car il y en a un, et il n'y en a point d'autre que lui ; 33 et que de l'aimer de tout son cœur, et de toute son intelligence, et de toute son âme, et de toute sa force, et d'aimer son prochain comme soi-même, c'est plus que tous les holocaustes et les sacrifices. 34 Et Jésus, voyant qu'il avait répondu avec intelligence, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osait plus l'interroger.
  • La réponse fournie, et reconnue par le scribe, ressort-elle de la récitation dogmatique de quelque credo ? Comparons avec le décalogue. Exode 20:1-17, Deutéronome 5:6-21.
  • Quel est l’accent majeur, voire même essentiel, dans les deux commandements cités ?
  • Ce scribe intelligent est près du Royaume de Dieu. Que lui manque-t-il pour y enter ?
Habitué au texte, nous pourrions ne pas discernrer combien la parole du scribe est marquée par une profonde réflexion personnelle. Voilà un homme qui connaît la loi, et qui ne transforme pas ce message divin en légalisme. Pensons par contraste au légalisme sourcillieux qui conduit à "la dîme de la menthe et de l'aneth et du cumin" (Matthieu 23:23), et aux traditions qui aboutissent à la transgression de la loi (Matthieu 7:6-13). Ce docteur de la loi a compris l’essence du lien avec Dieu, le fondement de l’Alliance et le cœur de la Loi.

 
12:35-40  Le Seigneur questionne et conclut
Matthieu 22:41-46 et Luc 20:41-44

La journée se poursuit alors par un enseignement donné par Jésus au parvis du temple. Et il en vient à des paroles prophétiques propres à faire réfléchir ses auditeurs. Il y a dans les Écritures d’apparents paradoxes qui ouvrent les regards sur des annonces excellentes.

35 Et comme il enseignait dans le temple, Jésus répondit et dit : Comment disent les scribes que le Christ est fils de David ? 36 Car David lui-même a dit par l'Esprit Saint : «Le Seigneur a dit à mon seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je mette tes ennemis pour marchepied de tes pieds» [Psaume 110:1]. 37 David lui-même donc l'appelle seigneur ; et comment est-il son fils ? Et la grande foule prenait plaisir à l'entendre.
 
38 Et il leur disait dans son enseignement : Gardez-vous des scribes, qui se plaisent à se promener en longues robes et qui aiment les salutations dans les places publiques, 39 et les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les repas ; 40 qui dévorent les maisons des veuves, et pour prétexte font de longues prières ; - ceux-ci recevront une sentence plus sévère.
  • Nous connaissons bien évidemment la réponse à la question posée ; nous pouvons dire que nous détenons la clé de l’énigme. Mais un juif fidèle, un lecteur intelligent comme le docteur de la loi qui vint à Jésus, pouvait-il comprendre de texte cité (Psaume 110) ? Ésaïe 7:14, 42:1, 61:1, Jérémie 23:5, Malachie 3:1 ...
  • Quel enseignement pour aujourd’hui pouvons-nous tirer du second paragraphe de cette section ?
"La grande foule prenait plaisir à l’entendre." Voilà bien des discours exempts de récitations dogmatiques, mais chargés de grâce et de vérité. La réponse aux aspirations des hommes. Nulle prescription compliquée, nulle forme liturgique impénétrable… Les paroles du Christ, les paroles de l’évangile, ouvrent les regards avec simplicité sur le plan de Dieu et sur ce que Dieu attend de l’homme…

 
12:41-44  La pite de la veuve
Luc 21:1-4

Et voici, bien à l’opposé de la connaissance, de l’érudition, une femme dont nous pouvons bien comprendre les préoccupations. Il lui fallait vivre au jour le jour, ou peut-être même lutter pour survivre. Et dans son dépouillement elle s’approche du tronc de la collecte.  

41 Et Jésus, étant assis vis-à-vis du trésor du temple, regardait comment la foule jetait de la monnaie au trésor ; et plusieurs riches y jetaient beaucoup. 42 Et une pauvre veuve vint, et y jeta deux pites, qui font un quadrant. 43 Et ayant appelé ses disciples, il leur dit : En vérité, je vous dis que cette pauvre veuve a plus jeté au trésor que tous ceux qui y ont mis ; 44 car tous y ont mis de leur superflu, mais celle-ci y a mis de son indigence, tout ce qu'elle avait, toute sa subsistance.
  • Comment se porte le regard du Seigneur sur ceux qui apportaient leur don ? Est-ce l’importance du don ?
  • Et comment le Seigneur apprécie-t-il les dons apportés au temple ?
"L’Éternel regarde au cœur !" (1 Samuel 16:7), telle est la réalité qu’un prophète exprimé bien des siècles auparavant, dans un tout autre contexte. Comme nous le voyons, la pauvre veuve avait mis sa confiance en Dieu. Nous ne connaissons pas sa vie, mais nous connaissons des vies, et la nôtre. Le geste de cette pauvre femme exprime la confiance non par des paroles et des demandes pour elle-même, mais par un geste qui prouve sa confiance ! Et cette confiance est précieuse aux yeux de Dieu. Elle nous offre un enseignement sur lequel nous ne devrions pas passer rapidement.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:15 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric