20/06/2013

Jacques 5:1-18 - La Patience de la Foi


 

5:1-18  La Patience de la foi

Ces pensées touchant les projets d’un homme à propos des nécessités de la vie en ce monde, telles que nous venons de le lire, ramènent Jacques sa préoccupation à l’égard de ses « bien-aimés frères ». Le croyant doit vivre au sein d’un monde qui connaît une réelle cause de désastre qui contribue largement à la souffrance des hommes, « la création a été assujettie à la vanité, non de sa volonté, mais à cause de celui qui l'a assujettie » (Romains 8:20).

 
5:1-6  Situation : L’injustice du monde

Assurément l’exploitation des plus faibles dans la société est une chose abominable devant Dieu. Les prophètes en ont témoigné bien souvent, avant comme après l’exil à Babylone Jérémie 22:13, Ézéchiel 22:29, Néhémie 5.1-5). Jacques en parle en des termes extrêmes, sans doute, mais l’histoire et l’actualité nous montrent que ces mots, dans leur violence même, ont toute leur place ; non pas comme une expression emphatique, mais un constat bien réaliste hélas !

5     1 À vous maintenant, riches ! Pleurez en poussant des cris, à cause des misères qui vont venir sur vous. 2 Vos richesses sont pourries et vos vêtements sont rongés par les vers ; 3 votre or et votre argent sont rouillés, et leur rouille sera en témoignage contre vous et dévorera votre chair comme le feu : vous avez amassé un trésor dans les derniers jours. 4 Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs et duquel ils ont été frustrés par vous, crie, et les cris de ceux qui ont moissonné sont parvenus aux oreilles du Seigneur Sabaoth. 5 Vous avez vécu dans les délices sur la terre, et vous vous êtes livrés aux voluptés ; vous avez rassasié vos cœurs comme en un jour de sacrifice ; 6 vous avez condamné, vous avez mis à mort le juste : il ne vous résiste pas.

  • Que valent les richesses de ce monde au regard de l’avenir attendu par le croyant ? Lisons les enseignements du Seigneur (Luc 12:13-34, 16:19-31), voyons ce qui est dit de Jésus lui-même (2 Cor.8:9) et considérons des enseignements pratiques (1 Tim.6).
  • Le Seigneur est-il insensible aux souffrances des pauvres ? Psaumes 9:18 et 72:12-13, Ésaïe 3:14-15, Zacharie 11:7-11.
  • Jusqu’où peut aller l’abus du pouvoir de l’argent, même dans l’enceinte de la chrétienté ? Apoc.2:13. Et quelle en est la fin ? Apoc.18.
Ce passage présente bien une certaine difficulté, car Jacques parlant à des chrétiens, jette cette invective à l’égard de riches, comme il s’en trouve, qui possèdent le monde et font ce qu’ils veulent des hommes qui subissent leur loi. Cette forme de discours est fréquente parmi les prophètes, lesquels, dans des invectives violentes, prononcent des paroles de malédiction à l’égard de personnes qui ne peuvent les entendre, pour que leur auditoire, des croyants, reçoivent un encouragement, une consolation. Nous lisons de telles paroles aux moments paroxystiques du désastre d’Israël. Ésaïe comme Jérémie ont ainsi prononcé des paroles à l’égard des envahisseurs et de tous les ennemis, voyons notamment Ésaïe 15 à 23 et Jérémie 46 à 51.
 
L’invective de Jacques est écrite en vue de conforter les croyants. Au regard de ses richesses inaliénables (Matt.6:19-21), ne souscrit-il pas à cette parole de Paul : « Or la piété avec le contentement est un grand gain » (1 Tim.6:6). Ainsi, après avoir parlé de la vie dans la confiance en Dieu (Jacq.4:13-17), l’auteur est conduit à dire à ces mêmes personnes ce qui arrivera à ceux qui s’appuient sur leurs richesses (au sens propre ou figuré) pour encourager les disciples qui éprouvent les difficultés dans leur chemin au sein d’un monde marqué par l’injustice.
 
Asaph, le Psalmiste, médita de cette injustice qui ravage le monde. Il éprouva une grande peine dans cette observation de la société qui l’entourait, mais au bout de sa méditation, il a considéré la fin… l’heure où chacun doit rendre des comptes (Psaume 73:2-3 et 16-19, Jérémie 17:10, Rom.14:12). Pour clôturer son épître, Jacques indique la voie : marcher avec patience !

 
5:7-8  Principe : Regarder à la venue du Seigneur

« Regarder la fin », tel fut le réflexe salutaire d’Asaph dans sa douloureuse méditation… (Psaume 73). Et telle est la conclusion de Jacques concernant l’injustice qui règne en ce monde, et la vie qu’il convient d’y manifester. Paul enjoint à la même démarche les croyants de Thessalonique soumis à l’opprobre, voire la persécution (2 Thess.2).
 
La première venue du Messie d’Israël ne pouvait apporter la paix en ce monde, le Seigneur l’a dit lui-même (Matt.10:34-36), car celle-ci ne viendra qu’en un jour de jugement dont les prophètes ont parlé (voir notamment Zacharie 12 et 13). Mais le chrétien attend la venue du Seigneur, comme le laboureur « attend le fruit précieux de la terre »…

7 Usez donc de patience, frères, jusqu’à la venue du Seigneur. Voici, le laboureur attend le fruit précieux de la terre, prenant patience à son égard, jusqu’à ce qu’il reçoive les pluies de la première et de la dernière saison. 8 Vous aussi, usez de patience; affermissez vos cœurs, car la venue du Seigneur est proche.

  • Qu’est cette venue du Seigneur pour le croyant aujourd’hui ? Jean 14:1-3, 1 Thes.4:13-18, 1 Cor.15:51-53, 1 Jean 3:1-3.
  • Qu’ajoute à la parole de Jacques la mention de « précieux » pour le produit de la terre ?
  • Est-il évident d’être paisible, rempli de  l’espérance ?
Le laboureur a semé sa semence, et il attend les pluies de la première saison, celles de la germination, et ensuite les pluies assurant la croissance et contribuant ainsi à la maturité… Sans que Jacques ne poursuive sur ce parallèle, nous pouvons bien réfléchir à cette attente du laboureur, à l’état d’esprit que requiert cette activité professionnelle où l’on travaille et confie à la terre un espoir dont on ne verra le résultat que des mois plus tard, un résultat, au reste, soumis à bien des aléas.
 
Mais pour l’avenir du racheté, point d’aléas, les enseignements sont formels, voyons 1 Jean 3:1-3. La foi peut être vacillante, c’est pourquoi Jacques parle « d’affermir nos cœurs », ce qui est une exhortation bien fréquentes dans les épîtres (1 Cor.16:13, Phil.2:12,Col.1:23, Hébr.6:18, 2 Pier.1:19). Mais l’avenir ne repose pas sur la foi, mais sur la puissance du Seigneur. Et Il a promis disant « Je reviendrai ! » (Jean 14:1-3)…

 
5:9-20  L'exercice de la patience

Cette parution devant le Seigneur, « la bienheureuse espérance » (Tite 2:13) a des incidences pratiques bien évidentes, car « car il faut que nous soyons tous manifestés devant le tribunal du Christ, afin que chacun reçoive les choses accomplies dans le corps, selon ce qu'il aura fait, soit bien, soit mal » (2 Cor.5:10). Ainsi Jacques évoque des aspects importants de la vie effective du croyant. Une vie qui est avant tout personnelle, mais aussi dans l’attention aux croyants avec lesquels nous faisons un bout de chemin.

59-11  Marcher dans la piété

La foi est une question personnelle d’abord, car la relation à Dieu ne se vit pas par procuration, comme l’exprima déjà Habacuc, en disant : « le juste vivra par sa foi » (Habacuc 2:4) et comme aussi Paul le souligne en regardant à la séance devant le Seigneur : « Chacun de nous rendra compte pour lui-même à Dieu » (Rom.14:12). Aussi Jacques adresse-t-il quelques préceptes de vie essentiels, non pour en attendre d’autrui la pratique, mais pour les vivre soi-même, selon qu’il est écrit : « Si vous savez ces choses, vous êtes bienheureux si vous les faites ». (Jean 13:17)

9 Ne murmurez pas les uns contre les autres, frères, afin que vous ne soyez pas jugés : voici, le juge se tient devant la porte. 10 Mes frères, prenez pour exemple de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. 11 Voici, nous disons bienheureux ceux qui endurent l’épreuve avec patience. Vous avez ouï parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin du Seigneur, savoir que le Seigneur est plein de compassion et miséricordieux.

  • Que représentent les murmures, sont-ils compatibles à une vie à mener « dans la lumière » ? Lire Éph.5:8.
  • En évoquant les prophètes, et sans doute ceux d’Israël, nous voyons leur vie. Que fit le Seigneur pour Élie découragé ? 1 Rois 19.
  • L’histoire de Job est une récit édifiant pour nous montrer la douleur d’un homme, d’un homme pieux… Qu’indique ce livre relativement au regard de Job sur Dieu, à la fin, et quant au regard de Dieu sur l’homme ? Job 42.
Les ressentiments peuvent engendrer murmures à l’insu de la personne concernée… Ce sont des agissements de l’ombre, alors que le croyant est appelé à vivre dans la lumière ! Et n’est-il pas écrit : « C'est pourquoi toutes les choses que vous avez dites dans les ténèbres seront entendues dans la lumière, et ce dont vous avez parlé à l'oreille dans les chambres sera publié sur les toits ». (Luc 12:3) Et Pierre ajoute : « Car le temps est venu de commencer le jugement par la maison de Dieu » (1 Pier.4:17).
 
Que faire dans les circonstances où nous pourrions être enclins à murmurer ? Comment agir ? Là encore, c’est la foi qui doit paraître lorsqu’une difficulté survient. Jacques y revient (Jacq.1:12), et la leçon de Job est là pour nous montrer que les peines des hommes peuvent se prolonger, et les « pourquoi » monter vers Dieu, mais une réponse est donnée à la fin. Ce livre est un encouragement à la patience.

512-15  Attitude de vie

Comment se comporter vis-à-vis d’autrui, dans ce monde où les difficultés entre les hommes ne manquent pas ? Jacques n’épuise pas le sujet, mais il l’aborde en deux points importants : répondre à des accusations ou être sommé de rendre témoignage d’une part, et subir la maltraitance ou d’autres maux…

12 Mais avant toutes choses, mes frères, ne jurez pas, ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment ; mais que votre oui soit oui, et votre non, non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement. 13 Quelqu’un parmi vous est-il maltraité, qu’il prie.
 
  Quelqu’un est-il joyeux, qu’il chante des cantiques.
14 Quelqu’un parmi vous est-il malade, qu’il appelle les anciens de l’assemblée, et qu’ils prient pour lui en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ; 15 et la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné.

  • En cas d’opposition ou d’accusation, quelle attitude avoir ? Et sur qui s’appuyer ?
  • Pourquoi un jugement avec imprécation conduirait-il à un jugement ?
  • Et l’état intérieur d’une âme ! Considérer deux états mis ici en opposition. Vers. 13b et 14.
  • Comment réagir au bonheur que l’on goûte ? Et comment entretenir cette joie ? Éph.5:19 et Col.3:16.
  • Le croyant découragé doit-il rester seul, souffrir seul, sans être entouré ?
Ainsi nous sommes placés devant un chemin de simplicité. Garder la simplicité de parole vis-à-vis des hommes – « que votre oui soit oui » ? et se tourner vers Dieu pour avoir du secours, pour tenir ferme sans découragement. Comment, en effet, vivre sans crainte en ce monde ? La réponse est simple : s’en remettre au Tout-Puissant.
 
Jacques met ensuite en opposition deux états : « Quelqu’un est-il joyeux… Quelqu’un est-il malade ». Pour le premier état, il convient de se souvenir de la source de la paix dans l’âme (Jean 15:11), mais cette joie peut se voiler, et l’âme rencontrer la lassitude, se trouver dans un état moral dépressif. Cette lassitude morale profonde peut avoir été causée par un sentiment de culpabilité ; ce sont des choses qui arrivent (Michée 6:13 et Ésaïe 33:20-24)… Alors il faut de l’aide, une compassion exprimée… mais pas par n’importe qui ! Car il faut que ceux qui viennent apporter leur soutient soient remplis de sagesse et d’expérience. Ce que nous lisons n’a rien de liturgique, de rituel, mais il s’agit d’un acte pratique de support, de soutient selon une pratique commune aux Juifs de cette époque. Comme nous voyons Job découragé recevant la visite de ses amis… Certes, il aurait mieux été que les trois amis soient empreints d’une vraie sagesse, mais nous voyons intervenir un quatrième, un sage, Elihu, qui contribua au relèvement moral de Job. Une histoire édifiante (Job 32).

516-20  La relation à autrui

Jacques poursuit ce développement, l’étendant aux rapports entre les hommes, et plus particulièrement entre ceux qui « marchent ensemble », ainsi que nous comprenons le début de ce paragraphe. « Quelqu’un est-il malade… » évoquait-il, et nous voyons ici : « en sorte que vous soyez guéris ». Plus question d’anciens toutefois, mais de l’attitude de tous les « frères » (Jacq.1:2), les uns envers les autres, selon que nous lisons par ailleurs : « chacun ne regardant pas à ce qui est à lui, mais chacun aussi à ce qui est aux autres » (Phil.2:4).

16 Confessez donc vos fautes l’un à l’autre, et priez l’un pour l’autre, en sorte que vous soyez guéris : la fervente supplication du juste peut beaucoup. 17 Élie était un homme ayant les mêmes passions que nous, et il pria avec instance qu’il ne plût pas, et il ne tomba pas de pluie sur la terre durant trois ans et six mois; 18 et il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit.
 
19 Mes frères, si quelqu’un parmi vous s’égare de la vérité, et que quelqu’un le ramène, 20 qu’il sache que celui qui aura ramené un pécheur de l’égarement de son chemin, sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés.

  • Quelle est l’attitude active à manifester relativement à ceux qui nous entourent ? Quel gage du résultat Jacques donne-t-il ?
  • Cette attitude se limite-t-elle à ceux qui, à nos yeux, sont sur le bon chemin ? Lire aussi Hébr.4:1.
  • Comment comprendre qu’un croyant puisse avoir un tel impact sur autrui ?
Avant d’en arriver à un état de maladie, de dépression comme nous venons de le lire, il y a un chemin précieux… et qui est le seul chemin salvateur dans la vie en communauté… L’exemple d’Elie est à lire dans le sens que Dieu écoute la parole d’un homme fidèle (1 Rois 18).
 
Et le cercle de l’attention d’un croyant s’élargit à ceux qui paraissent s’égarer (Hébr.4:1), mais plus encore, à l’homme incrédule que l’on côtoie. Et s’il est un seul Dieu sauveur, si l’homme ne peut sauver quiconque (Psaume 49:8, Marc 10:27), Jacques souligne l’attribution du résultat de l’œuvre de Dieu à celui qui est aura été en quelque mesure l’intermédiaire, le témoin…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.