20/06/2013

2 Pierre 3:1-16 - Les derniers jours


 

3:1-16  Les derniers jours de la chrétienté

 
Pierre se reporte alors aux derniers jours, ces jours précédant le royaume messianique, selon ce que les prophètes ont enseigné et qui a été confirmé par le Seigneur lui-même. Jean y reviendra plus largement encore dans le Livre de l’Apocalypse.

 
3:1-8  Les derniers jours

 
Pierre a à cœur de rappeler un enseignement bien connu touchant les temps à venir dont ont parlé les prophètes d’Israël. Dans les diverses communautés de croyants, leurs apôtres, les serviteurs qui leur ont annoncé la bonne nouvelle du salut en Jésus, le leur avait déjà fait connaître, mais Pierre se doit de le leur rappeler encore.
 
3   1 Je vous écris déjà, bien-aimés, cette seconde lettre ; et, dans l’une et dans l’autre, je réveille votre pure intelligence en rappelant ces choses à votre mémoire, 2 afin que vous vous souveniez des paroles qui ont été dites à l’avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur par vos apôtres.
3 Et, tout d’abord, vous savez ceci, qu’aux derniers jours des moqueurs viendront, marchant dans la moquerie selon leurs propres convoitises 4 et disant : “Où est la promesse de sa venue ? car, depuis que les pères se sont endormis, toutes choses demeurent au même état dès le commencement de la création.” 5 Ils ignorent volontairement ceci, que, par la parole de Dieu, des cieux subsistaient jadis, et une terre tirée des eaux et subsistant au milieu des eaux, 6 par lesquelles le monde d’alors fut détruit, étant submergé par de l’eau. 7 Mais les cieux et la terre de maintenant sont réservés par sa parole pour le feu, gardés pour le jour du jugement et de la destruction des hommes impies. 8 Mais n’ignorez pas cette chose, bien-aimés, c’est qu’un jour est devant le Seigneur comme mille ans, et mille ans comme un jour.

  • Si l’on disait que le Seigneur va revenir Jean 14:1-3, 1 Thes.4:15-17), comment réagirait-on parmi les non-chrétiens, mais aussi parmi des personnes fréquentant à l’occasion ou même régulièrement des services religieux ?
  • Le cours de ce monde évolue-t-il positivement dans la justice avec l’extension du christiannisme ?
  • Que nous enseignent les pages de sagesse que constituent le récit du déluge ?
  • Retardement ? Le temps qui passe a-t-il un sens pour le Créateur ? 3:8, Psaume 90:4
Aujourd’hui, ce monde livré à la responsabilité de l’homme suit son propre cours, et nous savons que le Seigneur en a été rejeté (Luc 19:14). Lors de sa comparution devant Pilate, Jésus lui dit d’ailleurs :  « Mon royaume n'est pas de ce monde » (Jean 18:36). L’Évangile a été annoncé au monde, et il a un retentissement dans toutes les nations de la terre, cependant le monde, dans son principe demeure moralement inchangé ; ce qu’en dit Jean évoquant le règne de la convoitise et de l’orgueil (1 Jean 2:16) est constamment devant nos yeux. Si la chrétienté recèle des manifestations merveilleuses de la foi, des hommes et des femmes marchant dans les pas du Seigneur, il s’y est aussi glissé l’ivraie, comme l’a annoncé le Seigneur, soulignant : « Un ennemi a fait cela » (Matt.13:24-30).

 
3:9-13  Le jour du Seigneur

 
Ceci étant dit, Pierre en vient à l’enseignement positif relatif au « Jour du Seigneur » dont ont parlé les prophètes (Ézéchiel 38, Zacharie 12…). Déjà au temps de Pierre, des doutes pouvaient s’insinuer parmi les chrétiens, et comment n’en serait-il pas aujourd’hui, près de deux mille ans plus tard !
 
9 Le Seigneur ne tarde pas pour ce qui concerne la promesse, comme quelques-uns estiment qu’il y a du retardement ; mais il est patient envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance.
10 Or le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; et, dans ce jour-là, les cieux passeront avec un bruit sifflant, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre et les œuvres qui sont en elle seront brûlées entièrement. 11 Toutes ces choses devant donc se dissoudre, quelles gens devriez-vous être en sainte conduite et en piété, 12 attendant et hâtant la venue du jour de Dieu, à cause duquel les cieux en feu seront dissous et les éléments embrasés se fondront. 13 Mais, selon sa promesse, nous attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre, dans lesquels la justice habite.

  • Les siècles passés depuis la Croix sont-ils indication d’un retard ou plutôt d’une manifestation de la grâce ?
  • Le jugement de la fin doit-il être précédé d’événements permettant d’établir une chronologie d’événements annonciateurs ? 3:10, Matt.24:43. Lire aussi Marc 13:32, Matt.24:36, 25:13, Luc 12:46.
  • Que signifie cet embrasement par le feu ? Cataclysme physique ou bouleversement dans l’ordre des puissances de ce monde ? Lire d’une part Apoc.6:12-17, et d’autre part Apoc.21:1..
  • Quelle est la distinction, dans notre passage, entre le ”Jour du Seigneur” et le “Jour de Dieu” ?
  • Quelle est la conséquence attendue sur le comportement des chrétiens, de ceux qui sont ainsi avertis ? 2 Cor.6:14.
Le chrétien, proclamant le règne de Dieu à venir, peut-il s’associer à des pratiques qui sont en attente d’un jugement inflexible, un jugement dont les fidèles d’avant la Croix étaient pleinement assurés, chantant au Temple : « Pourquoi s'agitent les nations, et les peuples méditent-ils la vanité ? … Baisez le Fils, de peur qu'il ne s'irrite, et que vous ne périssiez dans le chemin, quand sa colère s'embrasera tant soit peu. Bienheureux tous ceux qui se confient en lui ! » (Psaume 2:1,12) ?
 
Aujourd’hui, c’est encore le jour de l’homme, selon l’alliance de Dieu avec l’humanité, lui confiant ce monde et sa justice, en quoi l’homme est établi à l’image de Dieu, selon que nous lisons : « Qui aura versé le sang de l'homme, par l'homme son sang sera versé ; car à l'image de Dieu, il a fait l'homme » (Genèse 9:6). Une alliance dont nous voyons chaque jour ce que l’homme en a fait, malgré les manifestations de la foi qui apportent de la lumière au milieu des ténèbres.
 
Ainsi, sachant ces choses, le croyant est appelé à marcher dans le chemin de Dieu, et à rayonner la lumière Matt.5:14, 1 Jean 1:7, 2:9-10, Éph.5:8)
la justice (1 Jean 2:29, 3:7-10, 2 Tim.2:22). Ici encore, nous voyons combien la vie est transformée par la connaissance de Dieu (Col.1:10).
 
Introduit par l’inévitable jugement, c’est-à-dire la purification de la terre, le « Jour du Seigneur » (Apoc.6) sera marqué par le règne messianique. A ce jour succédera le « Jour de Dieu », celui qui est défini ainsi : « les nouveaux cieux et la nouvelle terre en lesquels la justice habite » (Apoc.21:1). Considérant la part céleste des croyants, Pierre passe ainsi directement au-delà du règne messianique, car l’attente du croyant, aujourd’hui, est la Jérusalem céleste, selon que nous lisons : « mais vous êtes venus à la montagne de Sion ; et à la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste » (Hébr.12:22), et encore : « Et je vis la sainte cité, nouvelle Jérusalem, descendant du ciel d'auprès de Dieu, préparée comme une épouse ornée pour son mari » (Apoc.21:2).
 
Etant les prémices de cette nouvelle création (2 Cor.5:17, (Jacq.1:18) par la manifestation de leur vie, les croyants, moralement, « hâtent la venue du jour de Dieu », selon que nous pouvons lire : « Encore une fois, je vous écris un commandement nouveau, ce qui est vrai en lui et en vous, parce que les ténèbres s'en vont et que la vraie lumière luit déjà » (1 Jean 2:8).

 
3:11-18  Dernières exhortations

 
Partant de ce dernier message, Pierre en vient à la conclusion de cette lettre courte et dense, soulignant ce que le croyant doit penser de cette attente et y puiser un motif absolu pour la vie pratique. Ce faisant, il reprend ce qui lui tient particulièrement à cœur, à savoir la croissance du chrétien dans la connaissance de son Seigneur.
 
14 C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, étudiez-vous à être trouvés sans tache et irréprochables devant lui, en paix ; 15 et estimez que la patience de notre Seigneur est salut, comme notre bien-aimé frère Paul aussi vous a écrit selon la sagesse qui lui a été donnée, 16 ainsi qu’il le fait aussi dans toutes ses lettres, où il parle de ces choses, parmi lesquelles il y en a de difficiles à comprendre, que les ignorants et les mal affermis tordent, comme aussi les autres écritures, à leur propre destruction.
17 Vous donc, bien-aimés, sachant ces choses à l’avance, prenez garde, de peur qu’étant entraînés par l’erreur des pervers, vous ne veniez à déchoir de votre propre fermeté ; 18 mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. À lui la gloire, et maintenant et jusqu’au jour d’éternité ! Amen.

  • Comment comprendre cette exhortation “Étudiez-vous...” ? Revoir le début de l’épître. Lire aussi Phil.2:12.
  • Que dire de cette référence à Paul et à ses écrits ? A l’égard des relations entre Pierre et Paul d’une part, et relativement à ses lettres d’autre part ?
  • A qui est-il fait référence au 3:7 ? Voir aussi Hébr.13:9. Quel est le chemin pour être gardé ?
Nous retrouvons donc ici les trois thèmes majeurs de l’épître :
  • les événements à venir en confirmation des annonces des prophètes,
  • le danger que représentent les courants déviants, perversion de la foi chrétienne,
  • et l’appel à une marche attentive, aux choses à poursuivre, comme nous le lisons en entrée de la lettre.
Pierre parlait dans sa première lette de l’héritage « incorruptible, sans souillure, inflétrissable, conservé dans les cieux pour vous » (1 Pier.1:4), comme il est écrit ailleurs : « C’est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, retenons la grâce par laquelle nous servions Dieu d’une manière qui lui soit agréable, avec révérence et avec crainte » (Hébr.12:28). Entrant dans cette réalité transcendante, convaincus des « bénédictions spirituelles en Christ » (Éph.1:3), « quels gens devrions-nous être ! » s’exclame Pierre (3:11) ! Et il y a un chemin indiqué : croître dans la connaissance du Seigneur !

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.