20/06/2013

2 Pierre 1:3-21 - La vie du chrétien


 

Seconde épître de Pierre
 
Étudiez-vous à être trouvés sans tache
et irréprochables devant lui, en paix.
(3:14)

 
La seconde lettre de Pierre est à considérer comme son testament spirituel. En effet, il y fait allusion à sa fin prochaine, « le moment de déposer sa tente » (1:14), et évoque ce qui est au cœur de sa foi, ce qui est manifestement l’expérience essentielle de sa vie, rappelant ce qu’il a vécu avec le Seigneur lors de sa transfiguration, une vue majeure du Royaume auquel les rachetés sont appelés (Marc 9:1-13), « l'héritage », comme il en parlait dans sa première lettre (1 Pier.1:4), tellement précieux qu’il n’a de cesse d’exhorter les croyants à le considérer avec ferveur (1:10-11).
 
Est-il en prison au moment où il écrit cette lettre, attend-il le prononcé d’un jugement dont il connaît l’issue ? Nous sommes conduits à le penser. Pour s’en convaincre, nous pouvons nous référer à Jean, son compagnon et ami, qui prit soin de consigner, à la fin de son Évangile, la parole du Seigneur l’annonçant (Jean 21:18-19).
 
La référence à la première lettre, écrite lorsqu’il était à Babylone, laisse entendre que cette seconde et dernière fut adressée quelques mois seulement par après. Où se trouve-t-il tandis qu’il est à la veille de son martyre ? Nous ne pouvons le déduire des textes néo-testamentaires, ce qui a ouvert un large champ à diverses hypothèses et traditions… Mais il nous suffit de retenir ce que Pierre dit, tandis qu’il n’exprime aucune inquiétude pour lui-même, attendant, dans une paix manifeste, la fin de son séjour en ce monde.
 
Pierre se soucie de la vie des croyants, des pressions de faux docteurs, des doctrines qui s’infiltreront parmi eux et détourneront bien des âmes de la « vraie grâce de Dieu » (1 Pier.5:12). C’est là le souci majeur des apôtres et autres serviteurs approchant du moment où ils quitteront la scène de ce monde. Pensons aux préoccupations de Jude, dont l’épître a bien des points communs à celle-ci (Jude 3-19), ou encore de Paul ayant réuni les anciens d’Éphèse afin de les avertir (Actes 20:28-30).
 
Voici donc le testament spirituel d’un pasteur d’âmes, fidèle à la mission essentielle qui lui fut confiée (Jean 21:17). Trois thèmes de toute importance vont être abordés.
  • Pierre rappelle tout d’abord aux bien-aimés frères, avec cœur, les principes de vie qui les rendront heureux dans la vie, poursuivant dans le cours des pensées qui l’animaient lorsqu’il écrivait sa première lettre : « celui qui veut aimer la vie et voir d'heureux jours…» (1 Pier.3:10).
  • Ensuite, il les avertit, pressentant les difficultés à venir tandis que les témoins du commencement, et lui-même, sont près de quitter cette scène. De faux docteurs ne tarderont pas à s’infiltrer parmi les fidèles !
  • Et enfin, Pierre expose ce qui arrivera à la fin, lorsque la ferveur du commencement sera loin et que l’attente si longue du retour du Seigneur donnera occasion à tous les doutes, jusqu’à l’apostasie…

 
1:1-2  Adresse

 
C’est par une adresse tout en simplicité et modestie que Pierre introduit le message qui lui tient au cœur, se présentant lui-même sans autre titre que sa relation au Seigneur comme son serviteur et apôtre. Un message simple et pressant, sans destinataire particulier, comme un condamné voulant, avant de quitter ce monde, communiquer ses pensées les plus intimes à tous ceux qui pourraient en prendre connaissance.
 
1   1 Siméon Pierre, esclave et apôtre de Jésus Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi de pareil prix avec nous, par la justice de notre Dieu et Sauveur Jésus Christ : 2 Que la grâce et la paix vous soient multipliées dans la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur !

  • Le message de la paix, reçu de Dieu, a un véritable prix pour Pierre! Examinons d’autres passages exprimant ce prix : Rom.8:18, Phil.3:8, Hébr.11:26...
  • Alors que cette part est une grâce, pourquoi Pierre souligne-t-il qu’elle est donnée “par la justice de Dieu” ? Lire Psaume 85:10, Rom.5:17-21, Gal.2:21.
  • La salutation est semblable à celle de la première épître (1 Pier.1:2), mais elle est complétée ! Que signifie cette précision ? 1:3,8, 2:20, 3:18. Lire aussi Éph.1:17, Phil.3:8, Col.1:10, et en contraste 1 Cor.15:34.
Connaître Dieu touche bien à l’essence de la foi, mais cela ne consiste pas en la conviction de l’existence de Dieu (Jacq.2:19), mais en la connaissance de qui est Dieu, sa personne, sa souveraineté, sa miséricorde… Connaître, c’est entrer en relation, et pas cela l’homme entre dans l’Alliance établie à la Croix, il prend un chemin dans lequel il marche avec Celui dont il connaît les pensées (Genèse 18:7, Exode 33:19), ce que nous trouvons, de façon forte et absolue, en introduction de la prière sacerdotale : « Et c'est ici la vie éternelle, qu'ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17:3).

 
1:3-21  La vie du chrétien

 
Pierre est étreint de cette nécessité de vie, et tant qu’il en a encore l’occasion, il le fait entendre, exhortant, encourageant, réveillant si nécessaire (3:1). Avec une grande simplicité, il décrit la vie du chrétien, sa part en Dieu, et ce qui doit naturellement en résulter, soulignant par un regard sur la fin du parcours terrestre combien il est important et heureux de marcher ainsi avec Dieu.

 
1:3-11  La pratique de la foi

 
Partant du don de la grâce, Pierre énonce un cortège de vertus à pratiquer, en quoi nous pouvons discerner que ce chemin est celui de la vraie vie (Deut.30:19).

 
1:3-9  La marche du chrétien

 
On ne pourra jamais assez souligner que le croyant est appelé à une vie selon la pensée de Dieu non en vue d’acquérir le salut, mais, tout à l’inverse, parce qu’il est réconcilié avec Dieu et jouit de la bienheureuse attente d’être dans sa présence pour l’éternité.
 
3 Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui regarde la vie et la piété, par la connaissance de celui qui nous a appelés par [sa propre] gloire et par [sa propre] puissance, 4 par lesquelles il nous a donné les très grandes et précieuses promesses, afin que par elles vous participiez de la nature divine, ayant échappé à la corruption qui est dans le monde par la convoitise... ; 5 pour cette même raison aussi, y apportant tout empressement, joignez à votre foi, la vertu (la force morale) ; et à la vertu, la connaissance ; 6 et à la connaissance, la tempérance (la maîtrise de soi) ; et à la tempérance, la patience ; et à la patience, la piété ; 7 et à la piété, l’affection fraternelle; et à l’affection fraternelle, l’amour ; 8 Car, si ces choses sont en vous et y foissonnent, elles font que vous ne serez ni oisifs ni stériles pour ce qui regarde la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ ; 9 mais celui en qui ces choses ne se trouvent pas est aveugle, et ne voit pas loin, ayant oublié la purification de ses péchés d’autrefois.

  • Manque-t-il au croyant quoi que ce soit pour saisir ce qui est la vie avec Dieu, dans la piété ? Jean 10:10, 1 Jean 3:14. Qu’est-ce qui caractérise au premier chef cette vie ? Jean 17:3. Et d’où vient cette part du croyant ? Lire Éph.1:3-14.
  • Qu’a t-il reçu dont il jouira pour l’éternité? Vers.4 et aussi 1 Jean 3:1-3, 2 Cor.5:8, 1 Thes.4:17....
  • Comment devrait vivre celui qui dit avoir la foi ? Pierre caractérise-t-il la vie du chrétien par une série d’interdits ? Lire Habacuc 2:4 et Jacq.2:20.
  • Que résulte-t-il de la pratique effective de cette attitude de vie ? Lire Matt.20:1, 25:14-23.
  • Que dit Pierre de celui qui ne vivrait pas ainsi, étant dans l’oubli de ce qu’il a reçu ? Pour l’expression “des péchés précédents”, arrêtons-nous sur la différence entre “être pardonné” et “être effectivement purifié”. Lire 2 Cor.7:1, 2 Tim.2:21, 1 Jean 1:9.
Le message de Pierre est positif, absolument. Et il rappelle avec force la grandeur du don de Dieu. Il est pénétré de cette réalité de l’Alliance établie pour l’homme, sans qu’il lui faille écrire ce terme. Tout au long de l’épître, il rappelle ce grand fait que le croyant est introduit dans la connaissance de Dieu, faisant de Dieu, en quelque sorte, le compagnon de sa vie. Et c’est là ce qui caractérise la vie nouvelle qui est, ici bas, une vraie vie d’homme, c’est-à-dire avec Dieu (Gen.5:24, Lév.26:12, Deut.30:16, 2 Cor.6:16...).

 
1:10-11  La conscience de l’appel

 
C’est en se fortifiant dans la connaissance de Dieu, et son propos le concernant, que le croyant grandit dans la foi et assure sa fermeté dans la marche.
 
10 C’est pourquoi, frères, étudiez-vous d’autant plus à affermir votre appel et votre élection, car en faisant ces choses vous ne faillirez jamais ; 11 car ainsi l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ vous sera richement donnée.

  • Quel est le résultat effectif, pour aujourd’hui, de l’attention portée à l’aboutissement du chemin ? Vers.10. Comp. 1 Jean 3:3, Phil.3:14.
  • Et au bout du chemin, lorsque la course terrestre s’achève, y a-t-il quelque différence entre les croyants, tous sauvés par grâce ? Vers.11 Lire Matt.25:21, Luc 12:37, 1 Cor.3:11-15, 2 Cor.5:10, 2 Tim.4:8..
Et dans l’avenir, il sera participant à la nature divine ! Sonder la profondeur de cette dernière affirmation est assurément hors de notre portée, mais nous pouvons cependant en comprendre quelque chose en nous arrêtant à ces lignes : « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est » (1 Jean 3:2). Cette vue donne une perspective particulière au grand propos de la création  (Genèse 1:26-27).

 
1:12-18  Affermis dans la foi !

 
C’est dans la conscience du peu de temps dont il dispose encore pour son service pastoral (Jean 21:17) que Pierre délivra ce guide de vie pratique que nous venons de lire.

 
1:12-16  L’avènement du Seigneur

 
Pierre exhorte à garder l’enseignement délivré dès le commencement (1 Jean 1:1, Jude 3), revenant sur un moment privilégié qu’il a vécu avec Jésus.
 
12 C’est pourquoi je m’appliquerai à vous faire souvenir toujours de ces choses, quoique vous les connaissiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente. 13 J’estime en effet qu’il est juste, tant que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil en rappelant ces choses à votre mémoire, 14 sachant que le moment de déposer ma tente s’approche rapidement, comme aussi notre Seigneur Jésus Christ me l’a montré ; 15 mais je m’étudierai à ce qu’après mon départ vous puissiez aussi en tout temps vous rappeler ces choses.
16 En effet, ce n’est pas en suivant des fables habilement imaginées, que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ, mais comme ayant été témoins oculaires de sa majesté. 17 Car il reçut de Dieu le Père honneur et gloire, lorsqu’une telle voix lui fut adressée par la gloire magnifique : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir » 18 Et nous, nous entendîmes cette voix venue du ciel, étant avec lui sur la sainte montagne.

  • Quel est l’enseignement sur lequel Pierre désire insister, afin qu’ils ne l’oublient pas ? 2 Thes.2:8, 2 Tim.4:1,8, Tite 2:13.
  • En quoi la Transfiguration est-elle associée à cet événement à venir ? Marc 9:1-13.
  • Le règne de gloire du Messie fut-elle annoncée avant la venue de Jésus, avant la croix ? Esaïe 9:6, 32:1, Jérémie 23:5. Les apôtres transmettent le même message 1 Thes.2:19, 2 Thes.2:8, Jacq.5:7, 2 Pier.3:4, 1 Jean 2:28).
Les prophètes ont parlé de l’avènement en gloire de Jésus, Fils de David (Ésaïe 9:5-7, Psaume 2). Tout en distinguant la venue du Seigneur pour les siens Jean 14:3, 1 Thes.4:15-18, Jacq.2:7, 1 Jean 3:1-3) de son apparition glorieuse pour régner, cette apparition réjouit le chrétien (2 Tim.4:8), car, répondant à l’humiliation de la croix, elle établit pour toute créature la victoire de Jésus (Apoc.4:11).

 
1:19-21  La parole prophétique

 
Entrer dans la vie, c’est aussi se trouver dans une perspective annoncée dès les temps anciens, comme l’évoque aussi l’auteur de la lettre aux Hébreux (Hébr.1:1-2). Dès le commencement de l’humanité, œuvre de Dieu, la lumière de la révélation a paru, suffisante pour avoir foi en Dieu, mais croissante cependant, jusqu’à ce que Jésus parût – « la grâce et la vérité vinrent par Jésus-Christ » (Jean 1:17).
 
19 Et nous estimons d’autant plus ferme la parole prophétique, à laquelle vous faites bien d’être attentifs comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour ait commencé à luire et que l’étoile du matin se soit levée dans vos cœurs, 20 sachant ceci premièrement, qu’aucune prophétie de l’écriture ne s’interprète elle-même. 21 Car la prophétie n’est jamais venue par la volonté de l’homme, mais de saints hommes de Dieu ont parlé, étant poussés par l’Esprit Saint.

  • Quel est ce lieu obscur où la prophétie est une lampe, ce lieu que la lumière doit éclairer ? Psaume 112:4, Ésaïe 9:2.
  • La parole prophétique, communiquée au cours des siècles aurait-elle pu être conçue par l’homme ?
La lampe brillant dans un lieu obscur ! Dès les commencements, sur une terre qui était « tohu-bohu », autrement dit « désolation et vide » (Genèse 1:2, Jérémie 4:23), Dieu fit paraître la lumière (Genèse 1:3), à savoir la révélation de Lui-même, comme il en est en Jésus, « La Lumière du monde » (Jean 8:12). Aujourd’hui, tandis que les ténèbres couvrent ce monde, le croyant est réjoui du jour dont il sait qu’il va paraître (2 Tim.4:8). Et si le jour n’est pas encore, ni même les premiers signes du jour, l’étoile du matin, le croyant a néanmoins en lui cette joie, « l’étoile du matin est levée en son cœur ». (Apoc.2:28).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.