20/06/2013

1 Pierre 2:11-3:7 - Marcher en nouveauté de vie (1/2)


 

2:11-4:9  Marcher en nouveauté de vie

 
Les réalités spirituelles, l’héritage céleste, la réconciliation avec Dieu ont comme incontournable corollaire une manière de vivre cohérente. Une marche en relation avec ce que Dieu attend de tout homme.

 
2:11-12  Introduction

 
L’attente d’un avenir radieux fait du croyant un homme qui ne fait que passer, un homme dont le pays est ailleurs, et qui vit temporairement en une terre étrangère…
 
11 Bien-aimés, je vous exhorte, comme forains et étrangers, à vous abstenir des convoitises de la chair, lesquelles font la guerre à l’âme, 12 ayant une conduite honnête parmi les nations, afin que, quant aux choses dans lesquelles ils médisent de vous comme de gens qui font le mal, ils glorifient Dieu au jour de la visitation, à cause de vos bonnes œuvres qu’ils observent.
  • Qu’est-ce qui fait du racheté un étranger en ce monde? Lire Phil.3:20 et Éph.2:19.
  • Les convoitises ! Comment sont synthétisés ces désirs qui font mouvoir les hommes ? Lire 1 Jean 2:16 et Genèse 3:6.
  • Les croyants sont-ils toujours estimés par leurs prochains ?
Ce qui est différent dérange et génère calomnies et provocations, mais c’est au croyant de marcher droit ! Celui-ci est observé attentivement, mais cela ne veut pas dire qu’il est forcément apprécié quand il est fidèle, et encore moins complimenté pour sa conduite… Mais il y a un jour ou tout sera manifesté (Luc 12:3).

 
2:13-3:7  Les sphères de relations sociales

 
Ces principes de vie trouvent leur champ d’application dans les trois sphères essentielles de la vie : la vie publique, le cadre du travail et la famille.

 
2:13-17  La vie publique

 
L’ordre humain, dans son principe, est voulu de Dieu et reconnu dans la famille de la foi aussi loin dans le passé qu’on puisse en avoir un témoignage. Le récit touchant Noé se termine par l’expression de l’Alliance que Dieu fit avec l’homme. Une des lois de cette alliance induit l’établissement d’une autorité judiciaire (Genèse 9:6), laquelle rend compte du fait que Dieu a confié l’ordre humain à l’homme, ce que nous lisons aussi dans les mots échangés entre Jésus et Pilate (Jean 19:11). La soumission aux autorités s’impose donc au chrétien, mais, quel est le motif supérieur qui doit l’animer ?
 
13 Soyez donc soumis à tout ordre humain pour l’amour du Seigneur, soit au roi comme étant au-dessus de tous, 14 soit aux gouverneurs comme à ceux qui sont envoyés de sa part pour punir ceux qui font le mal et pour louer ceux qui font le bien; 15 car c’est ici la volonté de Dieu, qu’en faisant le bien vous fermiez la bouche à l’ignorance des hommes dépourvus de sens, 16 comme libres, et non comme ayant la liberté pour voile de la méchanceté, mais comme esclaves de Dieu. 17 Honorez tous les hommes ; aimez tous les frères; craignez Dieu ; honorez le roi.
  • Quel est le motif essentiel de la soumission aux autorités et du respect des lois ?
  • Cette soumission est-elle crainte ou peur ? Voyons des exemples dans la vie de Paul : Act.16:25-26, 23:5.
Ainsi, le motif de l’action est réellement transcendant, bien à l’opposé d’un sentiment de contrainte ou de peur, mais une disposition assumée librement, car le fait d’un ordre humain répond à la pensée de Dieu pour l’humanité. Et ceci même lorsque le pouvoir ne reflète pas la justice, comme nous le voyons au prétoire de Pilate (Jean 19:11). Et cette dissociation du pourvoir judiciaire et de la justice conduit à cette parole touchant l’avenir messianique : « Le jugement retournera à la justice » (Psaume 94:15).

 
2:18-25  Patrons et employés

 
La position des domestiques, au sens le plus général de salarié, voire d’esclave, suscite chez Pierre une réflexion plus large, plus profonde. La situation inférieure, subie jour après jour, dans ces temps où le maître avait pratiquement droit de vie et de mort, peut être lourde à endurer, et ainsi l’apôtre multiplie les raisons de poursuivre avec patience, et il présente Jésus comme modèle. Nous pouvons aussi lire un passage tout à fait remarquable en introduction des termes de la Loi de Moïse, immédiatement après les termes de Décalogue, le texte touchant le serviteur « qui ne veut pas sortir libre » (Exode 21:2-6).
 
18 Vous, domestiques, soyez soumis en toute crainte à vos maîtres, non seulement à ceux qui sont bons et doux, mais aussi à ceux qui sont fâcheux; 19 car c’est une chose digne de louange, si quelqu’un, par conscience envers Dieu, supporte des afflictions, souffrant injustement. 20 Car quelle gloire y a-t-il, si, souffletés pour avoir mal fait, vous l’endurez ? mais si, en faisant le bien, vous souffrez, et que vous l’enduriez, cela est digne de louange devant Dieu, 21 car c’est à cela que vous avez été appelés ; car aussi Christ a souffert pour vous, vous laissant un modèle, afin que vous suiviez ses traces, 22 « lui qui n’a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il n’a pas été trouvé de fraude » [Ésaïe 53:9] ; 23 qui, lorsqu’on l’outrageait, ne rendait pas d’outrage, quand il souffrait, ne menaçait pas, mais se remettait à celui qui juge justement; 24 qui lui-même a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin qu’étant morts aux péchés, nous vivions à la justice ; « Par la meurtrissure duquel vous avez été guéris » [Ésaïe 53:5] ; 25 car vous étiez errants comme des brebis, mais maintenant vous êtes retournés au berger et au surveillant de vos âmes.
  • Quel est le motif de la soumission au maître, patron, directeur ? Lire aussi Éph.6:5-8, Col.3:22-26, 1 Tim.6:1, Tite 2:9-15.
  • Jusqu’où est allée la soumission du Seigneur, modèle absolu du Serviteur ? Lire Ésaïe 52:13-53:12, Zacharie 13:5-7.
  • A quelle réalité pour chaque racheté conduit la réflexion de Pierre relativement à sa relation avec le Seigneur ? 2:25. Lire Ésaïe 40:11, Ézéchiel 34:12, Zacharie 13:7, Jean 10:11,16.
Ainsi l’apôtre détourne nos regard de l’humble position du serviteur, bien souvent difficile à supporter avec un cœur paisible, à la vue réconfortante des soins du berger ! Et quel chemin nous propose-t-il pris ? Se nourrir de la Parole de Dieu et se souvenir du chemin de Jésus !

 
3:1-7  La vie conjugale

 
Pierre s’adresse maintenant aux croyants mariés. La foi est personnelle, comme l’est la responsabilité de tout homme ou femme devant Dieu. Il se fait aussi qu’une épouse ou un époux se soit tourné vers le Christ sans que le conjoint n’ait pris le même chemin.
 
3   1 Pareillement, vous, femmes, soyez soumises à vos propres maris, afin que, si même il y en a qui n’obéissent pas à la parole, ils soient gagnés sans parole, par la conduite de leurs femmes, 2 ayant observé la pureté de votre conduite dans la crainte, 3 — vous, dont la parure ne doit pas être une parure extérieure qui consiste à avoir les cheveux tressés et à être paré d’or et habillé de vêtements élégants, 4 mais plutôt la parure du cœur, l’être intérieur, dans l’incorruptibilité d’un esprit doux et paisible qui est d’un grand prix devant Dieu ; 5 car c’est ainsi que jadis se paraient aussi les saintes femmes qui espéraient en Dieu, étant soumises à leurs propres maris, 6 comme Sara obéissait à Abraham, l’appelant seigneur [Genèse 18:12], de laquelle vous êtes devenues les enfants, en faisant le bien et en ne craignant aucune frayeur.
7 Pareillement, vous, maris, demeurez avec elles selon la connaissance, comme avec un vase plus faible, c’est-à-dire féminin, leur portant honneur comme étant aussi ensemble héritiers de la grâce de la vie, pour que vos prières ne soient pas interrompues.
  • Comment doit vivre une épouse dans la situation où son mari ne s’est pas tourné vers le Christ ? Quel est le témoignage de foi plus fort que les discours ? Lire aussi 1 Cor.7.
  • Qu’est-ce qui doit caractériser une épouse chrétienne, dans son port extérieur, et dans son comportement ? 1 Tim.2:9.
  • Les places respectives du mari et de son épouse dans le foyer sont-elles déterminées par la parole de Dieu ?
  • Qu’apporte la vie conjugale vécue dans la sagesse, suivant le chemin enseigné de Dieu ? 3:7.
« La parure du cœur » qui vient de l’âme et de la vie nouvelle qui l’anime ! Nous voyons ce caractère doux et paisible comme signe essentiel de la foi : « Que par une bonne conduite il montre ses œuvres avec la douceur de la sagesse » (Jacq.3:13). Combien grande est la paix vécue dans une maison où règne cet esprit ! Et par contre, comment vivre avec Dieu si cette paix n’est pas réalisée ?

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.