19/06/2013

Marc 6:1-44 La Bonne nouvelle se répand


 

6:1-8:26  Le Messie rejeté

 
La renommée de Jésus s’étend malgré les mises en gardes de personnes importantes venus de Jérusalem. Certes, ce n’est pas un mouvement qui s’organise, mais des âmes sont touchées. Et un trouble s'installe bien naturellement dans la population passant de l'émerveillement à l'étonnement, car si l'on aime écouter Jésus, et si l'on est émerveillé des miracles qu'il accomplissait, il se fait que des hommes religieux habituellement écoutés s'opposent à ce prophète auprès duquel la foule se pressait...

 
6:1-44  La bonne nouvelle se répand

 
Il faut bien comprendre cependant que la question pouvait être difficile pour plusieurs, car on avait vu Jésus grandir à Nazareth, et ce même homme maintenant exerçait un si grand ascendant sur les foules. Pour certains, l’inquiétude vient de leur mauvaise vie, comme Hérode. Et les conducteurs religieux pouvaient éprouver de la jalousie. Mais, quoiqu’il en soit, la bonne nouvelle est proclamée, et l’on vient nombreux pour entendre les paroles de la grâce et espérer voir quelque miracle.

 
6:1-6  Le Messie rejeté de Nazareth
Matthieu 13:53-58

Le charpentier de Nazareth pourrait-il être le Messie d’Israël ? Telle est la question qui se posait à la synagogue… On peut bien comprendre la réaction des gens de Nazareth, car la surprise est de taille : un artisan, travailleur consciencieux dont tout le monde était satisfait (Luc 2:52), qui n’a pas appris les lettres auprès des grands théologiens, quoique, jeune encore, il pouvait étonner des docteurs de la loi par ses questions (Luc 2.47)… Et ses paroles étaient soutenues par des miracles dont la réalité ne pouvait être mise en doute, des miracles qui attestaient de la venue du Royaume de Dieu ! Pensons à une telle scène…

6  1 Et il sortit de là, et vint dans son pays ; et ses disciples le suivent. 2 Et le sabbat étant venu, il se mit à enseigner dans la synagogue ; et plusieurs, l'ayant entendu, étaient dans l'étonnement, disant : D'où viennent ces choses à celui-ci ? Et quelle est cette sagesse qui lui est donnée, et d'où vient que de tels miracles s'opèrent par ses mains ? 3 Celui-ci n'est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques et de Joses et de Jude et de Simon ; et ses sœurs ne sont-elles pas ici auprès de nous ? Et ils étaient scandalisés en lui. 4 Et Jésus leur dit : Un prophète n'est pas sans honneur, si ce n'est dans son pays et parmi ses parents et dans sa maison. 5 Et il ne put faire là aucun miracle, sinon qu'il imposa les mains à un petit nombre d'infirmes, et les guérit. 6 Et il s'étonnait de leur incrédulité ; et il visitait l'un après l'autre les villages à la ronde, en enseignant.
  • Que produit ce contraste entre le charpentier consciencieux et le prophète grand en paroles et en puissance ? Vers.2.
  • Quelles sont les conséquences de cette incrédulité?
Gardons-nous de passer rapidement sur un tel passage, et ne soyons pas étonnées à notre tour ! Pensons-nous que l’homme ait changé ? Aujourd’hui, pour être entendu, il faut d’abord la reconnaissance de quelques notables, un diplôme aussi est fort utile… Et tout homme est naturellement catalogué, ce qui fait qu’il y a souvent une certaine retenue à recevoir d’une personne ce qui n’est pas dans son statut de donner… Et il en est ainsi pour Jésus qui avait grandi à Nazareth, fils du charpentier, et charpentier lui-même…

 
6:7-13  Envoi des douze apôtres
Matthieu 10:5-11:1 et Luc 9:1-6

Rien ne peut toutefois arrêter l’annonce de la bonne nouvelle. Si la réception de Jésus dans sa contrée est mitigée, cela n’empêchait pas d’aller plus loin, de ratisser plus large. Aussi les douze sont-ils envoyés, deux à deux, avec des consignes précises.

7 Et il appelle les douze ; et il se mit à les envoyer deux à deux, et leur donna autorité sur les esprits immondes. 8 Et il leur commanda de ne rien prendre pour le chemin, si ce n'est un bâton seulement, ni sac, ni pain, ni monnaie dans leur ceinture, 9 mais d'être chaussés de sandales ; et ne portez pas deux tuniques. 10 Et il leur dit : Partout où vous entrerez dans une maison, demeurez-y jusqu'à ce que vous partiez de là ; 11 et tous ceux qui ne vous recevront pas et ne vous écouteront pas, quand vous partirez de là, secouez la poussière de dessous vos pieds, pour leur servir de témoignage. 12 Et étant partis, ils prêchèrent qu'on se repentît, 13 et chassèrent beaucoup de démons, et oignirent d'huile beaucoup d'infirmes et les guérirent.
  • Pourquoi le Seigneur leur dit-il d’aller deux à deux ? Et de ne prendre aucune provision ? Deutéronome 17:6, 25:4, 1 Timothée 5:18. Quel est l’état d’esprit attendu des envoyés du Seigneur, relevé par cette mention de ne pas aller de maison en maison dans une même ville ?
  • Les envoyés pouvaient-il s’établir à demeurre dans une localité particulière ?
  • Et que dire des pieds chaussés de sandales? Exode 12:11, Amos 2:6 et 8:6.
Assurément, la sandale n’est pas la chaussure de celui qui va à la guerre (Marc 9:5), ni la chausse de cuir fin du notable (Ézéchiel 16:10). Les envoyés vont aller modestement, comme des pélerins, annonçant la bonne nouvelle et rendant témoignage à Jésus. Ce n’est pas par leur apparence qu’ils seront reconnus. Des signes, des miracles, confirmeront leurs dires auprès des populations visitées. Cet enseignement mérite d’être retenu…

 
6:14-29  Questions d’Hérode
Matthieu 14:1-12, Luc 9:7-9 et 3:19-20

Qui donc est ce Jésus dont tout le monde parlait, tellement son passage en Galilée remuait les populations ? Est-il Élie qui devait venir (Malachie 4:5) ? Ce serait alors l’aube des temps messianiques. Ou bien Jésus est-il un prophète comme les autres qui s’étaient succédés ? Ces questions se posaient, et elles sont bien opportunes, encore qu’il eût mieux valu écouter et comprendre ! Mais quand la conscience n’est pas à l’aise, alors la même question prend un tour bien personnel ; c’est la situation d’Hérode. Et Marc expose pourquoi ce roi est ainsi secoué…

14 Et le roi Hérode ouït parler de lui, car son nom était devenu public ; et il dit : Jean le baptiseur est ressuscité d'entre les morts ; et c'est pourquoi les miracles s'opèrent par lui. 15 Et d'autres disaient : C'est Élie ; et d'autres disaient : C'est un prophète, comme un des prophètes. 16 Mais Hérode, ayant appris ce qu'il faisait, dit : C'est Jean que j'ai fait décapiter ; il est ressuscité d'entre les morts. 17 Car Hérode lui-même avait envoyé prendre Jean, et l'avait fait lier dans une prison, à cause d'Hérodias, la femme de Philippe son frère ; car il l'avait épousée. 18 Car Jean disait à Hérode : Il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère. 19 Et Hérodias lui en voulait, et aurait désiré le faire mourir ; et elle ne pouvait pas, 20 car Hérode craignait Jean, le sachant homme juste et saint, et il le gardait soigneusement ; et lorsqu'il l'avait entendu, il faisait beaucoup de choses, et il l'écoutait volontiers. 21 Et un jour favorable étant venu, lorsque Hérode, le jour anniversaire de sa naissance, donnait un repas à ses grands seigneurs, et aux chiliarques, et aux principaux de la Galilée ; 22 et la fille de cette même Hérodias, étant entrée et ayant dansé, plut à Hérode et à ceux qui étaient à table avec lui. Et le roi dit à la jeune fille : Demande-moi tout ce que tu voudras, et je te le donnerai. 23 Et il lui jura : Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, jusqu'à la moitié de mon royaume. 24 Et elle sortit et dit à sa mère : Que dois-je demander ? Et celle-ci dit : La tête de Jean le baptiseur. 25 Et aussitôt elle entra avec empressement vers le roi, et fit sa demande, disant : Je veux que sur-le-champ tu me donnes dans un plat la tête de Jean le baptiseur. 26 Et le roi en fut très-attristé, mais, à cause des serments et de ceux qui étaient à table avec lui, il ne voulut pas lui manquer de parole. 27 Et le roi aussitôt envoya un de ses satellites, et lui commanda d'apporter la tête de Jean. Et celui-ci, s'en étant allé, le décapita dans la prison, 28 et apporta sa tête dans un plat, et la donna à la jeune fille ; et la jeune fille la donna à sa mère. 29 Et ses disciples, l'ayant appris, vinrent et enlevèrent son corps et le mirent dans un sépulcre.
  • Voyons l’histoire des hommes, et réfléchissons à cette scène cruelle pour nous pénétrer qu’elle pourrait se représenter aujourd’hui ! En effet, ne dit-on pas que le dernier siècle fut un des plus sanglants de l’histoire ? Et ce siècle où nous vivons a vraiment mal commencé...
  • Pourquoi l’idée de la venue d’Élie émerge-t-elle parmi le peuple ? Et quelle est la réalité de l’époque ? Malachie 4:5, Marc 9:13.
Jean le baptiseur était venu dans la puissance d’Élie ; le texte de l’évangile illustre ce fait en signalant qu’ils portaient le même vêtement (2 Rois 1:8, Marc 1:6). Marc reviendra sur la question d’Élie, car le service de Jean le baptiseur ne couvre pas tout ce qui est dit par les prophètes touchant Élie qui viendra avant que le Messie paraisse en gloire (Marc 9:11-13). Il évoquera aussi la responsabilité des hommes qui n’ont pas discerné la venue de celui qui annonçait la venue du Messie.

 
6:30-44  Première multiplication des pains
Matthieu 14:13-21, Luc 9:10-17 et Jean 6:1-13

Les apôtres envoyés sont vraiment heureux de raconter ce qu’ils ont vécu , et le Seigneur les conduit en un lieu à l’écart, afin qu’ils puissent se reposer un peu. Mais est-il possible de trouver du repos quand tant de choses se passent et qu’un tel nombre de personnes désirent voir Jésus et l’entendre ?

30 Et les apôtres se rassemblent auprès de Jésus ; et ils lui racontèrent tout : et tout ce qu'ils avaient fait, et tout ce qu'ils avaient enseigné. 31 Et il leur dit : Venez à l'écart vous-mêmes dans un lieu désert, et reposez-vous un peu ; car il y avait beaucoup de gens qui allaient et qui venaient, et ils n'avaient pas même le loisir de manger. 32 Et ils s'en allèrent dans une nacelle en un lieu désert, à l'écart. 33 Et plusieurs les virent qui s'en allaient, et les reconnurent, et accoururent là, à pied, de toutes les villes, et arrivèrent avant eux, et se rassemblèrent auprès de lui.
 
34 Et Jésus, étant sorti, vit une grande foule ; et il fut ému de compassion envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont pas de berger ; et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses. 35 Et comme l'heure était déjà fort avancée, ses disciples venant à lui, disent : Le lieu est désert et l'heure est déjà fort avancée, 36 renvoie-les, afin qu'ils s'en aillent dans les campagnes et les villages d'alentour, et qu'ils s'achètent du pain ; car ils n'ont rien à manger. 37 Et lui, répondant, leur dit : Vous, donnez-leur à manger. Et ils lui disent : Irons-nous acheter pour deux cents deniers de pain, et leur donnerons-nous à manger ? 38 Mais il leur dit : Combien de pains avez-vous ? Allez et regardez. Et quand ils le surent, ils disent : Cinq, et deux poissons. 39 Et il leur commanda de les faire tous asseoir par troupes sur l'herbe verte. 40 Et ils s'assirent en rangs, les uns de cent, et les autres de cinquante. 41 Et ayant pris les cinq pains et les deux poissons, et regardant vers le ciel, il bénit, et rompit les pains et les donna à ses disciples, afin qu'ils les missent devant eux ; et il partagea les deux poissons entre tous. 42 Et ils mangèrent tous, et furent rassasiés. 43 Et ils ramassèrent des morceaux douze paniers pleins, et des restes des poissons. 44 Et ceux qui avaient mangé les pains étaient cinq mille hommes.
  • Que penser de ces personnes si empressées d’aller auprès de Jésus, de l’écouter ? N’avaient-ils pas les scribes pour les enseigner ? Vers.34, Ezéchiel 34:1-9, Ésaïe 40:11.
  • A leur remarque bien compréhensible, que répond le Seigneur ? Et qu’ont-ils, eux, à apporter à cette foule ? Un nouvel enseignement pour les apôtres !
"Des brebis qui n’ont pas de berger !" Il faut s’arrêter sur les passages qui montrent l’état des mentalités aux jours où le Seigneur parcourait la terre d’Israël. Nous pouvons y trouver du zèle pour Dieu, comme Paul lui-même en rendra compte (Actes 26:7), mais aussi un grand formalisme, l’élaboration de règles qui, se fondant sur la Loi, en détournent l’esprit (Marc 7:5-9), et aussi des disputes théologiques entre les différents courants du judaïsme de l’époque (Matthieu 22:34, Actes 23:6-8).
 
L’importance du geste à l’adresse de ces nombreuses personnes qui étaient auprès de Jésus n’en rejaillit que davantage ! Il faut revenir à la parole que Jacob prononça : "le Dieu qui a été mon berger depuis que je suis jusqu'à ce jour" (Genèse 48:15), et voir ce qu’il en est au temps du Seigneur : un peuple sans guide, ayant perdu ses repères. Mais ceux qui se tournent vers Jésus disent alors, comme aujourd’hui : "Nous avons tous été errants comme des brebis, nous nous sommes tournés chacun vers son propre chemin" (Esaïe 53:6). D’une côté, l’homme reconnaît son indépendance personnelle, confesse s’être éloigné du berger, et de l’autre, le Seigneur constate, avec compassion, qu’ils n’ont pas de berger … Et s’accomplit ainsi la parole du prophète Zacharie : "et je me mis à paître le troupeau… voire même les pauvres du troupeau" (Zacharie 11:7-11).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

08:32 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 05 à 08 | Commentaires (0) | Eric

Les commentaires sont fermés.