19/06/2013

Marc 4:35-5:43 La tempête et la foi


 

4:35-5:43  La tempête et la foi

 
Il était inévitable que dans le trouble fomenté par les hommes religieux en raison de ce qui se passait à Capharnaüm, les disciples soient secoués par un sentiment de tempête. Nous avons vu que même la mère et les frères de Jésus s’inquiétaient grandement, commençant à penser que les choses allaient trop loin… Aussi, les douze ont besoin d’être fortifiés, ou plus précisément ici, de connaître leurs limites et d’apprendre sur qui s’appuyer pour les dépasser. Et comprendre aussi que les oppositions ne font pas un frein à la mission du Seigneur. Ils vont mesurer le fruit produit par les paroles de Jésus, tant en pays étranger qu’en terre d’Israël.

 
4:35-41  La tempête apaisée
Matthieu 8:23-27 et Luc 8:22-25

L’enseignement des réalités spirituelles par un apprentissage pratique ! Une barque s’avance dans la nuit pour une traversée assez longue, et le vent se lève, violent, qui produit des vagues en pagaille. La peur s’installe.

35 Et en ce jour-là, le soir étant venu, il leur dit : Passons à l'autre rive. 36 Et ayant renvoyé la foule, ils le prennent dans une nacelle, comme il était ; et d'autres nacelles aussi étaient avec lui. 37 Et il se lève un grand tourbillon de vent, et les vagues se jetaient dans la nacelle, de sorte qu'elle s'emplissait déjà. 38 Et il était, lui, à la poupe, dormant sur un oreiller ; et ils le réveillent et lui disent : Maître, ne te mets-tu pas en peine que nous périssions ? 39 Et s'étant réveillé, il reprit le vent, et dit à la mer : Fais silence, tais-toi ! Et le vent tomba, et il se fit un grand calme. 40 Et il leur dit : Pourquoi êtes-vous ainsi craintifs ? Comment n'avez-vous pas de foi ? 41 Et ils furent saisis d'une grande peur, et ils dirent entre eux : Qui donc est celui-ci, que le vent même et la mer lui obéissent ?
  • Le Seigneur dormant... Les disciples laissées à eux-mêmes! Que peut nous dire aujourd’hui une telle circonstance ?
  • Pourquoi leur crainte exprime-t-elle un manque de foi ? Qui avait dit de monter dans la nacelle en indiquant le lieu où ils se rendaient ?
  • Comment se fait-il que les disciples se demandent qui est Jésus ?
Ainsi, les disciples sont assurés d’entourer le Messie d’Israël, mais ils ont encore à apprendre à son sujet. Cette connaissance est progressive, comme pour chacun, mais elle aboutira à des convictions profondes, au fur et à mesure des expériences de foi qu’ils feront (Voyons notamment Jean 6:68 et 20:28).
 
Et ils doivent être préparé à poursuivre la route sans que le Seigneur ne soit visible à leurs yeux, comme il en est pour les croyants en tous temps, hormis cette parenthèse de la présence de Jésus sur la terre…

 
5:1-20  Au pays des Gadaréniens, hors de la terre d’Israël
Matthieu 8:28-34 et Luc 8:26-39

Ce pouvait être une traversée de la mer de Galilée dans sa longueur. Venant du nord, les disciples avec Jésus abordent une contrée étrangère, la région de Gadara, localité au sud-est de la mer, à quelques kilomètres du rivage… Cette localité est une des dix villes de Décapole, à l’est du Jourdain. Située dans le pays des Ammonites, cette région a été colonisée par des Grecs et des Macédoniens sous le règne d’Antiochus III (223-180). Il s’agit donc d’une population non juive, de culture grecque, ce qui explique la présence d’un troupeau de porcs proche du lieu où Jésus est ses disciples ont abordé.
 
Et là, un homme complètement subjugué par des forces qui le détruisent se trouve devant Jésus. Et la voix de cet homme se fait entendre…

5 1 Et ils arrivèrent à l'autre rive de la mer, dans le pays des Gadaréniens. 2 Et aussitôt, comme il sortait de la nacelle, un homme possédé d'un esprit immonde, 3 et qui avait sa demeure dans les sépulcres, sortant des sépulcres, le rencontra ; et personne ne pouvait le lier, pas même avec des chaînes ; 4 car souvent, quand il avait été lié de fers aux pieds et de chaînes, il avait rompu les chaînes et mis les fers en pièces, et personne ne pouvait le dompter. 5 Et il était continuellement, de nuit et de jour, dans les sépulcres et dans les montagnes, criant et se meurtrissant avec des pierres.
 
6 Et voyant Jésus de loin, il courut et se prosterna devant lui ; 7 et, criant avec une voix forte, il dit : Qu'y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-haut ? Je t'adjure par Dieu, ne me tourmente pas. 8 Car il lui disait : Sors de cet homme, esprit immonde ! 9 Et il lui demanda : Quel est ton nom ? Et il lui dit : J'ai nom Légion, car nous sommes plusieurs. 10 Et il le priait instamment pour qu'il ne les envoyât pas hors du pays.
 
11 Et il y avait là, vers la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissait. 12 Et ils le prièrent, disant : Envoie-nous dans les pourceaux, afin que nous entrions en eux. 13 Et aussitôt Jésus le leur permit. Et les esprits immondes, sortant, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se rua du haut de la côte dans la mer ; or ils étaient environ deux mille ; et ils furent étouffés dans la mer.
 
14 Et ceux qui les paissaient s'enfuirent, et portèrent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. Et ils sortirent pour voir ce qui était arrivé ; 15 et ils viennent vers Jésus, et voient le démoniaque, assis, vêtu, et dans son bon sens, celui qui avait Légion ; et ils eurent peur. 16 Et ceux qui avaient vu ce qui s'était passé, leur racontèrent ce qui était arrivé au démoniaque et ce qui concernait les pourceaux ; 17 et ils se mirent à le prier de s'en aller de leur territoire.
 
18 Et comme il montait dans la nacelle, celui qui avait été démoniaque le pria de permettre qu'il fût avec lui. 19 Et il ne le lui permit pas, mais lui dit : Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t'a fait, et comment il a usé de miséricorde envers toi. 20 Et il s'en alla, et se mit à publier en Décapolis tout ce que Jésus lui avait fait ; et tous s'en étonnaient.
  • Que nous indique l’état extrême de cet homme qui n’était plus maître de lui-même ? Dans quel état d’assujettissement, bien différents sans doute, se trouvent bien des hommes aujourd’hui ?
  • Quelle est la fin de celui qui est dominé par les puissances démoniaques ? Cette fin, celle de l’homme assujetti et asservi par des passions diverses, est illustrée dans la mort des pourceaux.
  • Que pouvons-nous penser de la peur des gardiens, habitués qu’ils étaient à l’état de l’homme possédé ?
  • Que choisissent les hommes, face à la puissance de délivrance manifestée par Jésus ? Jean 3:19.
  • Quel enseignement tirer de la mission donnée à l’homme ainsi délivré ?
Au travers de ce phénomène extrême, il apparaît que les auteurs des évangiles synoptiques ont jugé important de relever cette scène pour que nous en tirions l’enseignement au travers des tableaux qu’elle nous présente : la condition extrême de l’homme, les pourceaux précipités dans la mer, et la demande expresse que Jésus se retire et ne les perturbe pas d’avantage.
 
Arrêtons-nous maintenant sur le désir profond de cet homme délivré. Où pourrait-il être mieux qu’auprès de Jésus ? Et sans doute serions-nous tentés de penser qu’il avait beaucoup de choses à apprendre, mais sa connaissance ne vient pas de l’étude ou de la réflexion, il sait une chose, et elle est essentielle : autrefois il était dans la plus profonde désolation, et maintenant il est délivré. Nous pouvons voir un certain parallèle avec l’aveugle-né guéri par le Seigneur. Il ne peut pas prononcer de discours, mais ce qu’il pouvait dire, et il l’a dit : "J’étais perdu, et maintenant je vis !" (Jean 9:25).

 
5:21-43  La fille de Jaïrus et la femme infirme...
Matthieu 9:18-26 et Luc 8:40-56

A Capharnaüm, on ne peut avoir oublié la scène de la synagogue quelques semaines auparavant sans doute (Marc 1:21-28). Et nous voyons un des responsables de la synagogue poussé à se tourner vers Jésus, et manifestant une réelle foi tandis qu’il traversait une douloureuse épreuve. Et en même temps, une femme du peuple, infirme, entreprend une démarche connue d’elle seule et manifeste une foi qui réjouit le Seigneur.

21 Et Jésus, ayant encore repassé à l'autre rive, dans la nacelle, une grande foule se rassembla auprès de lui ; et il était au bord de la mer. 22 Et un des chefs de synagogue, nommé Jaïrus, vient ; et le voyant, il se jette à ses pieds ; 23 et il le suppliait instamment, disant : Ma fille est à l'extrémité ; je te prie de venir et de lui imposer les mains, afin qu'elle soit sauvée, et qu'elle vive. 24 Et il s'en alla avec lui ; et une grande foule le suivit, et elle le pressait.
 
25 Et une femme qui avait une perte de sang depuis douze ans, 26 et qui avait beaucoup souffert d'un grand nombre de médecins, et avait dépensé tout son bien, et n'en avait retiré aucun profit, mais plutôt allait en empirant, 27 ayant ouï parler de Jésus, vint dans la foule par derrière, et toucha son vêtement ; 28 car elle disait : Si je touche, ne fût-ce que ses vêtements, je serai guérie. 29 Et aussitôt son flux de sang tarit ; et elle connut en son corps qu'elle était guérie du fléau. 30 Et aussitôt Jésus, connaissant en lui-même la puissance qui était sortie de lui, se retournant dans la foule, dit : Qui a touché mes vêtements ? 31 Et ses disciples lui dirent : Tu vois la foule qui te presse, et tu dis : Qui m'a touché ? 32 Et il regardait tout à l'entour pour voir celle qui avait fait cela. 33 Et la femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint et se jeta devant lui, et lui déclara toute la vérité. 34 Et il lui dit : Ma fille, ta foi t'a guérie ; va en paix, et sois guérie de ton fléau.
 
35 Comme il parlait encore, il vient des gens de chez le chef de synagogue, disant : Ta fille est morte ; pourquoi tourmentes-tu encore le maître ? 36 Et Jésus, ayant entendu la parole qui avait été dite, dit aussitôt au chef de synagogue : Ne crains pas, crois seulement. 37 Et il ne permit à personne de le suivre, sinon à Pierre et à Jacques et à Jean le frère de Jacques. 38 Et il vient à la maison du chef de synagogue ; et il voit le tumulte, et ceux qui pleuraient et jetaient de grands cris. 39 Et étant entré, il leur dit : Pourquoi faites-vous ce tumulte, et pourquoi pleurez-vous ? L'enfant n'est pas morte, mais elle dort. 40 Et ils se riaient de lui. Mais les ayant tous mis dehors, il prend le père de l'enfant et la mère, et ceux qui étaient avec lui, et entre là où l'enfant était couchée. 41 Et ayant pris la main de l'enfant, il lui dit : Talitha coumi ; ce qui, interprété, est : Jeune fille, je te dis, lève-toi. 42 Et aussitôt la jeune fille se leva et marcha, car elle avait douze ans ; et ils furent transportés d'une grande admiration. 43 Et il leur enjoignit fort que personne ne le sût ; et il dit qu'on lui donnât à manger.
  • Que dire de Jaïrus, allant à Jésus alors que des notables venus de Jérusalem s’opposaient ouvertement ? Marc 3:6, 3:22-30.
  • Jésus est retardé sur la route ! Observons le comportement de cette femme infirme, “au bout du rouleau” dirions-nous et allant à Jésus. Pensons à cette démarche tout à fait personnelle, secrète... Et qui a au fond d’elle-même une telle conviction !
  • C’est assurément le Seigneur qui l’a guérie ! Pourquoi dit-il “Ta foi t’a guérie” ? Hébreux 10:38, Habacuc 2:4.
  • Revenant à Jaïrus, nous voyons la dureté de l’épreuve s’abattre davantage encore. Que dire de la parole du Seigneur : “Ne crains pas, crois seulement” ? Ezéchiel 34:11-16.
Une vie paraissait s’éteindre après douze années, et une autre vie était une douleur continuelle depuis autant d’années ! Ainsi un tableau est déployé devant nous, dans la superposition de ces deux vies et la coïncidence des événements, jusqu’à ce que le Seigneur donne la vie, la santé de l’âme. N’avait-il pas dit que ce sont les malades qui ont besoin de médecin (Marc 2:17). Et Il est là celui qui a dit : "Je suis venu afin qu'elles aient la vie, et qu'elles l'aient en abondance" (Jean 10:10).
 
Qui pourrait douter, après cela, que l’opposition au Seigneur, les complots contre lui, les troubles provoqués par quelques personnes importantes puissent être des freins à la naissance de la foi dans les âmes ? Ces scènes se passaient à Capharnaüm où des notables étaient venus de Jérusalem pour casser cet engouement du peuple tourné vers Jésus, en disant que celui-ci était lié à des puissances sataniques (Marc 3:22).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.