19/06/2013

Marc 4:1-34 Enseignements en paraboles


 

4:1-34  Enseignement en paraboles

 
Quoique rentrant régulièrement à Capharnaüm où était sa maison, Jésus enseigne plus volontiers hors de la ville, près de la mer, lui-même se tenant dans une nacelle (Marc 3:9). L’assistance est nombreuse, et forcément mélangée. Plusieurs croient, d’autres hésitent, et il s’y trouve aussi de simples curieux… Jésus ne peut tout révéler, la question n’est pas de connaître, de proclamer une doctrine, fut-elle remplie de vérité, mais d’avoir le cœur convaincu, se tourner vers Dieu en vérité avec le désir réel de s’attacher à lui plaire. Alors le Seigneur leur parle en paraboles, comme il était d’ailleurs annoncé (Psaume 78:2).

 
4:1-9  La parabole du semeur
Matthieu 13:1-9 et Luc 8:4-8

Le commencement de la sagesse est de se connaître soi-même, sans doute. Et cette parabole du semeur pouvait bien faire réfléchir chacun pour qu’il comprenne de quelle terre il est fait, comment la parole de la grâce est reçue…

4  1 Et il se mit encore à enseigner près de la mer. Et une grande foule se rassembla auprès de lui ; de sorte que, montant dans une nacelle, il s'assit sur la mer ; et toute la foule était à terre sur le bord de la mer. 2 Et il leur enseignait beaucoup de choses par des paraboles ; et il leur disait dans son enseignement : 3 Écoutez : Voici, un semeur sortit pour semer. 4 Et il arriva qu'en semant, quelques grains tombèrent le long du chemin ; et les oiseaux vinrent et les dévorèrent. 5 Et d'autres tombèrent sur les endroits rocailleux où ils n'avaient pas beaucoup de terre ; et aussitôt ils levèrent, parce qu'ils n'avaient pas une terre profonde ; 6 et quand le soleil se leva, ils furent brûlés, et, parce qu'ils n'avaient pas de racine, ils furent séchés. 7 Et d'autres tombèrent dans les épines ; et les épines montèrent et les étouffèrent, et ils ne donnèrent pas de fruit. 8 Et d'autres tombèrent dans la bonne terre, et donnèrent du fruit, montant et croissant, et rapportèrent, l'un trente, et l'un soixante, et l'un cent. 9 Et il dit : Qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende.
  • Qu’est la semence répandue, telle qu’elle le fut en ce jour là au bord de la mer de Galilée ?
  • Que sont les quatre terrains ? Quelles questions pouvaient se poser les auditeurs ?
  • Quel est le but du Seigneur en leur disant cette parabole sans l’expliquer ?
Aujourd’hui, chaque lecteur de l’évangile dispose de l’entièreté du passage : la parabole et l’explication que le Seigneur en donna lui-même. Et un lecteur pourrait se tenir ainsi à la connaissance intellectuelle du thème. Mais pour ces personnes au bord du lac qui ne reçurent pas l’explication – elle fut réservée aux disciples – l’attention dût être particulièrement aiguisée : Pourquoi le Maître dit-il cela ? Que signifient ces paroles… Jusqu’à comprendre les vraies questions induites par la parabole : Sur quel terrain suis-je ? Les mots prononcés ont-ils laissé une empreinte en mon esprit ? Vais-je rentrer chez moi pour m’occuper en priorité de mes affaires, oubliant cette parole ?

 
4:10-20  Explications données aux disciples
Matthieu 13:10-52 et Luc 8:9-18

L’exposé de la parabole aux disciples commence de façon bien étrange, lorsque le Seigneur leur dit : "de peur qu’ils ne se convertissent"… Mais la parabole elle-même se terminait par cette parole : "Qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende.". C’était un avertissement sérieux, mais surtout un appel à porter attention à cette parabole dont le but, manifestement, était d’amener l’auditoire à un retour sur soi-même, examinant chacun ce qu’il ferait de cette parole annoncée, cette semence répandue.
 
L’exposé nous montre que la parabole présente chacune des situations qui se rencontrent en ce monde lorsque la parole de Dieu est présentée.

10 Et quand il fut en particulier, ceux qui étaient autour de lui, avec les douze, l'interrogèrent touchant la parabole. 11 Et il leur dit : À vous il est donné de connaître le mystère du royaume de Dieu ; mais pour ceux qui sont dehors, toutes choses se traitent par des paraboles, 12 afin qu'en voyant ils voient et n'aperçoivent pas, et qu'en entendant ils entendent et ne comprennent pas : de peur qu'ils ne se convertissent et que leurs péchés ne leur soient pardonnés.
 
13 Et il leur dit : Ne connaissez-vous pas cette parabole ? et comment connaîtrez-vous toutes les paraboles ? 14 Le semeur sème la parole. 15 Et ce sont ici ceux qui sont le long du chemin, là où la parole est semée ; et quand ils ont entendu, Satan vient aussitôt et ravit la parole semée en eux. 16 Et pareillement, ceux qui sont semés sur les endroits rocailleux, ce sont ceux qui, quand ils ont entendu la parole, la reçoivent aussitôt avec joie ; 17 et ils n'ont pas de racine en eux-mêmes, mais ne sont que pour un temps ; puis, quand la tribulation ou la persécution survient à cause de la parole, ils sont aussitôt scandalisés. 18 Et d'autres sont ceux qui sont semés dans les épines : ce sont ceux qui ont entendu la parole ; 19 et les soucis du siècle, et la tromperie des richesses, et les convoitises à l'égard des autres choses, entrant, étouffent la parole, et elle est sans fruit. 20 Et ceux qui sont semés sur la bonne terre, ce sont ceux qui entendent la parole, et la reçoivent, et portent du fruit : l'un trente, et l'un soixante, et l'un cent.
  • Que peut entrer dans la connaissance des mystères du royaume de Dieu ? Colossiens.1:26.
  • Quelle est la finalité de la parole de Dieu, telle que nous pouvons le lire ici ? Vers.20, Matthieu 25:14-30, Jean 15:1-5.
Le fruit porté, la vie de Dieu manifestée, c’est l’entrée effective dans l’Alliance avec Lui. Telle est la réponse véritable à la bonne nouvelle de la grâce. Nous voyons ici combien la foi est présentée non par la doctrine professée, mais par la pratique de la vie. Ce point rejoint la parole du prophète Michée et sera souligné par Jaques dans son épître (Michée 6:8, Jacques 2:18). N’est-ce pas l’enseignement donné par le Seigneur aux disciples, la nuit qu’il fut livré (Jean 15:1-5) ?

 
4:21-25  Exhortations adressées aux disciples
Matthieu 5:14-16 et Luc 8:16-18

Le Seigneur poursuit avec ses disciples, évoquant la responsabilité de celui qui a entendu ; "à vous qui entendez", dit-il. Ici encore, c’est de pratique qu’il est question… Et sans doute y verrons-nous le contraste entre la vie de Dieu manifestée et une profession religieuse affirmée…

21 Et il leur dit : La lampe vient-elle pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N'est-ce pas pour être mise sur le pied de lampe ? 22 Car il n'y a rien de secret qui ne soit manifesté, et rien de caché n'arrive, si ce n'est afin de venir en évidence. 23 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende. 24 Et il leur dit : Prenez garde à ce que vous entendez : de la mesure dont vous mesurerez il vous sera mesuré ; et à vous qui entendez, il sera ajouté ; 25 car à quiconque a, il sera donné ; et à celui qui n'a pas, cela même qu'il a sera ôté.
  • Quel contraste peut-on discerner entre d’une part la lumière qui est vue Matthieu 5:14-16, et de l’autre les choses “possédées” dont quelqu’un pourrait être dépossédé ?
  • Que peut-il être ôté à celui qui n’a rien ? Comparer la parabole des talents :  Matthieu 25:28, Luc 19:24.
Quelqu’un pourrait dire être croyant, mais ce sont les fruits produits qui en sont le témoignage (Matthieu 7:17-19, Jacques 2:17,18). Ainsi, il se trouve aussi en ce monde des autorités détenant un pouvoir d’ordre religieux, mais si un tel pouvoir se révèle ne pas marcher dans la foi, que peut-il arriver, au moins lorsque tout paraîtra à la lumière ? (Luc 8:17, 2 Corinthiens 5:9-10). Ce sont les manifestations de vie qui démontrent la vie, non les proclamations de foi ou la seule participation à des réunions chrétiennes.

 
4:26-34  Autres paraboles adressées à la foule
Matthieu 13:31-32 et Luc 13:18-19

Ainsi, ces paraboles et bien d’autres encore (Marc 4:33) sont adressées à tous les auditeurs ; les allégories qu’elles proposent doivent les faire réfléchir et amener les âmes à un retour sur soi afin qu’elles se tournent vers Dieu.

26 Il dit aussi : Ainsi est le royaume de Dieu : c'est comme si un homme jetait de la semence sur la terre, 27 et dormait et se levait de nuit et de jour, et que la semence germât et crût sans qu'il sache comment. 28 La terre produit spontanément du fruit, premièrement l'herbe, ensuite l'épi, et puis le plein froment dans l'épi ; 29 et quand le fruit est produit, on y met aussitôt la faucille, parce que la moisson est arrivée.
 
30 Il disait aussi : Comment comparerons-nous le royaume de Dieu, ou par quelle parabole le représenterons-nous ? 31 Il est semblable à un grain de moutarde, qui, lorsqu'il est semé sur la terre, est la plus petite de toutes les semences qui sont sur la terre ; 32 et après qu'il est semé, il monte et devient plus grand que toutes les herbes, et jette de grandes branches, de sorte que les oiseaux du ciel peuvent demeurer sous son ombre.
 
33 Et par plusieurs paraboles de cette sorte, il leur annonçait la parole, selon qu'ils pouvaient l'entendre ; 34 mais il ne leur parlait pas sans parabole ; et en particulier il interprétait tout à ses disciples.
  • Qu’apporte la parabole des semailles en complément de celle du semeur et des quatre terrains ? Le temps de la moisson est un temps de bonheur, comme il sera à la fin Psaume 126:6.
  • De quoi parle la parabole du grain de moutarde ? Y est-il question de fruits ?
  • Comment pouvons-nous considérer l’allégorie de "toutes sortes d’oiseaux du ciel" ? Cette expression reflète-t-elle un aspect positif ? Jérémie 5:27.
Les deux paraboles que nous voyons ici présentent la réalité du temps selon deux angles pour ainsi dire opposés, l’une tournant la réflexion vers la moisson et le fruit produit, et l’autre vers l’apparence que prendront les choses sur la terre. L’une évoque le fruit produit, et l’autre l’apparence de l’arbre seulement…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

08:35 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 01 à 04 | Commentaires (0) | Eric

Les commentaires sont fermés.