19/06/2013

Marc 1:40-2:13 Qui a besoin du médecin ?


 

1:40-3:6  Renommée et opposition

 
De ce ministère itinérant, Marc retiendra un certain nombre de faits marquants. Et ces pages établissent clairement que le Seigneur n’est pas venu renverser ce qui fut établi par Dieu ; le respect de la Loi s’impose. Mais déjà l’opposition se fait jour…

 
1:40-45  Guérison du lépreux
Matthieu 8:1-4 et Luc 5:12-16

La lèpre, une maladie impressionnante dont à l’époque peu guérissaient, était dans l’Écriture, l’image même du péché qui pénètre l’homme jusqu’à l’envahir tout entier s’il n’y prend garde. Ainsi, la Loi comporte des rituels particuliers concernant les personnes atteintes de cette maladie (Lévitique 13 et 14). Non que le lépreux soit plus pécheur qu’un autre homme, mais par ces signes et symboles, la pensée de Dieu était communiquée aux hommes.
 
Lorsqu’un lépreux vint à Jésus, un certain jour, ce fut l’occasion de faire savoir que le Seigneur n’est pas venu pour abolir la Loi, mais pour l’accomplir (Matthieu 5:17).

40 Et un lépreux vient à lui, le suppliant et se jetant à genoux devant lui, et lui disant : Si tu veux, tu peux me rendre net. 41 Et Jésus, ému de compassion, étendant la main, le toucha, et lui dit : Je veux, sois net. 42 Et comme il parlait, aussitôt la lèpre se retira de lui ; et il fut net. 43 Et usant de paroles sévères, il le renvoya aussitôt, 44 et lui dit : Prends garde de n'en rien dire à personne ; mais va, montre-toi au sacrificateur, et offre pour ta purification ce que Moïse a ordonné, pour que cela leur serve de témoignage. 45 Mais lui, étant sorti, commença à beaucoup publier et à divulguer ce qui était arrivé, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans la ville ; mais il se tenait dehors dans des lieux déserts ; et on venait à lui de toutes parts.
  • Qu’exprime le lépreux en disant : "Si tu veux.." ? Et qu’affirme le Seigneur en disant "Je veux !" ? Et qu’en conclure pour nous ?
  • Pourquoi le Seigneur enjoint-il sévèrement le lépreux de ne rien dire, mais d’aller auprès du sacrificateur, du prêtre ?
  • Par ailleurs, le lépreux pouvait-il se taire après une telle délivrance ? Rappelons-nous de la vie des lépreux, tenus à l’écart du monde, de leurs proches… 2 Chroniques 26:20-21.
La compassion du Seigneur pour la peine dans le monde, a-t-elle cessé ? Il y avait aussi des pauvres, et des victimes de diverses oppressions lorsque Jésus était sur la terre, mais le travail de Dieu n’avait pas pour finalité immédiate de transformer le monde, mais que les hommes connaissent la grâce et la réconciliation (1 Timothée 2:4).

 
2:1-12  Guérison du paralytique à Capharnaüm
Matthieu 9:1-8 et Luc 5:17-26

Quelques jours après la guérison du lépreux, Jésus et le petit groupe des disciples se retrouvent à Capharnaüm, "à la maison" est-il ajouté, on peut pensser à cette maison où Jésus demeura après avoir quitté Nazareth. Un lieu où trouver du repos, ou prendre un repas (Marc 3:20-21). Et voilà quatre hommes venant avec foi auprès de Jésus, transportant une de leurs connaissances, paralysée. Ils ne ménagent pas leurs efforts, et même usent d’audace en ôtant une plaque de couverture du toit. Mais déjà des observateurs peu amènes s’interrogent sur ce qu’ils voient et entendent.

2  1 Et il entra de nouveau dans Capharnaüm, quelques jours après, et on ouït dire qu'il était à la maison. 2 Et aussitôt beaucoup de gens s'y assemblèrent, de sorte qu'il ne se trouva plus de place, même auprès de la porte ; et il leur annonçait la parole. 3 Et des gens viennent à lui, amenant un paralytique porté par quatre personnes. 4 Et ne pouvant s'approcher de lui, à cause de la foule, ils découvrirent le toit du lieu où il était ; et l'ayant percé, ils descendirent le petit lit sur lequel le paralytique était couché. 5 Et Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. 6 Et il y avait là quelques-uns des scribes, assis et raisonnant dans leurs cœurs : 7 Pourquoi celui-ci parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, sinon un seul, Dieu ? 8 Et aussitôt Jésus, connaissant dans son esprit qu'ils raisonnaient ainsi en eux-mêmes, leur dit : Pourquoi faites-vous ces raisonnements dans vos cœurs ? 9 Lequel est le plus facile, de dire au paralytique : Tes péchés te sont pardonnés ; ou de dire : Lève-toi, prends ton petit lit, et marche ? 10 Or, afin que vous sachiez que le fils de l'homme a le pouvoir sur la terre de pardonner les péchés (il dit au paralytique) : 11 Je te dis, lève-toi, prends ton petit lit, et va dans ta maison. 12 Et il se leva aussitôt, et ayant pris son petit lit, il sortit en la présence de tous ; de sorte qu'ils en furent tous étonnés et qu'ils glorifiaient Dieu, disant : Nous ne vîmes jamais pareille chose.
  • Pourquoi le Seigneur parle-t-il du pardon des péchés ? Est-ce cela que les quatre hommes portant le paralytique attendaient ?
  • Les scribes, des hommes connaissant et enseignant les Écritures, ont-ils dit un seul mot ? Mais qu’a discerné Jésus pour qu’il les apostrophe ainsi qu’Il l’a fait ?
  • Le paralytique est guéri d’une seule parole du Seigneru. Comparons le silence des scribes avec la joie de l’assistance et la louange qui s’élève spontanément.
Aussi, ces scribes ont la réponse à leurs raisonnements et sont confrontés à une question difficile pour eux, tandis que Jésus a répondu à l’attente des quatre hommes. Dans le monde dans lequel nous vivons, nous trouvons, autant dans la famille de la foi que partout ailleurs, des malades, des infirmes, des hommes, des femmes, des enfants dans la détresse. Le temps n’est pas encore venu d’établir le Royaume de Dieu sur cette terre, mais c’est déjà le temps de constater la puissance et la grâce, et de rendre gloire à Dieu. (Comparer Jean 18:36 et Apocalypse 11:15).

 
2:13-17  Qui a besoin d’un médecin ?
Matthieu 9:9-13 et Luc 5:27-32

Jésus poursuit son chemin, et le groupe de ceux qui le suivent s’étoffe. Ici nous le voyons près de la mer de Galilée, appelant Lévi à le suivre. Et ils se retrouvent dans sa maison avec ses disciples. La foule est attentive et le suit le long de la mer, puis se groupe devant la porte de la maison où il se trouve. Et on buvait ses paroles ! En effet, un prophète était manifesté au peuple qui attendait depuis si longtemps la délivrance, le rétablissement du bonheur ancien qu’ils avaient perdu depuis plusieurs siècles ! (Deutéronome 18:15-18).
 
Mais cela ne plaît pas à tous. Ceux qui avaient de l’ascendant sur les foules, ceux qui enseignaient le peuple, entendent un nouveau message, voient des prodiges et constatent l’attention de la population. Et il leur paraît qu’une ombre est portée sur leur autorité… Et ces scribes raisonneurs ne peuvent plus se tenir dans le silence ; ils ouvrent la bouche, mais toutefois ils manquent encore d’audace pour s’opposer ouvertement au Seigneur.

13 Et il sortit encore et longea la mer ; et toute la foule venait à lui, et il les enseignait. 14 Et en passant, il vit Lévi le fils d'Alphée assis au bureau de recette, et il lui dit : Suis-moi. Et se levant, il le suivit. 15 Et il arriva, comme il était à table dans sa maison, que beaucoup de publicains et de pécheurs aussi se trouvèrent à table avec Jésus et ses disciples ; car ils étaient nombreux, et ils le suivaient. 16 Et les scribes et les pharisiens, le voyant manger avec les publicains et les pécheurs, dirent à ses disciples : Pourquoi mange-t-il et boit-il avec les publicains et les pécheurs ? 17 Et Jésus, l'ayant entendu, leur dit : Ceux qui sont en bonne santé n'ont pas besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal ; je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.
  • Quelle est la réponse de Lévi à Jésus ? Pensons à ce que peut signifier de quitter son travail de cette manière. Et qu’organise-t-il dès sa décision prise ?
  • De quoi donc est rempli l’esprit des scribes et pharisiens présents ? Notons qu’il ne s’agit ni de "tous" les scribes, ni de "tous" les pharisiens. Marc 12:28-32, Jean 3:1.
  • En parlant de ceux qui sont en bonne santé, le Seigneur évoque-t-il véritablement l’état moral de personnes, ou le sentiment que des personnes ont de leur propre état ? Romains 3:23 
Un médecin ! En effet, Jésus peut être considéré comme le "divin médecin", celui qui est venu pour "ôter le péché du monde" (Jean 1:29), comme nous pouvons aussi considérer les paroles touchant les brebis malades, blessées, perdues (Ézéchiel 34:4,16). Mais cette parole sera entendue et méchamment utilisées, cela le Seigneur le sait quant il adresse cette parole à Nazareth : "Assurément vous me direz cette parabole : Médecin, guéris-toi toi-même ; fais ici aussi dans ton pays toutes les choses que nous avons ouï dire qui ont été faites à Capharnaüm." (Luc 4:23).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

08:40 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 01 à 04 | Commentaires (0) | Eric

Les commentaires sont fermés.