18/06/2013

Marc 12:28-44 Manifestations de sagesse et de foi


 

 

12:28-44  Manifestations de sagesse et de foi

 
Il faut remarquer l’intelligence du texte de Marc. Cette troisième journée dût être parsemée d’événements, mais cette page difficile où la contestation et à l’ordre du jour se termine par deux faits remarquables.
 
Marc nous montre que si une part agissante des notables d’entre les juifs cherchait à altérer le rayonnement de Jésus auprès du peuple, jusqu’à vouloir en finir avec Lui, cela n’est pas le fait de tous. Des hommes, même parmi les docteurs de la Loi, écoutent et réfléchissent tandis que des personnes du peuple, poursuivent leur démarche de foi dans l’humilité et la confiance.
12:28-34  La sagesse d'un docteur de la loi
Matthieu 22:34-40

Un des scribes se manifeste. C’est un homme qui sait écouter et qui fut témoin des contestations de la parole de Jésus. Il faut remarquer cet homme intègre dont nous ne connaissons pas la vie par la suite, mais qui vint avec droiture au Seigneur. Et il pose avec sérieux une question, une question pour laquelle il a une réponse, mais il désire mieux comprendre la pensée de Jésus. Nous voyons qu’il n’y a pas de malice en lui.

28 Et l'un des scribes, qui les avait ouïs discuter, voyant qu'il leur avait bien répondu, s'approcha et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ? 29 Et Jésus lui répondit : Le premier de tous les commandements est : «Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est un seul Seigneur ; 30 et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force» [Deutéronome 6:4-5]. 31 C'est là le premier commandement. Et le second lui est semblable : «Tu aimeras ton prochain comme toi-même» [Lévitique 19:18]. Il n'y a point d'autre commandement plus grand que ceux-ci. 32 Et le scribe lui dit : Bien, maître, tu as dit selon la vérité, car il y en a un, et il n'y en a point d'autre que lui ; 33 et que de l'aimer de tout son cœur, et de toute son intelligence, et de toute son âme, et de toute sa force, et d'aimer son prochain comme soi-même, c'est plus que tous les holocaustes et les sacrifices. 34 Et Jésus, voyant qu'il avait répondu avec intelligence, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osait plus l'interroger.
  • La réponse fournie, et reconnue par le scribe, ressort-elle de la récitation dogmatique de quelque credo ? Comparons avec le décalogue. Exode 20:1-17, Deutéronome 5:6-21.
  • Quel est l’accent majeur, voire même essentiel, dans les deux commandements cités ?
  • Ce scribe intelligent est près du Royaume de Dieu. Que lui manque-t-il pour y enter ?
Habitué au texte, nous pourrions ne pas discernrer combien la parole du scribe est marquée par une profonde réflexion personnelle. Voilà un homme qui connaît la loi, et qui ne transforme pas ce message divin en légalisme. Pensons par contraste au légalisme sourcillieux qui conduit à "la dîme de la menthe et de l'aneth et du cumin" (Matthieu 23:23), et aux traditions qui aboutissent à la transgression de la loi (Matthieu 7:6-13). Ce docteur de la loi a compris l’essence du lien avec Dieu, le fondement de l’Alliance et le cœur de la Loi.

 
12:35-40  Le Seigneur questionne et conclut
Matthieu 22:41-46 et Luc 20:41-44

La journée se poursuit alors par un enseignement donné par Jésus au parvis du temple. Et il en vient à des paroles prophétiques propres à faire réfléchir ses auditeurs. Il y a dans les Écritures d’apparents paradoxes qui ouvrent les regards sur des annonces excellentes.

35 Et comme il enseignait dans le temple, Jésus répondit et dit : Comment disent les scribes que le Christ est fils de David ? 36 Car David lui-même a dit par l'Esprit Saint : «Le Seigneur a dit à mon seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je mette tes ennemis pour marchepied de tes pieds» [Psaume 110:1]. 37 David lui-même donc l'appelle seigneur ; et comment est-il son fils ? Et la grande foule prenait plaisir à l'entendre.
 
38 Et il leur disait dans son enseignement : Gardez-vous des scribes, qui se plaisent à se promener en longues robes et qui aiment les salutations dans les places publiques, 39 et les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les repas ; 40 qui dévorent les maisons des veuves, et pour prétexte font de longues prières ; - ceux-ci recevront une sentence plus sévère.
  • Nous connaissons bien évidemment la réponse à la question posée ; nous pouvons dire que nous détenons la clé de l’énigme. Mais un juif fidèle, un lecteur intelligent comme le docteur de la loi qui vint à Jésus, pouvait-il comprendre de texte cité (Psaume 110) ? Ésaïe 7:14, 42:1, 61:1, Jérémie 23:5, Malachie 3:1 ...
  • Quel enseignement pour aujourd’hui pouvons-nous tirer du second paragraphe de cette section ?
"La grande foule prenait plaisir à l’entendre." Voilà bien des discours exempts de récitations dogmatiques, mais chargés de grâce et de vérité. La réponse aux aspirations des hommes. Nulle prescription compliquée, nulle forme liturgique impénétrable… Les paroles du Christ, les paroles de l’évangile, ouvrent les regards avec simplicité sur le plan de Dieu et sur ce que Dieu attend de l’homme…

 
12:41-44  La pite de la veuve
Luc 21:1-4

Et voici, bien à l’opposé de la connaissance, de l’érudition, une femme dont nous pouvons bien comprendre les préoccupations. Il lui fallait vivre au jour le jour, ou peut-être même lutter pour survivre. Et dans son dépouillement elle s’approche du tronc de la collecte.  

41 Et Jésus, étant assis vis-à-vis du trésor du temple, regardait comment la foule jetait de la monnaie au trésor ; et plusieurs riches y jetaient beaucoup. 42 Et une pauvre veuve vint, et y jeta deux pites, qui font un quadrant. 43 Et ayant appelé ses disciples, il leur dit : En vérité, je vous dis que cette pauvre veuve a plus jeté au trésor que tous ceux qui y ont mis ; 44 car tous y ont mis de leur superflu, mais celle-ci y a mis de son indigence, tout ce qu'elle avait, toute sa subsistance.
  • Comment se porte le regard du Seigneur sur ceux qui apportaient leur don ? Est-ce l’importance du don ?
  • Et comment le Seigneur apprécie-t-il les dons apportés au temple ?
"L’Éternel regarde au cœur !" (1 Samuel 16:7), telle est la réalité qu’un prophète exprimé bien des siècles auparavant, dans un tout autre contexte. Comme nous le voyons, la pauvre veuve avait mis sa confiance en Dieu. Nous ne connaissons pas sa vie, mais nous connaissons des vies, et la nôtre. Le geste de cette pauvre femme exprime la confiance non par des paroles et des demandes pour elle-même, mais par un geste qui prouve sa confiance ! Et cette confiance est précieuse aux yeux de Dieu. Elle nous offre un enseignement sur lequel nous ne devrions pas passer rapidement.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:15 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric

Les commentaires sont fermés.