18/06/2013

Marc 11:20-12:12 Un constat de carence


 

11:20-12:12  Un constat de carence

 
Un troisième jour se lève, et celui-ci sera marqué par les confrontations. La tension augmente. Par son entrée royale de Jésus à Jérusalem, et cet acte d’autorité, Jésus chassant les marchands, les principaux chefs religieux, non pas tous, faut-il le dire, sont de plus en plus déterminés à en finir. Ce jour sera un jour de contestations ouvertes avec les représentants de divers courants du judaisme de cette époque, mais il se trouve un docteur de la loi disposé à écouter le Seigneur.

 
11:20-26  Le figuier desséché
Matthieu 21:18-22

Le petit groupe retourne encore à Jérusalem, et repasse devant le figuier desséché… Les uns aiment y voir une malédiction, un rejet, mais ils oublient qu’il y a un repos shabbatique en attente encore pour le peuple de Dieu (Hébreux 4:9, Romains 11:26). Il n’y avait pas de fruit, "car la loi n'a rien amené à la perfection" (Hébreux 7:19), mais n’y a-t-il pas une nouvelle saison ? (Ésaïe 65:9). Dans la tristesse de constater alors l’absence de fruit, le geste du Seigneur souligne qu’il ne pouvait en vérité y avoir de fruit.
 
Celui qui d’une parole rendit sec le figuier (Osée 9:16) pleurait en approchant de la ville de Jérusalem (Luc 19:41-42) Et il parle de l’attitude de vie dans laquelle un homme peut produire du fruit.

20 Et le matin, comme ils passaient, ils virent le figuier séché depuis les racines. 21 Et Pierre, se ressouvenant de ce qui s'était passé, lui dit : Rabbi, voici, le figuier que tu as maudit est sec. 22 Et Jésus, répondant, leur dit : Ayez foi en Dieu. 23 En vérité, je vous dis que quiconque dira à cette montagne : Ôte-toi, et jette-toi dans la mer, et qui ne doutera pas dans son cœur, mais croira que ce qu'il dit se fait, tout ce qu'il aura dit lui sera fait. 24 C'est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous le recevez, et il vous sera fait. 25 Et quand vous ferez votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez-lui, afin que votre Père aussi, qui est dans les cieux, vous pardonne vos fautes. 26 Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne pardonnera pas non plus vos fautes.
  • Quelle est la clé d’une vie qui porte du fruit ? Luc 19:11-26.
  • Y a-t-il un empêchement à cette vie avec Dieu ? Pourquoi est-ce ainsi ? Luc 11:4, Éphésiens 4:32.
Ce matin là, chemin faisant, les apôtres ont vu le figuier desséché et le Seigneur leur a rappelé que la vie, la véritable vie, est de manifester les uns envers les autres ce que Dieu manifeste envers nous. C’est alors qu’un homme peut être un reflet de Dieu sur la terre. Quant au figuier sec, ils vont le rencontrer tout au long de cette journée…

 
11:27-33  Contestation des prêtres
Matthieu 20:23-27 et Luc 20:1-8

Entendant des paroles de grâce, voyant des œuvres merveilleuses, un cœur est-il naturellement porté à se réjouir ? Nous serions enclins à répondre affirmativement. Mais l’ivresse du pouvoir est sourcillieuse, jalouse, prompte à juger ; elle constitue une sorte d’apothéose de la vanité (Ecclésisaste 1:2). Ainsi, devant cet homme de bien – car celui qui ne voit pas en Jésus le sauveur d’Israël doit au moins reconnaître la bonté qui émane de Lui – les prêtres s’approchant, l’apostrophent avec dureté.

27 Et ils viennent encore à Jérusalem. Et comme il se promenait dans le temple, les principaux sacrificateurs, et les scribes et les anciens viennent à lui et lui disent : 28 Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t'a donné cette autorité pour faire ces choses ? 29 Et Jésus, répondant, leur dit : Je vous demanderai, moi aussi, une chose, et répondez-moi ; et je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses. 30 Le baptême de Jean, était-il du ciel ou des hommes ? répondez-moi. 31 Et ils raisonnaient entre eux, disant : Si nous disons : Du ciel, il dira : Pourquoi donc ne l'avez-vous pas cru ? 32 Mais dirions-nous : Des hommes ? ... ils craignaient le peuple ; car tous estimaient que Jean était réellement un prophète. 33 Et répondant, ils disent à Jésus : Nous ne savons. Et Jésus leur dit : Moi non plus, je ne vous dis pas par quelle autorité je fais ces choses.
  • Voyant Jésus ne pas répondre aus prêtres et aux anciens, quelle leçon pouvons-nous en tirer ?
  • Les responsables religieux sont-ils si assurés de leur autorité sur le peuple ?
Ainsi, loin d’engager une discussion qui pourrait être longue, le Seigneur montre un chemin de sagesse. Les questions qui lui sont posées ne sont que prétextes, alors que le mal est ailleurs, à la racine, comme le figuier qui est sec "depuis les racines". Pourquoi disserter sur des feuilles desséchées alors que la racine ne produit plus de sève ? Le figuier a été rendu sec pour illustrer un autre figuier desséché par la faute de ses cultivateurs.

 
12:1-12  Parabole des vignerons
Matthieu 20:29-46 et Luc 20:9-19

Le constat de Pierre touchant le figuier sec (Marc 11:21) a été illustré par les responsables religieux eux-mêmes ; et alors vient l’explication. Il n’y a pas de fruit, mais il faut se poser la question : Pour qui donc travaillent les cultivateurs ? Comme le figuier, la vigne est une image bien connue du peuple (Osée 2:12, Joël 1:7, Habacuc 3:17), ce qui rend la parabole bien "lisible" de tout son auditoire, faisant écho à une parabole prononcée par le prophète Ésaïe : "Je chanterai à mon bien-aimé un cantique de mon bien-aimé, sur sa vigne : Mon bien-aimé avait une vigne sur un coteau fertile…" (Ésaïe 5:1).

12  1 Et il se mit à leur dire en paraboles : Un homme planta une vigne, et l'environna d'une clôture, et y creusa une fosse pour un pressoir, et y bâtit une tour ; et il la loua à des cultivateurs et s'en alla hors du pays. 2 Et en la saison, il envoya un esclave aux cultivateurs pour recevoir des cultivateurs du fruit de la vigne ; 3 mais eux, le prenant, le battirent et le renvoyèrent à vide. 4 Et il leur envoya encore un autre esclave ; et à celui-là ils lui meurtrirent la tête, et le couvrirent d'outrages. 5 Et il en envoya un autre, et celui-là ils le tuèrent ; et plusieurs autres, battant les uns, et tuant les autres. 6 Ayant donc encore un unique fils bien-aimé, il le leur envoya, lui aussi, le dernier, disant : Ils auront du respect pour mon fils. 7 Mais ces cultivateurs-là dirent entre eux : Celui-ci est l'héritier ; venez, tuons-le, et l'héritage sera à nous. 8 Et l'ayant pris, ils le tuèrent et le jetèrent hors de la vigne. 9 Que fera donc le maître de la vigne ? Il viendra et fera périr les cultivateurs et donnera la vigne à d'autres. 10 Et n'avez-vous pas même lu cette écriture : «La pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, celle-là est devenue la maîtresse pierre du coin ; 11 celle-ci est de par le Seigneur, et est merveilleuse devant nos yeux» [Psaume 118:22] ? 12 Et ils cherchaient à se saisir de lui ; et ils craignirent la foule, car ils connurent qu'il avait dit cette parabole contre eux ; et le laissant, ils s'en allèrent.
  • Que peuvent évoquer cette clôture, le pressoir, la tour, bref, toute cette installation pour que la vigne produise du fruit ?
  • A qui le Seigneur fait-il référence en évoquant des hommes envoyés par le maître de la vigne ?
  • Soulignons le contraste entre la vigne, le peuple, sous ces pasteurs "qui se paissent eux-mêmes" (Ézéchiel 34:2) et la pierre jugée "merveilleuse" aux yeux de la foi. Ésaïe 29:14, Michée 7:15.
Une pierre merveilleuse ! Le prophète en avait déjà parlé lorqu’il prononça ces mots : "On appellera son nom : Merveilleux, Conseiller, Dieu fort, Père du siècle, Prince de paix." (Ésaïe 9:6). Gardons-nous de regarder ces paroles comme une expression rituelle – ce texte du prophète ne ressort d’aucune liturgie – mais comme l’annonce de ce qui sera produit dans des cœurs touchés par la bonté de Dieu. C’est ici comme les paroles de louange, les doxologies, dans le Nouveau Testament (par exemple 1 Pierre 5:10-11)), lesquelles font que l’auteur s’arrête dans son exposé parce que son cœur, touché par ce qu’il écrit, en est rempli de louange.
 
Par cette parabole, les chefs religieux contraires à Jésus voient leurs intentions dévoilées ; mais ils sont dans l’embarras, car la population de Jérusalem aime entendre Jésus. Et si pour la foule, il demeure quelques hésitations touchant sa personne, qui il est, c’est bien parce que les chefs du peuple ne veulent pas le recevoir. Toutefois les paroles de Jésus interpellent, et la douleur sera grande lorsque ces gens de Jérusalem constateront la condamnation de Jésus (Luc 23:27).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:19 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 09 à 12 | Commentaires (0) | Eric

Les commentaires sont fermés.