17/06/2013

Marc 14:43-72 La Nuit qu'Il fut livré


 

14:43-72  La nuit qu’Il fut livré

 
Le repas pascal pris en famille dans toutes les familles juives, l’est naturellement aussi dans les familles sacerdotales, les prêtres et les scribes. Et ni ce repas pascal, ni la préparation des services religieux du premier jour des Pains sans levain n’ont empêché les principaux d’envoyer de nuit un groupe d’hommes avec des épées et des bâtons pour prendre Jésus.
 
Au début de la nuit, le repas pascal n’étant pas terminé encore, le Seigneur dit à Judas : "Ce que tu fais, fais-le promptement" (Jean 13:27). Celui qui suivit le Seigneur pendant plusieurs mois se rend chez le Grand Prêtre et une petite troupe est rapidement formée, une garde juive étant attachée au Temple, encadrée toutefois de soldats romains (Jean 18:12). L’homme qui les conduit connaît bien le lieu où Jésus et ses disciples prenaient du repos. Car en effet, cette semaine là, ils étaient à Jérusalem tous les jours et ne s’en écartaient donc guère la nuit. Il devait s’y être trouvé lui-même avec Jésus les soirs précédents.

 
14:43-52  Arrestation de Jésus
Matthieu 26:47-56, Luc 22:47-53 et Jean 18:2-11

La nuit, les visages ne se discernent pas avec certitude et, parmi ceux qui accompagnent Judas, il s’en trouve peu qui soient capables de reconnaître Jésus quoiqu’ils dussent l’avoir vu au Temple l’une ou l’autre fois au cours de cette semaine… Judas prend les devants et salue Jésus d’un baiser, comme il était de coutume à l’époque.

43 Et aussitôt, comme il parlait encore, Judas, l'un des douze, se trouve là, et avec lui une grande foule avec des épées et des bâtons, de la part des principaux sacrificateurs et des scribes et des anciens. 44 Et celui qui le livrait leur avait donné un signe, disant : Celui que je baiserai, c'est lui ; saisissez-le, et emmenez-le sûrement. 45 Et quand il fut venu, aussitôt s'approchant de lui, il dit : Rabbi, Rabbi ! et il le baisa avec empressement. 46 Et ils mirent les mains sur lui et se saisirent de lui. 47 Et l'un de ceux qui étaient là présents, ayant tiré l'épée, frappa l'esclave du souverain sacrificateur, et lui emporta l'oreille. 48 Et Jésus, répondant, leur dit : Êtes-vous sortis comme après un brigand, avec des épées et des bâtons, pour me prendre ? 49 J'étais tous les jours avec vous, enseignant dans le temple, et vous ne vous êtes pas saisis de moi ; mais c'est afin que les écritures soient accomplies. 50 Et tous le laissèrent et s'enfuirent. 51 Et un certain jeune homme le suivit, enveloppé d'une toile de fin lin sur le corps nu ; et ils le saisissent ; 52 et, abandonnant la toile de fin lin, il leur échappa tout nu.
  • "Emmenez-le sûrement !" Pourquoi Judas enjoint-il la troupe à une telle attention en prenant Jésus ? Comp. Luc 4:28-30, Jean 7:44, 10:39.
  • Comment comprendre le geste de Pierre ? Verset 47, Matthieu 26:51-54, Luc 22:50-51, Jean 18:10-11.
  • Qu’ont à répondre ces gens venus prendre Jésus, à la parole du Seigneur ? Verset 49.
  • Observons les disciples, Pierre (Jean 18:10-11), et la fuite. Pourquoi une fuite si rapide ? Verset 49.
  • Qui donc est ce jeune homme qui s’en va nu ?
Ce jeune homme nous fait voir qu’au jardin de Gethsémané se trouvaient aussi d’autres disciples que les douze, et même ce tout jeune homme. La mention de ce détail a donné à penser qu’il s’agit là du futur auteur de l’épître, un jeune homme qui vivait à Jérusalem avec sa mère et dont la maison fut aussi un lieu de rencontre des disciples pendant des années (Actes 12:12).

 
14:53-65  Dans la maison du Grand Prêtre
Matthieu 26:57-68, Luc 22:54-71 et Jean 18:12-24

Il semble que la mission de cette petite troupe chargée d’arrêter Jésus ait été rapidement accomplie. Nulle résistance, sinon le geste de Pierre immédiatement corrigé par le Seigneur lui-même. Ne l’oublions pas, Jésus allait "accomplir sa mort" (Luc 9:31), et il maîtrise donc tous les événements. Ce n’est certes pas le sentiment de ceux qui l’avaient enfin entre leurs mains, ils ont un sentiment de victoire, d’autant plus qu’ils ne doivent pas craindre d’opposition car en cette nuit de fête célébrée en famille, l’événement devait passer inaperçu, et de toute façon nul n’aurait le temps ou même l’idée de réagir à leur encontre. Ils sont nombreux à se retrouver chez le Grand Prêtre ! Même les membres du sanhédrin sont présents. Certes ces derniers ne pourront se réunir durant la nuit en tant que tribunal, car celui-ci ne peut siéger avant l’offrande du matin, mais ils sont là...
 
Pierre, quant à lui, ne peut se résoudre à rester en arrière. Son attachement à Jésus le fait aller jusqu’au-delà de ses forces.

53 Et ils amenèrent Jésus au souverain sacrificateur ; et tous les principaux sacrificateurs et les anciens et les scribes s'assemblent auprès de lui. 54 Et Pierre le suivit de loin, jusque dans l'intérieur du palais du souverain sacrificateur, et il s'assit avec les huissiers, et se chauffait près du feu.
 
55 Or les principaux sacrificateurs et tout le sanhédrin cherchaient quelque témoignage contre Jésus, pour le faire mourir ; et ils n'en trouvaient point. 56 Car plusieurs portaient de faux témoignages contre lui ; et les témoignages ne s'accordaient pas. 57 Et quelques-uns s'élevèrent et portèrent un faux témoignage contre lui, disant : 58 Nous l'avons entendu disant : Moi, je détruirai ce temple qui est fait de main, et en trois jours j'en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main. 59 Et ainsi non plus leur témoignage ne s'accordait pas. 60 Et le souverain sacrificateur, se levant devant tous, interrogea Jésus, disant : Ne réponds-tu rien ? De quoi ceux-ci témoignent-ils contre toi ? 61 Et il garda le silence, et ne répondit rien. Le souverain sacrificateur l'interrogea encore, et lui dit : Toi, tu es le Christ, le Fils du Béni ? 62 Et Jésus dit : Je le suis ; et vous verrez le fils de l'homme assis à la droite de la puissance, et venant avec les nuées du ciel. 63 Et le souverain sacrificateur, ayant déchiré ses vêtements, dit : Qu'avons-nous encore besoin de témoins ? 64 Vous avez ouï le blasphème : que vous en semble ? Et tous le condamnèrent comme méritant la mort. 65 Et quelques-uns se mirent à cracher contre lui, et à lui couvrir le visage, et à lui donner des soufflets, et à lui dire : Prophétise. Et les huissiers le frappaient de leurs mains.
  • Que fait Jésus devant les faux témoignages ? Et devant les déformations de ses propres paroles par de faux témoins ? Vers.58, Jean 2:19.
  • La question du Grand Prêtre nous indique qu’il est connu que le Messie attendu par les Juifs sera appleé Fils de Dieu. Pourquoi dit-il de Jésus qu’il blasphème ? Comp. Jean 10:31-36.
  • Pourquoi le Seigneur lui répond-il ? Comp. Matthieu 26:63, Lévitique 5:1.
Ainsi, la parole qui libéra la haine de ces gens assemblés autour du Grand Prêtre est la parole du Seigneur touchant le fait qu’il est le Fils de Dieu et qu’il paraîtra en gloire, comme il l’avait dit aux disciples quelques jours plus tôt (Marc 13:36). Le mépris se déverse alors sur Celui qui n’offre aucune résistance à la méchanceté. Et pour ceux-là, il ne reste qu’à attendre l’heure de l’offrande du matin pour que le sanhédrin statuât définitivement une affaire déjà instruite.

 
15:66-72  Triple reniement de Pierre
Matthieu 26:69-75, Luc 22:55-62 et Jean 18:15-27

Un disciple connu du Grand Prêtre introduit Pierre dans la cour où avait été conduit Jésus (Jean 18:15-16), mais il fût reconnu pour être de ceux qui l’accompagnaient. La servante chargée de l’entrée l’avait reconnu, le lui dit et ensuite, non convaincue de sa dénégation, en parle à d’autres qui à leur tour le questionnent. Pierre ressent alors le danger en voyant combien violent est leur acharnement contre Jésus.

66 Et comme Pierre était en bas, dans la cour, une des servantes du souverain sacrificateur vient, 67 et, apercevant Pierre qui se chauffait, elle le regarda et dit : Et toi, tu étais avec le Nazarénien Jésus. 68 Et il le nia, disant : Je ne sais ni n'entends ce que tu dis. Et il sortit dehors dans le vestibule ; et le coq chanta. 69 Et la servante, l'apercevant encore, se mit à dire à ceux qui étaient là : Celui-ci est de ces gens-là. 70 Et il le nia de nouveau. Et encore un peu après, ceux qui étaient là présents dirent à Pierre : Certainement tu es de ces gens-là ; Car aussi tu es Galiléen. 71 Et il se mit à faire des imprécations et à jurer : Je ne connais pas cet homme dont vous parlez. 72 Et le coq chanta pour la seconde fois. Et Pierre se ressouvint de la parole que Jésus lui avait dite : Avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. Et en y pensant, il pleura.
  • Pierre a-t-il eu le sentiment que tout s’écroulait pour lui, que le Seigneur le tiendrait de côté après ce qui s’est produit dans le palais du Grand Prêtre ? Luc 24:12, 24:34 et Jean 21:15-23.
Ce passage touchant Pierre est précieux pour nous qui sommes faibles quant à la foi. Pierre pleura, et cela peut arriver à chacun lorsque un silence paraît supporter l’iniquité, lorsque le sel s’est affadi ou la lumière a été mise sous le boisseau. Mais il y a l’amour du Seigneur, inaltérable, et le retour toujours recherché par Lui. N’est-il pas allé à la rencontre de Pierre pour le voir seul à seul dès après la résurrection ? (Luc 24:34, 1 Corinthiens 15:5).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

15:45 Publié dans EVANGILE SELON MARC, Marc 13 à 16 | Commentaires (0) | Eric

Les commentaires sont fermés.