30/11/2011

Philippiens 2:5 L'humilité de Jésus Christ


 

L’humilité du Christ Jésus – 2:5-11

Nous abordons ici l’abaissement du Seigneur, son incarnation et sa vie d’homme. Il faut être bien attentif ici pour saisir les différents points qui sont évoqués. « En forme de Dieu », lisons-nous. Ce terme a un sens très précis dans le langage philosophique grec, langage que les Philippiens n’avaient nulle difficulté à bien comprendre. Dans les textes d’Aristote, la forme d’un être est ce qui est commun à tous les êtres de la même espèce. Ce qui, appliqué à notre texte, exprime donc que le Christ est de condition absolument divine. Cette note nous paraît utile, car la formulation ne nous est pas familière ; ceci étant, le réalité de la divinité de Christ est clairement affirmée en divers passages de l’Écriture. Lire notamment Jean 1.1, 17.5, mais aussi Col.1.16 et Héb.1.2 en relation avec Zach.12.1…

5 Qu’il y ait donc en vous cette pensée qui a été aussi dans le christ Jésus, 6 lequel, étant en forme de Dieu, n’a pas regardé comme un objet à ravir d’être égal à Dieu, 7 mais s’est anéanti lui-même, prenant la forme d’esclave, étant fait à la ressemblance des hommes ; 8 et, étant trouvé eu figure comme un homme, il s’est abaissé lui-même, étant devenu obéissant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix. 9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a haut élevé et lui a donné un nom au-dessus de tout nom, 10 afin qu’au nom de Jésus se ploie tout genou des êtres célestes, et terrestres, et infernaux, 11 et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

  • « Il n’a pas regardé comme un objet à ravir »… L’inverse de l’homme rebelle (Gen.11.4, Gen.3.1). Lire aussi Psaume 40.9. 
  • Tout en étant de « condition absolument divine », Il est venu, et parût parmi les hommes comme un homme (Psaume 40.6 ; Ésaïe 9.6 ; Héb.10.5). Et non seulement cela, il prit la dernière place, comme un esclave (Zach.13.5).
  • « Forme de Dieu », « forme d’esclave ». Christ a-t-il quitté une nature pour une autre ? Lire Col.2.19.
  • Et en tant qu’homme, il s’est abaissé encore (Ésaïe 52.14, 53.12 ; Marc 15.28 ; Luc 22.37) prenant la dernière place qui puisse être pour un homme, selon qu’il est écrit : « Maudit est quiconque est pendu au bois » (Gal.3.13 ; Deut.21.23).
Nous arrêtant encore avec cette expression grecque « en forme de », nous lisons ici que Christ n’a pas cessé d’être « de condition divine » et que, dans son incarnation il a été vu « de condition humaine ». Vrai Dieu et vrai Homme, ainsi que nous le lisons en Col.2.19, ce qu’à réalisé Thomas après la résurrection (Jean 20.28).
 
Voici donc, en quelques paroles lapidaires une réalité essentielle placée devant nous pour conduire le regard à la place qu’en tant qu’homme, Jésus a prise : la dernière, celle du condamné mis au rang de malfaiteurs ! Et Il l’a prise en regardant à la joie d’au-delà de la croix (Héb.12.1-3). Ajoutons que l’absence de développement des paroles dites nous donne à penser que, pour les chrétiens de Philippe, ce n’était que des rappels d’une vérité bien connue par eux.

  • Pourquoi le Seigneur est-il allé jusqu’à ce dénuement absolu, cette souffrance infinie ? Quelle était cette joie devant lui ? (Héb.12.2, Luc 15.4-6).
  • Et quel est le résultat de son abaissement absolu ?
  • Dans l’éternité, qui célèbrera la gloire du Seigneur Jésus ? Lire Jean 17.5, 1 Pierre 1.21, Apoc.4.11.
Un modèle d’humilité nous est ainsi donné, le modèle par excellence. Cette affirmation du verset 6 – Jésus n’a pas regardé comme un objet à ravir d’être égal à Dieu – est bien là pour présenter le Seigneur comme modèle. Une vie d’homme à l’inverse de l’humanité qui tend à s’élever sans Dieu, selon les enseignements imagés fournis dès les premières pages de la Bible (Gen.3.1, 11.4). Un modèle d’humilité qui est au-delà de l’humilité !

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

16:00 Publié dans PHILIPPIENS | Commentaires (0) | Eric

Les commentaires sont fermés.