10/03/2013

Mat.4:1 Mise à l'épreuve au désert


 

Mise à l’épreuve au désert – 4:1-11
Marc 1:12-13 et Luc 4:1-13

Lors de son entrée dans le monde, "l’homme Christ Jésus" (1 Tim.2:5) devait être effectivement confronté à ce qui régit ce monde. Ainsi, pour Jésus vient un temps de mise à l’épreuve. Quarante jours ! Nombre symbolique que nous trouvons dans les jours du déluge (Genèse 7:12) ou les années du désert (Exode 16:35).
 
L’impossibilité que naisse en Lui une amorce de tentation devait être manifeste, selon que nous lisons : "Voici, je viens ; il est écrit de moi dans le rouleau du livre. C'est mes délices, ô mon Dieu, de faire ce qui est ton bon plaisir, et ta loi est au dedans de mes entrailles" (Psaumes 40:7-8, Hébreux 10:7). C’est pour cette raison que nous préférons, pour ce passage, l’intitulé "mise à l’épreuve", plutôt que le terme "tentation", couramment utilisé, car ce dernier terme évoque "une impulsion qui pousse au péché, en éveillant le désir", ce qui est l’antithèse même de ce qui nous présenté dans cette page de l’évangile.
 
Nous lisons ici comment le Seigneur Jésus se comporte face à ce qui se présente dans ce monde et qui exerce sur les hommes une réelle tentation. Jean traduira en ces termes ce qui régit le monde : "N'aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde…la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie" (1 Jean 2:15,16). Le texte biblique nous l’apprend d’ailleurs dès ses premières pages, en forme de parabole : "Et la femme vit que l'arbre était bon à manger, et qu'il était un plaisir pour les yeux, et que l'arbre était désirable pour rendre intelligent" (Genèse 3:6).
 
Nous lisons ici cette mise à l’épreuve de Celui qui n’éprouve aucune tentation ; de Celui :
  • "qui n'a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il n'a pas été trouvé de fraude" (1 Pierre 2:22),
  • "qui n'a pas connu le péché" (2 Corinthiens 5:21),
  • "en qui il n’y a pas de péché" (1 Jean 3:5).
Oui, nous voyons Jésus, véritablement homme, "tenté en toutes choses comme nous, à part le péché" (Hébreux 4:15). Sous cette image du "diable", viennent les pressions qui poussent des hommes à s’écarter du chemin de la vie avec Dieu…

4  1 Alors Jésus fut emmené dans le désert par l’Esprit pour être mis à l’épreuve par le diable. 21 Et après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. 3 Le tentateur, étant venu à lui, dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. 4 Mais lui, répondant, dit : Il est écrit : "L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" [Deut.8:3].
 
5 Le diable l’amena alors dans la ville sainte, le plaça sur le faîte du temple et lui dit : 6 Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit : "Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, et ils te porteront sur leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre une pierre" [Psaume 91:11-12]. 7 Jésus lui dit : Il est encore écrit : "Tu ne provoqueras pas le Seigneur ton Dieu" [Deut.6:16].
 
8 Le diable l’amena encore sur une fort haute montagne, et lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et lui dit : 9 Je te donnerai toutes ces choses, si, te prosternant, tu me rends hommage. 10 Alors Jésus lui dit : Va-t’en, Satan, car il est écrit : "Tu rendras hommage au Seigneur ton Dieu, et tu le serviras lui seul" [Deut.6:13].
 
11 Alors le diable le laissa, et des anges vinrent et le servirent.

  • Observons ce qui guide le Seigneur, au travers de la manière dont il réagit aux "sollicitations du monde". Quelle est la constante dans ces trois situations ? Qu’en conclure pour soi-même ?
  • Dans la deuxième sollicitation, comment celle-ci est-elle présentée ? Que penser de cette utilisation des Ecritures ? (2 Corinthiens 11:14-15, Matthieu 16:23)
  • Et que penser de cette dernière insinuation auprès du Fils de David, de Celui auquel sera donné le gouvernement de la terre ? David a parlé de ce descendant qu’il appelle lui-même "mon Seigneur" ! (Psaume 110:1, Matthieu 22:41-44)
Celui dans le cœur duquel il ne se trouvait aucune inclination à quelque écart nous montre la voie. Il s’appuie explicitement sur les Ecritures pour cadrer comment ces sollicitations, "ces choses qui sont dans le monde" (1 Jean 2:15), sont en opposition avec le chemin de la foi. Et ainsi l’évangéliste souligne l’humanité du Seigneur, dans ce fait de la sollicitation, mais aussi la perfection de sa personne, en ce fait qu’il ne se trouve aucune inclination à s’écarter de la voie qui est la sienne Lui, le "serviteur juste" annoncé par le prophète (Ésaïe 53:11).
 
Nous pouvons aussi nous arrêter sur ce qui gouverne le monde, et comprendre que, si nous ne pouvons en arrêter le cours, il se trouve aussi un chemin de vie pour tout croyant, une voie royale, une marche de foi, autrement dit de confiance. Les Ecritures nous sont données pour que nous en recevions l’instruction (Romains 15:4). Remarquons comment le livre du Deutéronome est pris ici en référence, ce livre où nous lisons : "J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives…" (Deut.30:19).

 

ACCEDER A L'INDEX
DE L'EVANGILE SELON
 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

18:00 Publié dans Matthieu 01 à 04 | Commentaires (0) | Eric

Les commentaires sont fermés.