09/12/2011

Actes 9:1 Saul de Tarse


 

Saul de Tarse
Actes 9:1-31

Saul de Tarse s’était à ce point engagé dans le judaïsme qu’il a quitté sa ville natale aux confins de la Syrie et de la Turquie actuelles pour bénéficier de l’enseignement de Gamaliel. Il ne peut qu’être un ardent défenseur de la tradition de ses pères pour laquelle il a tant sacrifié. Mais il semble n’avoir pas bien intégré la sagesse de son maître. Plein de fougue et de sincérité, il aurait fait tout ce qui est en son pouvoir pour défendre sa religion, laquelle il pensait bafouée par le message du Christ ; son zèle était tel que sa réputation le précède tandis qu’il est en route pour Damas.

 
Conversion de Saul – 9:1-19

"J'ai été saisi par le Christ" dira Paul bien des années après les événements de la route de Damas (Phil.3:12). Que fut cet instant fulgurant où, à la parole du Christ, dans cette vision, il se soumet immédiatement ; et que furent ces trois jours de cécité et de jeûne… Un homme est préparé pour aller à sa rencontre, malgré la crainte ou l’étonnement qu’il éprouve lorsqu’il est envoyé vers Paul. Qui est cet Ananias ? Vient-il de Jérusalem, ayant fui la persécution ? Est-il de la diaspora juive ? Toujours est-il qu’il se trouve à Damas dans une communauté de croyants attachés à Jésus-Christ.

9 1 Or Saul, respirant encore menace et meurtre contre les disciples du Seigneur, alla au souverain sacrificateur 2 et lui demanda pour Damas des lettres adressées aux synagogues, en sorte que, s'il en trouvait quelques-uns qui fussent de la voie, il les amenât, hommes et femmes, liés à Jérusalem. 3 Et, comme il était en chemin, il arriva qu'il approcha de Damas ; et tout à coup une lumière brilla du ciel comme un éclair autour de lui. 4 Et étant tombé par terre, il entendit une voix qui lui disait : Saul ! Saul ! pourquoi me persécutes-tu ? 5 Et il dit : Qui es-tu, Seigneur ? Et il dit : Je suis Jésus que tu persécutes. 6 Mais lève-toi, et entre dans la ville ; et il te sera dit ce que tu dois faire. 7 Et les hommes qui faisaient route avec lui s'arrêtèrent tout interdits, entendant bien la voix, mais ne voyant personne. 8 Et Saul se leva de terre ; et ses yeux étant ouverts, il ne voyait personne ; et, le conduisant par la main, ils l'emmenèrent à Damas ; 9 et il fut trois jours sans voir, et il ne mangea ni ne but.
 
10 Or il y avait à Damas un disciple nommé Ananias ; et le Seigneur lui dit en vision : Ananias ! Et il dit : Me voici, Seigneur. 11 Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, et va dans la rue appelée la Droite, et cherche dans la maison de Judas un nommé Saul, de Tarse ; car voici, il prie, 12 et il a vu en vision un homme nommé Ananias, entrant et lui imposant la main pour qu'il recouvrât la vue. 13 Et Ananias répondit : Seigneur, j'ai ouï parler à plusieurs de cet homme, combien de maux il a faits à tes saints dans Jérusalem ; 14 et ici il a pouvoir, de la part des principaux sacrificateurs, de lier tous ceux qui invoquent ton nom. 15 Mais le Seigneur lui dit : Va ; car cet homme m'est un vase d'élection pour porter mon nom devant les nations et les rois, et les fils d'Israël ; 16 car je lui montrerai combien il doit souffrir pour mon nom.
 
17 Et Ananias s'en alla, et entra dans la maison ; et, lui imposant les mains, il dit : Saul, frère, le Seigneur, Jésus qui t'est apparu dans le chemin par où tu venais, m'a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli de l'Esprit Saint. 18 Et aussitôt il tomba de ses yeux comme des écailles ; et il recouvra la vue ; et se levant, il fut baptisé ; 19 et ayant mangé, il reprit des forces. Et il fut quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas.

  • "Je suis Jésus que tu persécutes" Que penser de cette affirmation ? Lire Mat.25:31-46.
  • Que penser de cette parole touchant le service pour lequel Saul de Tarse était préparé, lui engagé très jeune dans l’étude de la tradition juive ?
Tandis que Paul attend que quelqu’un vienne pour lui dire ce qu’il avait à faire, Ananias, plein d’appréhension, obéit, répond à cette vision exceptionnelle, et rencontre un homme brisé dans son élan, bien différent de ce que l’on en disait, car "l’ardent zélateur des traditions de ses pères" (Gal.1:14) était devenu un croyant en prière, sincèrement touché par la vision du chemin de Damas.

 
Prédication à Damas et visite à Jérusalem – 9:20-31

Et le voilà immédiatement dans les synagogues, prêchant Jésus, le Messie, l’envoyé de Dieu. En passant, nous pouvons penser au nombre de Juifs à Damas, se réunissant en diverses synagogues, mais quelle stupeur pour eux… Ils ne purent le supporter et, se ressaisissant, ils tinrent conseil pour le tuer …

20 Aussitôt il prêcha Jésus dans les synagogues, disant que lui est le Fils de Dieu. 21 Et tous ceux qui l'entendaient étaient dans l'étonnement et disaient : N'est-ce pas celui-là qui a détruit à Jérusalem ceux qui invoquent ce nom, et qui est venu ici dans le but de les amener liés aux principaux sacrificateurs ? 22 Mais Saul se fortifiait de plus en plus, et confondait les Juifs qui demeuraient à Damas, démontrant que celui-ci était le Christ.
 
23 Et plusieurs jours s'étant écoulés, les Juifs tinrent conseil ensemble pour le tuer ; 24 mais leur complot fut connu de Saul. Et ils surveillaient aussi les portes, jour et nuit, pour le tuer. 25 Mais les disciples, le prenant de nuit, le descendirent par la muraille, en le dévalant dans une corbeille.

  • Pensons à la colère des Juifs qui ne voulaient pas recevoir le message de l’évangile. A ce que nous voyons, eût-il été juste que Paul s’expose au martyre ?
Nous pouvons considérer d’une part le courage et l’acceptation d’Etienne qui n’était pas en mesure de se retirer des griffes du Sanhédrin, et d’autre part la sagesse des croyants qui imaginèrent ce moyen pour que Paul puisse quitter la ville, dans une corbeille dévalée le long de la muraille. Ce que fit Saul de Tarse dès qu’il fut hors de la ville n’est pas repris ici ; mais il parle lui-même de son séjour en Arabie avant de revenir à Damas : "je ne pris pas conseil de la chair ni du sang, ni ne montai à Jérusalem vers ceux qui étaient apôtres avant moi, mais je m’en allai en Arabie, et je retournai de nouveau à Damas. Puis, trois ans après, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai chez lui quinze jours…" (Gal.1:16-18). Plus de trois années se glissent donc ici avant la suite de l’exposé de Luc. Paul arrive à Jérusalem. Ses brefs séjours à Damas n’avaient pas complètement rassuré les croyants de Jérusalem, les communications n’étant pas ce qu’elles sont aujourd’hui. Barnabé intervient…

26 Et étant arrivé à Jérusalem, il cherchait à se joindre aux disciples ; et tous le craignaient, ne croyant pas qu'il fût disciple ; 27 mais Barnabé le prit et le mena aux apôtres, et leur raconta comment, sur le chemin, il avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé, et comment il avait parlé ouvertement, à Damas, au nom de Jésus. 28 Et il était avec eux à Jérusalem, allant et venant, et parlant ouvertement au nom du Seigneur. 29 Et il parlait et disputait avec les Hellénistes ; mais ceux-ci tâchaient de le faire mourir. 30 Et les frères, l'ayant su, le menèrent à Césarée, et l'envoyèrent à Tarse.

  • Que dire de Joseph surnommé Barnabé, "fils de consolation" ? Lire Actes 4:36, 9:27, 11:25.
  • Paul se tient-il tranquille, arrivé à Jérusalem ? Et pourquoi les croyants, à Jérusalem, l’ont-ils conduit en hâte pour que Paul se retire dans sa ville natale ?
Comme il en fût pour les croyants de Damas, nous voyons ici les apôtres soucieux de ne pas provoquer d’agitation dans la ville, de ne pas voir se réveiller la persécution. Les croyants du commencement veillaient ainsi à la paix, non dans le silence, car ils vivaient ouvertement comme témoins de Jésus-Christ, mais évitant toute provocation. Ainsi pouvons-nous lire :

31 Les assemblées donc, par toute la Judée et la Galilée et la Samarie, étaient en paix, étant édifiées, et marchant dans la crainte du Seigneur ; et elles croissaient par la consolation du Saint Esprit.

  • Qu’exprime pour nous cette expression : "la consolation du Saint Esprit" ? Lire Jean 14:26, Rom.15:4.
La consolation, "parclesis", exprime le fait de consoler ou intercéder, être celui dont la présence rassure. Le Seigneur avait annoncé la venue de l’Esprit de Dieu avant tout pour ce service, et il parla de sa venue aussi comme puissance, ce qui fut constaté au jour de la Pentecôte. Ici, nous sommes face à la réalité de cette présence pour soutenir les croyants, pour leur donner confiance en leur ouvrant les Écritures, comme le Seigneur le fit avant son ascension (Luc 24:32,45), ainsi que nous lisons : "afin que, par la patience et par la consolation des écritures, nous ayons espérance" (Rom.15:4). "Le Consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera toutes choses et vous rappellera toutes les choses que je vous ai dites" (Jean 14:26).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

06:00 Publié dans Actes 09 à 12, ACTES DES APOTRES | Commentaires (0) | Eric

Actes 9:32 Le centurion Corneille (1/3)


 

OUVERTURE DU ROYAUME AUX NATIONS
Actes 9:32-12:25

Les assemblées de Judée, Galilée et Samarie sont en paix, et Pierre rencontre ces croyants en divers lieux, comme un berger allant parmi les troupeaux (Jean 21:16). Il fait des rencontres édifiantes, opère des miracles. Et à Césarée Maritime survint une scène remarquable ; Pierre reçoit une vision tandis qu’un centurion à cinquante kilomètres deux jours plus tôt en avait reçu une autre, et ces deux hommes sont appelés à se rencontrer. Et Pierre, saisi par la vision qu’il reçut, est prêt à briser un verrou tenace, la séparation des Juifs d’avec les gens des nations, quels que soient les bon rapports que d’aucun peuvent entretenir entre eux. Au moment où il ne s’attend pas, Pierre sera confronté à cette annonce du Seigneur : "Je te donnerai les clefs du royaume des cieux ; et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux ; et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux" (Mat.16:19). La clef lui est confiée, et il ouvrira la porte du royaume ; il n’est pas question d’une porte du salut ou de la foi, Philippe avait reconnu sans réserve la foi de l’Ethiopien, mais bien la porte de l’assemblée sur la terre.

 
Pierre à Lydde et à Joppé – 9:32-43

Avant qu’il ne vit son projet bousculé par la vision qui le conduisit à Césarée, nous voyons Pierre à Lydde, petite ville proche de Joppé, la localité actuelle de Jaffa, opérant un miracle. De là il est appelé par des croyants de Joppé, éprouvés par le décès d’une croyante particulièrement zélée, venant en aide aux autres.

32 Or il arriva que, comme Pierre parcourait toute la contrée, il descendit aussi vers les saints qui habitaient Lydde. 33 Et il trouva là un homme nommé Énée, qui depuis huit ans était couché sur un petit lit ; et il était paralytique. 34 Et Pierre lui dit : Énée ! Jésus, le Christ, te guérit ; lève-toi, et fais-toi toi-même ton lit. Et aussitôt il se leva. 35 Et tous ceux qui habitaient Lydde et le Saron le virent ; et ils se tournèrent vers le Seigneur.
 
36 Or il y avait à Joppé une femme disciple, nommée Tabitha, qui, interprété, signifie Dorcas ; elle était pleine de bonnes œuvres et d'aumônes qu'elle faisait. 37 Et il arriva en ces jours-là, qu'étant tombée malade elle mourut ; et quand ils l'eurent lavée, ils la mirent dans la chambre haute. 38 Et comme Lydde est près de Joppé, les disciples ayant appris que Pierre était dans cette ville, envoyèrent vers lui deux hommes, le priant : Ne tarde pas de venir jusqu'à nous. 39 Et Pierre, se levant, s'en alla avec eux. Et quand il fut arrivé, ils le menèrent dans la chambre haute ; et toutes les veuves vinrent auprès de lui en pleurant, et en montrant les robes et les vêtements, toutes les choses que Dorcas avait faites pendant qu'elle était avec elles. 40 Mais Pierre, les ayant tous mis dehors et s'étant mis à genoux, pria ; et, se tournant vers le corps, il dit : Tabitha, lève-toi. Et elle ouvrit ses yeux, et voyant Pierre, elle se mit sur son séant ; 41 - et lui ayant donné la main, il la leva ; et ayant appelé les saints et les veuves, il la leur présenta vivante. 42 Et cela fut connu dans tout Joppé ; et plusieurs crurent au Seigneur. 43  Et il arriva qu'il demeura plusieurs jours à Joppé, chez un certain Simon, corroyeur.

  • Pourquoi les croyants de Joppé demandèrent-ils à Pierre de venir bien vite jusqu’à eux ?
Le décès de Dorcas eût pu troubler bien des personnes, pouvant se demander comment Dieu ôtait ainsi prématurément de la scène cette femme si généreuse… Il y a donc une grande douleur parmi les personnes ayant joui de la bienveillance de Dorcas. Et cette douleur conduit les croyants de Joppé à faire venir Pierre. Il n’y a pas de demande particulière, cela semble plus à un appel à l’aide pour recevoir quelques consolations, mais la réponse apportée dépasse toute espérance. Comme ce fut aussi à Lydde où cette guérison du paralytique fut opérée sans qu’aucune demande ne paraisse avoir été exprimée.
 
Le Seigneur sait apporter la réponse appropriée tant pour vaincre une résistance à croire, comme nous le voyons à Lydde, que pour aider à ce que des personnes nécessiteuses ne soient pas bousculées au point de perdre tout espoir, ainsi qu’à Joppé. Pensons à ce que ces personnes auraient pu penser d’un Dieu qui reprenait cette femme dévouée ? Le Seigneur seul le sait, mais nous pouvons penser qu’elles n’avaient pas la force alors de supporter un tel malheur.

 
Le centurion Corneille
Actes 10:1-11:18

Pierre à Lydde puis à Joppé. Nous voyons la vie normale de ces assemblées juives des commencements, jusqu’à ce que Pierre soit appelé à une œuvre très modeste en apparence, mais qui bouscula complètement les traditions juives et eût une incidence majeure sur le cours de l’humanité, et par laquelle les assemblées entrèrent dès lors pleinement dans ce qui était annoncé par les prophètes : le message de la grâce est pour tous les hommes. Pierre avait en main les clefs du royaume…

 
Vision de Corneille – 10:1-8

La figure de Corneille, homme des nations, et militaire par surcroit, est tout à fait remarquable, car elle nous montre un homme qui ne peut se prévaloir de promesses divines, qui n’est pas lié par la loi, et dont la vie est édifiante avant même la vision qu’il reçut. Et nous voyons l’attention de Dieu sur un tel homme, et ce qui s’ensuit pour sa bénédiction.
 
Nous le trouvons ici dans un moment de méditation ou de prière (Actes 10:30). C’est un homme conscient d’être devant Dieu tout en vaquant à ses tâches journalières, ce que signifie assurément cette assertion : "priant Dieu continuellement".

10  1 Or, à Césarée, un homme nommé Corneille, centurion de la cohorte appelée Italique, 2 pieux et craignant Dieu avec toute sa maison, faisant beaucoup d'aumônes au peuple, 3 et priant Dieu continuellement, vit clairement en vision, environ vers la neuvième heure du jour, un ange de Dieu entrant auprès de lui et lui disant : Corneille ! 4 Et, fixant les yeux sur lui et étant tout effrayé, il dit : Qu'est-ce, Seigneur ? Et il lui dit : Tes prières et tes aumônes sont montées pour mémorial devant Dieu. 5 Et maintenant envoie des hommes à Joppé, et fais venir Simon qui est surnommé Pierre ; 6 il est logé chez un certain Simon, corroyeur, qui a sa maison au bord de la mer. 7 Et quand l'ange qui lui parlait s'en fut allé, Corneille, ayant appelé deux de ses domestiques et un soldat pieux d'entre ceux qui se tenaient toujours auprès de lui, 8 et leur ayant tout raconté, les envoya à Joppé.

  • Ces lignes ne nous parlent-elles pas de tant d’hommes sur la terre qui, sans référence au Christ, sans appartenir à une religion, sont de véritables croyants ?
  • Que pouvons-nous dire des principes de vie de Corneille, et du regard de Dieu sur un tel homme ?
  • En quelle circonstance cette vision lui fut-elle communiquée ? Vers.30.
  • Voyons comment Corneille partage ses principes de vie auprès des siens, de ses subordonnés et de ses amis.
Voici donc un homme qui, sans attache religieuse, est conscient d’être sous le regard de Dieu. Sa famille et ses domestiques en étaient conscients, et plusieurs de ses proches, même parmi des soldats de sa centurie, partageaient cette attitude de piété. Nous voyons en lui un homme qui réfléchit, qui médite et qui cherche le chemin. Sa foi en Dieu est concrétisée par des actes, prières et aumônes, et constatée ainsi par Dieu lui-même, telle sera la conviction de Pierre, il était agréable à Dieu et son regard était posé sur lui, en vue de le bénir. Et quelle meilleure bénédiction que celle de connaître Jésus ? C’est en un temps d’arrêt dans sa journée, ou peut-être même un temps plus long de réflexion, de méditation, de prière, que la vision lui fut communiquée. L’homme est loin d’être superficiel… Dès la vision, il envoie auprès de Pierre, à Joppé, deux domestiques et un soldat pieux.

 
Vision de Pierre – 10:9-24

Les envoyés du centurion approchaient de Joppé lorsque Pierre fut interpellé à son tour. Il était lui-même en prière, sur l’heure de midi, et la vision ne manqua pas de le surprendre, car il s’agissait non moins que d’un écart important relativement à la Loi. Tous les quadrupèdes, les reptiles et les oiseaux… Il y avait dans la toile dévalée du ciel, parmi tous les animaux, des animaux impurs que nul Israélite fidèle à la Loi n’eût consommé (Lévitique 11).

9 Or le lendemain, comme ils marchaient et qu'ils approchaient de la ville, Pierre monta sur le toit pour prier, vers la sixième heure. 10 Et il eut très-faim, et voulut manger ; et comme on lui apprêtait à manger, il lui survint une extase. 11 Et il voit le ciel ouvert, et un vase descendant comme une grande toile liée par les quatre coins et dévalée en terre, 12 dans laquelle il y avait tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre, et les oiseaux du ciel. 13 Et une voix lui fut adressée, disant : Lève-toi, Pierre, tue et mange. 14 Mais Pierre dit : Non point, Seigneur ; car jamais je n'ai rien mangé qui soit impur ou immonde. 15 Et une voix lui fut adressée encore, pour la seconde fois, disant : Ce que Dieu a purifié, toi, ne le tiens pas pour impur. 16 Et cela eut lieu par trois fois, et le vase fut aussitôt élevé au ciel.

  • Cette scène est une vision, une extase. Signifie-t-elle que la loi serait abrogée quant aux nourritures, à ce qui est "cachère", propre à la consommation ? De quoi était-il donc question ici ?
La faim, si forte… et dans la vision, il sera question que de manger ! La faim arrive à le tenailler, ce fut là une préparation bien concrète à la vision. "Ce que Dieu a purifié, toi, ne le tiens pas pour impur" ! Et Pierre comprendra qu’il s’agit des hommes "que Dieu a purifié", des hommes desquels le peuple juif se tient traditionnellement séparé, n’entrant pas dans leurs maisons et ne participant pas à leurs repas.

17 Et comme Pierre était en perplexité en lui-même à l'égard de ce qu'était cette vision qu'il avait vue, voici aussi, les hommes envoyés de la part de Corneille, s'étant enquis de la maison de Simon, se tenaient à la porte ; 18 et ayant appelé, ils demandèrent si Simon surnommé Pierre, logeait là. 119 Et comme Pierre méditait sur la vision, l'Esprit lui dit : Voilà, trois hommes te cherchent ; 20 mais lève-toi, et descends, et va avec eux sans hésiter, parce que c'est moi qui les ai envoyés. 21 Et Pierre étant descendu vers les hommes, dit : Voici, moi, je suis celui que vous cherchez ; quelle est la cause pour laquelle vous êtes venus ? 22 Et ils dirent : Corneille, centurion, homme juste et craignant Dieu, et qui a un bon témoignage de toute la nation des Juifs, a été averti divinement par un saint ange de te faire venir dans sa maison et d'entendre des paroles de ta part. 23 Les ayant donc fait entrer, il les logea ; et le lendemain, se levant, il s'en alla avec eux ; et quelques-uns des frères de Joppé allèrent avec lui. 24 Et le lendemain ils entrèrent à Césarée. Et Corneille les attendait, ayant assemblé ses parents et ses intimes amis.

  • Suffit-il de la vision de la toile dévalant du ciel pour que Pierre en comprenne le sens, ou qu’il saisisse ce qu’il a à faire ?
  • Que dire du témoignage que les envoyés de Corneille rendirent de leur maître ? Et que dire de ces trois hommes ?
Dieu, par son Esprit, vainc la perplexité bien compréhensible de Pierre. Les émissaires sont reçus, et leur témoignage pourrait rendre humble tout homme qui se drape d’une pratique religieuse. Cet homme, Corneille, est manifestement croyant, fidèle dans sa maison et témoin pour ses proches, et pourtant tenu comme étranger… Pas moins de six frères de Joppé vont prendre la route avec Pierre dès le lendemain matin. Et quant à Corneille, celui-ci, assuré par l’apparition de l’ange, avait réuni des parents et des intimes amis, et ceux-ci avaient à ce point confiance dans leur ami qu’ils se tenaient avec lui dans l’attente de Pierre.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

05:00 Publié dans Actes 09 à 12, ACTES DES APOTRES | Commentaires (0) | Eric

Actes 10:25 Le centurion Corneille (2/3)


 

La rencontre – 10:25-33

A l’arrivée de Pierre, l’accueil de Corneille est saisissant, quant à la réponse de Pierre, sa vivacité est tout aussi remarquable. Entrant chez cet homme habitué sans doute à ce que les Juifs se gardent d’une telle visite, Pierre explique que sa liberté lui vient de Dieu lui-même.

25 Et comme il arrivait que Pierre entrait, Corneille allant au-devant de lui se jeta à ses pieds et lui rendit hommage. 26 Mais Pierre le releva, disant : Lève-toi ; et moi aussi je suis un homme. 27 Et conversant avec lui, il entra et trouva plusieurs personnes assemblées. 28 Et il leur dit : Vous savez, vous, que c'est une chose illicite pour un Juif que de se lier avec un étranger, ou d'aller à lui ; et Dieu m'a montré, à moi, à n'appeler aucun homme impur ou immonde. 29 C'est pourquoi aussi, lorsque vous m'avez envoyé chercher, je suis venu sans faire de difficulté. Je vous demande donc pour quel sujet vous m'avez fait venir. 30 Et Corneille dit : Il y a quatre jours que j'étais en jeûne jusqu'à cette heure-ci, et à la neuvième heure, je priais dans ma maison ; et voici, un homme se tint devant moi dans un vêtement éclatant, et dit : 31 Corneille, ta prière est exaucée, et tes aumônes ont été rappelées en mémoire devant Dieu. 32 Envoie donc à Joppé, et fais venir Simon qui est surnommé Pierre ; il loge dans la maison de Simon, corroyeur, au bord de la mer ; et lorsqu'il sera venu, il te parlera. J'ai donc aussitôt envoyé vers toi, et tu as bien fait de venir. 33 Maintenant donc, nous sommes tous présents devant Dieu, pour entendre tout ce qui t'a été ordonné de Dieu.

  • Qu’a donc compris Pierre à la vision de la toile dévalée du ciel, et à la parole "Lève-toi, Pierre, tue et mange" (Vers.13) ?
  • Nous voyons cet homme des nations en jeûne et en prière. Quel exemple nous donne-t-il ?
  • Quelle pourrait être l’attente de Corneille, la prière instante à propos de laquelle il entend "ta prière est exaucée" ?
Pierre a donc compris une chose essentielle, et il va de l’avant entrant dans la maison de Corneille malgré la rupture que son geste signifie relativement à la tradition des Juifs. Et il rencontre un homme remarquable, un croyant fondé et solide. C’est pour le moins saisissant de voir cet homme des nations, qui plus est un soldat, en jeûne et en prière… Pourquoi pratiquait-il le jeûne et la prière ? Quels étaient ses besoins, ses attentes, voire ses angoisses ? Nul ne le sait, sans doute, mais une chose est certaine : cet homme se sentait devant Dieu, le Créateur, qu’il a appris à connaître notamment par ses contacts avec les Juifs… Quelle est donc sa quête, ce pourquoi il prie ? Il semble bien que ce soit le souci pour le repos de son âme qui le tenait ainsi devant Dieu (vers.43).

 
Le message – 10:34-48

Ayant prononcé ces paroles, Corneille se tait, il ne pose pas de question, mais la conscience d’être devant un envoyé de Dieu qui lui apporte un message, une réponse.

34 Et Pierre, ouvrant la bouche, dit : En vérité, je comprends que Dieu ne fait pas acception de personnes, 35 mais qu'en toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice, lui est agréable. 36 Vous connaissez la parole qu'il a envoyée aux fils d'Israël, annonçant la bonne nouvelle de la paix par Jésus Christ ; lui est Seigneur de tous. 37 Ceci a été annoncé par toute la Judée, en commençant par la Galilée, après le baptême que Jean a prêché : 38 Jésus qui était de Nazareth, Dieu l'a oint de l'Esprit Saint et de puissance, lui qui a passé de lieu en lieu, faisant du bien, et guérissant tous ceux que le diable avait asservis à sa puissance ; 39 car Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de toutes les choses qu'il a faites, au pays des Juifs et à Jérusalem ; lequel aussi ils ont fait mourir, le pendant au bois ; 40 celui-ci, Dieu l'a ressuscité le troisième jour, et l'a donné pour être manifesté, non à tout le peuple, 41 mais à des témoins qui avaient été auparavant choisis de Dieu, savoir à nous qui avons mangé et bu avec lui après qu'il eut été ressuscité d'entre les morts. 42 Et il nous a commandé de prêcher au peuple, et d'attester que c'est lui qui est établi de Dieu juge des vivants et des morts. 43 Tous les prophètes lui rendent témoignage, que, par son nom, quiconque croit en lui reçoit la rémission des péchés.

  • Comment comprendre la notion d’un "peuple choisi" lorsque nous lisons l’universalité du message prononcé par Pierre ?
"En toute nation celui qui le craint et pratique la justice lui est agréable !" Voici une vérité universelle, laquelle est pour tout homme en tout lieu et pour tous les temps, comme l’est aussi le message de la croix. L’impossibilité de la perfection rend la croix indispensable, car sur ce fondement la grâce peut être apportée à tout homme, aujourd’hui comme hier, avant la croix, comme demain. Et pour porter ce message universel, un peuple, non pas un grand peuple (Deut.7:7), a été choisi pour être porteur des oracles de Dieu (Rom.3:2) et être ainsi serviteur de Dieu (Ésaïe 41:8). Cette réalité était déjà écrite dans la promesse faite à Abraham, ainsi que nous lisons : "en toi seront bénies toutes les familles de la terre" (Genèse 12:3). C’est parce que l’accès à Dieu était impossible pour l’homme que Christ est mort en croix, qu’Il a expié ce que nous avions à expier… "Il a été blessé pour nos transgressions, il a été meurtri pour nos iniquités, le châtiment de notre paix a été sur lui, et par ses meurtrissures nous sommes guéris" (Ésaïe 53:5).
 
Remarquons que Pierre n’a pas abordé cet homme remarquable en lui disant que Dieu est en colère contre lui, mais en exprimant que tout homme qui fait le bien dans sa vie Lui est agréable ! Mais il reste toutefois qu’un homme qui veut faire le bien constate, dans son honnêteté avec lui-même, qu’il ne peut être parfait, et ainsi il va, se demandant ce que sera son avenir après la mort…. Un doute, voire l’angoisse de l’incertitude, et des réflexions allant s’alourdissant tandis que les années passent et que l’échéance approche inexorablement… Alors Dieu donne à Corneille de Le connaître et de recevoir pour lui-même "la bonne nouvelle de la paix" (Éph.2:17).
 
Ainsi, Corneille, agréable à Dieu, ne connaissait pas l’œuvre de Jésus. Dès que celle-ci lui est présentée, il a cru ; et alors Pierre avec ceux qui l’accompagnaient reçurent un signe…

44 Comme Pierre prononçait encore ces mots, l'Esprit Saint tomba sur tous ceux qui entendaient la parole. 45 Et les fidèles de la circoncision, tous ceux qui étaient venus avec Pierre, s'étonnèrent de ce que le don du Saint Esprit était répandu aussi sur les nations, 46 car ils les entendaient parler en langues et magnifier Dieu. 47 Alors Pierre répondit : Quelqu'un pourrait-il refuser l'eau, afin que ceux-ci ne soient pas baptisés, eux qui ont reçu l'Esprit Saint comme nous-mêmes ? 48 Et il commanda qu'ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Alors ils le prièrent de demeurer là quelques jours.

  • Soulignons l’étonnement des croyants juifs qui accompagnaient Pierre, à la vue de ces non-juifs qui s’exprimaient en langues et magnifiaient le Seigneur Dieu.
  • Pierre lui-même était-il préparé à ce qu’il voyait et entendait à cet instant ?
C’était un signe ! Pierre voit ici la confirmation de la vision qu’il eût trois jours plus tôt, et qu’il avait bien comprise d’ailleurs, comme nous le fait entendre sa parole : "en toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice, lui est agréable". C’était toutefois un réel bouleversement pour les croyants qui l’accompagnaient, aussi, voyant ces gens des nations remplis de l’Esprit de Dieu, ils furent interpellés par ce signe majeur et donnèrent immédiatement suite en adhérant à la pensée qu’ils devaient être baptisés.
 
Remarquons que pour les Samaritains, les manifestations de l’Esprit furent données après que Pierre leur eût imposé les mains (Actes 8:17), quoiqu’ils eussent été baptisés par Philippe avant même que Pierre ne soit venu, tandis qu’ici le don de l’Esprit conduit à ce qu’ils soient baptisés. Ainsi pouvons-nous discerner que le baptême de l’Esprit est un don de Dieu lié à la reconnaissance de la foi, tandis que le baptême d’eau est un signe d’adhésion au Christ et une marque d’entrée dans la communauté des croyants, le "royaume des cieux" dont Pierre a reçu la clef. "Et il commanda qu'ils fussent baptisés au nom du Seigneur", par cette parole il a ouvert le royaume aux gens des nations, une fois pour toutes.
 
Faisant fi de la tradition de ses pères qu’ils avaient respectée jusque là, Pierre et ceux qui l’accompagnaient demeurèrent chez Corneille quelques jours ; le "mur mitoyen de clôture" (Éph.2:14) était détruit par l’attachement partagé à Jésus-Christ.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

04:00 Publié dans Actes 09 à 12, ACTES DES APOTRES | Commentaires (0) | Eric

Actes 11:1 Le centurion Corneille (3/3)


 

L'explication – 11:1-18

Des siècles de tradition ne se bousculent pas aisément, aussi, dès qu’ils furent rentrés à Jérusalem, une discussion s’imposa. Mais l’exposé des faits aura bien vite transformé le doute en louanges à Dieu. Ce passage est vraiment fort important ; nous pouvons penser que Théophile, auquel cet ouvrage était destiné, devait être rassuré sur ces questions touchant les Juifs, car au temps où Luc écrit, les croyants sont aux prises avec des docteurs judaïsants, c’est pourquoi cette question doit être traitée avec clarté et de façon exhaustive. Ainsi en sera-t-il aussi de la grande réunion à Jérusalem à propos de la pratique de la loi par les croyants non-juifs (Actes 15).

11  1 Or les apôtres et les frères qui étaient en Judée apprirent que les nations aussi avaient reçu la parole de Dieu. 2 Et quand Pierre fut monté à Jérusalem, ceux de la circoncision disputaient avec lui, disant : 3 Tu es entré chez des hommes incirconcis, et tu as mangé avec eux. 4 Mais Pierre se mit à leur exposer les choses par ordre, disant : 5 J'étais en prière dans la ville de Joppé, et je vis dans une extase une vision, savoir un vase descendant comme une grande toile dévalée du ciel par les quatre coins ; et elle vint jusqu'à moi ; 6 et y ayant jeté les yeux, je considérais, et je vis les quadrupèdes de la terre, et les bêtes sauvages, et les reptiles, et les oiseaux du ciel ; 7 et j'ouïs aussi une voix qui me dit : Lève-toi, Pierre, tue et mange. 8 Et je dis : Non point, Seigneur ; car jamais chose impure ou immonde n'entra dans ma bouche. 9 Et une voix répondit pour la seconde fois du ciel : Ce que Dieu a purifié, toi, ne le tiens pas pour impur. 10 Et cela eut lieu par trois fois, et tout fut de nouveau retiré dans le ciel. 11 Et voici, aussitôt, trois hommes qui avaient été envoyés de Césarée vers moi, se trouvèrent devant la maison où j'étais. 12 Et l'Esprit me dit d'aller avec eux sans hésiter ; et les six frères que voici vinrent avec moi, et nous entrâmes dans la maison de cet homme. 13 Et il nous raconta comment il avait vu dans sa maison l'ange qui, se tenant là, lui avait dit : Envoie à Joppé, et fais venir Simon qui est surnommé Pierre, 14 qui te dira des choses par lesquelles tu seras sauvé, toi et toute ta maison. 15 Et comme je commençais à parler, l'Esprit Saint tomba sur eux, comme aussi il est tombé sur nous au commencement. 16 Et je me souvins de la parole du Seigneur, comment il a dit : Jean a baptisé avec de l'eau, mais vous, vous serez baptisés de l'Esprit Saint. 17 Si donc Dieu leur a fait le même don qu'à nous qui avons cru au seigneur Jésus Christ, qui étais-je, moi, pour pouvoir l'interdire à Dieu ? 18 Et ayant ouï ces choses, ils se turent, et glorifièrent Dieu disant : Dieu a donc en effet donné aux nations la repentance pour la vie !

  • Quel est le point de désaccord ou de doute qui introduit la discussion ?
  • Comment les croyants dans le doute ont-ils été convaincus et même réjouis ?
"Tu es entré chez des hommes incirconcis, et tu as mangé avec eux" Un fait objectivement moins important que la démarche de Pierre dans son ensemble, mais cette remarque montre combien nous aimons à nous attacher à un reproche précis plutôt que de commencer par écouter… Mais si nous ne lisons pas l’ensemble des remarques, des questions, des discussions, l’exposé circonstancié conduit à une réaction unanime et tellement heureuse.
 
Nous sommes ici placés devant une scène capitale pour les communautés chrétiennes, les disciples juifs se trouvant louer Dieu dans l’abandon de ce qu’ils considéraient comme une gloire spécifique de leur nation, et voyant là un accomplissement de la promesse. Dieu est glorifié !
 
Il n’y a pas trace de quelque esprit revêche qui s’accrocherait à des pensées légales toujours difficiles à abandonner ; néanmoins cette difficulté subsistera pour plusieurs (Gal.2.11 et suivants). Et cela, il leur faudra le comprendre et l’accepter, dans l’esprit de ce que Paul écrira : "Or quant à celui qui est faible en foi, recevez-le ; non pas pour la décision de questions douteuses. L’un croit pouvoir manger de toutes choses ; l’autre qui est faible, mange des herbes : que celui qui mange ne méprise pas celui qui ne mange pas ; et que celui qui ne mange pas ne juge pas celui qui mange, car Dieu l’a reçu" (Rom.14:1-3)

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

03:00 Publié dans Actes 09 à 12, ACTES DES APOTRES | Commentaires (0) | Eric

Actes 12:1 Nouvelles persécutions à Jérusalem


 

Nouvelle persécution à Jérusalem – 12:1-25

Lorsque Claude devient empereur, Hérode Agrippa Ier reçut les territoires de Judée, de Samarie et d’Idumée, reconstituant ainsi l’ancien royaume d’Hérode le Grand. Il sut se rendre populaire par son humanité et sa modestie, et en se tenant proche des hautes sphères du judaïsme. Mais pour se rendre plus populaire encore, il se mit à persécuter l’assemblée. Jacques, le frère de Jean est mis à mort, et Pierre emprisonné…

12  1 Or vers ce temps-là, le roi Hérode mit les mains sur quelques-uns de ceux de l'assemblée pour les maltraiter, 2 et il fit mourir par l'épée Jacques, le frère de Jean. 3 Et voyant que cela était agréable aux Juifs, il continua, en faisant prendre aussi Pierre ; or c'étaient les jours des pains sans levain ; 4 et quand il l'eut fait prendre, il le mit en prison, et le livra à quatre bandes de quatre soldats chacune pour le garder, voulant, après la Pâque, le produire devant le peuple. 5 Pierre donc était gardé dans la prison ; mais l'assemblée faisait d'instantes prières à Dieu pour lui. 6 Mais lorsque Hérode allait le produire, cette nuit-là, Pierre dormait entre deux soldats, lié de deux chaînes ; et des gardes, devant la porte, gardaient la prison. 7 Et voici, un ange du Seigneur survint, et une lumière resplendit dans la prison ; et frappant le côté de Pierre, il le réveilla, disant : Lève-toi promptement. Et les chaînes tombèrent de ses mains. 8 Et l'ange lui dit : Ceins-toi et chausse tes sandales. Et il fit ainsi. Et il lui dit : Jette ton vêtement sur toi et suis-moi. 9 Et sortant, il le suivit ; et il ne savait pas que ce qui se faisait par l'ange était réel, mais il croyait voir une vision. 10 Et ayant passé la première et la seconde garde, ils vinrent à la porte de fer qui conduit à la ville, et elle s'ouvrit à eux d'elle-même ; et, étant sortis, ils allèrent jusqu'au bout d'une rue ; et aussitôt l'ange se retira d'avec lui. 11 Et Pierre, étant revenu à lui, dit : Je connais à présent certainement que le Seigneur a envoyé son ange, et m'a délivré de la main d'Hérode et de toute l'attente du peuple des Juifs. 12 Et s'étant reconnu, il se rendit à la maison de Marie, mère de Jean surnommé Marc, où plusieurs étaient assemblés et priaient. 13 Et comme il heurtait à la porte du vestibule, une servante nommée Rhode vint pour écouter ; 14 et reconnaissant la voix de Pierre, de joie elle n'ouvrit point le vestibule ; mais étant rentrée en courant, elle rapporta que Pierre se tenait devant le vestibule. 15 Et ils lui dirent : Tu es folle. Mais elle affirmait qu'il en était ainsi. Et ils disaient : C'est son ange. 16 Mais Pierre continuait à heurter ; et quand ils eurent ouvert, ils le virent et furent hors d'eux. 17 Et leur ayant fait signe de la main de se taire, il leur raconta comment le Seigneur l'avait fait sortir de la prison ; et il dit : Rapportez ces choses à Jacques et aux frères. Et sortant, il s'en alla en un autre lieu.

  • Voyons la paix de Pierre qui, en prison, dort profondément, lié de chaînes. Que font les disciples pendant ce temps ?
La scène est magnifique. Des croyants en prière, Pierre heurtant à la porte… Il y a une évidente difficulté à croire à une réponse aussi favorable à la prière. Il faut dire que l’assemblée est à nouveau ébranlée, un des douze a été assassiné. Mais cet instant de surprise passé, ceux qui étaient là à ce moment, connaissent la puissance de Dieu ; et à ce moment, les puissants sont dans la perplexité et ne peuvent croire qu’à une défaillance de la garde…

18 Mais le jour étant venu, il y eut un grand trouble parmi les soldats au sujet de ce que Pierre était donc devenu. 19 Et Hérode, l'ayant cherché et ne l'ayant pas trouvé, fit subir un interrogatoire aux gardes et donna ordre qu'ils fussent emmenés au supplice. Et descendant de la Judée à Césarée, il y séjourna. 20 Or il était très-irrité contre les Tyriens et les Sidoniens ; mais ils vinrent à lui d'un commun accord, et ayant gagné Blaste le chambellan du roi, ils demandèrent la paix, parce que leur pays était nourri par celui du roi. 21 Et, à un jour marqué, Hérode, revêtu d'une robe royale et assis sur une estrade, les haranguait. 22 Et le peuple s'écriait : Voix d'un dieu et non pas d'un homme ! 23 Et à l'instant un ange du Seigneur le frappa, parce qu'il n'avait pas donné la gloire à Dieu ; et, étant rongé par les vers, il expira.

  • Voyons jusqu’à quelle extrémité peut aller un puissant blessé dans son orgueil !
L’humiliation du roi fut vite compensée par une réussite diplomatique, ce qui permit que l’attention soit ainsi détournée. Le peuple célèbre son roi en disant : "Voix d’un dieu et non d’un homme". Le monde poursuit sa route… Troubles politiques, réconciliations, succès donc pour Hérode … mais le méchant est ici arrêté en pleine gloire ! Et pendant ce temps, la parole de Dieu ne cesse de se répandre dans le monde.

24 Mais la parole de Dieu croissait et se multipliait. 25 Et Barnabé et Saul, ayant accompli leur service, s'en retournèrent de Jérusalem, emmenant aussi avec eux Jean qui était surnommé Marc.

Saul et Barnabé, à Jérusalem durant ces événements, reprennent alors la route d’Antioche d’où ils vont alors partir pour un premier grand voyage missionnaire. Alors que le monde poursuit son cours de vanité, ainsi que nous pouvons lire : "Ce qui a été, c'est ce qui sera ; et ce qui a été fait, c'est ce qui se fera ; et il n'y a rien de nouveau sous le soleil" (Ecclésiaste 1:9), la parole court pour atteindre toutes les nations de la terre : "Et cet évangile du royaume sera prêché dans la terre habitée tout entière, en témoignage à toutes les nations ; et alors viendra la fin" (Mat.24:14).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

01:00 Publié dans Actes 09 à 12, ACTES DES APOTRES | Commentaires (0) | Eric