03/12/2011

2 Cor.9:1 Les collectes (3/3)


 

Une réputation à tenir  9:1-5

Si Paul a parlé de cette collecte, du principe d’égalité, de l’idée de partage qui est présente depuis les débuts de l’annonce de l’évangile (Act.2.44), il se doit d’évoquer le zèle que les Corinthiens avaient déjà manifesté, ne manquant pas de leur faire savoir qu’il en parlait autour de lui en Macédoine. Ils ont bien commencé avec Tite, dès l’année passé (2 Cor.8:10), aussi ils ont maintenant une réputation à tenir...

9  1 Au sujet du service envers les saints, il est superflu que je vous écrive. 2 Je connais en effet votre ardeur, dont je fais ma fierté devant les Macédoniens – “l’Achaïe est prête dès l’année passée”. Et votre zèle a excité la générosité de la plupart. 3 J’envoie les frères pour que la fierté montrée à votre sujet ne soit pas réduite à néant sur ce point, et que vous soyez prêts, comme je l’ai dit ; 4 de peur que, si des Macédoniens m’accompagnaient et ne vous trouvaient pas prêts, la situation tourne à notre honte – pour ne pas dire à la vôtre. 5 J’ai donc estimé nécessaire d’encourager les frères à me devancer chez vous pour s’occuper de la largesse que vous avez promise, afin qu’elle soit prête comme une largesse, et non comme une chose extorquée.

  • Comment Paul procède-t-il pour inciter les Corinthiens à poursuivre leur effort touchant la collecte ?
Les Corinthiens, sujet de soucis s’il en est, ce qui est connu tant en Macédoine qu’en Achaïe et même jusqu’à Éphèse, sont ici cités en modèles ayant produit un zèle pareil à ce qui s’est manifesté parmi les Macédoniens ! Paul défend cette assemblée, fruit de son travail, et trouve dans leur générosité des raisons de ne pas désespérer… Combien Paul est-il attentif à ce que les Corinthiens ne se découragent pas, mais plutôt s’élancent à nouveau dans cette vie de foi heureuse et libre pour la gloire du Seigneur !

 
Un acte libre et joyeux  9:6-15

L’apôtre poursuit ici en parlant de la manière de participer à la collecte. Il ne s’agit plus de l’assemblée dans son ensemble, mais de chaque croyant, et il est vraiment important de s’arrêter sur ceci, en se souvenant de la manière suivant laquelle le Seigneur regardait ceux qui apportaient leur obole pour le Temple, s’attachant non à ce qu’ils donnaient, mais discernant comment ils donnaient (Marc 12:41).

6 Celui qui sème chichement moissonnera chichement, et celui qui sème libéralement moissonnera libéralement. 7 Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte, car Dieu aime celui qui donne joyeusement [Proverbes 22:8]. 8 Et Dieu a le pouvoir de vous combler de toutes grâces, afin que, disposant toujours à tous égards, de tout le nécessaire, vous ayez encore en abondance pour tout œuvre bonne, ainsi qu’il est écrit : 9 “Il a répandu, il a donné aux pauvres ; sa justice demeure éternellement” [Psaume 112:9]. 10 Or celui qui fournit “de la semence au semeur et du pain à manger” [Ésaïe 55:10], vous fournira la semence et la multipliera et fera croître le produit de votre justice. 11 Vous serez ainsi riche en tout, pour toute la générosité qui produira, par votre entremise, des actions de grâces envers Dieu. 12 Car le service de cette offrande, non seulement supplée à ce qui manque aux saints, mais encore fait abonder les action de grâces envers Dieu. 13 Du fait de la valeur éprouvée de ce service, ils glorifient Dieu pour l’obéissance avec laquelle vous reconnaissez publiquement l’évangile du Christ et pour la générosité de votre solidarité avec eux et avec tous. 14 C’est avec une vive affection qu’ils prient pour vous à cause de la grâce surabondante que Dieu vous a faite.
 
15 Grâce soit rendue à Dieu pour son don ineffable.

  • Quel est l’état d’esprit recommandé par l’apôtre pour la participation à la collecte ? 2 Cor.9:7.
  • Quel est le résultat d’une telle œuvre d’amour ?
Ainsi il n’y a nulle contrainte, mais la joie de participer au service, de prendre soin, à distance, de ceux qui connaissent des circonstances difficiles. Certes, participant à la collecte, un croyant s’appauvrit… Mais Dieu lui-même l’enrichit de tant de manières !
 
Devant les perspectives d’une telle reconnaissance, et les actions de grâce qui en résulteront, l’apôtre est poussé à adresser une parole de louange à Dieu. N’est-il pas profondément réjoui de constater que là où il y avait un mur de séparation – entre Juifs et gens des nations (Éph.2:13-16) – il y a aujourd’hui un lien indéfectible qui va jusqu’à cette attention des uns pour les autres !


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE

 
 

2 Cor.10:1 Face aux mauvais ouvriers


 

FACE AUX MAUVAIS OUVRIERS
10:1-12:21

Après ces exhortations marquées par la confiance qu’il voulait avoir envers les croyants de Corinthe, Paul doit encore évoquer les difficultés qui subsistent parmi eux. Si, en effet, les points qui étaient à examiner l’ont été, il se trouve que des opposants sont toujours actifs, même si le crédit que leur font les Corinthiens doive s’être réduit, comme pourrait nous l’indiquer les actes positifs accomplis et l’accueil dont pût jouir Tite parmi eux.
 
La question des opposants est affligeante. Les avertissements donnés à cet égard dans la première épître sont de peu d’effet sur de tels hommes ; exhortés, ne s’élèvent-ils pas encore d’avantage ? Pensons à Diotrèphe, signalé par Jean l’évangéliste (3 Jean). L’apôtre ne demande pas à Gaïus de combattre l’influence de cet homme, mais seulement de l’ignorer et de recevoir les frères, notamment Démétrius, tandis que l’apôtre interviendrait lui-même s’il se rendait auprès le lui.

 
Réfutation des accusations
1 :1-18

Paul s’adresse à tous, comme il se doit, afin que chacun examine et apprécie à leur juste valeur les comportements de ceux qui, parmi eux, cherchaient à gagner un certain leadership pour leur propre gloire et cela en dénigrant l’apôtre par lequel l’évangile était parvenu parmi eux.

 
Un combat à mener  10:1-11

« Moi qui suis humble en face de vous, et qui, de loin, suis plein de hardiesse... » (2 Cor.10:1). Le ton est donné, ce que des opposants dirent de Paul à la lecture de sa première lettre est connu de Paul, ce peut avoir été rapporté par Tite, et l’apôtre répond à ces paroles méprisantes, et à d’autres encore…

10  1 Moi, Paul, je vous y encourage par la douceur et la bienveillance du Christ – moi qui suis humble en face de vous et qui, de loin, suis plein de hardiesse à votre égard... 2 Je vous en prie : que je n’aie pas, une fois présent, à montrer ma confiance sous forme de hardiesse, comme je compte bien oser le faire à l’encontre de ceux qui estiment que nous vivons selon la chair. 3 En effet, si c’est bien dans la chair que nous vivons, ce n’est pas selon la chair que nous combattons. 4 Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas celles de la chair ; cependant elles sont puissantes par Dieu pour détruire des forteresses, 5 détruisant les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et amènant toute pensée, captive, à l’obéissance du Christ. 6 Nous sommes prêts à faire justice de toute désobéissance, lorsque votre obéissance à vous sera complète.
 
7 Regardez les choses en face ! Si quelqu’un a la confiance en lui-même d’être à Christ, qu’il tienne également compte de ceci : nous aussi ! 8 Et si même je serais un peu trop fier de l’autorité que le Seigneur nous a donnée pour votre édification et non pas pour vous détruire, je n’en aurais pas honte ; 9 mais je ne veux pas paraitre vous intimider par mes lettres. 10 Car ses lettres, dit-on, sont sévères et fortes, mais lorsqu’il est présent en personne, il est faible et sa parole est méprisable. 11 Qu’il tienne compte de ceci, celui qui parle de la sorte : tels nous sommes en parole dans nos lettres, étant absents, tels aussi nous serons en œuvre, une fois présents.

  • Que disent quelques-uns de Paul ? 2 Cor.10:2,8,10.
  • Paul a-t-il mal agi en ne voulant pas dépendre matériellement des Corinthiens ? 2 Cor.10:8, 11:7, Act.18:3.
  • Comment Paul pourrait-il agir, eu égard à son autorité comme apôtre ? Quelles sont ses armes ? 2 Cor.10:3-6.
  • A quoi devraient regarder ces hommes qui jugent ainsi l’apôtre ? 2 Cor.10:7.
La disposition à dénigrer voire à calomnier est bien commune, il faut bien l’accepter, mais si nous voyons le rude combat de l’apôtre, nous pouvons comprendre que cette manière d’agir conduit à la destruction de ce qui pour lui est « une lettre de Christ » (2 Cor.3:3) en ce monde. Cette lettre détruite, que resterait-il pour que l’Évangile soit reçu dans le monde ? Nous comprenons dès lors la rudesse du combat et la sévérité des paroles. Dans de tels comportements, celui qui s’y livre oublie manifestement que celui qu’il méprise appartient à Christ, comme lui-même (2 Cor.10:7), et que Celui-ci veille sur chacune de ses brebis. Les uns et les autres, nous sommes à Christ ! Si bien qu’en regardant à ce fait, comment y a-t-il des guerres entre les croyants ?


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE

 
 

2 Cor.10:12 La référence, c'est le Christ


 

La référence, c’est le Christ  10:12-18

Paul est-il comme ceux qui se mettent en avant sans que nulle œuvre ne les recommandent ? Que de choses doivent être dites par un homme qui se dévoua sans relâche au milieu de ceux auxquels il s’adresse. Il est cependant une chose positive à dire : cela est arrivé dès les débuts du christianisme de telle manière que d’une part nous n’avons pas de prétexte pour dire que la situation était plus facile alors, et surtout nous pouvons tirer de ces paroles de l’apôtre des leçons positives pour aujourd’hui.

12 Nous n’oserions pas nous égaler ou nous comparer à quelques-uns de ceux qui se recommandent eux-mêmes. D’ailleurs, en se mesurant à leur propre mesure, et en se comparant à eux-mêmes, ceux-là manquent d’intelligence. 13 Quant à nous, nous ne voudrions pas faire les fiers hors de toute mesure, mais selon la mesure de la règle que Dieu nous a départie comme mesure : celle d’être arrivés jusqu’à vous. 14 Nous ne dépassons pas nos limites, comme si nous n’étions pas parvenu jusqu’à vous ; car c’est bien jusqu’à vous que nous sommes arrivés avec l’évangile du Christ. 15 Nous ne mettons pas notre fierté dans le travail d’autrui dans ce qui serait hors de toute mesure.
 
   Mais nous avons espérance, si votre foi augmente, d’être abondamment agrandis au milieu de vous, selon notre mesure, 16 en annonçant l’évangile dans des régions qui sont au delà de chez vous, et non de mettre notre fierté en ce qui a déjà été fait dans le domaine d’autrui. 17 Que celui qui se félicite, qu’il se félicite dans le Seigneur ! 18 Car ce n’est pas celui qui se recommande lui-même qui est approuvé, mais celui que le Seigneur recommande.

  • Que font ces mauvais ouvriers ? 2 Cor.10:12,14, 11:22.
  • Que dit Paul de ceux qui se prévalent d’une certaine importance en raison de leur origine, de leurs connaissances ou de leurs capacités, et non relativement au Christ ? 2 Cor.10:12.
  • Quelle est la défense de l’apôtre face aux accusations ou au discrédit que l’on fait peser sur lui ? De quel fait peut-il se prévaloir relativement aux Corinthiens ? 2 Cor.10:13-15.
Se mesurer soi-même sans référence au Christ, quel manque d’intelligence ! Ce n’est pas ici un jugement accusateur, mais une appréciation introduite avec sagesse… Et pour ceux qui sont enclins à prendre une position dirigeante, Pierre ajoutera : « J’exhorte les anciens […] paissez le troupeau de Dieu qui est avec vous, le surveillant, non point […] ni comme dominant sur des héritages, mais en étant les modèles du troupeau… » (1 Pier.5:1-3). La règle est simple, dans nos relations à autrui comme dans l’estime que nous avons de nous-mêmes, il faut regarder au Seigneur, et au modèle qu’il nous donne. La question n’est pas de connaître, d’avoir de l’autorité, ou quelque vertu, mais d’aimer comme Lui aime (1 Cor.13).


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE

 
 

2 Cor.11:1 L'état d'esprit de l'apôtre des nations


 

Paul expose son état d’esprit
11:1-12:18

C’est manifestement sous cette contrainte que l’apôtre en est venu à parler de lui-même. Et, nous le voyons, cela le gène quelque peu, étant enclin à dire que cela n’est pas raisonnable de parler ainsi de lui.

 
Appel à être reçu  11:1-6

Paul disait être « hors de sens » (2 Cor.10:13), et il ne manque pas de parler de « déraison »  (2 Cor.11:1) ! Et nous pouvons bien penser à un tel homme, fougueux, enthousiaste, et par cela même absolu, confronté à des croyants raisonnables, réfléchis dans toutes leurs actions, pesant leurs mots afin de convaincre leurs auditeurs de la pertinence de leurs propos… Paul se rend compte de cet absolu qui l’habite et s’en excuse un peu, leur demande de le supporter… Pour dire aussitôt qu’il se sent supporté par ces croyants de Corinthe ! Il va parler de cette passion qui brûle en dedans de lui…

11  1 Si seulement vous pouviez supporter de ma part un peu de déraison... mais vous me supportez bien ! 2 Car j’ai une passion jalouse pour vous, la passion jalouse de Dieu lui-même, parce que je vous ai fiancés à un seul mari pour vous présenter au Christ comme une vierge pure. 3 Mais je crains que, en quelque manière, comme “le serpent a trompé Eve” [Genèse 3:13] par sa ruse, ainsi vos pensées ne soient corrompues en se détournant de la simplicité et de la pureté à l’égard du Christ. 4 En effet, si le premier venu proclame un autre Jésus que celui que nous avons proclamé, ou s’il s’agit de recevoir un esprit différent de celui que vous avez reçu, ou un évangile différent de celui que vous avez accueilli, vous le supportez fort bien. 5 Or j’estime n’avoir été en rien inférieur à ces excellents apôtres. 6 Et si même je suis un homme simple quant à l’éloquence, je ne le suis pourtant pas quant à la connaissance ; nous vous l’avons clairement montré, de toute manière et à tous égards.

  • Voyons ce désir ardent de Paul relativement aux Corinthiens, l’amour qui l’anime et les craintes qu’il éprouve.
  • Que pouvait-il se passer dans ces assemblées chrétiennes encore bien jeunes, faut-il le dire ? Voyons ce qui se passait aussi parmi les assemblées de Galatie, dans la même période. Gal.1:6-9 et 2 Cor.11:22.
  • Soulignons la référence aux accusations dont il est l’objet (2 Cor.11:6 et 10:10), mais aussi la forme d’ironie avec laquelle il parle de ces « excellents apôtres » (2 Cor.11:13 et 12:11) afin que les Corinthiens fassent eux-mêmes la comparaison.
Le « premier venu » serait reçu parmi les Corinthiens ! Mais que font-ils donc, eux qui ont entendu cette injonction : « que les prophètes parlent, deux ou trois, et que les autres jugent » (1 Cor.14:29). S’il faut écouter d’abord, ne faut-il pas aussi évaluer ce qui est dit, confronter les dires à la parole qu’ils ont reçue, celle de l’évangile ? Car des faux frères s’introduisent dans les rassemblements (Gal.2:4, 2 Pier.2:1, 2 Cor.11:13,26), cela est inévitable, d’ailleurs le Seigneur avait prévenu qu’il en serait ainsi (>Matt.7:15).
 
Ce que Paul désire ardemment, il le dit ici : c’est qu’ils soient vraiment attachés au Seigneur, « fiancés à un seul mari » (2 Cor.11:2). Si cette parole peut évoquer, à la lecture, la relation d’épouse de Christ (Éph.5:29), il s’agit ici avant tout de la responsabilité de la fiancée, relativement à ce qui pourrait entacher sa marche, son témoignage !
 
Ceci ramène l’apôtre au temps où, travaillant à Corinthe sans relâche, il amenait les âmes à Christ et apportait les fondements de la foi. La contestation ne tarda pas à se manifester peu après son départ…


La lecture des prophètes se retrouve au site "Que dit l'Evangile ?",
complétée de textes introductifs et de notices historiques.
Il s'y trouve un lien intéractif aux références bibliques.
ACCEDER AU SITE

 
 

2 Cor.11:7 Paul et les Corinthiens


 

Pourquoi Paul ne désirait pas dépendre d’eux ?
11:7-15

Quelle est la cause de cette défiance, de ces attaques négatives à son égard ? Quel prétexte ont donc trouvé ceux qui voudraient supplanter son ascendant sur les chrétiens de Corinthe ? Il semble qu’ils ont trouvé occasion dans ce fait que Paul n’a pas voulu dépendre d’eux matériellement. Nous le savons, à Corinthe, Paul a demeuré avec Aquilas et Priscilla, étant du même métier qu’eux (Act.18:1-3). Il s’en explique donc…

7 Ai-je commis une faute en m’abaissant moi-même, afin que vous fussiez élevés, lorsque je vous ai annoncé gratuitement l’évangile de Dieu ? 8 J’ai dépouillé d’autres assemblées en recevant d’elles un salaire pour vous servir. Et lorsque chez vous j’ai été dans le besoin, je n’ai été à charge à personne, 9 car les frères venus de Macédoine ont suppléé à mes besoins. En tout cela, je me suis gardé de vous être à charge, et je m’en garderai. 10 Par la vérité de Christ qui est en moi, personne ne m’interdira cette fierté dans les contrées de l’Achaïe. 11 Pourquoi ? Est-ce parce que je ne vous aime pas ? Dieu le sait ! 12 Mais ce que je fais, je le ferai encore, afin d’ôter tout prétexte à ceux qui en voudraient trouver en vue d’être considérés comme nos égaux, ce en quoi ils se vantent. 13 De tels hommes sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs déguisés en apôtres de Christ ; 14 et ce n’est pas étonnant, car le Satan lui-même se transforme en ange de lumière. 15 Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se transforment en ministres de justice ; leur fin sera selon leurs œuvres.

  • Ne pas dépendre matériellement des Corinthiens, cela a-t-il été fortuit ou intentionnel ?
  • Si tel n’avait pas été son choix, s’il avait accepté de dépendre des Corinthiens comme il en avait le droit (1 Tim.5:18), qu’en serait-il advenu de la part des opposants ?
Le discours de Paul n’est pas édulcoré, tant s’en faut, les accusations sont claires : ce sont de « faux apôtres, des ouvriers trompeurs ». Nous voyons ici combien une œuvre qui se développe est l’objet de convoitise, comme le Seigneur l’a annoncé lui-même dans cette parabole des oiseaux du ciel qui viennent faire leur nid dans l’arbre qui croissait (Mat.13:32). Il en était alors déjà, comme il en est aujourd’hui… L’ivraie se mêle au bon grain, sans qu’il soit possible de l’extraire du champ, mais lors de la moisson, chacun trouvera sa juste place.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

2 Cor.11:16 Paul aurait-il quelque sujet d'être fier ?


 

Paul aurait-il quelque sujet de fierté ?
>11:16-29

S’il faut qu’il soit jugé déraisonnable (2 Cor.5:13, 11:1,16,23), Paul l’accepterait bien, mais ici l’appréciation peut être retournée : les Corinthiens sont-ils raisonnables d’accepter pour les enseigner tout homme qui se présente comme tel à eux ? Il y a une douce provocation lorsque Paul leur dit :  « vous qui êtes raisonnables ! » (2 Cor.11:19).

16 Je le répète : qu’on ne me tienne pas pour un insensé ; ou sinon, acceptez-moi comme un homme déraisonnable pour que moi aussi, je puisse me targuer de quelque sujet de fierté. 17 Ce que je dis, je ne le dis pas selon le Seigneur, mais comme un insensé, dans l’assurance d’avoir un peu de quoi être fier. 18 Puisque nombre se montrent fiers selon la chair, moi aussi je me montrerai fier. 19 Vous supportez si volontiers les insensés, vous qui êtes raisonnables ! 20 En effet, vous supportez qu’on vous asservisse, qu’on vous dévore, qu’on vous gruge, qu’on vous traite avec arrogance, qu’on vous frappe au visage ! 21 Je le dis : c’est un déshonneur ! C’est à croire que nous nous sommes montrés faibles ! Cependant, ce dont on se prévaut – je parle en homme déraisonnable – moi aussi je vais m’en prévaloir !
 
22 Sont-ils hébreux ? Moi aussi. Sont-ils Israélites ? Moi aussi. Sont-ils la semence d’Abraham ? Moi aussi. 23 Sont-ils ministres du Christ ? – Je vais dire une folie ! – Moi, outre mesure : dans le labeur, surabondamment ; sous les coups, excessivement ; en prison, surabondamment, en danger de mort, souvent – 24 cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un, 25 trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage et j’ai passé un jour et une nuit dans les profondeurs de la mer – 26 en voyage, souvent – en danger sur les fleuves, en danger de la part des brigands, en danger de la part de mes compatriotes, en danger de la part des non-Juifs, en danger dans les périls à la ville, en danger au désert, en danger en mer, en danger parmi de faux frères – 27 en peine et en labeur, souvent dans les veilles, dans la faim et la soif, souvent dans les jeûnes, dans le froid et le dénuement. 28 Outre ces faits exceptionnels, il y a ce qui me tient assiégé tous les jours : la sollicitude pour toutes les assemblées. 29 Qui est faible, que je ne sois faible aussi ? De qui ne cause-t-on la chute sans qu’un feu ne me brûle ?

  • De quoi se prévalent les faux apôtres ou faux docteurs qui se présentent à Corinthe ? 2 Cor.11:22-23.
  • Comment Paul dépeint-il ce que ces personnes manifestent parmi les chrétiens à Corinthe ? 2 Cor.11:20.
  • Paul en fait-il autant ? Quel engagement manifeste-t-il envers les assemblées ?
Il paraît bien que, tout comme parmi les Galates, ce soient des courants judaïsants qui se manifestent ainsi à Corinthe, des personnes qui veulent placer les chrétiens sous une loi, et en être les guides ou même les juges. Nous devons relever ces dangers récurrents dans les assemblées et les églises, car il arrive si souvent que des personnes se donnent comme dirigeants, sans manifester l’esprit du Seigneur… A Corinthe, les chrétiens sont en danger de perdre leur belle liberté de croyants pour être asservis à des règles, et à des dirigeants peu scrupuleux. Aux Galates face à ce même danger, l’apôtre écrit des paroles plus fortes encore, tellement le danger était grand (Gal.3:1).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

2 Cor.11:30 "Quand je suis faible, alors je suis fort !"


 

Quand je suis faible, alors je suis fort !
11:30-12:10

Puisqu’à Corinthe des hommes se hissent à la tête pour diriger les chrétiens, se flattant de leurs origines et de leurs qualités, Paul poursuit son apologie pour dire de quoi lui – « hébreux des hébreux » (Phil.3:4-5), « instruit aux pieds de Gamaliel » (Act.22:3), un très grand docteur de la loi – se dit être fier, pour la seule gloire du Seigneur.

30 S’il faut être fier, c’est de ma faiblesse dont je ferai ma fierté. 31 Le Dieu et Père du Seigneur Jésus, qui est béni éternellement, sait que je ne mens pas. 32 À Damas, l’ethnarque du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens pour m’appréhender, 33 et c’est par une fenêtre, dans une corbeille, qu’on m’a descendu le long de la muraille, et ainsi j’échappai à ses mains.
 
12  1 Faut-il avoir quelque sujet de fierté ? Certes, cela est sans profit, mais j’en viendrai à des visions et des révélations du Seigneur. 2 Je connais un homme dans le Christ qui, il y a quatorze ans – était-ce dans le corps, était-ce hors du corps ? Je ne sais, Dieu le sait – un tel homme fut ravi jusqu’au troisième ciel. 3 Et je connais un tel homme, – était-ce dans le corps, était-ce hors du corps ? Je ne sais, Dieu le sait – 4 qui a été ravi au paradis et a entendu des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à l’homme d’exprimer. 5 Je serais fier d’un tel homme, mais de moi-même je ne serai fier que de mes faiblesses.
 
6 Si je voulais être fier, je ne serais pas déraisonnable, car je dirais la vérité ; mais je m’en abstiens, de peur que quelqu’un ne m’estime au-dessus de ce qu’il voit ou entend de moi. 7 En raison de l’extraordinaire de ces révélations, il m’a été donné une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me frapper, pour que je ne sois pas orgueilleux. 8 Trois fois j’ai supplié le Seigneur de l’éloigner de moi, 9 et il m’a dit : “Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse”. Je mettrai donc bien plus volontiers ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ demeure sur moi. 10 Aussi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les désarrois, dans les persécutions et les angoisses, pour le Christ ; en effet, quand je suis faible, alors je suis fort.

  • S’il n’est pas évident de saisir pourquoi Paul parle de sa fuite de Damas à ce point de son apologie, ne pouvons pas penser à l’image de faiblesse que cela représente, et que Paul ne nie pas, tout au contraire ?
  • Qu’est-ce qui, par contre aurait pu lui « monter à la tête » pour qu’il s’élevât au dessus des chrétiens, et des apôtres même ? Comparer le jeune prophète Ésaïe (Ésaïe 6).
  • Qu’apporte cette vision du « paradis », du « troisième ciel » ?
  • Que craint Paul à l’égard du renom qu’il pourrait avoir parmi les chrétiens ? Et en quoi éprouve-t-il être aidé par Dieu lui-même ?
La conclusion de ce paragraphe est extraordinaire ! Paul se plaisait dans ce qui le tenait dans la modestie : faiblesse, affronts, outrages… Et cela pour un homme qui, pour certains, paraîtra un exalté ! Ne se dit-il pas lui-même être hors de sens (2 Cor.5:13, 11:23), en quoi nous comprenons qu’il était animé d’une réelle passion pour l’évangile, ayant été saisi – jusqu’aux tréfonds de son âme – par la bonne nouvelle (2 Cor.5:14-15).
 
Cette vision du « troisième ciel », le lieu de la présence de Dieu, qu’il appelle aussi « paradis », un mot persan pour « jardin d’agrément » qui s’est introduit dans le langage commun en terre d’Israël (Cant.4:13, Luc 23:43, Apoc.2:7), est-elle sienne, comme cela est généralement admis, ou est-elle d’un homme qu’il a connu ? Au vu de ce qu’il dit à propos de « l’extraordinaire de ces révélations », nous sommes bien amenés à conclure qu’il parlait de lui-même. Quoiqu’il en soit, son âme est transportée, et sa joie immense dans l’attente du bonheur ineffable qui est à venir, un bonheur tel qu’il n’y a pas de mots pour l’exprimer.
 
Qu’y a-t-il pour le tenir lui-même dans sa position d’homme, alors que le message qu’il transmet le conduit en pensées à de telles cimes ? Une écharde, une blessure visible qui le fait souffrir et de laquelle il a espéré être délivré. Il a accepté et compris ce que cela lui apporte… Et il est ainsi satisfait d’être tenu dans la modestie, considérant avec joie ce que le Christ produit par son ministère… S’il y a un tel fruit de son œuvre, c’est au travers de sa propre faiblesse. Soulignons cette parole remarquable : « de peur que quelqu’un ne m’estime au-dessus de ce qu’il me voit être… » (2 Cor.12:6). Voilà bien une phrase qu’il ne faut pas oublier… Et celle-ci encore : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans l’infirmité » (2 Cor.12:8). C’est comme si le Seigneur lui disait : « Je veux accomplir une œuvre par toi, mais elle n’est possible que si tu n’es pas fort par toi même ! »  Voilà qui est à méditer.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

2 Cor.12:19 Perspective d'une visite à Corinthe (1/2)


 

LA PERSPECTIVE D'UNE VISITE A CORINTHE
12:19-13:10

Paul vient de le dire : il a déjà envisagé plus d’une fois de se rendre une seconde fois à Corinthe. Et trois fois il a délibérément différé ce projet. Nous en savons la raison : il désirait que les Corinthiens règlent eux-mêmes les difficultés parmi eux.
 
Et s’il est vraiment prêt d’entreprendre ce déplacement, il éprouve toutefois des inquiétudes dont il aime s’expliquer auprès d’eux.

 
Les craintes de l’apôtre  12:19-13:4

Paul se justifie-t-il auprès des Corinthiens, travaille-t-il pour être salué, flatté pour eux ? Quel est son but, quelles sont ses craintes tandis qu’il est prêt à se rendre à Corinthe (2 Cor.12:14) ?

19 Vous vous imaginez qu’à nouveau nous nous justifions devant de vous ! C’est devant Dieu, dans le Christ, que nous parlons, et cela, bien-aimés, pour votre édification. 20 Je crains, en effet, de ne pas vous trouver, à mon arrivée, tels que je voudrais, et que vous ne me trouviez pas non plus tel que vous voudriez. Je crains qu’il n’y ait des disputes, de la jalousie, des animosités, des intrigues, des médisances, des insinuations, de l’orgueil, des désordres. 21 Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie à nouveau à votre sujet, et que je n’aie à mener deuil à propos de plusieurs de ceux qui ont péché auparavant et qui ne se sont pas repentis de tous leurs actes d’impureté, d’inconduite sexuelle et d’autres débauches.
 
13  1 C’est ici la troisième fois que je viens à vous. Par la bouche de deux ou de trois témoins toute affaire sera établie
[Deut.19:15] ; 2 je l’ai déjà dit, et je le redis à l’avance à ceux qui ont péché prédédemment et à tous les autres, comme si j’étais là pour la deuxième fois; aujourd’hui que je suis absent : si je reviens vous voir, je ne ménagerai personne. 3 Puisque vous cherchez la preuve que Christ parle en moi, lui qui n’est pas faible à votre égard, mais qui est puissant au milieu de vous, 4 puisqu’en effet s’il a été crucifié dans la faiblesse, il vit en vertu de la puissance de Dieu, ainsi nous aussi nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui, pour vous, en raison de la puissance de Dieu.

  • Quel but poursuit Paul ? Est-ce un objectif à son avantage ?
  • Quelles sont les craintes de l’apôtre ? Pensons à ces craintes tandis qu’il évoquait les consolations qu’il éprouva au rapport que lui fit Tite. Comment comprendre une telle dichotomie ?
  • Quelle est la difficulté rencontrée par l’apôtre, induite par de faux apôtres ? 2 Cor.13:3.
  • Pourquoi l’apôtre évoque-t-il le chemin du Christ, de la faiblesse à la puissance ?
Nous pourrions être surpris de tant de crainte, et aussi de la sévérité de l’avertissement de Paul après les pages heureuses lues au commencement de sa lettre, tandis qu’il rendait grâce pour les consolations dont il jouissait par le témoignage rendu par Tite ! Mais nous pouvons souligner combien, malgré les difficultés persistance, il contrôle sa pensée afin de la fixer avant tout sur les éléments positifs au sujet desquels il peut se réjouir. Mais arrivés à la fin de l’épître, nous voyons que des difficultés subsistent. Et nous ne pouvons pas nous étonner. Pensons-nous qu’à la lecture d’une lettre, fusse une lettre de l’apôtre, toutes les jalousies, les rancœurs peut-être, les conflits puissent s’éteindre sans laisser de trace ? Alors, si des pas majeurs ont été faits dans la bonne direction, une crainte subsiste, et l’apôtre se doit de l’exprimer avec vérité, d’autant plus que de mauvais ouvriers persistent dans leurs œuvres propres.
 
Il s’en trouvait toujours à Corinthe pour semer le doute. Notons l’esprit de parti qui se manifestait depuis un certain temps (1 Cor.1:12), la contestation à l’égard du ministère de Paul (2 Cor.13:3), et en conclusion le trouble produit parmi les croyants… Troublée ainsi, l’assemblée est conduite à des débats destructeurs, car ainsi les croyants sont détournés de l’essence de leur vie, l’attachement au Christ : cela conduit à la ruine (Rom.16:17).

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

2 Cor.13:5 Perspective de visite à Corinthe (2/2)


 

Le souhait de l’apôtre  13:5-10

Paul ne souhaite pas se trouver dans la nécessité d’agir avec autorité. Il veut se rendre à Corinthe pour partager des paroles de paix, jouir de la communion. Alors il leur indique un chemin pour qu’il revienne à l’essence de leur propre vie de chrétiens.

5 Eprouvez-vous pour voir si vous êtes dans la foi. Examinez-vous ! Ne reconnaissez-vous pas que Jésus Christ est en vous ? A moins, peut-être, que l’examen ne tourne contre vous. 6 Mais vous reconnaîtrez, je l’espère, qu’il ne tourne pas contre nous. 7 Nous demandons à Dieu dans nos prières que vous ne fassiez aucun mal, non pas pour que nous, nous paraissions approuvés, mais pour que, vous, vous fassiez ce qui est bien, même si, en ce qui nous concerne, nous paraissions désapprouvés. 8 Car nous n’avons aucun pouvoir contre la vérité, nous n’en avons que pour la vérité. 9 Oui, nous nous réjouissons lorsque nous, nous sommes faibles, et que vous, vous êtes forts ; ce que nous souhaitons, c’est votre rétablissement. 10 C’est pourquoi, étant absent, j’écris cela ; afin que je n’aie pas, une fois présent, à user de sévérité, selon l’autorité que le Seigneur m’a donnée pour l’édification et non pas pour la destruction.

  • Quel est le premier conseil qui leur est donné, alors qu’ils étaient enclins à un esprit de parti ? Et quelle est la prière de Paul à leur égard ?
  • Paul souhaite-t-il avant tout être reconnu, ou cela est-il secondaire pour lui ? 2 Cor.13:7,9.
Nous voyons donc ici, écrit en termes pleins de douceur, ce que l’apôtre recherche. Il connaît les dégâts que peuvent produire l’esprit de parti, la contestation de serviteurs de Dieu et toutes les actions qui amènent les croyants sur un chemin de destruction. Et devant ces graves dangers, bien manifestes à Corinthe, il combat et supplie, il invective aussi et il prie…

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

2 Cor.13:11 Salutation aux Corinthiens


 

SALUTATION FINALE
13:11-13

La lettre se termine maintenant par une expression pleine d’affection fraternelle. Faisant abstraction pour ainsi dire de toutes les difficultés, il leur adresse un dernier mot dans lequel nous pouvons voir ce qui doit, en résumé, occuper les chrétiens (Phil.4:8-9).

11 Au reste, mes frères, réjouissez-vous ; tendez à votre rétablissement, encouragez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. 12 Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. Tous les saints vous saluent.
 
13 Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu, et la communion du Saint Esprit, soient avec vous tous !

  • Qu’est-ce qui est à rechercher avant toute chose dans un rassemblement de chrétiens ? Est-ce toujours réalisé ? Rom.15:33, 2 Cor.13:11, Phil.4:9.
Tout était dit, des choses heureuses comme des avertissements sérieux. La finale ici est très courte, Paul avait fait état d’une visite prochaine, mais encore une fois il leur dit qu’ils disposent eux-mêmes des ressources pour se redresser, ce qu’il leur demande instamment, leur disant : « tendez à votre rétablissement » (2 Cor.13:11). Le désir ardent qu’ils jouissent de la paix de Dieu et de la communion entre eux ne peut manquer de nous rappeler que tel est le désir de Dieu pour toutes les communautés de chrétiens.

 

 
 
 
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE